オペラ作曲家別索引

オペラ対訳完成

その他対訳完成

このサイトについて

アクセス数

  • 今日  -
  • 昨日  -
  • 累計  -

翻訳エンジン


bose_soundlink_color_ii



Acte III

La Demeure de Phanuel

1er Tableau

Scène VIII

(Au fond, une grand ouverture qui laisse voir la nuit étoilée et d'où l'on domine Jérusalem.)

PHANUEL
Dors, ô cité perverse! ignore le destin
Qui frappera tes fils au milieu de leurs fêtes!
Dors, et n'écoute pas la plainte des prophètes,
Moi, j'interrogerai le ciel jusqu'au matin!
Astre étincelants que l'infini promène,
Enfermant l'avenir dans vos cercles de feu,
Astres qui dévoilez la destinée humaine,
Astres étincelants! parlez! quel est ce Jean?
Est-ce un homme? parlez! est-ce un Dieu?
(avec puissance)
Sa voix tonne comme la foudre;
Il dit: "Vous trouverez! cherchez!
Les sceptres vont tomber en poudre!
Peuples! ceignez vos reins! Marchez!"
Et les humbles, sur son passage,
Paraissent attendre un signal;
Et les rois cachent leur visage
Dans les plis du manteau royal!
(avec une terreur religieuse)
Quel est ce Jean? est-ce un homme? est-ce un Dieu?
Astres étincelants que l'infini promène,
Enfermant l'avenir dans vos cercles de feu,
Astres qui dévoilez la destinée humaine,
Astres étincelants! parlez!
Quel est ce Jean? est-ce un homme? est-ce un Dieu?
Astres étincelants! parlez! parlez!


(Il reste absorbé dans la contemplation de la nuit étoilée. Hérodiade entre, tout à coup, inquiete, agitée.)

HÉRODIADE
Ah! Phanuel!

PHANUEL
(surpris)
Vers ma demeure
Quel souci t'amène à cette heure?

HÉRODIADE
Puis-je m'inquiéter l'heure ou du danger?
(sombre et décidé)
La Reine vient ici pour se venger!

PHANUEL
Se venger?

HÉRODIADE
(bas à Phanuel)
Le ciel et notre âme ont un lien secret!
Phanuel, montre-moi
L'astre auquel est lié le sort de cette femme
(en animant)
Qui m'a volé l'amour du roi!

PHANUEL
(hésitant)
Tu le veux?

HÉRODIADE
Je l'ordonne!

PHANUEL
Écoute:
J'ai souvent contemplé ton astre... et je l'ai vu
Par un autre toujours obscurci dans sa route!
Ce soir encore...


(Ils se dirige vers le fond.)

HÉRODIADE
(anxieuse et troublée)
Ah! que dis-tu?

PHANUEL
(considérant le ciel)
Vos étoiles sont comme une âme jumelle
Avec la même vie et la même clarté!
Le destin vous sépare, mais l'amour vous appelle!

HÉRODIADE
(avec angoisse)
Regarde encore! et dis la vérité!
(avec énergie)
Phanuel! Phanuel! je veux tout connaître!

PHANUEL
(sombre, quittant le fenêtre, avec un accent prophétique)
L'horizon devient menaçant:
Je vois l'étoile disparaître...
Tu restes seule...
(avec terreur)
Oh! que de sang! que de sang couvre ton étoile!

HÉRODIADE
(frémissante)
Du sang! je suis vengée!

PHANUEL
(toujours sous l'influence prophétique, sans écouter Hérodiade)
Hélas! un dernier voile...
Se déchire...
(avec éclat)
tu fus mère!

HÉRODIADE
(avec une subite expression de stupéfaction)
Mère!

PHANUEL
... et tu l'es plus!

HÉRODIADE
(puis s'attendrissant)
Mot sublime! mère!

PHANUEL
(la dominant)
Reine! songe au passé!

