オペラ作曲家別索引

オペラ対訳完成

その他対訳完成

対訳一部完成

このサイトについて

アクセス数

  • 今日  -
  • 昨日  -
  • 累計  -

翻訳エンジン


bose_soundlink_color_ii



SCÈNE SIXIÈME

ISOLIER
Je vais revoir la beauté qui m'est chère...
Mais comment désarmer cette vertu si fière?
Comment, en ma faveur, la toucher aujourd'hui?
Si cet ermite, ce bon père,
Voulait m'aider... oh! non ... ce serait trop hardi...
Allons! ... ne suis-je pas page du comte Ory?


SCÈNE SEPTIÈME

ISOLIER
Salut, ô vénérable ermite!

LE COMTE ORY
avec un geste de surprise
(C'est mon page! sachons le dessein qu'il médite.)
Qui vers moi vous amène, ô charmant Isolier?

ISOLIER
II me connaît!

LE COMTE ORY
Tel est l'effet de ma science.

ISOLIER
Un aussi grand savoir ne peut trop se payer,
lui donnant une bourse
Et cette offrande est bien faible, je pense.

LE COMTE ORY
prenant la bourse
N'importe... à moi vous pouvez vous fier:
Parlez, parlez, beau page.


N° 3 - Duo

ISOLIER
Une dame de haut parage
Tient mon coeur en un doux servage,
Et je brûle pour ses attraits.

LE COMTE ORY
Je n'y vois point de mal... après?

ISOLIER
Je croyais avoir su lui plaire;
Et pourtant son cœur trop sévère
Se dérobe à mes projets.

LE COMTE ORY
Je n'y vois point de mal.., après?

ISOLIER
Et jusqu'au retour de son frère,
Qui des croisés suit la bannière,
Aucun amant, aucun mortel
Ne peut entrer dans ce castel.

LE COMTE ORY
(Celui de la Comtesse... ô ciel!)

ISOLIER
Pour y pénétrer, comment faire?
J'avais bien un moyen fort beau;
Mais je le crois trop téméraire.

LE COMTE ORY
Parlez... parlez.., beau jouvenceau.

ISOLIER
Je voulais, d'une pèlerine
Prenant la cape et le manteau,
M'introduire dans ce château.

LE COMTE ORY
Bien! bien.., le moyen est nouveau.
(On peut s'en servir, j'imagine.)

Noble page do comte Ory,
Serez un jour digne de lui!
(Voyez donc, voyez donc le traître!
Oser jouter contre son maitre.)

ISOLIER
A l'instant je me sens renaître:
Quel bon moyen, quel coup de maître...

LE COMTE ORY
(Mais je le tiens, et l'on verra
Qui de nous deux l'emportera.)

ISOLIER
Qui, je le tiens, et vois déjà
Que son pouvoir me servira.

Mais d'abord ce projet réclame
Vos soins pour être exécuté.

LE COMTE ORY
Comment?

ISOLIER
Par cette noble dame
Vous allez être consulté.

LE COMTE ORY
(C'est qu'il sait tout, en vérité.)

ISOLIER
Dites-lui que l'indifférence
Cause, hélas! son tourment fatal.

LE COMTE ORY
J'entends! j'entends... ce c'est pas mal.

ISOLIER
Et pour guérir à l'instant même,
Dites-lui... qu'il faut qu'elle m'aime.

LE COMTE ORY
J'entends! j'entends... ce c'est pas mal.
Je lui dirai qu'il faut qu'elle aime...
(Mais un autre que mon rival…)

ISOLIER
Dites-lui bien qu'il faut qu'elle aime.

LE COMTE ORY
Noble page du comte Ory, etc.


SCÈNE HUITIÈME

Marche

LA COMTESSE
apercevant Isolier
Isolier dans ces lieux!

ISOLIER
Sur le mal qui m'agite
Je venais consulter aussi le bon
ermite.

LE COMTE ORY
Je dois à tous les malheureux
Mes consolations, mes conseils et mes voeux.


