オペラ作曲家別索引

オペラ対訳完成

その他対訳完成

対訳一部完成

このサイトについて

アクセス数

  • 今日  -
  • 昨日  -
  • 累計  -

翻訳エンジン


bose_soundlink_color_ii



ACTE V


(Le palais enchanté d'Armide)

Scène 1

(Armide et Renaud)

RENAUD
(sans armes et paré de guirlandes de fleurs)
Armide, vous m'allez quitter!

ARMIDE
J'ai besoin des enfers,
je vais les consulter;
Mon art veut de la solitude.
L'amour que j'ai pour vous cause l'inquiétude
Dont mon coeur se sent agité.

RENAUD
Armide, vous m'allez quitter!

ARMIDE
Voyez en quels lieux je vous laisse.

RENAUD
Puis-je rien voir que vos appas?

ARMIDE
Les plaisirs vous suivront sans cesse.

RENAUD
En est-il où vous n'êtes pas?

ARMIDE
Un noir pressentiment
me trouble et me tourmente,
II m'annonce un malheur que je veux prévenir;
Et plus notre bonheur m'enchante,
Plus je crains de le voir finir.

RENAUD
D'une vaine terreur pouvez-vous être atteinte,
Vous qui faites trembler le ténébreux séjour?

ARMIDE
Vous m'apprenez à connaître l'amour,
L'amour m'apprend à connaître la crainte.
Vous brûliez pour la gloire avant que de m'aimer.
Vous la cherchiez partout,
d'une ardeur sans égale;
La gloire est une rivale
Qui doit toujours m'alarmer.

RENAUD
Que j'étais insensé de croire
Qu'un vain laurier donné par la victoire
De tous les biens fût le plus précieux!
Tout l'éclat dont brille la gloire
Vaut-il un regard de vos yeux?
Est-il un bien si charmant et si rare
Que celui dont l'amour veut combler mon espoir?

ARMIDE
La sévère raison et le devoir barbare
Sur les héros n'ont que trop de pouvoir.

RENAUD
J'en suis plus amoureux plus la raison m'éclaire.
Vous aimer, belle Armide, est mon premier devoir,
Je fais ma gloire de vous plaire
Et tout mon bonheur de vous voir.

ARMIDE
Que sous d'aimables lois mon âme est asservie!

RENAUD
Qu'il m'est doux de vous voir
partager ma langueur!

ARMIDE
Qu'il m'est doux d'enchaîner
un si fameux vainqueur!

RENAUD
Que mes fers sont dignes d'envie! Duo

RENAUD, ARMIDE
Aimons-nous, tout nous y convie!
Ah! Si vous aviez la rigueur De m'ôter votre coeur,
Vous m'ôteriez la vie.

RENAUD
Non, je perdrais plutôt le jour
Que d'éteindre ma flamme!

ARMIDE
Non, rien ne peut changer mon âme!

RENAUD, ARMIDE
Non, je perdrais plutôt le jour
Que de me dégager d'un si charmant amour!
Non, je perdrais plutôt le jour
Que d'éteindre ma flamme!
Non, rien ne peut changer mon âme!

ARMIDE
Témoins de notre amour extrême,
Vous qui suivez mes lois dans ce séjour heureux,
Jusque à mon retour, par d'agréables jeux,
Occupez le héros que j'aime.

Scène 2

(Les Plaisirs, ainsi que les amants et amantes fortunés, viennent divertir Renaud par des chants et des danses.)

UN PLAISIR
Les Plaisirs ont choisi pour asile
Ce séjour agréable et tranquille.

CHOEUR DES PLAISIRS
Les Plaisirs ont choisi pour asile
Ce séjour agréable et tranquille.

UN PLAISIR
Que ces lieux sont charmants
Pour les heureux amants!

CHOEUR
Que ces lieux sont charmants
Pour les heureux amants!

(Ils dansent)

UN PLAISIR
C'est l'amour qui retient dans ses chaînes
Mille oiseaux qu'en nos bois,
nuit et jour, on entend.

CHOEUR
C'est l'amour qui retient dans ses chaînes
Mille oiseaux qu'en nos bois,
nuit et jour, on entend.

UN PLAISIR
Si l'amour ne causait que des peines,
Les oiseaux amoureux ne chanteraient pas tant.

CHOEUR
Si l'amour ne causait que des peines,
Les oiseaux amoureux ne chanteraient pas tant.

