オペラ作曲家別索引

オペラ対訳完成

その他対訳完成

対訳一部完成

このサイトについて

アクセス数

  • 今日  -
  • 昨日  -
  • 累計  -

翻訳エンジン


bose_soundlink_color_ii



TROISIÈME ENTRÉE


Les Fleurs. Fête persane

(Le théâtre représente les jardins du palais d'Ali)

Scène Première

(Tacmas, prince persan déguisé en marchande du sérail, Ali, favori de Tacmas)

ALI
(à part)
Mon abord paraît l'interdire...

(haut)

Etrangère, approchez!
Portez-vous dans ces lieux,
De ces ouvrages curieux
Qu'imagine l'Europe et que l'Asie admire?

TACMAS
(levant son voile)
Ton prince déguisé se présente à tes yeux.
Dans tes jardins l'amour m'attire...

ALI
Quelle heureuse beauté?...

TACMAS
C'est la jeune Zaïre
Qui m'a frappé d'un trait victorieux.

ALI
Zaïre, mon esclave?

TACMAS
Elle est ma souveraine.
Ali, je viens briser sa chaîne;
Mais, hélas! n'est-ce point te trahir que l'aimer?

ALI
Seigneur, Zaïre est belle et n'a pu m'enflammer;
Je respectais vos feux, sans les connaître encore.
Mais, quoi, vous possédez Fatime et ses appâts!
Non, rien n'est si charmant...

TACMAS
Cher Ali, je l'ignore.
Fatime à mes regards ne se présente pas.

ALI
(à part)
Il m'est permis enfin de brûler pour Fatime,
Et de lui révéler le secret de mes voeux.

TACMAS
Je réserve à Zaïre un honneur légitime,
J'égalerai sa gloire à l'excès de mes feux.
L'objet à qui je rends les armes
Mérite un destin éclatant:
L'amour gardait ses charmes,
Pour instruire mon coeur
du prix d'un feu constant.

ALI
Pourquoi vous déguiser à l'aimable Zaïre,
Quand vous lui promettez le plus parfait bonheur?

TACMAS
Je veux pénétrer dans son coeur,
Avant que dans le mien ses beaux yeux puissent lire
L'excès de ma nouvelle ardeur.

ALI
Dans ce jour où des fleurs nous célébrons la fête,
Des myrtes les plus doux vous serez couronné.

TACMAS
Je vois Zaïre. Va!
Des jeux que l'on apprête
Embellis, s'il se peut, l'appareil ordonné!

Scène Deuxième

TACMAS
(à part)
Elle paraît livrée à quelque inquiétude...
Cachons-nous! Découvrons ce qui la fait souffrir!
Quelquefois la solitude
Engage un coeur à s'ouvrir.

(Il se caché)

Scène Troisième

ZAÏRE
Amour, Amour, quand du destin j'éprouve la rigueur,
La tienne seulement me fait verser des larmes.
Ma faiblesse aujourd'hui redouble mon malheur,
Et cependant, hélas! elle a pour moi des charmes!

Scène Quatrième

ZAÏRE
(sans voir Tacmas)
Quoi, Zaïre ose aimer!

TACMAS
(à part)
Quel funeste secret vient-elle de m'apprendre?
Mais contraignons un transport indiscret!
Le nom de mon rival reste encore à surprendre.

(à Zaïre)

Belle esclave, je viens vous offrir mon secours.
Vous aimez... à mes soins, confiez vos amours!

ZAÏRE
Peut-on aimer dans l'esclavage?
C'est en augmenter la rigueur.
Le plaisir fuit un coeur
Que la fortune outrage.

TACMAS
On doit aimer dans l'esclavage,
C'est en adoucir la rigueur.
Le plaisir dédommage un coeur
Que la fortune outrage.

ZAÏRE
Cessez ce vain discours!

TACMAS
(la retenant)
Pardonnez à mon zèle...
Attendez... accordez du moins quelques moments
À des tableaux où l'art excelle!