N° 4 - Air

LA COMTESSE
s'approchant du comte Ory
En proie à la tristesse,
Ne plus goûter d'ivresse
Au sein de sa jeunesse,
Souffrir, gémir sans cesse,
Voilà quel est mon sort.
Se flétrir en silence,
N'espérer que la mort.
Hélas, quelle souffrance.

Ô peine horrible!
Vous que l'on dit sensible,
Daignez, s'il est possible,
Guérir le mal terrible
Dont je me sens mourir!
Soulagez ma douleur,
Rendez-moi le bonheur.

LE CHOEUR
Calmez tant de souffrance,
Calmez tant de douleur!
Et que votre science
Lui rende le bonheur.

LA COMTESSE
Faut-il mourir de ma souffrance?
Hélas, hélas, plus d'espérance!
Ciel!
Ô peine horrible! etc.
Soulagez ma douleur,
Rendez-moi le bonheur.

LE CHOEUR
Ah, calmez tant de douleur!

ISOLIER
au Comte
Vous avez entendu sa touchante prière!
Voici le vrai moment, soyez à moi, mon père!

LE COMTE ORY
à la Comtesse
Si dans mon assistance
Vous avez confiance,
Je puis en conscience
Guérir votre douleur

Du mal qui vous dévore
La source est dans le coeur.
Aimez, aimez encore
Pour renaître au bonheur.

LA COMTESSE
D'un éternel veuvage
Un serment fut le gaga.
Et j'irais le trahir?
Plutôt, plutôt mourir.

LE COMTE ORY
Le ciel vous en dégage.
Il ordonne que de vos jours
La flamme se ranime
Au flambeau des amours.

LA COMTESSE
Céleste providence,
Je te bénis de ta clémence!

Ô bon ermite,
Votre mérite
En mes beaux jours
Vivra/Viendra toujours.

LE COMTE, puis ISOLIER
Toujours, toujours.

LA COMTESSE
à Isolier
Isolier, que ta présence
Me fait naître un doux émoi.
Cher lsolier, je veux t'aimer,
Je ne veux aimer que toi.

LE CHOEUR
On voit que sa parole
Paraît la ranimer.
Le mai qui la désole
Commence à se calmer.

LA COMTESSE
Déjà je sens
Les feux brûlants
De la jeunesse
Par la tendresse
Se rallumer.

Ô bon ermite, etc.

ISOLIER
au Comte
C'est bien... je suis content.

LE COMTE ORY
à la Comtesse
Encore un mot, de grâce.
D'un grand péril qui vous menace
Je dois vous prévenir! … il faut vous défier...

LA COMTESSE
De qui?

LE COMTE ORY
De ce jeune Isolier.

LA COMTESSE
Ô ciel!

LE COMTE ORY
C'est le fidèle page
De ce terrible comte Ory,
Dont les galants exploits...
Mais ici... devant lui,
Je n'oserais en dire davantage.
Entrons dans ce castel.

LA COMTESSE
Mon coeur en a frémi!
au Comte
Ô mon sauveur!. .. ô mon unique appui!
Venez, venez!

Elle prend le Comte par la main et va l'entraîner dans le château. Toutes
les dames les suivent Le comte Ory a déjà le pied sur le pont-levis et, en
raillant Isolierr, fait un geste de joie.
A ce moment entre te Gouverneur, suivi de tous les chevaliers de son
escorte.


SCÈNE NEUVIÈME

LE GOUVERNEUR, LES CHEVALIERS
Nous saurons bien le reconnaître.
Avançons...

LE GOUVERNEUR
apercevant Raimbaud, qui est en paysan
Qu'ai-je vu!... c'est Raimbaud,
Le confident, l'ami de notre maître!

RAIMBAUD
Taisez-vous donc, ne dites mot.

LE GOUVERNEUR
Plus de doute, plus de mystère,
montrant l'ermite
C'est Monseigneur! c'est lui!

LE COMTE CRY
(Misérable! crains ma colére.)

TOUS LES CHEVALIERS
s'inclinant
C'est le comte Ory!

LES DAMES
s'éloignant avec effroi et se réfugiant dans un coin
Le comte Ory!