(long silence)

HÉRODIADE
(avec la plus grand émotion)
Si Dieu l'avait voulu...
Si j'avais pu garder
Auprès de moi cet ange!
J'aurais tout oublié!
Vengeance, amour déçu!
Si j'avais pu garder auprès de moi cet ange!
Mon âme a besoin de tendresses...
(expressivo)
Je voudrais mon enfant, j'ai soif de ses caresses!
La voir, la presser sur mon coeur!

PHANUEL
Qu'il te souvienne!
Songe au passé!
(à part)
Son coeur se trouble!
(à Hérodiade)
Qu'il te souvienne!
Espère encore!
(avec insistance)
Tu peux la voir!

HÉRODIADE
(avec élan)
Je pourrais la revoir!
Ô ciel! pour moi plus de douleur!
Je verrais mon enfant!
Hélas! j'ai tant souffert, j'ai soif de ses caresses!
Phanuel! rends la moi!
Je voudrais mon enfant.
Hélas! j'ai tant souffert!
Je vais la voir! la voir encor!
La voir encor! ah!
Phanuel! ah! pitié!
(avec des larmes)
Oui! Hélas! j'ai tant souffert!

PHANUEL
Plus de douleur!
Ah! dans son regard! le pitié brille!
Espère encor!
Espère encor! tu reverras enfin ta fille!
Tu reverras l'enfant, l'enfant abandonné!
Espère encor! encor! ah!
Tu voudrais ton enfant! ta fille! ton enfant!
(tout à coup, lui montrant Jérusalem)
Là! regarde! elle entre dans le Temple!

HÉRODIADE
(avec épouvante)
Ma fille! elle!
(très déclamé)
ma rivale!
Non! non! non! ma fille est morte...
(avec égarement)
et je n'ai plus d'enfant!

PHANUEL
(avec emportement et d'une voix tonnante)
Reine impitoyable et fatale,

(presque parlé)
Va, tu n'es qu'une femme! une mère, jamais!

HÉRODIADE
(avec un cri)
Ah!


RIDEAU

Fin du 1er Tableau du 3e Acte.

2d Tableau

Le Saint Temple

(Partie immense du Temple précédant le Sanctuaire. Au fond, portes d'argent sur lesquelles tombent des voiles de lin. Ces voiles à fleurs de pourpre et d'hyacinthe cachent l'entrée du Sanctuaire.)


Scène IX

(Au lever de rideau la scène est déserte. Salomé entre, défaillante, se soutenant à peine.)

VOIX AU DEHORS

(1rs et 2ds Soprani)
Hérode! à toi ces palmes! à toi ces fleurs! à toi ces palmes et ces fleurs!

SALOMÉ
L'aube renaît à peine... on s'éveille au palais!
On acclame Hérode et la Reine!
Ah! qu'ils soient maudits à jamais
Ceux qui pour suivent de leur haine
Jean mon bien-aimé!
(avec angoisse)
Ils l'ont pris... enchaîné!
Quel supplice s'apprête! ou, peut être... déjà.
Quel tombeau s'est ferme?

VOIX AU DEHORS
A tous deux richesse et bonheurs:
Que vos jours soient nombreux et calmes!
A toi ces palmes! A toi ces fleurs!
Tu ressembles aux météores
Qui brillent au ciel d'Orient!
Et l'on voit venir les aurores
Te saluer en souriant!
Te saluer en souriant!
A toi, Reine, à toi ces fleurs!
A toi ces palmes!
A toi, Reine, à toi, ces fleurs!
A toi, ces palmes!
A toi! ces fleurs! A toi ces fleurs!
A toi, ces palmes! A toi!