(à part, se fouillant)

Montrons-lui mon portrait!
Dans ces regards charmants,
Je pourrai, sans soupçon, lire ses sentiments.

(à Zaïre, lui montrant le portrait)

Voyez cette peinture!

ZAÏRE
(interdite)
Ah! que me montrez-vous?

(à part)

Je ne l'ai que trop vu.

TACMAS
(à part)
Ciel! quel affreux augure!
Mon portrait semble attirer son courroux...
Et j'entends son coeur qui soupire...
Elle forme des voeux... Un autre les inspire!
Qui peut-être l'objet de mes transports jaloux?

Scène Cinquième

TACMAS
Que vois-je? C'est le téméraire.
Son embarras décèle un amant déguisé.

(à Zaïre qui sort)

Zaïre, où fuyez-vous?

FATIME
(en esclave polonais, arrêtant Tacmas)
Demeurez, étrangère!
Votre secours m'est nécessaire;
À mes ardent désirs sera-t-il refusé?

Scène Sixième

TACMAS
(à part)
Suspendons un instant ma trop juste vengeance,
Et pour fixer leur châtiment,
Sachons jusqu'où leurs coeurs
étaient d'intelligence!

(à Fatime)

Parlez-moi sans déguisement!
Comptez pour vous servir
sur mon empressement!

FATIME
Dans ces jardins l'amour m'appelle,
Peut-on résister à sa voix?
Le cher objet qui me tient sous ses lois
Ignore mon ardeur fidèle,
Je viens lui déclarer mon choix.
Dans ces jardins l'amour m'appelle,
Peut-on résister à sa voix?
Soulagez ma peine cruelle!
Hélas! pour obéir au dangereux amour
Je risque de perdre le jour.
Puisque de ces beaux lieux vous connaissez le maître,
Vous savez qu'un coeur tendre en peut être charmé!

TACMAS
(à part, considérant Fatime)
Il craint que de Zaïre Ali ne soit aimé.
Il est jaloux, bientôt il se fera connaître.
Des périls qu'il court dans ces lieux
Il ne sait pas le plus terrible...
Il voit sans défiance un rival furieux,
Il le fait confident de son coeur trop sensible?

Scène Septième

TACMAS
(à Fatime)
Achevez, nommez-vous!

FATIME
(hésitant)
Je suis...

TACMAS
Vous balancez!

ALI
(au fond du théâtre, amenant Zaïre)
Venez, belle Zaïre! Approchez, et cessez
De fuir la plus brillante gloire!
De vos divins appâts apprenez la victoire!

TACMAS
(à Ali)
Apprends toi-même, Ali, mon déplorable sort!
Un rival jusqu'ici m'offense.

(Tacmas montre à Ali, Fatime, et tire son poignard pour frapper cette amante déguisée)

Vois le perfide et ma vengeance!

FATIME
(reconnaît le Prince et se jette à ses genoux)
C'est le Prince, frappez! Je mérite la mort;
Mais, en me punissant, connaissez mieux mon crime!

ALI
(reconnaissant Fatime)
O ciel, c'est l'aimable Fatime!

(à Tacmas)

Ah! Seigneur!

TACMAS
(souriant à Ali)
J'entends ce transport.

ALI
(à Tacmas)
Que la clémence vous désarme!
Je vous conjure au nom de l'objet qui vous charme.

TACMAS
(à Zaïre)
Au beau nom de Zaïre on ne refuse rien;

(levant son voile)

Mais qu'accordera-t-elle au mien?
Pourra-t-elle me voir, si mon portrait l'alarme?

ZAÏRE
(à Tacmas)
Que vous expliquez mal le trouble de mon coeur!
Ne s'alarme-t-on pas en voyant son vainqueur?
Deviez-vous vous méprendre
À mes sens agités?
Un trouble que vous excitez
Ne peut être que tendre.

TACMAS
(à Zaïre)
Je prétends que l'hymen vous assure ma foi.
Non, rien ne doit borner les transports de mon âme.