LE COMTE ORY
Eh bien! oui … le voici.


N° 5 - Finale

TOUS
Ciel!

LA COMTESSE, ALICE, RAGONDE, puis ISOLIER
Ô terreur, ô peine extrême,
Quel indigne stratagème!
Mon coeur bat d'effroi, d'horreur.
Quel effroi saisit mon coeur!
Quel effroi s'empare de mon coeur!
Oui, l'effroi vient agiter mon coeur.

LE GOUVERNEUR
Ô bonheur (ô plaisir), ô joie extrême,
On connait son stratagème,
Tout s'oppose à son bonheur.
Ciel! L'espoir fuit de son cœur
(Pour moi, quel bonheur!)
La rage est dans son coeur

LE COMTE ORY
Plus d'espoir, ô peine extrême,
Tout s'oppose à mon bonheur.
Ah, l'espoir me fuit encore.
Quel effroi, hélas!
L'espoir fuit de mon coeur
La rage est dans mon coeur,
La fureur vient agiter mon coeur.

RAIMBAUD
Plus d'espoir, ô peine extrême,
Tout s'oppose à son bonheur.
Le dépit augmente encore.
Ô douleur, ciel!
Quel malheur, quel effroi!
L'espoir fuit de son cœur

RAGONDE
Cet écrit, noble châtelaine,
Vous vient de lointains pays.
Il apporte, j'en suis certaine,
Des nouvelles de nos maris.

LE COMTE ORY
(Encore une disgrâce.)

TOUS sauf LA COMTESSE
Lisez, cédez, de grâce.

LE GOUVERNEUR
Seigneur, adieu plaisir!

ALICE, RAGONDE, ISOLIER, LE CHOEUR
Cédez à mon désir.

LE COMTE ORY, RAIMBAUD, LE GOUVERNEUR, LE CHOEUR
Il faut se contenir.

LA COMTESSE
lisant
«Madame et soeur chérie,
La croisade est finie,
Et dans outre patrie
Nous revenons enfin.»

TOUS sauf LA COMTESSE
(avec joie)
Ls croisade eut finie
Et tous dans leur patrie
Ils reviennent enfin.»

RAIMBAUD, LE GOUVERNEUR
Fatal destin!

LA COMTESSE
lisant
«On nous a vus sans crainte
Purger la Terre sainte
Et notre épée est teinte
Du sang du Sarrasin.»

TOUS saut LA COMTESSE
On les a vus sans crainte
Purger la Terre sainte
Et leur épée est teinte
Du sang du Sarrasin.

RAIMBAUD, LE GOUVERNEUR
Fatal destin!

LA COMTESSE
lisant
«Nous partons pour la France
Et nous suivrons, je pense,
A deux jours de distance
Ce message certain.»

ALICE, RAGONDE, ISOLIER, LE CHOEUR
Telle est notre espérance.
Ils suivent vers la France
A deux jours de distance
Ce message certain.

LE COMTE ORY, RAIMBAUD, LE CHOEUR
Hélas, plus d'espérance.
Ils suivent vers la France etc.

LE GOUVERNEUR
Pour lui, plus d'espérance.
Ils suivent vers la France etc.

RAGONDE
Vous viendrez, ô seigneur Comte,
Partager nos transports.

LE COMTE ORY
Je partage vos transports.

LA COMTESSE
Partagez nos transports.

LE COMTE ORY
(Sachons venger ma honte
Par de nouveaux succès.)
à Raimbaud
Un jour me reste encore,
Qu'il serve à mes projets.

RAIMBAUD, LE GOUVERNEUR
Allons, partons.
Surveillons ses projets.

LA COMTESSE
Quand mon coeur tremble encore
De ses affreux projets,
Celui que seul j'adore
Va me rendre la paix.

ALICE, ISOLIER
Quand mon coeur tremble encore
De ses affreux projets,
Le frère qu'elle adore
Va lui rendre la paix.

RAGONDE
Quand mon coeur tremble encore
De ses affreux projets,
L'époux que seul j'adore
Va me rendre la paix.