(Ils dansent)

UN PLAISIR, CHOEUR
Jeunes coeurs, tout vous est favorable.
Profitez d'un bonheur peu durable.
Dans l'hiver de nos ans, l'amour ne règne plus,
Les beaux jours
que l'on perd sont pour jamais perdus.

(Ils dansent)

RENAUD
Allez, éloignez-vous de moi,
Doux Plaisirs, attendez qu'Armide vous ramène.
Sans la beauté qui me tient sous sa loi,
Rien ne me plaît, tout augmente ma peine.
Allez, éloignez-vous de moi,
Attendez qu'Armide vous ramène.

(Les Plaisirs, les Amoureux heureux et les Amoureuses heureuses se retirent.)

Scène 3

(Renaud, Ubalde et le Chevalier danois)

UBALDE
Il est seul; profitons d'un temps si précieux.

(Il présente le bouclier de diamant aux yeux de Renaud.)

RENAUD
Que vois-je! Quel éclat me vient frapper les yeux?

UBALDE
Le Ciel veut vous faire connaître
L'erreur dont vos sens sont séduits.

RENAUD
Ciel! Quelle honte de paraître
Dans l'indigne état où je suis!

UBALDE
Notre général vous appelle;
La victoire vous garde une gloire immortelle.
Tout doit presser votre retour.
De cent climats divers
chacun court à la guerre;
Renaud seul, au bout de la terre,
Caché dans un charmant séjour,
Veut-il suivre un honteux amour?

RENAUD
(arrachant les guirlandes de fleurs dont il est paré)
Vains ornements d'une indigne mollesse,
Ne m'offrez plus vos frivoles attraits;
Restes honteux de ma faiblesse,
Allez, quittez-moi pour jamais.

(Il reçoit le bouclier de diamant que lui donne Ubalde et une épée que lui présente le Chevalier Danois.)

CHEVALIER
Dérobez-vous aux pleurs d'Armide;
C'est l'unique danger dont votre âme intrépide
A besoin de se garantir.
Dans ces lieux enchantés la volupté préside,
Vous n'en sauriez trop tôt sortir.

RENAUD, UBALDE, CHEVALIER
Allons, hâtons-nous de partir.

Scène 4

(Armide, Renaud, Ubalde, le Chevalier danois)

ARMIDE
(suivant Renaud)
Renaud! Ciel! Ô mortelle peine!
Vous partez! Renaud! Vous partez?
Démons, suivez ses pas,
volez, et l'arrêtez!
Hélas! Tout me trahit,
et ma puissance est vaine!
Renaud! Ciel! O mortelle peine!
Mes cris ne sont pas écoutés!
Vous partez! Renaud! Vous partez!

(Renaud s'arrête.)

Si je ne vous vois plus,
croyez-vous que je vive!
Ai-je pu mériter un si cruel tourment?
Du moins comme ennemi,
si ce n'est comme amant,
Emmenez Armide captive.
J'irai dans les combats, j'irai m'offrir aux coups
Qui seront destinés pour vous.
Renaud, pourvu que je vous suive,
Le sort le plus affreux me paraîtra trop doux.

RENAUD
Armide, il est temps que j'évite
Le péril trop charmant que je trouve à vous voir.
La gloire veut que je vous quitte,
Elle ordonne à l'amour de céder au devoir.
Si vous souffrez, vous pouvez croire
Que je m'éloigne à regret de vos yeux,
Vous régnerez toujours dans ma mémoire,
Vous serez après la gloire
Ce que j'aimerai le mieux.

ARMIDE
Non, jamais de l'amour tu n'as senti le charme.
Tu te plais à causer de funestes malheurs,
Tu m'entends soupirer, tu vois couler mes pleurs
Sans me rendre un soupir, sans verser une larme,
Par les noeuds les plus doux je te conjure en vain;
Tu suis un fier devoir,
tu veux qu'il nous sépare.
Non, non, ton coeur n'a rien d'humain,
Le coeur d'un tigre est moins barbare!
Je mourrai si tu pars, et tu n'en peux douter;
Ingrat! Sans toi je ne puis vivre!
Mais après mon trépas, ne crois pas éviter
Mon ombre obstinée à te suivre;
Tu la verras s'armer contre ton coeur sans foi,
Tu la trouveras inflexible
Comme tu l'as été pour moi;
Et sa fureur, s'il est possible,
Egalera l'amour dont j'ai brûlé pour toi.