SALOMÉ
(péniblement)
Je souffre!
Et là... toujours ces chants de fête!
La force m'abandonne...
Hélas! toute la nuit j'ai veillé!
(avec énergie)
C'est ici pourtant qu'ils l'ont conduit!
Un sinistre complot menace le prophète;
Cet Hérode tremblant en face des Romains,
Et ces pharisiens craignant pour leur puissance
L'ont fait jeter au fond des souterrains!
(avec désespoir)
Dieu! tu n'entends donc pas leur injuste sentence!
Dieu! pitié! pitié!
Charme des jours passés où j'entendais sa voix.
Où je sentais mon coeur renaître à l'espérance.
As-tu donc disparu pour la dernière fois?
Vais-je rester seule...seule encor avec ma souffrance?
Les cieux s'ouvraient plus brillants et plus clairs...
La tendresse et la foi palpitaient dans les airs! dans les airs!
A peine ai-je entrevu cette heure fortunée!
Que tu viens me frapper cruelle destinée!
(avec désespoir)
Oui, tu viens me frapper... cruelle destinée!
Dieu! Dieu! Dieu!
Prends pitié de mes pleurs! ouvre pour moi sa tombe!
Prends pitié de mes pleurs! ouvre pour moi sa tombe!
Prends pitié de mes pleurs!
Ah! pitié! Bourreaux! Bourreaux!
S'il doit mourir, près de lui, laissez-moi mourir!


(Salomé tombe épuisée près de la grille de la prison.)


Scène X

(Hérode paraît; il se dirige vers la grille du souterrain; il est sombre et préoccupé)

HÉRODE
C'en est fait! la Judée appartient à Tibère!
A quoi m'a-t-il servi de flatter les Romains
Pour devenir le roi de ce pays prospère.
(ironiquement)
Je suis chef de tribu chez les Galiléens!
Tu l'emportes César! mais ma vengeance est prête;
Tremble! tremble! je sauverai Jean, ce hardi prophète
Qui n'attend rien de ta faveur
(avec violence)
Et les Juifs briseront ton joug envahisseur!
(Il va pénétrer dans le souterrain lorsqu'il aperçoit Salomé toujours accroupie dans l'ombre, et qu'il ne peut reconnaître.)
On m'écoutait! on m'écoutait!
(s'avançant)
femme, femme
(plus vite et rudement)
réponds...que fais-tu là?

SALOMÉ
(faiblement)
Qui parle?

HÉRODE
(la reconnaissant)
Ah! Salomé! Salomé! c'est elle qui je vois... c'est elle!
(avec une explosion de bonheur)
Rêves réalisés!

SALOMÉ
(accablée et interdite)
Que voulez-vous de moi?

HÉRODE
(avec une extrême tendresse)
Salomé! Demande au prisonnier qui revoit la lumière,
Au coeur désespéré qui renaît à l'amour,
Demande-leur, enfant, ce qu'ils veulent sur terre?
Ils oublient tout, la nuit, le froid et la misère:
Ils ne désirent rien, car ils ont le soleil!
Ils ont la joie, ils ont un horizon vermeil!
Et pour moi c'est ainsi: j'ai tout ce que j'espère!
Salomé! Salomé!
Laisse-moi contempler ta beauté douce et fière!
Salomé! Salomé!
Quelle ivresse ineffable illumine mes cieux!
Mon rayon de soleil c'est l'éclat de tes yeux.
Toi seule est le trésor que je cherche sur terre!
Salomé! Salomé! laisse-moi t'aimer!
(palpitant)
Salomé Salomé! laisse-moi t'aimer!

SALOMÉ
(comprenant tout enfin, elle repousse Hérode avec horreur)
Que m'oses tu dire?

HÉRODE
(avec passion)
Je t'aime!
Oui, je n'aime que toi!
Et c'est toi que je veux!
Oui, ton corps et ton âme
Vont m'appartenir, car je suis le roi!

SALOMÉ
(frémissante)
Le roi! c'est lui! l'infâme!

HÉRODE
Viens! sois à moi!
Salomé! je t'aime!
Viens! sois à moi!

SALOMÉ
Jamais!

HÉRODE
Faveur suprême du ciel en ce jour!
Esclave, je t'aime.
Et veux ton amour!

SALOMÉ
Non!

HÉRODE
Ah! Vois quelle aurore
S'ouvre devant toi!
Viens! Salomé, je t'implore!
Ah! Vois quelle aurore
S'ouvre devant toi!

