オペラ作曲家別索引

オペラ対訳完成

その他対訳完成

対訳一部完成

このサイトについて

アクセス数

  • 今日  -
  • 昨日  -
  • 累計  -

翻訳エンジン


bose_soundlink_color_ii



PREMIER ACTE

SCÈNE 1
とある森にて

Le rideau ouvert, on découvre Mélisande au bord d'une fontaine. Entre Golaud.

GOLAUD
もはやこの森を出ることが出来なくなってしまった
Dieu sait jusqu'où cette bête m'a mené.
Je croyais cependant l'avoir blessée à mort,
et voici des traces de sang.
Mais maintenant je l'ai perdue de vue.
Je crois que je me suis perdu moi-même,
et mes chiens ne me retrouvent plus.
Je vais revenir sur mes pas.
泣き声が聞こえるぞ
おお! おお! 池のほとりにいるのは誰だ?
若い娘か 池のほとりで泣いているのは?
私のことは聞こえていない
表情は見えないな
(彼は近づき メリザンドの方に触れる)
なぜ泣いているのか?
(Mélisande tressaille, se dresse et veut fuir.)
泣かないで 恐れることはない
なぜここで泣いているのだ たったひとりで?

MÉLISANDE
さわらないで さわらないで!

GOLAUD
N'ayez pas peur. Je ne vous ferai pas...
Oh, vous êtes belle!

MÉLISANDE
さわらないで さわらないで
さもないと池に身を投げるわ

GOLAUD
さわらないよ
ほら 私はここに離れてる この木に寄りかかって こわがらないで
誰が君に悪さをしよう?

MÉLISANDE
おお するわ するわ するわ
(Elle sanglote profondément)

GOLAUD
誰が君に悪さをするというのか?

MÉLISANDE
みんなよ! みんなよ!

GOLAUD
どんな悪さをされたというのだ?

MÉLISANDE
それは言えないわ それは言えないわ

GOLAUD
さあ もう泣かないで どこから来たんだ?

MÉLISANDE
Je me suis enfuie, enfuie, enfuie.

GOLAUD
Oui, mais d'où vous êtes-vous enfuie?

MÉLISANDE
Je suis perdue, perdue! Oh! Oh! perdue ici!
Je ne suis pas d'ici, je ne suis pas née là.

GOLAUD
D'où êtes-vous? Où êtes-vous née?

MÉLISANDE
Oh, oh! loin d'ici, loin, loin.

GOLAUD
Qu'est-ce qui brille ainsi, au fond de l'eau?

MÉLISANDE
Où donc? Ah, c'est la couronne qu'il m'a donnée.
Elle est tombée en pleurant.

GOLAUD
Une couronne? Qui est-ce qui vous a donné une couronne?
Je vais essayer de la prendre.

MÉLISANDE
Non, non. Je n'en veux plus. Je n'en veux plus.
Je préfère mourir … mourir tout de suite.

GOLAUD
Je pourrais la retirer facilement.
L'eau n'est pas très profonde.

MÉLISANDE
Je n'en veux plus.
Si vous la retirez, je me jette à sa place.

GOLAUD
Nor, non; je la laisserai la.
On pourrait la prendre sans peine, cependant.
Elle semble très belle.
Y a-t-il longtemps que vous avez fui?

MÉLISANDE
Oui, oui. Qui êtes-vous?

GOLAUD
Je suis le prince Golaud,
le petit-fils d'Arkel, le vieux roi d'Allemonde.

MÉLISANDE
Oh, vous avez déjà les cheveux gris!

GOLAUD
Oui, quelques-uns, ici, près des tempes.

MÉLISANDE
Et la barbe aussi.
Pourquoi me regardez-vous ainsi?

GOLAUD
Je regarde vos yeux. Vous ne fermez jamais les yeux?

MÉLISANDE
Si, si, je les ferme la nuit.

GOLAUD
Pourquoi avez-vous lair si étonnée?

MÉLISANDE
Vous êtes un géant.

GOLAUD
Je suis un homme comme les autres.

MÉLISANDE
Pourquoi êtes-vous venu ici?