(Elle tombe et s'évanouit.)

Ah! La lumière m'est ravie!
Barbare, es-tu content?
Tu jouis, en partant,
Du plaisir de m'ôter la vie.

RENAUD
Trop malheureuse Armide, hélas!
Que ton destin est déplorable.

UBALDE, CHEVALIER
Il faut partir, hâtez vos pas,
La gloire attend de vous un coeur inébranlable.

RENAUD
Non, la gloire n'ordonne pas
Qu'un grand coeur soit impitoyable.

UBALDE, CHEVALIER
Il faut vous arracher aux dangereux appas
D'un objet trop aimable.

RENAUD
Trop malheureuse Armide, hélas!
Que ton destin est déplorable.

(Ils sortent.)

Scène 5

(Armide, seule)

ARMIDE
Le perfide Renaud me fuit;
Tout perfide qu'il est, mon lâche coeur le suit.
Il me laisse mourante, il veut que je périsse.
A regret je revois la clarté qui me luit;
L'horreur de l'éternelle nuit
Cède à l'horreur de mon supplice!
Le perfide Renaud me fuit!
Tout perfide qu'il est, mon lâche coeur le suit.

Quand le barbare était en ma puissance,
Que n'ai-je cru la Haine et la Vengeance?
Que n'ai-je suivi leurs transports!
Il m'échappe, il s'éloigne, il va quitter ces bords;
Il brave l'enfer et ma rage;
II est déjà près du rivage,
je fais pour m'y traîner d'inutiles efforts.
Traître! Attends! je le tiens...
je tiens son coeur perfide.
Ah! je l'immole à ma fureur!
Que dis-je? Où suis-je?
Hélas! Infortunée Armide!
Où t'emporte une aveugle erreur?
L'espoir de la vengeance est le seul qui me reste.
Fuyez, Plaisirs, fuyez, perdez tous vos attraits!
Démons, détruisez ce palais!
Partons! Et, s'il se peut, que mon amour funeste
Demeure enseveli dans ces lieux pour jamais.

(Les démons détruisent le palais enchanté et Armide s'envole sur un char.)
ACTE V


(Le palais enchanté d'Armide)

Scène 1

(Armide et Renaud)

RENAUD
(sans armes et paré de guirlandes de fleurs)
Armide, vous m'allez quitter!

ARMIDE
J'ai besoin des enfers,
je vais les consulter;
Mon art veut de la solitude.
L'amour que j'ai pour vous cause l'inquiétude
Dont mon coeur se sent agité.

RENAUD
Armide, vous m'allez quitter!

ARMIDE
Voyez en quels lieux je vous laisse.

RENAUD
Puis-je rien voir que vos appas?

ARMIDE
Les plaisirs vous suivront sans cesse.

RENAUD
En est-il où vous n'êtes pas?

ARMIDE
Un noir pressentiment
me trouble et me tourmente,
II m'annonce un malheur que je veux prévenir;
Et plus notre bonheur m'enchante,
Plus je crains de le voir finir.

RENAUD
D'une vaine terreur pouvez-vous être atteinte,
Vous qui faites trembler le ténébreux séjour?

ARMIDE
Vous m'apprenez à connaître l'amour,
L'amour m'apprend à connaître la crainte.
Vous brûliez pour la gloire avant que de m'aimer.
Vous la cherchiez partout,
d'une ardeur sans égale;
La gloire est une rivale
Qui doit toujours m'alarmer.

RENAUD
Que j'étais insensé de croire
Qu'un vain laurier donné par la victoire
De tous les biens fût le plus précieux!
Tout l'éclat dont brille la gloire
Vaut-il un regard de vos yeux?
Est-il un bien si charmant et si rare
Que celui dont l'amour veut combler mon espoir?

ARMIDE
La sévère raison et le devoir barbare
Sur les héros n'ont que trop de pouvoir.

RENAUD
J'en suis plus amoureux plus la raison m'éclaire.
Vous aimer, belle Armide, est mon premier devoir,
Je fais ma gloire de vous plaire
Et tout mon bonheur de vous voir.

ARMIDE
Que sous d'aimables lois mon âme est asservie!

RENAUD
Qu'il m'est doux de vous voir
partager ma langueur!