SALOMÉ
C'est lui qui m'aime!

HÉRODE
Je suis roi! et c'est moi qui t'implore!

SALOMÉ
Ô douleur! pitié!

HÉRODE
Je t'aime et tu m'appartiendras!

SALOMÉ
(très décidé)
Jamais!

HÉRODE
Crains ma fareur!

SALOMÉ
Je te méprise, toi, ton amour, ta puissance!
J'aime! un autre possède tout mon coeur!

HÉRODE
(avec violence)
Dis-tu vrai?

SALOMÉ
(avec ardeur)
J'aime!
Cet autre qui t'offense
Et plus fort que César, plus grand que les héros!

HÉRODE
Dis-tu vrai?
Je connaîtrai cet homme qui me brave
Et je vous livrerai tous les deux au bourreau!

VOIX
(huit ténors, dans les profondeurs du Sanctuaire)
Schemâh Israël Adonaï Éloheinou.

HÉRODE
(saisissant le bras de Salomé)
Écoute!
Le peuple envahit ces portiques...
Et des Juifs j'entends les saints cantiques.
(ému et avec tendresse)
Ne me repousse pas!
Pitié! Salomé!
(suppliant)
viens au palais...

SALOMÉ
(se dégageant)
Tu me fais horreur!
Que m'importe la mort!

HÉRODE
(terrible)
Soit! tu l'auras voulu!
Tremble!

SALOMÉ
Que m'importe la vie!
Si le ciel protège ses jours!
(avec foi et ardeur)
Le seul que j'adore,
Prophète, c'est toi!
Le seul que j'adore.
Prophète, c'est toi! ah! c'est toi!

HÉRODE
...je châtierai tes funestes amours!
Tremble!
Salomé!
Je châtierai tes funestes amours! tes amours!


(Hérode sort précipitamment en faisant un dernier geste de menace à Salomé. Salomé palpitante se laisse tomber auprès du grand voile qui cache l'entrée du Saint des Saints.)
Acte III

La Demeure de Phanuel

1er Tableau

Scène VIII

(Au fond, une grand ouverture qui laisse voir la nuit étoilée et d'où l'on domine Jérusalem.)

PHANUEL
Dors, ô cité perverse! ignore le destin
Qui frappera tes fils au milieu de leurs fêtes!
Dors, et n'écoute pas la plainte des prophètes,
Moi, j'interrogerai le ciel jusqu'au matin!
Astre étincelants que l'infini promène,
Enfermant l'avenir dans vos cercles de feu,
Astres qui dévoilez la destinée humaine,
Astres étincelants! parlez! quel est ce Jean?
Est-ce un homme? parlez! est-ce un Dieu?
(avec puissance)
Sa voix tonne comme la foudre;
Il dit: "Vous trouverez! cherchez!
Les sceptres vont tomber en poudre!
Peuples! ceignez vos reins! Marchez!"
Et les humbles, sur son passage,
Paraissent attendre un signal;
Et les rois cachent leur visage
Dans les plis du manteau royal!
(avec une terreur religieuse)
Quel est ce Jean? est-ce un homme? est-ce un Dieu?
Astres étincelants que l'infini promène,
Enfermant l'avenir dans vos cercles de feu,
Astres qui dévoilez la destinée humaine,
Astres étincelants! parlez!
Quel est ce Jean? est-ce un homme? est-ce un Dieu?
Astres étincelants! parlez! parlez!


(Il reste absorbé dans la contemplation de la nuit étoilée. Hérodiade entre, tout à coup, inquiete, agitée.)

HÉRODIADE
Ah! Phanuel!

PHANUEL
(surpris)
Vers ma demeure
Quel souci t'amène à cette heure?

HÉRODIADE
Puis-je m'inquiéter l'heure ou du danger?
(sombre et décidé)
La Reine vient ici pour se venger!

PHANUEL
Se venger?

