オペラ作曲家別索引

オペラ対訳完成

その他対訳完成

対訳一部完成

このサイトについて

アクセス数

  • 今日  -
  • 昨日  -
  • 累計  -

翻訳エンジン


bose_soundlink_color_ii





No 1 - Prélude

PREMIER ACTE

セビリアのとある広場
右手にタバコ工場の戸口
客席に向かって奥に 舞台の裾から裾まで横切る渡ることができる橋 舞台上の登場人物は螺旋階段を使って橋に行ける 階段はタバコ工場の戸口のすぐ上にある 橋の下も通れる
当初の案では、左に衛兵の詰所 その前に 屋根のある回廊 2,3の店が建て増しされている


衛兵の詰所の脇 銃架には黄色と赤の旗付きの竜槍

No 2 - Scène et choeur

Au lever du rideau, une quinzaine de soldats (Dragons du régiment d'Almanza) sont groupés devant le corps de garde.
Les uns assis et fumant, les autres accoudés sur la balustrade de la galerie. Mouvement de passants sur la place. Des gens pressés, affairés vont, viennent, se rencontrent, se saluent, se bousculent, etc.

CHOEUR
広場を
連中が通る
行ったり来たり
おかしな連中だ
おかしな連中だ! おかしな連中だ!

MORALES
詰所の扉にもたれて
時間つぶしに
タバコをふかすか、おしゃべりするか
行き交う人を眺めるか
広場を etc.

CHOEUR
広場を etc.


Depuis quelques minutes Micaëla est entrée. Jupe bleue, nattes tombant sur les épaules, hésitante, embarrassée, elle regarde les soldats, avance, recule, etc.

MORALES
(兵士たちに)
あの可愛い娘をみろよ
俺たちに話しかけたいようだ
見ろ、見ろ、振り返ったり、ためらってる

CHOEUR
助けに行ってやれよ

MORALES
(ミカエラに)
何をおさがしかね、お嬢さん?

MICAËLA
わたし! 伍長さんをさがしているの

MORALES
ここにいるじゃないか
ほら

MICAËLA
わたしの伍長さんは, 名前は
ドン・ホセ ... ご存じ?

MORALES
ドン・ホセ、みんな知ってるよ

MICAËLA
ほんと? 彼はみなさんとご一緒? お願い

MORALES
奴は俺たちの隊じゃない

MICAËLA
(残念そうに)
じゃあ彼はここにいないのね

MORALES
いや、かわいこちゃん、今はいないが
そのうち来るよ
そう、そのうち来る
衛兵が
交代になるときにね

TOUS
衛兵が
交代になるときにね

MORALES
だが彼が来るのを待つあいだ
かわいこちゃん
ちょっとがまんしてくれまいか
俺たちのところで

MICAËLA
みなさんのところに!

CHOEUR
俺たちのところに

MICAËLA
だめ だめ
本当にありがとう 兵隊さんたち

MORALES
こわがらないで、かわいこちゃん
約束するよ 大事に
扱うって
みんな約束するから

MICAËLA
疑ってるんじゃないの
戻ってくるわ
戻ってくるわ, そのほうが慎重だわ
(笑いながら軍曹の言葉をおうむがえしに)
戻ってくるわ 衛兵の
交代のときに

MORALES et LE CHOEUR
(ミカエラをとりまいて)
行かないで, 衛兵の交代は
もうすぐだし

MORALES
行かないで!

MICAËLA
(のがれようとして)
だめ! だめ!


MORALES et LE CHOEUR
行かないで 行かないで 行かないで
行かないで 行かないで

MICAËLA
だめ!だめ!
またね、兵隊さんたち


Elle s'échappe et se sauve en courant.

MORALES
小鳥は飛んでっちまった
がっかりだ
また時間つぶしだ
連中でもながめるか


CHOEUR
広場を etc.



No 2 a - Couplets de Morales

Le mouvement des passants qui avait cessé pendant la scène de Micaëla a repris avec une certaine animation. Parmi les gens qui vont et viennent, un vieux monsieur donnant le bras à une jeune dame... Le vieux monsieur voudrait continuer sa promenade, mais la jeune dame fait tout ce qu'elle peut pour le retenir sur la place. Elle paraît émue, inquiète. Elle regarde à droite, à gauche. Elle attend quelqu'un et ce quelqu'un ne vient pas. - Cette pantomime doit cadrer très exactement avec le couplet suivant.