LE COMTE ORY, SES COMPAGNONS
(Un jour me/nous reste encore,
Qu'il serve à nos projets.)

LE CHOEUR
Hélas! je tremble encore
De ses affreux projets.

LE COMTE ORY
Venez, amis, retirons-nous
Et dans notre retraite
Assurons ma conquête
Et du destin bravons les coups.

La nuit,
sans bruit,
Sachons en dépit des jaloux
Du sort braver les coups.

ISOLIER
A tout ce qu'il projette
Avec adresse opposons-nous.
Sachons parer ses coups.

LA COMTESSE
Déjà le sort dans sa rigueur
N'a plus rien qui m'alarme.
Un espoir plein de charme
Déjà fait battre mon coeur.
Déjà l'espoir fait palpiter mon coeur
De joie et de bonheur.

RAGONDE
Celui qui sut toucher mon coeur
Va me rendre au bonheur.
Je sens (déjà) battre mon coeur,
D'amour et de bonheur.

RAIMBAUD
Allons, sortons,
Allons avec prudence.
Méditer en silence
Et de notre vengeance
Le succès est certain.
Bravons le seigneur châtelain.

LE GOUVERNEUR
Repartons en silence.
Il faut avec prudence
Eviter la vengeance
Du seigneur châtelain.
Je crains le seigneur châtelain.

LE COMTE ORY
Allons, sortons!

LES DAMES, ISOLIER
Allons, rentrons.

LES DAMES, ISOLIER, LE CHOEUR
Aux chants de la victoire
Allons mêler nos voix.
Des preux chantons la gloire
Et les brillants exploits.
Chantons tous leurs exploits!

RAIMBAUD, LE GOUVERNEUR
Sachons par la victoire
Assurer tous nos droits.
On trouve aussi la gloire
Dans nos galants exploits.
Partons, on parlera de nos exploits.

LE COMTE ORY, SES COMPAGNONS
Sachons par la victoire
Les soumettre à nos lois.
On trouve aussi la gloire
Dans nos galants exploits.
Partons, on parlera de nos exploits.

LE COMTE ORY
Venez amis, retirons-nous etc.
SCÈNE SIXIÈME

ISOLIER
Je vais revoir la beauté qui m'est chère...
Mais comment désarmer cette vertu si fière?
Comment, en ma faveur, la toucher aujourd'hui?
Si cet ermite, ce bon père,
Voulait m'aider... oh! non ... ce serait trop hardi...
Allons! ... ne suis-je pas page du comte Ory?


SCÈNE SEPTIÈME

ISOLIER
Salut, ô vénérable ermite!

LE COMTE ORY
avec un geste de surprise
(C'est mon page! sachons le dessein qu'il médite.)
Qui vers moi vous amène, ô charmant Isolier?

ISOLIER
II me connaît!

LE COMTE ORY
Tel est l'effet de ma science.

ISOLIER
Un aussi grand savoir ne peut trop se payer,
lui donnant une bourse
Et cette offrande est bien faible, je pense.

LE COMTE ORY
prenant la bourse
N'importe... à moi vous pouvez vous fier:
Parlez, parlez, beau page.


N° 3 - Duo

ISOLIER
Une dame de haut parage
Tient mon coeur en un doux servage,
Et je brûle pour ses attraits.

LE COMTE ORY
Je n'y vois point de mal... après?

ISOLIER
Je croyais avoir su lui plaire;
Et pourtant son cœur trop sévère
Se dérobe à mes projets.

LE COMTE ORY
Je n'y vois point de mal.., après?

ISOLIER
Et jusqu'au retour de son frère,
Qui des croisés suit la bannière,
Aucun amant, aucun mortel
Ne peut entrer dans ce castel.

LE COMTE ORY
(Celui de la Comtesse... ô ciel!)

ISOLIER
Pour y pénétrer, comment faire?
J'avais bien un moyen fort beau;
Mais je le crois trop téméraire.

LE COMTE ORY
Parlez... parlez.., beau jouvenceau.

ISOLIER
Je voulais, d'une pèlerine
Prenant la cape et le manteau,
M'introduire dans ce château.