ARMIDE
Qu'il m'est doux d'enchaîner
un si fameux vainqueur!

RENAUD
Que mes fers sont dignes d'envie! Duo

RENAUD, ARMIDE
Aimons-nous, tout nous y convie!
Ah! Si vous aviez la rigueur De m'ôter votre coeur,
Vous m'ôteriez la vie.

RENAUD
Non, je perdrais plutôt le jour
Que d'éteindre ma flamme!

ARMIDE
Non, rien ne peut changer mon âme!

RENAUD, ARMIDE
Non, je perdrais plutôt le jour
Que de me dégager d'un si charmant amour!
Non, je perdrais plutôt le jour
Que d'éteindre ma flamme!
Non, rien ne peut changer mon âme!

ARMIDE
Témoins de notre amour extrême,
Vous qui suivez mes lois dans ce séjour heureux,
Jusque à mon retour, par d'agréables jeux,
Occupez le héros que j'aime.

Scène 2

(Les Plaisirs, ainsi que les amants et amantes fortunés, viennent divertir Renaud par des chants et des danses.)

UN PLAISIR
Les Plaisirs ont choisi pour asile
Ce séjour agréable et tranquille.

CHOEUR DES PLAISIRS
Les Plaisirs ont choisi pour asile
Ce séjour agréable et tranquille.

UN PLAISIR
Que ces lieux sont charmants
Pour les heureux amants!

CHOEUR
Que ces lieux sont charmants
Pour les heureux amants!

(Ils dansent)

UN PLAISIR
C'est l'amour qui retient dans ses chaînes
Mille oiseaux qu'en nos bois,
nuit et jour, on entend.

CHOEUR
C'est l'amour qui retient dans ses chaînes
Mille oiseaux qu'en nos bois,
nuit et jour, on entend.

UN PLAISIR
Si l'amour ne causait que des peines,
Les oiseaux amoureux ne chanteraient pas tant.

CHOEUR
Si l'amour ne causait que des peines,
Les oiseaux amoureux ne chanteraient pas tant.

(Ils dansent)

UN PLAISIR, CHOEUR
Jeunes coeurs, tout vous est favorable.
Profitez d'un bonheur peu durable.
Dans l'hiver de nos ans, l'amour ne règne plus,
Les beaux jours
que l'on perd sont pour jamais perdus.

(Ils dansent)

RENAUD
Allez, éloignez-vous de moi,
Doux Plaisirs, attendez qu'Armide vous ramène.
Sans la beauté qui me tient sous sa loi,
Rien ne me plaît, tout augmente ma peine.
Allez, éloignez-vous de moi,
Attendez qu'Armide vous ramène.

(Les Plaisirs, les Amoureux heureux et les Amoureuses heureuses se retirent.)

Scène 3

(Renaud, Ubalde et le Chevalier danois)

UBALDE
Il est seul; profitons d'un temps si précieux.

(Il présente le bouclier de diamant aux yeux de Renaud.)

RENAUD
Que vois-je! Quel éclat me vient frapper les yeux?

UBALDE
Le Ciel veut vous faire connaître
L'erreur dont vos sens sont séduits.

RENAUD
Ciel! Quelle honte de paraître
Dans l'indigne état où je suis!

UBALDE
Notre général vous appelle;
La victoire vous garde une gloire immortelle.
Tout doit presser votre retour.
De cent climats divers
chacun court à la guerre;
Renaud seul, au bout de la terre,
Caché dans un charmant séjour,
Veut-il suivre un honteux amour?

RENAUD
(arrachant les guirlandes de fleurs dont il est paré)
Vains ornements d'une indigne mollesse,
Ne m'offrez plus vos frivoles attraits;
Restes honteux de ma faiblesse,
Allez, quittez-moi pour jamais.

(Il reçoit le bouclier de diamant que lui donne Ubalde et une épée que lui présente le Chevalier Danois.)

CHEVALIER
Dérobez-vous aux pleurs d'Armide;
C'est l'unique danger dont votre âme intrépide
A besoin de se garantir.
Dans ces lieux enchantés la volupté préside,
Vous n'en sauriez trop tôt sortir.

RENAUD, UBALDE, CHEVALIER
Allons, hâtons-nous de partir.