MORALES …(¶:しばしば割愛されます)
おいっ! 静かに! 黙れ!
ほら 年寄りの亭主がやってくる
疑い深そうな目、嫉妬深い顔つきだろ!
腕に若い奥さんを連れてる
おそらく近くに愛人がいるぞ
どっかの角から飛びだしてくるぞ
(そのとき若い男がいそいで広場にやってくる)

ほら! ほら! ほら! ほら!
ほらね
どんなことになるか見てみるか


Le second couplet continue et s'adapte fidèlement à la scène mimée par les trois personnages. Le jeune homme s'approche du vieux monsieur et de la jeune dame, salue et échange quelques mots à voix basse, etc.

MORALES …(¶)
(若い男の挨拶の仕草をまねしながら)
こんなところでお会いするとは 奇遇ですな!
(年寄りの亭主の観念した風になりきって)
いやこれはこれはご丁寧に
(今度は若い男の風をまねて)
やつはあいさつして優雅に話かけ
(それから年寄りの亭主の風で)
年寄りの亭主はしかめっ面
(奥さんの微笑んだ顔つきをまねして)
すごく期待できそうな雰囲気に
奥さんは色男を歓迎だ
(若い男は一瞬のうちにポケットから付け文を取り出し奥さんに見せる)
ほら! ほら! ほら! ほら!
ほらね
どんなことになるか見てみるか
(亭主と奥さんと色男、三人はゆっくり広場を散歩する 若い男は付け文を奥さんに手渡す機会をうかがう)


MORALES …(¶)
やつらはちょっと一緒に歩いて
我らが色男は手を挙げて
亭主に何かを指さす
するといつも気むずかしい亭主は
空を見た...早業は成功
奥さんは付け文を手に入れた
(若い男は老紳士に片手で空になにかを指し、もう一方の手で奥さんに付け文を渡す)
ほら! ほら! ほら! ほら!
ほらね
どうなるかわかったろ

TOUS …(¶)
(笑いながら)
ほら! ほら! ほら! ほら!
ほらね
どうなるかわかったろ



No 3 - Choeur des gamins

On entend au loin, très au loin, une marche militaire, clairons et fifres. C'est la garde montante qui arrive. Le vieux monsieur et le jeune homme échangent une cordiale poignée de main. Salut respectueux du jeune homme à la dame. Un officier sort du poste. Les soldats du poste vont prendre leurs lances et se rangent en ligne devant le corps de garde. Les passants à droite forment un groupe pour assister à la parade. La marche militaire se rapproche, se rapproche ... La garde montante débouche enfin venant de la gauche et traverse le pont. Deux clairons et deux fifres d'abord. Puis une bande de petits gamins qui s'efforcent de faire de grandes enjambées pour marcher au pas des dragons. - Aussi petits que possible les enfants.
Derrière les enfants, le lieutenant Zuniga et le brigadier Don José, puis les dragons avec leurs lances.

CHOEUR DES GAMINS
衛兵の交代だ
ぼくらもいくぜ
鳴らせ 吠えるラッパ
Ta ra ta ta, ta ra ta ta;
行進だ 頭は高く
ちっちゃな兵隊みたいに
へまはするなよ
いち にい 足踏み
肩を引いて
胸を張れ
腕はこうだ
体に沿ってまっすぐ
衛兵の交代だ
ぼくらもいくぜ
鳴らせ 吠えるラッパ
Ta ra ta ta, ta ra ta ta.


La garde montante va se ranger à droite en face de la garde descendante. Dès que les petits gamins qui se sont arrêtes à droite devant les curieux ont fini de chanter, les officiers se saluent de l'épée et se mettent à causer à voix basse. On relève les sentinelles.



Mélodrame

MORALES
(ドン・ホセに)
若い娘がおまえを捜しに来たぞ
戻ってくるって言ってた


JOSÉ
若い娘?

MORALES
ああ、こざっぱりした格好で、青のスカート、肩まで伸びた三つ編み

JOSÉ
ミカエラだ
ミカエラ以外ありえない


MORALES
名前は聞いてないんだ

Les factionnaires sont relevés. Sonneries des clairons. La garde descendante passe devant la garde montante. - Les gamins en troupe reprennent derrière les clairons et les fifres de la garde descendante la place qu'ils occupaient derrière les tambours et les
fifres de la garde montante.