LE COMTE ORY
Bien! bien.., le moyen est nouveau.
(On peut s'en servir, j'imagine.)

Noble page do comte Ory,
Serez un jour digne de lui!
(Voyez donc, voyez donc le traître!
Oser jouter contre son maitre.)

ISOLIER
A l'instant je me sens renaître:
Quel bon moyen, quel coup de maître...

LE COMTE ORY
(Mais je le tiens, et l'on verra
Qui de nous deux l'emportera.)

ISOLIER
Qui, je le tiens, et vois déjà
Que son pouvoir me servira.

Mais d'abord ce projet réclame
Vos soins pour être exécuté.

LE COMTE ORY
Comment?

ISOLIER
Par cette noble dame
Vous allez être consulté.

LE COMTE ORY
(C'est qu'il sait tout, en vérité.)

ISOLIER
Dites-lui que l'indifférence
Cause, hélas! son tourment fatal.

LE COMTE ORY
J'entends! j'entends... ce c'est pas mal.

ISOLIER
Et pour guérir à l'instant même,
Dites-lui... qu'il faut qu'elle m'aime.

LE COMTE ORY
J'entends! j'entends... ce c'est pas mal.
Je lui dirai qu'il faut qu'elle aime...
(Mais un autre que mon rival…)

ISOLIER
Dites-lui bien qu'il faut qu'elle aime.

LE COMTE ORY
Noble page du comte Ory, etc.


SCÈNE HUITIÈME

Marche

LA COMTESSE
apercevant Isolier
Isolier dans ces lieux!

ISOLIER
Sur le mal qui m'agite
Je venais consulter aussi le bon
ermite.

LE COMTE ORY
Je dois à tous les malheureux
Mes consolations, mes conseils et mes voeux.


N° 4 - Air

LA COMTESSE
s'approchant du comte Ory
En proie à la tristesse,
Ne plus goûter d'ivresse
Au sein de sa jeunesse,
Souffrir, gémir sans cesse,
Voilà quel est mon sort.
Se flétrir en silence,
N'espérer que la mort.
Hélas, quelle souffrance.

Ô peine horrible!
Vous que l'on dit sensible,
Daignez, s'il est possible,
Guérir le mal terrible
Dont je me sens mourir!
Soulagez ma douleur,
Rendez-moi le bonheur.

LE CHOEUR
Calmez tant de souffrance,
Calmez tant de douleur!
Et que votre science
Lui rende le bonheur.

LA COMTESSE
Faut-il mourir de ma souffrance?
Hélas, hélas, plus d'espérance!
Ciel!
Ô peine horrible! etc.
Soulagez ma douleur,
Rendez-moi le bonheur.

LE CHOEUR
Ah, calmez tant de douleur!

ISOLIER
au Comte
Vous avez entendu sa touchante prière!
Voici le vrai moment, soyez à moi, mon père!

LE COMTE ORY
à la Comtesse
Si dans mon assistance
Vous avez confiance,
Je puis en conscience
Guérir votre douleur

Du mal qui vous dévore
La source est dans le coeur.
Aimez, aimez encore
Pour renaître au bonheur.

LA COMTESSE
D'un éternel veuvage
Un serment fut le gaga.
Et j'irais le trahir?
Plutôt, plutôt mourir.

LE COMTE ORY
Le ciel vous en dégage.
Il ordonne que de vos jours
La flamme se ranime
Au flambeau des amours.

LA COMTESSE
Céleste providence,
Je te bénis de ta clémence!

Ô bon ermite,
Votre mérite
En mes beaux jours
Vivra/Viendra toujours.

LE COMTE, puis ISOLIER
Toujours, toujours.

LA COMTESSE
à Isolier
Isolier, que ta présence
Me fait naître un doux émoi.
Cher lsolier, je veux t'aimer,
Je ne veux aimer que toi.

LE CHOEUR
On voit que sa parole
Paraît la ranimer.
Le mai qui la désole
Commence à se calmer.

LA COMTESSE
Déjà je sens
Les feux brûlants
De la jeunesse
Par la tendresse
Se rallumer.