GOLAUD
Je n'en sais rien moi-même.
Je chassais dans la forêt, je poursuivais un sanglier,
je me suis trompé de chemin.
Vousavez l'air très jeune.
Quel âge avez-vous?

MÉLISANDE
Je commence à avoir froid.

GOLAUD
Voulez-vous venir avec moi?

MÉLISANDE
Non, non, je reste ici.

GOLAUD
Vous ne pouvez pas rester ici toute seule.
Vous ne pouvez pas rester ici toute la nuit.
Comment vous nommez-vous?

MÉLISANDE
Mélisande.

GOLAUD
Vous ne pouvez pas rester ici, Mélisande.
Venez avec moi.

MÉLISANDE
Je reste ici.

GOLAUD
Vous aurez peur, toute seule.
On ne sait pas ce qu'il y a ici - toute la nuit, toute seule ...
Ce n'est pas possible, Mélisande.
Venez, donnez-moi la main.

MÉLISANDE
Oh, ne me touchez pas.

GOLAUD
Ne criez pas. Je ne vous toucherai plus.
Mais venez avec moi.
La nuit sera très noire et très froide.
Venez avec moi.

MÉLISANDE
Où allez-vous?

GOLAUD
Je ne sais pas.
Je suis perdu aussi.

Ils sortent.

Interlude

SCÈNE 2
Un appartement dans le château.
Arkel et Geneviève

GENEVIÈVE
Voici ce qu'il écrit à son frère Pelléas:
"Un soir, je l'ai trouvée tout en pleurs
au bord d'une fontaine, dans la forêt où je m'étais perdu.
Je sais ni son âge, ni qui elle est, ni d'où elle vient
et je n'ose pas l'interroger, car elle doit avoir eu
une grande épouvante, et quand on lui demande
ce qui lui est arrivé, elle pleure tout à coup comme un enfant
et sanglote si profondément qu'on a peur.
Il y a maintenant six mois que je l'ai épousée, et je n'en
sais pas plus que le jour de notre rencontre.
En attendant, mon cher Pelléas, toi que j'aime plus qu'un frère,
bien que nous ne soyons pas nés du même père,
en attendant, prépare me retour.
Je sais que ma mère me pardonnera volontiers.
Mais j'ai peur d'Arkel, malgré toute sa bonté.
S'il consent néanmoins à l'accueillir, comme il accueillerait sa propre fille,
le troisième jour qui suivra cette lettre, allume une lampe
au sommet de la tour qui regarde la mer.
Je l'apercevrai du pont de notre navire,
sinon, j'irai plus loin et ne reviendrai plus."
Qu'en dites-vous?

ARKEL
Je n'en dis rien.
Cela peut nous paraître étrange, parce que
nous ne voyons jamais que l'envers des destinées,
l'envers même de la nôtre …
Il avait toujours suivi mes conseils jusqu'ici,
j'avais cru le rendre heureux en l'envoyant
demander la main de la princesse Ursule.
Il ne pouvait pas rester seul,
et depuis la mort de sa femme il était triste d'être seul;
et ce mariage allait mettre fin à de longues guerres,
à de vieilles haines.
Il ne l'a pas voulu ainsi. Qu'il en soit comme il a voulu:
je ne me suis jamais mis en travers d'un destinée;
il sait mieux que moi son avenir.
Il n'arrive peut-être pas d'événements inutiles.

GENEVIÈVE
Il a toujours été si prudent, si grave et si ferme.
Depuis la mort de sa femme il ne vivait plus
que pour son fils, le petit Yniold. Il a tout oublié.
Qu'allons-nous faire?

Entre Pelléas.

ARKEL
Qui est-ce qui entre là?

GENEVIÈVE
C'est Pelléas. Il a pleuré.

ARKEL
Est-ce toi, Pelléas?
Viens un peu plus près que je te voie dans la lumière.

PELLÉAS
Grand-père, j'ai reçu en même temps que la lettre de mon frère
une autre lettre: une lettre de mon ami Marcellus.
Il va mourir et il m'appelle.
Il dit qu'il sait exactement le jour où la mort doit venir.
Il me dit que je puis arriver avant elle si je veux,
mais qu'il n'y a pas de temps à perdre.