CHOEUR DES GAMINS
衛兵の交代だ
兵舎に戻るぞ
鳴らせ 吠えるラッパ
Ta ra ta ta, ta ta ta ta.
行進だ 頭は高く
ちっちゃな兵隊みたいに
へまはするなよ
いち にい 足踏み
Ta ta ta ta, ta ta ta ta, etc.


Soldats, gamins et curieux s'éloignent par le fond; choeur fifres et clairons vont diminuant. L'officier de la garde montante, pendant ce temps, passe silencieusement l'inspection de ses hommes. Quand le choeur des gamins et les fifres ont cessé de se faire entendre, le lieutenant dit.
«Présentez lances ... Haut lances ... Rompez les rangs».
Les dragons vont tous déposer leurs lances dans le râtelier, puis ils rentrent dans le corps de garde. Don José et Zuniga restent seuls en scène.

Dialogue parlé

ZUNIGA …(¶)
伍長 教えてくれ?

JOSÉ …(¶)
(立ち上がって)
大尉殿


ZUNIGA …(¶)
この隊に来てたった二日なんだが、いままでセビリアに来たこともないんだ あの大きな建物はなにかね?


JOSÉ …(¶)
タバコ工場です …

ZUNIGA …(¶)
あそこで働いているのは女たちか?

JOSÉ …(¶)
はい, 大尉殿 今はいませんが; もうすぐ, 昼飯後に 彼女たちは戻ります そして 私のお答えするとおり 彼女たちが通るのをお目にかけられるでしょう

ZUNIGA …(¶)
たくさんいるのかね?

JOSÉ …(¶)
四五百人といったところでしょうか
大部屋で葉巻を巻いています

ZUNIGA …(¶)
それは奇妙な光景だろうて

JOSÉ …(¶)
はい, しかし男はその部屋に許可なく入ることはできません


ZUNIGA …(¶)
ふーん!

JOSÉ …(¶)
というのも, 暑いと, 自分の好きなことをはじめるんで, 特に若いと


ZUNIGA …(¶)
若い娘もいるのかね?

JOSÉ …(¶)
はい, 大尉殿

ZUNIGA …(¶)
でかわいいのはいるかね?

JOSÉ …(¶)
(笑いながら)
おそらく ... しかし 本当のところを申しますと、すでに何度もここで任務についておりますが、私にはそれについて確かなことはわかりません いままでよくは見てはおらんのです…

ZUNIGA …(¶)
じゃあ 行ってみよう!

JOSÉ …(¶)
どうしたいので? ... アンダルシア女はこわいですよ 私は彼女たちの流儀はどうも いつも冗談を言って ... 理屈のあわない話ばかりで …

ZUNIGA …(¶)
そのうえ、青いスカートと肩まで伸びた三つ編みには弱いってわけか…


JOSÉ …(¶)
(笑って)
ああ! 大尉殿は モラーレスからお聞きになったんでありますか?…

ZUNIGA …(¶)
ああ

JOSÉ …(¶)
否定はいたしませんが ... 青いスカートと, 三つ編み, ナヴァーラの装いでして ...国を思い出します

ZUNIGA …(¶)
ナヴァーラの出身かね?

JOSÉ …(¶)
それにカトリックです ドン・ホセ・リサラベングア 私の名前です ... 信仰の道に入って研究することを望まれましたが、ほとんど長続きせず、ポーム(テニスみたいなものらしい)に熱中していました ... ある日ゲームに勝っていたんですが、アラヴァの若い男に喧嘩を売られまして、勝ったのですが、それが元で国を追われました で、兵士に! もはや父もなく 母は私を連れて、セビリアから十里のところに居を構えました ... 小さなミカエラとともに ... 彼女は孤児ですが、母が家にいるもんで彼女を手放そうとしないんです


ZUNIGA …(¶)
で、彼女はいくつかね, 小さなミカエラは?

JOSÉ …(¶)
17歳です…

ZUNIGA …(¶)
先に聞いとくんだったな ... もうわかった 工場の女工たちがきれいか醜いか俺にいえない訳がね…



La cloche de la manufacture se fait entendre.