ZAÏRE
Pour justifier votre flamme, Seigneur,
je sors du sang d'un roi.

TACMAS
Je n'ai pas attendu, trop aimable Princesse,
L'aveu de votre rang pour croire ma tendresse.

(à Fatime et Ali)

Je veux que tout ici soit heureux comme moi.
Ali, je t'accorde Fatime,
Son déguisement t'exprime
L'ardeur qu'elle sent pour toi.

FATIME, ALI
Ah! Seigneur, quel moment!
Quel bonheur je vous dois!
Que de plaisirs ensemble un si beau jour amène!

TACMAS, ZAÏRE, FATIME, ALI
Tendre amour, que pour nous ta chaîne
Dure à jamais!

Prélude

Annonce de la Fête des Fleurs

TACMAS
(à Zaïre)
On vient...
Voyez les jeux, augmentez leurs attraits!

Scène Huitième

La Fête des Fleurs.

(La ferme s'ouvre; alors tout le théâtre représente des berceaux illuminés et décorés de guirlandes et de pots de fleurs. Des symphonistes et des esclaves chantants sont distribués dans des balcons et des feuillages. D'aimables odalisques de diverses nations de l'Asie portent dans leurs habits les fleurs les plus belles: l'une a pour parure la rose; l'autre, la jonquille; enfin toutes se singularisent par des fleurs différentes)

Marche

CHOEUR
Dans le sein de Thétis précipitez vos feux,
Fuyez, astre du jour, laissez régner les ombres!
Nuit, étendez vos voiles sombres!
Vos tranquilles moments favorisent nos jeux.

TACMAS
(à Zaïre)
L'éclat des roses les plus belles
Disparaît bientôt avec elles;
En vain sur ce bord fortuné,
À chaque instant il en naît d'autres,
Il est moins orné par leurs attraits que par les vôtres.

ZAÏRE
Triomphez, agréables fleurs!
Répandez vos parfums,
Ranimez vos couleurs!

CHOEUR
Triomphez, agréables fleurs!
Répandez vos parfums,
Ranimez vos couleurs!

ZAÏRE
C'est parmi vous qu'Amour cache sous la verdure
Ses feux les plus ardents, ses plus aimables traits.
Le printemps vous doit ses attraits,
Vous parez la saison qui pare la nature.
Vous tenez le rang suprême
Sur le bord de nos ruisseaux;
Et vous embellissez, dans les jours les plus beaux,
La beauté même.

CHOEUR
Triomphez, agréables fleurs!
Répandez vos parfums,
Ranimez vos couleurs!

Premier Air pour les Persans

Second Air pour les Persans

FATIME
Papillon inconstant,
Vole dans ce bocage!
Arrête-toi,
Suspends le cours
De ta flamme volage!
Jamais si belles fleurs, sous ce naissant ombrage,
N'ont mérité de fixer tes amours.

Ballet des Fleurs

(Ce ballet représente pittoresquement le sort des Fleurs dans un jardin. On les a personnifiées ainsi que Borée, les Aquilons et Zéphire, pour donner de l'âme à cette peinture galante, exécutée par d'aimables esclaves de l'un et l'autre sexe. D'abord les Fleurs choisis qui peuvent briller davantage au théâtre dansent ensemble et forment un parterre qui varie à chaque instant. La Rose, leur reine, danse seule. La fête est interrompue par un orage qu'amène Borée; les Fleurs en éprouvent de la colère; la Rose résiste plus longtemps à l'ennemi qui la persécute: les pas de Borée expriment son impétuosité et sa fureur; les attitudes de la Rose peignent sa douceur et ses craintes. Zéphire arrive avec la clarté renaissante; il ranime et relève les Fleurs abattues par la tempête, et termine leur triomphe et le sien par les hommages que sa tendresse rend à la Rose)

Premier Air pour les Fleurs

Second Air pour les Fleurs

Gavotte en rondeau

Orage

Air pour Borée

Premier Air pour Zéphire

Second Air pour Zéphire

Air pour les Fleurs

Gavotte
TROISIÈME ENTRÉE


Les Fleurs. Fête persane

(Le théâtre représente les jardins du palais d'Ali)

Scène Première

(Tacmas, prince persan déguisé en marchande du sérail, Ali, favori de Tacmas)

ALI
(à part)
Mon abord paraît l'interdire...