ARKEL
Il faudrait attendre quelque temps cependant.
Nous ne savons pas ce que le retour de ton frère nous prépare.
Et d'ailleurs ton père n'est-il pas ici, au-dessus de nous,
plus malade peut-être que ton ami?
Pourras-tu choisir entre le père et l'ami?

Il sort.

GENEVIÈVE
Aie soin d'allumer la lampe dès ce soir, Pelléas.

Ils sortent séparément.


Interlude


SCÈNE 3
Devant le château
Entrent Geneviève et Mélisande.

MÉLISANDE
Il fait sombre dans les jardins.
Et quelles forêts, quelles forêts tout autour des palais!

GENEVIÈVE
Oui; cela m'étonnait aussi quand je suis arrivée ici,
et cela étonne tout le monde.
Il y a des endroits où l'on ne voit jamais le soleil.
Mais I'on s'y fait si vite. Il y a longtemps, il ya longtemps ...
il y a presque quarante ans que je ici.
Regardez de l'autre côté, vous aurez la clarté de la mer.

MÉLISANDE
J'entends du bruit au-dessous de nous.

GENEVIÈVE
Oui; c'est quelqu'un qui monte vers nous.
Ah, c'est Pelléas... il semble encore fatigué
de vous avoir attendue si longtemps.

MÉLISANDE
Il ne nous a pas vues.

GENEVIÈVE
Je crois qu'il nous a vues,
mais il ne sait ce qu'il doit faire.
Pelléas! Pelléas! Est-ce toi?

PELLÉAS
Oui! Je venais du côté de la mer.

GENEVIÈVE
Nous aussi, nous cherchions la clarté.
Ici il fait un peu plus clair qu'ailleurs
et cependant la mer est sombre.

PELLÉAS
Nous aurons une tempête cette nuit;
il y en a toutes les nuits depuis quelque temps
et cependant elle est si calme maintenant.
On s'embarquerait sans le savoir
et l'on ne reviendrait plus.

VOIX
derrière la coulisse
Hoé! Hisse Hoé! Hoé! Hoé!

MÉLISANDE
Quelque chose sort du port.

PELLÉAS
Il faut que ce soit un grand navire …,
les lumières sont très hautes, nous le verrons tout à l'heure
quand il entrera dans la bande de clarté.

GENEVIÈVE
Je ne sais pas si nous pourrons le voir…,
il y a encore une brume sur la mer.

MARINS
Hisse Hoé!

PELLÉAS
On dirait que la brume s'élève lentement.

MÉLISANDE
Oui; j'aperçois là-bas une petite lumière
que je n'avais pas vue.

PELLÉAS
C'est un phare; il y en a d'autres
que nous ne voyons pas encore.

MÉLISANDE
Le navire est dans la lumière;
il est déjà bien loin.

PELLÉAS
Il s'éloigne à toutes voiles.

MÉLISANDE
C'est le navire qui m'a menée ici.
Il a de grandes voiles...
Je le reconnais à ses voiles.

PELLÉAS
Il aura mauvaise mer cette nuit.

MÉLISANDE
Pourquoi s'en va-t-il cette nuit?
On ne le voit presque plus.
Il fera peut-être naufrage!

PELLÉAS
La nuit tombe très vite.

GENEVIÈVE
Il est temps de rentrer.
Pelléas, montre la route à Mélisande.
Il faut que j'aille voir, un instant, le petit Yniold.

Elle sort.

PELLÉAS
On ne voit plus rien sur la mer.

MÉLISANDE
Je vois d'autres lumières.

PELLÉAS
Ce sont les autres phares.
Entendez-vous la mer? C'est le vent qui s'élève.
Descendons par ici.
Voulez-vous me donner la main?

MÉLISANDE
Voyez, voyez, j'ai les mains pleines de fleurs.

PELLÉAS
Je vous soutiendrai par le bras;
le chemin est escarpé et il y fait très sombre.
Je pars peut-être demain.

MÉLISANDE
Oh! Pourquoi partez-vous?