Ô bon ermite, etc.

ISOLIER
au Comte
C'est bien... je suis content.

LE COMTE ORY
à la Comtesse
Encore un mot, de grâce.
D'un grand péril qui vous menace
Je dois vous prévenir! … il faut vous défier...

LA COMTESSE
De qui?

LE COMTE ORY
De ce jeune Isolier.

LA COMTESSE
Ô ciel!

LE COMTE ORY
C'est le fidèle page
De ce terrible comte Ory,
Dont les galants exploits...
Mais ici... devant lui,
Je n'oserais en dire davantage.
Entrons dans ce castel.

LA COMTESSE
Mon coeur en a frémi!
au Comte
Ô mon sauveur!. .. ô mon unique appui!
Venez, venez!

Elle prend le Comte par la main et va l'entraîner dans le château. Toutes
les dames les suivent Le comte Ory a déjà le pied sur le pont-levis et, en
raillant Isolierr, fait un geste de joie.
A ce moment entre te Gouverneur, suivi de tous les chevaliers de son
escorte.


SCÈNE NEUVIÈME

LE GOUVERNEUR, LES CHEVALIERS
Nous saurons bien le reconnaître.
Avançons...

LE GOUVERNEUR
apercevant Raimbaud, qui est en paysan
Qu'ai-je vu!... c'est Raimbaud,
Le confident, l'ami de notre maître!

RAIMBAUD
Taisez-vous donc, ne dites mot.

LE GOUVERNEUR
Plus de doute, plus de mystère,
montrant l'ermite
C'est Monseigneur! c'est lui!

LE COMTE CRY
(Misérable! crains ma colére.)

TOUS LES CHEVALIERS
s'inclinant
C'est le comte Ory!

LES DAMES
s'éloignant avec effroi et se réfugiant dans un coin
Le comte Ory!

LE COMTE ORY
Eh bien! oui … le voici.


N° 5 - Finale

TOUS
Ciel!

LA COMTESSE, ALICE, RAGONDE, puis ISOLIER
Ô terreur, ô peine extrême,
Quel indigne stratagème!
Mon coeur bat d'effroi, d'horreur.
Quel effroi saisit mon coeur!
Quel effroi s'empare de mon coeur!
Oui, l'effroi vient agiter mon coeur.

LE GOUVERNEUR
Ô bonheur (ô plaisir), ô joie extrême,
On connait son stratagème,
Tout s'oppose à son bonheur.
Ciel! L'espoir fuit de son cœur
(Pour moi, quel bonheur!)
La rage est dans son coeur

LE COMTE ORY
Plus d'espoir, ô peine extrême,
Tout s'oppose à mon bonheur.
Ah, l'espoir me fuit encore.
Quel effroi, hélas!
L'espoir fuit de mon coeur
La rage est dans mon coeur,
La fureur vient agiter mon coeur.

RAIMBAUD
Plus d'espoir, ô peine extrême,
Tout s'oppose à son bonheur.
Le dépit augmente encore.
Ô douleur, ciel!
Quel malheur, quel effroi!
L'espoir fuit de son cœur

RAGONDE
Cet écrit, noble châtelaine,
Vous vient de lointains pays.
Il apporte, j'en suis certaine,
Des nouvelles de nos maris.

LE COMTE ORY
(Encore une disgrâce.)

TOUS sauf LA COMTESSE
Lisez, cédez, de grâce.

LE GOUVERNEUR
Seigneur, adieu plaisir!

ALICE, RAGONDE, ISOLIER, LE CHOEUR
Cédez à mon désir.

LE COMTE ORY, RAIMBAUD, LE GOUVERNEUR, LE CHOEUR
Il faut se contenir.

LA COMTESSE
lisant
«Madame et soeur chérie,
La croisade est finie,
Et dans outre patrie
Nous revenons enfin.»

TOUS sauf LA COMTESSE
(avec joie)
Ls croisade eut finie
Et tous dans leur patrie
Ils reviennent enfin.»

RAIMBAUD, LE GOUVERNEUR
Fatal destin!