JOSÉ …(¶)
さあ 鐘が鳴りました, 大尉殿, ご自身でお確かめになれますよ ... 私のほうはピンバッヂにつける鎖を作りますので
No 1 - Prélude

PREMIER ACTE

Une place à Séville. À droite, la porte de la manufacture de tabac. Au fond, face au public, pont praticable traversant la scène dans toute son étendue. De la scène on arrive à ce pont par un escalier tournant qui fait sa révolution à droite au-dessus de la porte de la manufacture de tabac. Le dessous du pont est praticable. A gauche, au premier plan, le corps de garde. Devant le corps de garde, une petite galerie couverte, exhaussée de deux ou trois marches; près du corps de garde, dans un râtelier, les lances des dragons avec leurs banderolles jaunes et rouges.

No 2 - Scène et choeur

Au lever du rideau, une quinzaine de soldats (Dragons du régiment d'Almanza) sont groupés devant le corps de garde.
Les uns assis et fumant, les autres accoudés sur la balustrade de la galerie. Mouvement de passants sur la place. Des gens pressés, affairés vont, viennent, se rencontrent, se saluent, se bousculent, etc.

CHOEUR
Sur la place
Chacun passe,
Chacun vient, chacun va;
Drôles de gens que ces gens-là.
Drôles de gens! Drôles de gens!

MORALES
A la porte du corps de garde,
Pour tuer le temps,
On fume, on jase, l'on regarde
Passer les passants.
Sur la place, etc.

CHOEUR
Sur la place, etc.


Depuis quelques minutes Micaëla est entrée. Jupe bleue, nattes tombant sur les épaules, hésitante, embarrassée, elle regarde les soldats, avance, recule, etc.

MORALES
aux soldats
Regardez donc cette petite
Qui semble vouloir nous parler.
Voyez, voyez, elle tourne, elle hésite.

CHOEUR
À son secours il faut aller.

MORALES
à Micaëla
Que cherchez-vous, la belle?

MICAËLA
Moi! Je cherche un brigadier.

MORALES
Je suis là,
Voilà!

MICAËLA
Mon brigadier, à moi, s'appelle
Don José ... le connaissez-vous?

MORALES
Don José, nous le connaissons tous.

MICAËLA
Vraiment? Est-il avec vous, je vous prie?

MORALES
Il n'est pas brigadier dans notre compagnie.

MICAËLA
désolée
Alors il n'est pas là.

MORALES
Non, ma charmante, il n'est pas là,
Mais tout à l'heure il y sera.
Oui, tout à l'heure il y sera.
Il y sera quand la garde montante
Remplacera la garde descendante.

TOUS
Il y sera quand la garde montante
Remplacera la garde descendante.

MORALES
Mais en attendant qu'il vienne,
Voulez-vous, la belle enfant,
Voulez-vous prendre la peine
D'entrer chez nous un instant?

MICAËLA
Chez vous!

CHOEUR
Chez nous.

MICAËLA
Non pas, non pas.
Grand merci, messieurs les soldats.

MORALES
Entrez sans crainte, mignonne,
Je vous promets qu'on aura
Pour votre chère personne
Tous les égards qu'il faudra.

MICAËLA
Je n'en doute pas;
Cependant je reviendrai,
Je reviendrai, c'est plus prudent.
Reprenant en riant la phrase du sergent.
Je reviendrai quand la garde montante
Remplacera la garde descendante.

MORALES et LE CHOEUR
entourant Micaëla
Il faut rester, car la garde montante
Va remplacer la garde descendante.

MORALES
Vous resterez!

MICAËLA
cherchant à se dégager
Non pas! Non pas!


MORALES et LE CHOEUR
Vous resterez, vous resterez, vous resterez.
Oui vous resterez, vous resterez.

MICAËLA
Non pas! Non pas! Non! Non! Non! Non!
Au revoir, messieurs les soldats.


Elle s'échappe et se sauve en courant.

MORALES
L'oiseau s'envole,
On s'en console.
Reprenons notre passe-temps,
Et regardons passer les gens.


CHOEUR
Sur la place, etc.



No 2 a - Couplets de Morales

Le mouvement des passants qui avait cessé pendant la scène de Micaëla a repris avec une certaine animation. Parmi les gens qui vont et viennent, un vieux monsieur donnant le bras à une jeune dame... Le vieux monsieur voudrait continuer sa promenade, mais la jeune dame fait tout ce qu'elle peut pour le retenir sur la place. Elle paraît émue, inquiète. Elle regarde à droite, à gauche. Elle attend quelqu'un et ce quelqu'un ne vient pas. - Cette pantomime doit cadrer très exactement avec le couplet suivant.