Ils sortent.
PREMIER ACTE

SCÈNE 1
Une forêt

Le rideau ouvert, on découvre Mélisande au bord d'une fontaine. Entre Golaud.

GOLAUD
Je ne pourrai plus sortir de cette forêt.
Dieu sait jusqu'où cette bête m'a mené.
Je croyais cependant l'avoir blessée à mort,
et voici des traces de sang.
Mais maintenant je l'ai perdue de vue.
Je crois que je me suis perdu moi-même,
et mes chiens ne me retrouvent plus.
Je vais revenir sur mes pas.
J'entends pleurer.
Oh! Oh! qu'y a-t-il là au bord de l'eau?
Une petite fille qui pleure au bord de l'eau?
Elle ne m'entend pas.
Je ne vois pas son visage.
Il s'approche et touche Mélisande à l'épaule.
Pourquoi pleures-tu?
Mélisande tressaille, se dresse et veut fuir.
N'ayez pas peur. Vous n'avez rien à craindre.
Pourquoi pleurez-vous ici, toute seule?

MÉLISANDE
Ne me touchez pas, ne me touchez pas!

GOLAUD
N'ayez pas peur. Je ne vous ferai pas...
Oh, vous êtes belle!

MÉLISANDE
Ne me touchez pas. Ne me touchez pas,
ou je me jette à l'eau.

GOLAUD
Je ne vous touche pas.
Voyez, je resterai ici, contre l'arbre. N'ayez pas peur.
Quelqu'un vous a-t-il fait du mal?

MÉLISANDE
Oh, oui, oui, oui.
Elle sanglote profondément.

GOLAUD
Qui est-ce qui vous a fait du mal?

MÉLISANDE
Tous! Tous!

GOLAUD
Quel mal vous a-t-on fait?

MÉLISANDE
Je ne veux pas le dire, je ne peux pas le dire.

GOLAUD
Voyons, ne pleurez pas ainsi. D'où venez-vous?

MÉLISANDE
Je me suis enfuie, enfuie, enfuie.

GOLAUD
Oui, mais d'où vous êtes-vous enfuie?

MÉLISANDE
Je suis perdue, perdue! Oh! Oh! perdue ici!
Je ne suis pas d'ici, je ne suis pas née là.

GOLAUD
D'où êtes-vous? Où êtes-vous née?

MÉLISANDE
Oh, oh! loin d'ici, loin, loin.

GOLAUD
Qu'est-ce qui brille ainsi, au fond de l'eau?

MÉLISANDE
Où donc? Ah, c'est la couronne qu'il m'a donnée.
Elle est tombée en pleurant.

GOLAUD
Une couronne? Qui est-ce qui vous a donné une couronne?
Je vais essayer de la prendre.

MÉLISANDE
Non, non. Je n'en veux plus. Je n'en veux plus.
Je préfère mourir … mourir tout de suite.

GOLAUD
Je pourrais la retirer facilement.
L'eau n'est pas très profonde.

MÉLISANDE
Je n'en veux plus.
Si vous la retirez, je me jette à sa place.

GOLAUD
Nor, non; je la laisserai la.
On pourrait la prendre sans peine, cependant.
Elle semble très belle.
Y a-t-il longtemps que vous avez fui?

MÉLISANDE
Oui, oui. Qui êtes-vous?

GOLAUD
Je suis le prince Golaud,
le petit-fils d'Arkel, le vieux roi d'Allemonde.

MÉLISANDE
Oh, vous avez déjà les cheveux gris!

GOLAUD
Oui, quelques-uns, ici, près des tempes.

MÉLISANDE
Et la barbe aussi.
Pourquoi me regardez-vous ainsi?

GOLAUD
Je regarde vos yeux. Vous ne fermez jamais les yeux?

MÉLISANDE
Si, si, je les ferme la nuit.

GOLAUD
Pourquoi avez-vous lair si étonnée?

MÉLISANDE
Vous êtes un géant.

GOLAUD
Je suis un homme comme les autres.

MÉLISANDE
Pourquoi êtes-vous venu ici?

GOLAUD
Je n'en sais rien moi-même.
Je chassais dans la forêt, je poursuivais un sanglier,
je me suis trompé de chemin.
Vousavez l'air très jeune.
Quel âge avez-vous?