(haut)

Etrangère, approchez!
Portez-vous dans ces lieux,
De ces ouvrages curieux
Qu'imagine l'Europe et que l'Asie admire?

TACMAS
(levant son voile)
Ton prince déguisé se présente à tes yeux.
Dans tes jardins l'amour m'attire...

ALI
Quelle heureuse beauté?...

TACMAS
C'est la jeune Zaïre
Qui m'a frappé d'un trait victorieux.

ALI
Zaïre, mon esclave?

TACMAS
Elle est ma souveraine.
Ali, je viens briser sa chaîne;
Mais, hélas! n'est-ce point te trahir que l'aimer?

ALI
Seigneur, Zaïre est belle et n'a pu m'enflammer;
Je respectais vos feux, sans les connaître encore.
Mais, quoi, vous possédez Fatime et ses appâts!
Non, rien n'est si charmant...

TACMAS
Cher Ali, je l'ignore.
Fatime à mes regards ne se présente pas.

ALI
(à part)
Il m'est permis enfin de brûler pour Fatime,
Et de lui révéler le secret de mes voeux.

TACMAS
Je réserve à Zaïre un honneur légitime,
J'égalerai sa gloire à l'excès de mes feux.
L'objet à qui je rends les armes
Mérite un destin éclatant:
L'amour gardait ses charmes,
Pour instruire mon coeur
du prix d'un feu constant.

ALI
Pourquoi vous déguiser à l'aimable Zaïre,
Quand vous lui promettez le plus parfait bonheur?

TACMAS
Je veux pénétrer dans son coeur,
Avant que dans le mien ses beaux yeux puissent lire
L'excès de ma nouvelle ardeur.

ALI
Dans ce jour où des fleurs nous célébrons la fête,
Des myrtes les plus doux vous serez couronné.

TACMAS
Je vois Zaïre. Va!
Des jeux que l'on apprête
Embellis, s'il se peut, l'appareil ordonné!

Scène Deuxième

TACMAS
(à part)
Elle paraît livrée à quelque inquiétude...
Cachons-nous! Découvrons ce qui la fait souffrir!
Quelquefois la solitude
Engage un coeur à s'ouvrir.

(Il se caché)

Scène Troisième

ZAÏRE
Amour, Amour, quand du destin j'éprouve la rigueur,
La tienne seulement me fait verser des larmes.
Ma faiblesse aujourd'hui redouble mon malheur,
Et cependant, hélas! elle a pour moi des charmes!

Scène Quatrième

ZAÏRE
(sans voir Tacmas)
Quoi, Zaïre ose aimer!

TACMAS
(à part)
Quel funeste secret vient-elle de m'apprendre?
Mais contraignons un transport indiscret!
Le nom de mon rival reste encore à surprendre.

(à Zaïre)

Belle esclave, je viens vous offrir mon secours.
Vous aimez... à mes soins, confiez vos amours!

ZAÏRE
Peut-on aimer dans l'esclavage?
C'est en augmenter la rigueur.
Le plaisir fuit un coeur
Que la fortune outrage.

TACMAS
On doit aimer dans l'esclavage,
C'est en adoucir la rigueur.
Le plaisir dédommage un coeur
Que la fortune outrage.

ZAÏRE
Cessez ce vain discours!

TACMAS
(la retenant)
Pardonnez à mon zèle...
Attendez... accordez du moins quelques moments
À des tableaux où l'art excelle!

(à part, se fouillant)

Montrons-lui mon portrait!
Dans ces regards charmants,
Je pourrai, sans soupçon, lire ses sentiments.

(à Zaïre, lui montrant le portrait)

Voyez cette peinture!