MORALES
Attention! Chut! Taisons-nous!
Voici venir un vieil époux,
Oeil soupçonneux, mine jalouse!
Il tient au bras sa jeune épouse;
L'amant sans doute n'est pas loin;
Il va sortir de quelque coin.
En ce moment un jeune homme entre rapidement sur la place.
Ah! Ah! Ah! Ah!
Le voilà.
Voyons comment ça tournera.


Le second couplet continue et s'adapte fidèlement à la scène mimée par les trois personnages. Le jeune homme s'approche du vieux monsieur et de la jeune dame, salue et échange quelques mots à voix basse, etc.

MORALES
imitant le salut empressé du jeune homme.
Vous trouver ici, quel bonheur!
Prenant l'air rechigné du vieux mari.
Je suis bien votre serviteur.
Reprenant l'air du jeune homme.
Il salue, il parle avec grâce.
Puis l'air du vieux mari.
Le vieux mari fait la grimace;
imitant les mines souriantes de la dame
Mais d'un air très encourageant
La dame accueille le galant.
Le jeune homme, à ce moment, tire de sa poche un billet qu'il fait voir à la dame.
Ah! Ah! Ah! Ah!
L'y voilà.
Voyons comment ça tournera.
Le mari, la femme et le galant font tous les trois très lentement un petit tour sur la place. Le jeune homme cherchant à remettre son billet doux à la dame.

MORALES
Ils font ensemble quelques pas;
Notre amoureux, levant le bras,
Fait voir au mari quelque chose,
Et le mari toujours morose
Regarde en l'air ... Le tour est fait,
Car la dame a pris le billet.
Le jeune homme, d'une main, montre quelque chose en l'air au vieux monsieur et, de l'autre, passe le billet à la dame.
Ah! Ah! Ah! Ah!
Et voilà,
On voit comment ça tournera.

TOUS
riant
Ah! Ah! Ah! Ah!
Et voilà,
On voit comment ça tournera.



No 3 - Choeur des gamins

On entend au loin, très au loin, une marche militaire, clairons et fifres. C'est la garde montante qui arrive. Le vieux monsieur et le jeune homme échangent une cordiale poignée de main. Salut respectueux du jeune homme à la dame. Un officier sort du poste. Les soldats du poste vont prendre leurs lances et se rangent en ligne devant le corps de garde. Les passants à droite forment un groupe pour assister à la parade. La marche militaire se rapproche, se rapproche ... La garde montante débouche enfin venant de la gauche et traverse le pont. Deux clairons et deux fifres d'abord. Puis une bande de petits gamins qui s'efforcent de faire de grandes enjambées pour marcher au pas des dragons. - Aussi petits que possible les enfants.
Derrière les enfants, le lieutenant Zuniga et le brigadier Don José, puis les dragons avec leurs lances.

CHOEUR DES GAMINS
Avec la garde montante
Nous arrivons, nous voilà
Sonne, trompette éclatante,
Ta ra ta ta, ta ra ta ta;
Nous marchons la tête haute
Comme de petits soldats,
Marquant sans faire de faute,
Une ... deux ... marquant le pas.
Les épaules en arrière
Et la poitrine en dehors,
Les bras de cette manière
Tombant tout le long du corps;
Avec la garde montante
Nous arrivons, nous voilà!
Sonne, trompette éclatante,
Ta ra ta ta, ta ra ta ta.


La garde montante va se ranger à droite en face de la garde descendante. Dès que les petits gamins qui se sont arrêtes à droite devant les curieux ont fini de chanter, les officiers se saluent de l'épée et se mettent à causer à voix basse. On relève les sentinelles.



Mélodrame

MORALES
à Don José
Il y a une jolie fille qui est venue te demander.
Elle a dit qu'elle reviendrait


JOSÉ
Une jolie fille?

MORALES
Oui, et gentiment habillée, une jupe bleue, des nattes tombant sur les épaules ...

JOSÉ
C'est Micaëla.
Ce ne peut être que Micaëla.


MORALES
Elle n'a pas dit son nom.

Les factionnaires sont relevés. Sonneries des clairons. La garde descendante passe devant la garde montante. - Les gamins en troupe reprennent derrière les clairons et les fifres de la garde descendante la place qu'ils occupaient derrière les tambours et les
fifres de la garde montante.