MÉLISANDE
Je commence à avoir froid.

GOLAUD
Voulez-vous venir avec moi?

MÉLISANDE
Non, non, je reste ici.

GOLAUD
Vous ne pouvez pas rester ici toute seule.
Vous ne pouvez pas rester ici toute la nuit.
Comment vous nommez-vous?

MÉLISANDE
Mélisande.

GOLAUD
Vous ne pouvez pas rester ici, Mélisande.
Venez avec moi.

MÉLISANDE
Je reste ici.

GOLAUD
Vous aurez peur, toute seule.
On ne sait pas ce qu'il y a ici - toute la nuit, toute seule ...
Ce n'est pas possible, Mélisande.
Venez, donnez-moi la main.

MÉLISANDE
Oh, ne me touchez pas.

GOLAUD
Ne criez pas. Je ne vous toucherai plus.
Mais venez avec moi.
La nuit sera très noire et très froide.
Venez avec moi.

MÉLISANDE
Où allez-vous?

GOLAUD
Je ne sais pas.
Je suis perdu aussi.

Ils sortent.

Interlude

SCÈNE 2
Un appartement dans le château.
Arkel et Geneviève

GENEVIÈVE
Voici ce qu'il écrit à son frère Pelléas:
"Un soir, je l'ai trouvée tout en pleurs
au bord d'une fontaine, dans la forêt où je m'étais perdu.
Je sais ni son âge, ni qui elle est, ni d'où elle vient
et je n'ose pas l'interroger, car elle doit avoir eu
une grande épouvante, et quand on lui demande
ce qui lui est arrivé, elle pleure tout à coup comme un enfant
et sanglote si profondément qu'on a peur.
Il y a maintenant six mois que je l'ai épousée, et je n'en
sais pas plus que le jour de notre rencontre.
En attendant, mon cher Pelléas, toi que j'aime plus qu'un frère,
bien que nous ne soyons pas nés du même père,
en attendant, prépare me retour.
Je sais que ma mère me pardonnera volontiers.
Mais j'ai peur d'Arkel, malgré toute sa bonté.
S'il consent néanmoins à l'accueillir, comme il accueillerait sa propre fille,
le troisième jour qui suivra cette lettre, allume une lampe
au sommet de la tour qui regarde la mer.
Je l'apercevrai du pont de notre navire,
sinon, j'irai plus loin et ne reviendrai plus."
Qu'en dites-vous?

ARKEL
Je n'en dis rien.
Cela peut nous paraître étrange, parce que
nous ne voyons jamais que l'envers des destinées,
l'envers même de la nôtre …
Il avait toujours suivi mes conseils jusqu'ici,
j'avais cru le rendre heureux en l'envoyant
demander la main de la princesse Ursule.
Il ne pouvait pas rester seul,
et depuis la mort de sa femme il était triste d'être seul;
et ce mariage allait mettre fin à de longues guerres,
à de vieilles haines.
Il ne l'a pas voulu ainsi. Qu'il en soit comme il a voulu:
je ne me suis jamais mis en travers d'un destinée;
il sait mieux que moi son avenir.
Il n'arrive peut-être pas d'événements inutiles.

GENEVIÈVE
Il a toujours été si prudent, si grave et si ferme.
Depuis la mort de sa femme il ne vivait plus
que pour son fils, le petit Yniold. Il a tout oublié.
Qu'allons-nous faire?

Entre Pelléas.

ARKEL
Qui est-ce qui entre là?

GENEVIÈVE
C'est Pelléas. Il a pleuré.

ARKEL
Est-ce toi, Pelléas?
Viens un peu plus près que je te voie dans la lumière.

PELLÉAS
Grand-père, j'ai reçu en même temps que la lettre de mon frère
une autre lettre: une lettre de mon ami Marcellus.
Il va mourir et il m'appelle.
Il dit qu'il sait exactement le jour où la mort doit venir.
Il me dit que je puis arriver avant elle si je veux,
mais qu'il n'y a pas de temps à perdre.