HÉRODIADE
(bas à Phanuel)
Le ciel et notre âme ont un lien secret!
Phanuel, montre-moi
L'astre auquel est lié le sort de cette femme
(en animant)
Qui m'a volé l'amour du roi!

PHANUEL
(hésitant)
Tu le veux?

HÉRODIADE
Je l'ordonne!

PHANUEL
Écoute:
J'ai souvent contemplé ton astre... et je l'ai vu
Par un autre toujours obscurci dans sa route!
Ce soir encore...


(Ils se dirige vers le fond.)

HÉRODIADE
(anxieuse et troublée)
Ah! que dis-tu?

PHANUEL
(considérant le ciel)
Vos étoiles sont comme une âme jumelle
Avec la même vie et la même clarté!
Le destin vous sépare, mais l'amour vous appelle!

HÉRODIADE
(avec angoisse)
Regarde encore! et dis la vérité!
(avec énergie)
Phanuel! Phanuel! je veux tout connaître!

PHANUEL
(sombre, quittant le fenêtre, avec un accent prophétique)
L'horizon devient menaçant:
Je vois l'étoile disparaître...
Tu restes seule...
(avec terreur)
Oh! que de sang! que de sang couvre ton étoile!

HÉRODIADE
(frémissante)
Du sang! je suis vengée!

PHANUEL
(toujours sous l'influence prophétique, sans écouter Hérodiade)
Hélas! un dernier voile...
Se déchire...
(avec éclat)
tu fus mère!

HÉRODIADE
(avec une subite expression de stupéfaction)
Mère!

PHANUEL
... et tu l'es plus!

HÉRODIADE
(puis s'attendrissant)
Mot sublime! mère!

PHANUEL
(la dominant)
Reine! songe au passé!

(long silence)

HÉRODIADE
(avec la plus grand émotion)
Si Dieu l'avait voulu...
Si j'avais pu garder
Auprès de moi cet ange!
J'aurais tout oublié!
Vengeance, amour déçu!
Si j'avais pu garder auprès de moi cet ange!
Mon âme a besoin de tendresses...
(expressivo)
Je voudrais mon enfant, j'ai soif de ses caresses!
La voir, la presser sur mon coeur!

PHANUEL
Qu'il te souvienne!
Songe au passé!
(à part)
Son coeur se trouble!
(à Hérodiade)
Qu'il te souvienne!
Espère encore!
(avec insistance)
Tu peux la voir!

HÉRODIADE
(avec élan)
Je pourrais la revoir!
Ô ciel! pour moi plus de douleur!
Je verrais mon enfant!
Hélas! j'ai tant souffert, j'ai soif de ses caresses!
Phanuel! rends la moi!
Je voudrais mon enfant.
Hélas! j'ai tant souffert!
Je vais la voir! la voir encor!
La voir encor! ah!
Phanuel! ah! pitié!
(avec des larmes)
Oui! Hélas! j'ai tant souffert!

PHANUEL
Plus de douleur!
Ah! dans son regard! le pitié brille!
Espère encor!
Espère encor! tu reverras enfin ta fille!
Tu reverras l'enfant, l'enfant abandonné!
Espère encor! encor! ah!
Tu voudrais ton enfant! ta fille! ton enfant!
(tout à coup, lui montrant Jérusalem)
Là! regarde! elle entre dans le Temple!

HÉRODIADE
(avec épouvante)
Ma fille! elle!
(très déclamé)
ma rivale!
Non! non! non! ma fille est morte...
(avec égarement)
et je n'ai plus d'enfant!

PHANUEL
(avec emportement et d'une voix tonnante)
Reine impitoyable et fatale,

(presque parlé)
Va, tu n'es qu'une femme! une mère, jamais!

HÉRODIADE
(avec un cri)
Ah!


RIDEAU

Fin du 1er Tableau du 3e Acte.

2d Tableau

Le Saint Temple

(Partie immense du Temple précédant le Sanctuaire. Au fond, portes d'argent sur lesquelles tombent des voiles de lin. Ces voiles à fleurs de pourpre et d'hyacinthe cachent l'entrée du Sanctuaire.)