CHOEUR DES GAMINS
Et la garde descendante
Rentre chez elle et s'en va.
Sonne, trompette éclatante,
Ta ra ta ta, ta ta ta ta.
Nous marchons la tête haute
Comme de petits soldats,
Marquant sans faire de faute,
Une ... deux ... marquant le pas.
Ta ta ta ta, ta ta ta ta, etc.


Soldats, gamins et curieux s'éloignent par le fond; choeur fifres et clairons vont diminuant. L'officier de la garde montante, pendant ce temps, passe silencieusement l'inspection de ses hommes. Quand le choeur des gamins et les fifres ont cessé de se faire entendre, le lieutenant dit.
«Présentez lances ... Haut lances ... Rompez les rangs».
Les dragons vont tous déposer leurs lances dans le râtelier, puis ils rentrent dans le corps de garde. Don José et Zuniga restent seuls en scène.

Dialogue parlé

ZUNIGA
Dites-moi, brigadier?

JOSÉ
se levant
Mon lieutenant.


ZUNIGA
Je ne suis dans 'e régiment que depuis deux jours et jamais je n'étais venu à Séville. Qu'est-ce que c'est que ce grand bâtiment?

JOSÉ
C'est la manufacture de tabacs …

ZUNIGA
Ce sont des femmes qui travaillent là?

JOSÉ
Oui, mon lieutenant. Elles n'y sont pas maintenant; tout à l'heure, après leur dîner; elles vont revenir. Et je vous réponds qu'alors il y aura du monde pour les voir passer.

ZUNIGA
Elles sont beaucoup?

JOSÉ
Ma foi, elles sont bien quatre ou cinq cents qui roulent des cigares dans une grande salle…

ZUNIGA
Ce doit être curieux.

JOSÉ
Oui, mais les hommes ne peuvent pas entrer dans cette salle sans une permission …

ZUNIGA
Ah!

JOSÉ
Parce que, lorsqu'il fait chaud, ces ouvrières se mettent à leur aise, surtout les jeunes.

ZUNIGA
Il y en a des jeunes?

JOSÉ
Mais oui, mon lieutenant.

ZUNIGA
Et de jolies?

JOSÉ
en riant
Je le suppose ... Mais à vous dire vrai, et bien que j'aie été de garde ici plusieurs fois déjà, je n'en suis pas bien sûr, car je ne les ai jamais beaucoup regardées…

ZUNIGA
Allons donc!

JOSÉ
Que voulez-vous? ... Ces Andalouses me font peur. Je ne suis pas fait à leurs manières, toujours à railler ... jamais un mot de raison …

ZUNIGA
Et puis nous avons un faible pour les jupes bleues et pour les nattes tombant sur les épaules…


JOSÉ
riant
Ah! Mon lieutenant a entendu ce que me disait Moralès?…


ZUNIGA
Oui

JOSÉ
Je ne le nierai pas ... la jupe bleue, les nattes, c'est le costume de la Navarre ... ça me rappelle le pays .

ZUNIGA
Vous êtes Navarrais?

JOSÉ
Et vieux chrétien. Don José Lizzarabengoa, c'est mon nom ... On voulait que je fusse d'église, et l'on m'a fait étudier. Mais je ne profitais guère, j'aimais trop jouer à la paume ... Un jour que j'avais gagné, un gars de l'Alava me chercha querelle; j'eus encore l'avantage, mais cela m'obligea de quitter le pays. Je me fis soldat! Je n'avais plus mon père; ma mère me suivit et vint s'établir à dix lieues de Séville ... avec la petite Micaëla ... c'est une orpheline que ma mère a recueillie, et qui n'a pas voulu se séparer d'elle.


ZUNIGA
Et quel âge a-t-elle, la petite Micaëla?

JOSÉ
Dix-sept ans…

ZUNIGA
Il fallait dire cela tout de suite ... Je comprends maintenant pourquoi vous ne pouvez pas me dire si les ouvrières de la manufacture sont jolies ou laides…


La cloche de la manufacture se fait entendre.

JOSÉ
Voici la cloche qui sonne, mon lieutenant, et vous allez pouvoir juger par vous-même ... Quant à moi je vais faire une chaîne pour attacher mon épinglette.


|新しいページ|検索|ページ一覧|RSS|@ウィキご利用ガイド | 管理者にお問合せ
|ログイン|