LA COMTESSE
lisant
«On nous a vus sans crainte
Purger la Terre sainte
Et notre épée est teinte
Du sang du Sarrasin.»

TOUS saut LA COMTESSE
On les a vus sans crainte
Purger la Terre sainte
Et leur épée est teinte
Du sang du Sarrasin.

RAIMBAUD, LE GOUVERNEUR
Fatal destin!

LA COMTESSE
lisant
«Nous partons pour la France
Et nous suivrons, je pense,
A deux jours de distance
Ce message certain.»

ALICE, RAGONDE, ISOLIER, LE CHOEUR
Telle est notre espérance.
Ils suivent vers la France
A deux jours de distance
Ce message certain.

LE COMTE ORY, RAIMBAUD, LE CHOEUR
Hélas, plus d'espérance.
Ils suivent vers la France etc.

LE GOUVERNEUR
Pour lui, plus d'espérance.
Ils suivent vers la France etc.

RAGONDE
Vous viendrez, ô seigneur Comte,
Partager nos transports.

LE COMTE ORY
Je partage vos transports.

LA COMTESSE
Partagez nos transports.

LE COMTE ORY
(Sachons venger ma honte
Par de nouveaux succès.)
à Raimbaud
Un jour me reste encore,
Qu'il serve à mes projets.

RAIMBAUD, LE GOUVERNEUR
Allons, partons.
Surveillons ses projets.

LA COMTESSE
Quand mon coeur tremble encore
De ses affreux projets,
Celui que seul j'adore
Va me rendre la paix.

ALICE, ISOLIER
Quand mon coeur tremble encore
De ses affreux projets,
Le frère qu'elle adore
Va lui rendre la paix.

RAGONDE
Quand mon coeur tremble encore
De ses affreux projets,
L'époux que seul j'adore
Va me rendre la paix.

LE COMTE ORY, SES COMPAGNONS
(Un jour me/nous reste encore,
Qu'il serve à nos projets.)

LE CHOEUR
Hélas! je tremble encore
De ses affreux projets.

LE COMTE ORY
Venez, amis, retirons-nous
Et dans notre retraite
Assurons ma conquête
Et du destin bravons les coups.

La nuit,
sans bruit,
Sachons en dépit des jaloux
Du sort braver les coups.

ISOLIER
A tout ce qu'il projette
Avec adresse opposons-nous.
Sachons parer ses coups.

LA COMTESSE
Déjà le sort dans sa rigueur
N'a plus rien qui m'alarme.
Un espoir plein de charme
Déjà fait battre mon coeur.
Déjà l'espoir fait palpiter mon coeur
De joie et de bonheur.

RAGONDE
Celui qui sut toucher mon coeur
Va me rendre au bonheur.
Je sens (déjà) battre mon coeur,
D'amour et de bonheur.

RAIMBAUD
Allons, sortons,
Allons avec prudence.
Méditer en silence
Et de notre vengeance
Le succès est certain.
Bravons le seigneur châtelain.

LE GOUVERNEUR
Repartons en silence.
Il faut avec prudence
Eviter la vengeance
Du seigneur châtelain.
Je crains le seigneur châtelain.

LE COMTE ORY
Allons, sortons!

LES DAMES, ISOLIER
Allons, rentrons.

LES DAMES, ISOLIER, LE CHOEUR
Aux chants de la victoire
Allons mêler nos voix.
Des preux chantons la gloire
Et les brillants exploits.
Chantons tous leurs exploits!

RAIMBAUD, LE GOUVERNEUR
Sachons par la victoire
Assurer tous nos droits.
On trouve aussi la gloire
Dans nos galants exploits.
Partons, on parlera de nos exploits.

LE COMTE ORY, SES COMPAGNONS
Sachons par la victoire
Les soumettre à nos lois.
On trouve aussi la gloire
Dans nos galants exploits.
Partons, on parlera de nos exploits.

LE COMTE ORY
Venez amis, retirons-nous etc.



|新しいページ|検索|ページ一覧|RSS|@ウィキご利用ガイド | 管理者にお問合せ
|ログイン|