Scène IX

(Au lever de rideau la scène est déserte. Salomé entre, défaillante, se soutenant à peine.)

VOIX AU DEHORS

(1rs et 2ds Soprani)
Hérode! à toi ces palmes! à toi ces fleurs! à toi ces palmes et ces fleurs!

SALOMÉ
L'aube renaît à peine... on s'éveille au palais!
On acclame Hérode et la Reine!
Ah! qu'ils soient maudits à jamais
Ceux qui pour suivent de leur haine
Jean mon bien-aimé!
(avec angoisse)
Ils l'ont pris... enchaîné!
Quel supplice s'apprête! ou, peut être... déjà.
Quel tombeau s'est ferme?

VOIX AU DEHORS
A tous deux richesse et bonheurs:
Que vos jours soient nombreux et calmes!
A toi ces palmes! A toi ces fleurs!
Tu ressembles aux météores
Qui brillent au ciel d'Orient!
Et l'on voit venir les aurores
Te saluer en souriant!
Te saluer en souriant!
A toi, Reine, à toi ces fleurs!
A toi ces palmes!
A toi, Reine, à toi, ces fleurs!
A toi, ces palmes!
A toi! ces fleurs! A toi ces fleurs!
A toi, ces palmes! A toi!

SALOMÉ
(péniblement)
Je souffre!
Et là... toujours ces chants de fête!
La force m'abandonne...
Hélas! toute la nuit j'ai veillé!
(avec énergie)
C'est ici pourtant qu'ils l'ont conduit!
Un sinistre complot menace le prophète;
Cet Hérode tremblant en face des Romains,
Et ces pharisiens craignant pour leur puissance
L'ont fait jeter au fond des souterrains!
(avec désespoir)
Dieu! tu n'entends donc pas leur injuste sentence!
Dieu! pitié! pitié!
Charme des jours passés où j'entendais sa voix.
Où je sentais mon coeur renaître à l'espérance.
As-tu donc disparu pour la dernière fois?
Vais-je rester seule...seule encor avec ma souffrance?
Les cieux s'ouvraient plus brillants et plus clairs...
La tendresse et la foi palpitaient dans les airs! dans les airs!
A peine ai-je entrevu cette heure fortunée!
Que tu viens me frapper cruelle destinée!
(avec désespoir)
Oui, tu viens me frapper... cruelle destinée!
Dieu! Dieu! Dieu!
Prends pitié de mes pleurs! ouvre pour moi sa tombe!
Prends pitié de mes pleurs! ouvre pour moi sa tombe!
Prends pitié de mes pleurs!
Ah! pitié! Bourreaux! Bourreaux!
S'il doit mourir, près de lui, laissez-moi mourir!


(Salomé tombe épuisée près de la grille de la prison.)


Scène X

(Hérode paraît; il se dirige vers la grille du souterrain; il est sombre et préoccupé)

HÉRODE
C'en est fait! la Judée appartient à Tibère!
A quoi m'a-t-il servi de flatter les Romains
Pour devenir le roi de ce pays prospère.
(ironiquement)
Je suis chef de tribu chez les Galiléens!
Tu l'emportes César! mais ma vengeance est prête;
Tremble! tremble! je sauverai Jean, ce hardi prophète
Qui n'attend rien de ta faveur
(avec violence)
Et les Juifs briseront ton joug envahisseur!
(Il va pénétrer dans le souterrain lorsqu'il aperçoit Salomé toujours accroupie dans l'ombre, et qu'il ne peut reconnaître.)
On m'écoutait! on m'écoutait!
(s'avançant)
femme, femme
(plus vite et rudement)
réponds...que fais-tu là?

SALOMÉ
(faiblement)
Qui parle?

HÉRODE
(la reconnaissant)
Ah! Salomé! Salomé! c'est elle qui je vois... c'est elle!
(avec une explosion de bonheur)
Rêves réalisés!