Scène 4

(Armide, Renaud, Ubalde, le Chevalier danois)

ARMIDE
(suivant Renaud)
Renaud! Ciel! Ô mortelle peine!
Vous partez! Renaud! Vous partez?
Démons, suivez ses pas,
volez, et l'arrêtez!
Hélas! Tout me trahit,
et ma puissance est vaine!
Renaud! Ciel! O mortelle peine!
Mes cris ne sont pas écoutés!
Vous partez! Renaud! Vous partez!

(Renaud s'arrête.)

Si je ne vous vois plus,
croyez-vous que je vive!
Ai-je pu mériter un si cruel tourment?
Du moins comme ennemi,
si ce n'est comme amant,
Emmenez Armide captive.
J'irai dans les combats, j'irai m'offrir aux coups
Qui seront destinés pour vous.
Renaud, pourvu que je vous suive,
Le sort le plus affreux me paraîtra trop doux.

RENAUD
Armide, il est temps que j'évite
Le péril trop charmant que je trouve à vous voir.
La gloire veut que je vous quitte,
Elle ordonne à l'amour de céder au devoir.
Si vous souffrez, vous pouvez croire
Que je m'éloigne à regret de vos yeux,
Vous régnerez toujours dans ma mémoire,
Vous serez après la gloire
Ce que j'aimerai le mieux.

ARMIDE
Non, jamais de l'amour tu n'as senti le charme.
Tu te plais à causer de funestes malheurs,
Tu m'entends soupirer, tu vois couler mes pleurs
Sans me rendre un soupir, sans verser une larme,
Par les noeuds les plus doux je te conjure en vain;
Tu suis un fier devoir,
tu veux qu'il nous sépare.
Non, non, ton coeur n'a rien d'humain,
Le coeur d'un tigre est moins barbare!
Je mourrai si tu pars, et tu n'en peux douter;
Ingrat! Sans toi je ne puis vivre!
Mais après mon trépas, ne crois pas éviter
Mon ombre obstinée à te suivre;
Tu la verras s'armer contre ton coeur sans foi,
Tu la trouveras inflexible
Comme tu l'as été pour moi;
Et sa fureur, s'il est possible,
Egalera l'amour dont j'ai brûlé pour toi.

(Elle tombe et s'évanouit.)

Ah! La lumière m'est ravie!
Barbare, es-tu content?
Tu jouis, en partant,
Du plaisir de m'ôter la vie.

RENAUD
Trop malheureuse Armide, hélas!
Que ton destin est déplorable.

UBALDE, CHEVALIER
Il faut partir, hâtez vos pas,
La gloire attend de vous un coeur inébranlable.

RENAUD
Non, la gloire n'ordonne pas
Qu'un grand coeur soit impitoyable.

UBALDE, CHEVALIER
Il faut vous arracher aux dangereux appas
D'un objet trop aimable.

RENAUD
Trop malheureuse Armide, hélas!
Que ton destin est déplorable.

(Ils sortent.)

Scène 5

(Armide, seule)

ARMIDE
Le perfide Renaud me fuit;
Tout perfide qu'il est, mon lâche coeur le suit.
Il me laisse mourante, il veut que je périsse.
A regret je revois la clarté qui me luit;
L'horreur de l'éternelle nuit
Cède à l'horreur de mon supplice!
Le perfide Renaud me fuit!
Tout perfide qu'il est, mon lâche coeur le suit.

Quand le barbare était en ma puissance,
Que n'ai-je cru la Haine et la Vengeance?
Que n'ai-je suivi leurs transports!
Il m'échappe, il s'éloigne, il va quitter ces bords;
Il brave l'enfer et ma rage;
II est déjà près du rivage,
je fais pour m'y traîner d'inutiles efforts.
Traître! Attends! je le tiens...
je tiens son coeur perfide.
Ah! je l'immole à ma fureur!
Que dis-je? Où suis-je?
Hélas! Infortunée Armide!
Où t'emporte une aveugle erreur?
L'espoir de la vengeance est le seul qui me reste.
Fuyez, Plaisirs, fuyez, perdez tous vos attraits!
Démons, détruisez ce palais!
Partons! Et, s'il se peut, que mon amour funeste
Demeure enseveli dans ces lieux pour jamais.

(Les démons détruisent le palais enchanté et Armide s'envole sur un char.)



|新しいページ|検索|ページ一覧|RSS|@ウィキご利用ガイド | 管理者にお問合せ
|ログイン|