ZAÏRE
(interdite)
Ah! que me montrez-vous?

(à part)

Je ne l'ai que trop vu.

TACMAS
(à part)
Ciel! quel affreux augure!
Mon portrait semble attirer son courroux...
Et j'entends son coeur qui soupire...
Elle forme des voeux... Un autre les inspire!
Qui peut-être l'objet de mes transports jaloux?

Scène Cinquième

TACMAS
Que vois-je? C'est le téméraire.
Son embarras décèle un amant déguisé.

(à Zaïre qui sort)

Zaïre, où fuyez-vous?

FATIME
(en esclave polonais, arrêtant Tacmas)
Demeurez, étrangère!
Votre secours m'est nécessaire;
À mes ardent désirs sera-t-il refusé?

Scène Sixième

TACMAS
(à part)
Suspendons un instant ma trop juste vengeance,
Et pour fixer leur châtiment,
Sachons jusqu'où leurs coeurs
étaient d'intelligence!

(à Fatime)

Parlez-moi sans déguisement!
Comptez pour vous servir
sur mon empressement!

FATIME
Dans ces jardins l'amour m'appelle,
Peut-on résister à sa voix?
Le cher objet qui me tient sous ses lois
Ignore mon ardeur fidèle,
Je viens lui déclarer mon choix.
Dans ces jardins l'amour m'appelle,
Peut-on résister à sa voix?
Soulagez ma peine cruelle!
Hélas! pour obéir au dangereux amour
Je risque de perdre le jour.
Puisque de ces beaux lieux vous connaissez le maître,
Vous savez qu'un coeur tendre en peut être charmé!

TACMAS
(à part, considérant Fatime)
Il craint que de Zaïre Ali ne soit aimé.
Il est jaloux, bientôt il se fera connaître.
Des périls qu'il court dans ces lieux
Il ne sait pas le plus terrible...
Il voit sans défiance un rival furieux,
Il le fait confident de son coeur trop sensible?

Scène Septième

TACMAS
(à Fatime)
Achevez, nommez-vous!

FATIME
(hésitant)
Je suis...

TACMAS
Vous balancez!

ALI
(au fond du théâtre, amenant Zaïre)
Venez, belle Zaïre! Approchez, et cessez
De fuir la plus brillante gloire!
De vos divins appâts apprenez la victoire!

TACMAS
(à Ali)
Apprends toi-même, Ali, mon déplorable sort!
Un rival jusqu'ici m'offense.

(Tacmas montre à Ali, Fatime, et tire son poignard pour frapper cette amante déguisée)

Vois le perfide et ma vengeance!

FATIME
(reconnaît le Prince et se jette à ses genoux)
C'est le Prince, frappez! Je mérite la mort;
Mais, en me punissant, connaissez mieux mon crime!

ALI
(reconnaissant Fatime)
O ciel, c'est l'aimable Fatime!

(à Tacmas)

Ah! Seigneur!

TACMAS
(souriant à Ali)
J'entends ce transport.

ALI
(à Tacmas)
Que la clémence vous désarme!
Je vous conjure au nom de l'objet qui vous charme.

TACMAS
(à Zaïre)
Au beau nom de Zaïre on ne refuse rien;

(levant son voile)

Mais qu'accordera-t-elle au mien?
Pourra-t-elle me voir, si mon portrait l'alarme?

ZAÏRE
(à Tacmas)
Que vous expliquez mal le trouble de mon coeur!
Ne s'alarme-t-on pas en voyant son vainqueur?
Deviez-vous vous méprendre
À mes sens agités?
Un trouble que vous excitez
Ne peut être que tendre.

TACMAS
(à Zaïre)
Je prétends que l'hymen vous assure ma foi.
Non, rien ne doit borner les transports de mon âme.

ZAÏRE
Pour justifier votre flamme, Seigneur,
je sors du sang d'un roi.

TACMAS
Je n'ai pas attendu, trop aimable Princesse,
L'aveu de votre rang pour croire ma tendresse.