ARKEL
Il faudrait attendre quelque temps cependant.
Nous ne savons pas ce que le retour de ton frère nous prépare.
Et d'ailleurs ton père n'est-il pas ici, au-dessus de nous,
plus malade peut-être que ton ami?
Pourras-tu choisir entre le père et l'ami?

Il sort.

GENEVIÈVE
Aie soin d'allumer la lampe dès ce soir, Pelléas.

Ils sortent séparément.


Interlude


SCÈNE 3
Devant le château
Entrent Geneviève et Mélisande.

MÉLISANDE
Il fait sombre dans les jardins.
Et quelles forêts, quelles forêts tout autour des palais!

GENEVIÈVE
Oui; cela m'étonnait aussi quand je suis arrivée ici,
et cela étonne tout le monde.
Il y a des endroits où l'on ne voit jamais le soleil.
Mais I'on s'y fait si vite. Il y a longtemps, il ya longtemps ...
il y a presque quarante ans que je ici.
Regardez de l'autre côté, vous aurez la clarté de la mer.

MÉLISANDE
J'entends du bruit au-dessous de nous.

GENEVIÈVE
Oui; c'est quelqu'un qui monte vers nous.
Ah, c'est Pelléas... il semble encore fatigué
de vous avoir attendue si longtemps.

MÉLISANDE
Il ne nous a pas vues.

GENEVIÈVE
Je crois qu'il nous a vues,
mais il ne sait ce qu'il doit faire.
Pelléas! Pelléas! Est-ce toi?

PELLÉAS
Oui! Je venais du côté de la mer.

GENEVIÈVE
Nous aussi, nous cherchions la clarté.
Ici il fait un peu plus clair qu'ailleurs
et cependant la mer est sombre.

PELLÉAS
Nous aurons une tempête cette nuit;
il y en a toutes les nuits depuis quelque temps
et cependant elle est si calme maintenant.
On s'embarquerait sans le savoir
et l'on ne reviendrait plus.

VOIX
derrière la coulisse
Hoé! Hisse Hoé! Hoé! Hoé!

MÉLISANDE
Quelque chose sort du port.

PELLÉAS
Il faut que ce soit un grand navire …,
les lumières sont très hautes, nous le verrons tout à l'heure
quand il entrera dans la bande de clarté.

GENEVIÈVE
Je ne sais pas si nous pourrons le voir…,
il y a encore une brume sur la mer.

MARINS
Hisse Hoé!

PELLÉAS
On dirait que la brume s'élève lentement.

MÉLISANDE
Oui; j'aperçois là-bas une petite lumière
que je n'avais pas vue.

PELLÉAS
C'est un phare; il y en a d'autres
que nous ne voyons pas encore.

MÉLISANDE
Le navire est dans la lumière;
il est déjà bien loin.

PELLÉAS
Il s'éloigne à toutes voiles.

MÉLISANDE
C'est le navire qui m'a menée ici.
Il a de grandes voiles...
Je le reconnais à ses voiles.

PELLÉAS
Il aura mauvaise mer cette nuit.

MÉLISANDE
Pourquoi s'en va-t-il cette nuit?
On ne le voit presque plus.
Il fera peut-être naufrage!

PELLÉAS
La nuit tombe très vite.

GENEVIÈVE
Il est temps de rentrer.
Pelléas, montre la route à Mélisande.
Il faut que j'aille voir, un instant, le petit Yniold.

Elle sort.

PELLÉAS
On ne voit plus rien sur la mer.

MÉLISANDE
Je vois d'autres lumières.

PELLÉAS
Ce sont les autres phares.
Entendez-vous la mer? C'est le vent qui s'élève.
Descendons par ici.
Voulez-vous me donner la main?

MÉLISANDE
Voyez, voyez, j'ai les mains pleines de fleurs.

PELLÉAS
Je vous soutiendrai par le bras;
le chemin est escarpé et il y fait très sombre.
Je pars peut-être demain.

MÉLISANDE
Oh! Pourquoi partez-vous?

Ils sortent.




|新しいページ|検索|ページ一覧|RSS|@ウィキご利用ガイド | 管理者にお問合せ
|ログイン|