SALOMÉ
(accablée et interdite)
Que voulez-vous de moi?

HÉRODE
(avec une extrême tendresse)
Salomé! Demande au prisonnier qui revoit la lumière,
Au coeur désespéré qui renaît à l'amour,
Demande-leur, enfant, ce qu'ils veulent sur terre?
Ils oublient tout, la nuit, le froid et la misère:
Ils ne désirent rien, car ils ont le soleil!
Ils ont la joie, ils ont un horizon vermeil!
Et pour moi c'est ainsi: j'ai tout ce que j'espère!
Salomé! Salomé!
Laisse-moi contempler ta beauté douce et fière!
Salomé! Salomé!
Quelle ivresse ineffable illumine mes cieux!
Mon rayon de soleil c'est l'éclat de tes yeux.
Toi seule est le trésor que je cherche sur terre!
Salomé! Salomé! laisse-moi t'aimer!
(palpitant)
Salomé Salomé! laisse-moi t'aimer!

SALOMÉ
(comprenant tout enfin, elle repousse Hérode avec horreur)
Que m'oses tu dire?

HÉRODE
(avec passion)
Je t'aime!
Oui, je n'aime que toi!
Et c'est toi que je veux!
Oui, ton corps et ton âme
Vont m'appartenir, car je suis le roi!

SALOMÉ
(frémissante)
Le roi! c'est lui! l'infâme!

HÉRODE
Viens! sois à moi!
Salomé! je t'aime!
Viens! sois à moi!

SALOMÉ
Jamais!

HÉRODE
Faveur suprême du ciel en ce jour!
Esclave, je t'aime.
Et veux ton amour!

SALOMÉ
Non!

HÉRODE
Ah! Vois quelle aurore
S'ouvre devant toi!
Viens! Salomé, je t'implore!
Ah! Vois quelle aurore
S'ouvre devant toi!

SALOMÉ
C'est lui qui m'aime!

HÉRODE
Je suis roi! et c'est moi qui t'implore!

SALOMÉ
Ô douleur! pitié!

HÉRODE
Je t'aime et tu m'appartiendras!

SALOMÉ
(très décidé)
Jamais!

HÉRODE
Crains ma fareur!

SALOMÉ
Je te méprise, toi, ton amour, ta puissance!
J'aime! un autre possède tout mon coeur!

HÉRODE
(avec violence)
Dis-tu vrai?

SALOMÉ
(avec ardeur)
J'aime!
Cet autre qui t'offense
Et plus fort que César, plus grand que les héros!

HÉRODE
Dis-tu vrai?
Je connaîtrai cet homme qui me brave
Et je vous livrerai tous les deux au bourreau!

VOIX
(huit ténors, dans les profondeurs du Sanctuaire)
Schemâh Israël Adonaï Éloheinou.

HÉRODE
(saisissant le bras de Salomé)
Écoute!
Le peuple envahit ces portiques...
Et des Juifs j'entends les saints cantiques.
(ému et avec tendresse)
Ne me repousse pas!
Pitié! Salomé!
(suppliant)
viens au palais...

SALOMÉ
(se dégageant)
Tu me fais horreur!
Que m'importe la mort!

HÉRODE
(terrible)
Soit! tu l'auras voulu!
Tremble!

SALOMÉ
Que m'importe la vie!
Si le ciel protège ses jours!
(avec foi et ardeur)
Le seul que j'adore,
Prophète, c'est toi!
Le seul que j'adore.
Prophète, c'est toi! ah! c'est toi!

HÉRODE
...je châtierai tes funestes amours!
Tremble!
Salomé!
Je châtierai tes funestes amours! tes amours!


(Hérode sort précipitamment en faisant un dernier geste de menace à Salomé. Salomé palpitante se laisse tomber auprès du grand voile qui cache l'entrée du Saint des Saints.)



|新しいページ|検索|ページ一覧|RSS|@ウィキご利用ガイド | 管理者にお問合せ
|ログイン|