オペラ作曲家別索引

オペラ対訳完成

その他対訳完成

対訳一部完成

このサイトについて

アクセス数

  • 今日  -
  • 昨日  -
  • 累計  -

翻訳エンジン


bose_soundlink_color_ii



NOUVELLE ENTRÉE


Les Sauvages

(Le théâtre représente un bosquet d'une forêt de l'Amérique, voisine des colonies françaises et espagnoles où doit se célébrer la cérémonie du Grand Calumet de la Paix)

Scène Première

(Adario commandant les guerriers de la nation sauvage. On entend les fanfares des trompettes françaises)

ADARIO
Nos guerriers,
par mon ordre unis à nos vainqueurs,
Vont ici de la paix célébrer les douceurs;
Mon coeur seul dans ces lieux trouve encore des alarmes.
Je vois deux étrangers illustres par les armes,
Épris de l'objet de mes voeux;
Je crains leurs soupirs dangereux,
Et que leur sort brillant pour Zima n'ait des charmes.
Rivaux de mes exploits, rivaux de mes amours,
Hélas! dois-je toujours vous céder la victoire?
Ne paraissez-vous dans nos bois
Que pour triompher à la fois
De ma tendresse et de ma gloire?

(apercevant ses rivaux)

Ciel! Ils cherchent Zima...
voudrait-elle changer?
Cachons-nous... apprenons ce que je dois en croire!
Sachons et si je dois et sur qui me venger!

(Il se cache à l'entrée de la forêt et les observe)

Scène Deuxième

ALVAR
Damon, quelle vaine espérance
Sur les pas de Zima vous attache aujourd'hui?
Vous outragez l'amour, et vous comptez sur lui!
Croyez-vous ses faveurs le prix de l'inconstance?

DAMON
L'inconstance ne doit blesser
Que les attraits qu'on abandonne.
Non, le fils de Vénus ne peut pas s'offenser
Lorsque nous recevons tous les traits qu'il nous donne.
Un coeur qui change chaque jour,
Chaque jour fait pour lui des conquêtes nouvelles,
Les fidèles amants font la gloire des belles,
Mais les amants légers font celle de l'amour.
Dans ces lieux fortunés c'est ainsi que l'on pense;
De la tyrannique constance
Les coeurs n'y suivent point les lois.

ALVAR
(apercevant Zima)
Tout les prescrit au mien...
C'est Zima que je vois!

Scène Troisième

ALVAR
(à Zima)
Ne puis-je vous fléchir par ma persévérance?

DAMON
(à Zima)
Ne vous lassez-vous point de votre indifférence?

ZIMA
Vous aspirez tous deux à mériter mon choix;
Apprenez que l'amour sait plaire dans nos bois!
Nous suivons sur nos bord l'innocente nature,
Et nous n'aimons que d'un amour sans art.
Notre bouche et nos yeux ignorent l'imposture;
Sous cette riante verdure,
S'il éclate un soupir, s'il échappe un regard,
C'est du coeur qu'il part.

DAMON, ALVAR
Vous décidez pour moi; j'obtiens votre suffrage.
Ah! Quel heureux instant!

ALVAR
La nature qui seule attire votre hommage
Nous dit qu'il faut être constant.

DAMON
Elle prouve à nos yeux qu'il faut être volage.
La terre, les cieux et les mers
Nous offrent tour à tour cent spectacles divers;
Les plus beaux jours entr'eux ont de la différence;
N'est-il défendu qu'à nos coeurs
De goûter les douceurs
Que verse partout l'inconstance?

(à Zima)

Voilà vos sentiments...
dans vos sages climats
L'inconstance n'est point un crime.

ZIMA
Non, mais vous oubliez, ou vous ne savez pas
Dans quel temps l'inconstance
est pour nous légitime.
Le choeur change à son gré dans cet heureux séjour;
Parmi nos amants, c'est l'usage
De ne pas contraindre l'amour;
Mais dès que l'hymen nous engage,
Le choeur ne change plus dans cet heureux séjour.

ALVAR
(montrant Damon)
L'habitant des bords de la Seine
N'est jamais moins arrêté
Que lorsque l'hymen l'enchaîne;
Il se fait un honneur de sa légèreté;
Et pour l'épouse la plus belle
Il rougirait d'être fidèle.

DAMON
(montrant Alvar)
Les époux les plus soupçonneux
Du Tage habitent les rives,
Là, mille beautés plaintives
Reçoivent de l'hymen des fers et non des noeuds;
Vous ne voyez jamais autour de ces captives
Voltiger les Ris et les Jeux.
Belle Zima, craignez un si triste esclavage!

ALVAR
(à Zima)
Cédez, cédez enfin à mes soins empressés!

ZIMA
Je ne veux d'un époux ni jaloux ni volage.

(à l'espagnol)

Vous aimez trop,

(au français)

Et vous, vous n'aimez pas assez.