(à Fatime et Ali)

Je veux que tout ici soit heureux comme moi.
Ali, je t'accorde Fatime,
Son déguisement t'exprime
L'ardeur qu'elle sent pour toi.

FATIME, ALI
Ah! Seigneur, quel moment!
Quel bonheur je vous dois!
Que de plaisirs ensemble un si beau jour amène!

TACMAS, ZAÏRE, FATIME, ALI
Tendre amour, que pour nous ta chaîne
Dure à jamais!

Prélude

Annonce de la Fête des Fleurs

TACMAS
(à Zaïre)
On vient...
Voyez les jeux, augmentez leurs attraits!

Scène Huitième

La Fête des Fleurs.

(La ferme s'ouvre; alors tout le théâtre représente des berceaux illuminés et décorés de guirlandes et de pots de fleurs. Des symphonistes et des esclaves chantants sont distribués dans des balcons et des feuillages. D'aimables odalisques de diverses nations de l'Asie portent dans leurs habits les fleurs les plus belles: l'une a pour parure la rose; l'autre, la jonquille; enfin toutes se singularisent par des fleurs différentes)

Marche

CHOEUR
Dans le sein de Thétis précipitez vos feux,
Fuyez, astre du jour, laissez régner les ombres!
Nuit, étendez vos voiles sombres!
Vos tranquilles moments favorisent nos jeux.

TACMAS
(à Zaïre)
L'éclat des roses les plus belles
Disparaît bientôt avec elles;
En vain sur ce bord fortuné,
À chaque instant il en naît d'autres,
Il est moins orné par leurs attraits que par les vôtres.

ZAÏRE
Triomphez, agréables fleurs!
Répandez vos parfums,
Ranimez vos couleurs!

CHOEUR
Triomphez, agréables fleurs!
Répandez vos parfums,
Ranimez vos couleurs!

ZAÏRE
C'est parmi vous qu'Amour cache sous la verdure
Ses feux les plus ardents, ses plus aimables traits.
Le printemps vous doit ses attraits,
Vous parez la saison qui pare la nature.
Vous tenez le rang suprême
Sur le bord de nos ruisseaux;
Et vous embellissez, dans les jours les plus beaux,
La beauté même.

CHOEUR
Triomphez, agréables fleurs!
Répandez vos parfums,
Ranimez vos couleurs!

Premier Air pour les Persans

Second Air pour les Persans

FATIME
Papillon inconstant,
Vole dans ce bocage!
Arrête-toi,
Suspends le cours
De ta flamme volage!
Jamais si belles fleurs, sous ce naissant ombrage,
N'ont mérité de fixer tes amours.

Ballet des Fleurs

(Ce ballet représente pittoresquement le sort des Fleurs dans un jardin. On les a personnifiées ainsi que Borée, les Aquilons et Zéphire, pour donner de l'âme à cette peinture galante, exécutée par d'aimables esclaves de l'un et l'autre sexe. D'abord les Fleurs choisis qui peuvent briller davantage au théâtre dansent ensemble et forment un parterre qui varie à chaque instant. La Rose, leur reine, danse seule. La fête est interrompue par un orage qu'amène Borée; les Fleurs en éprouvent de la colère; la Rose résiste plus longtemps à l'ennemi qui la persécute: les pas de Borée expriment son impétuosité et sa fureur; les attitudes de la Rose peignent sa douceur et ses craintes. Zéphire arrive avec la clarté renaissante; il ranime et relève les Fleurs abattues par la tempête, et termine leur triomphe et le sien par les hommages que sa tendresse rend à la Rose)

Premier Air pour les Fleurs

Second Air pour les Fleurs

Gavotte en rondeau

Orage

Air pour Borée

Premier Air pour Zéphire

Second Air pour Zéphire

Air pour les Fleurs

Gavotte



|新しいページ|検索|ページ一覧|RSS|@ウィキご利用ガイド | 管理者にお問合せ
|ログイン|