ALVAR
Que vois-je?

Scène Quatrième

(Adario sortant avec vivacité de la forêt, Zima, charmée de son transport, lui présente la main)

ZIMA
C'est l'amant que mon coeur vous préfère.

ALVAR
(les apercevant)
Osez-vous prononcer un arrêt si fatal!

ZIMA
Dans nos forêts on est sincère.

ALVAR
(montrant Adario)
Je saurai m'immoler un odieux rival.

ADARIO
(fièrement, à Alvar)
Je craignais ton amour, je crains peu ta colère.

ALVAR
(l'arrêtant)
C'en est trop...

DAMON
(arrêtant Alvar)
Arrêtez...

ALVAR
(surpris)
Damon, y pensez-vous?
Quoi, c'est vous qui prenez contre moi sa défense?

DAMON
(à Alvar)
J'ai trop protégé l'inconstance
Pour ne pas m'opposer à l'injuste courroux
Qui vous est inspiré par la persévérance.

(On entend un prélude qui annonce la fête)

DAMON
Déjà, dans les bois d'alentour,
J'entends de nos guerriers les bruyantes trompettes.
Leur sons n'effrayent plus ces aimables retraites;
Des charmes de la paix ils marquent le retour.

(à Alvar)

À vos tristes regrets dérobez ce beau jour!
Que le plaisir avec nous vous arrête!

ALVAR
(s'éloignant)
Hélas! Je vais chercher un malheureux amour.

DAMON
(le suivant)
Venez plutôt l'amuser à la fête!

Scène Cinquième

ADARIO
Je ne vous peindrai point les transports de mon coeur,
Belle Zima, jugez-en par le vôtre!
En comblant mon bonheur
Vous montrez qu'une égale ardeur
Nous enflamme l'un et l'autre.

ZIMA
De l'amour le plus tendre éprouvez la douceur!
Je vous dois la préférence.
De vous à vos rivaux je vois la différence:
L'un s'abandonne à la fureur,
Et l'autre perd mon coeur avec indifférence.
Nous ignorons ce calme et cette violence.
Sur nos bords l'amour vole
et prévient nos désirs.
Dans notre paisible retraite
On n'entend murmurer que l'onde et les zéphyrs;
Jamais l'écho n'y répète de regrets ni de soupirs.

ADARIO
Viens, hymen, hâte-toi, suis l'amour qui t'appelle.

ZIMA, ADARIO
Hymen, viens nous unir d'une chaîne éternelle!
Viens encore de la paix embellir les beaux jours!
Viens! Je te promets d'être fidèle.
Tu sais nous enchaîner et nous plaire toujours.
Viens! Je te promets d'être fidèle.

Scène Sixième

ADARIO
(aux sauvages)
Bannissons les tristes alarmes!
Nos vainqueurs nous rendent la paix.
Partageons leurs plaisirs, ne craignons plus leurs armes!
Sur nos tranquilles bords qu'Amour seul à jamais
Fasse briller ses feux, vienne lancer ses traits!

CHOEUR DES SAUVAGES
Bannissons les tristes alarmes!
Nos vainqueurs nous rendent la paix.
Partageons leurs plaisirs, ne craignons plus leurs armes!
Sur nos tranquilles bords qu'Amour seul à jamais
Fasse briller ses feux, vienne lancer ses traits!

(Danse du Grand Calumet de la Paix, exécutée par les Sauvages)

Rondeau

ZIMA, ADARIO
Forêts paisibles,
Jamais un vain désir ne trouble ici nos coeurs.
S'ils sont sensibles,
Fortune, ce n'est pas au prix de tes faveurs.

CHOEUR DES SAUVAGES
Forêts paisibles,
Jamais un vain désir ne trouble ici nos coeurs.
S'ils sont sensibles,
Fortune, ce n'est pas au prix de tes faveurs.

ZIMA, ADARIO
Dans nos retraites,
Grandeur, ne viens jamais
Offrir tes faux attraits!
Ciel, tu les as faites pour l'innocence et pour la paix.
Jouissons dans nos asiles,
Jouissons des biens tranquilles!
Ah! peut-on être heureux,
Quand on forme d'autres voeux?

Premier Menuet pour les Guerriers et les Amazones

Second Menuet

Prélude

ZIMA
Régnez, plaisirs et jeux!
Triomphez dans nos bois!
Nous n'y connaissons que vos lois.
Tout ce qui blesse la tendresse
Est ignoré dans nos ardeurs.
La nature qui fit nos coeurs
Prend soin de les guider sans cesse.

Chaconne
NOUVELLE ENTRÉE


Les Sauvages

(Le théâtre représente un bosquet d'une forêt de l'Amérique, voisine des colonies françaises et espagnoles où doit se célébrer la cérémonie du Grand Calumet de la Paix)

Scène Première

(Adario commandant les guerriers de la nation sauvage. On entend les fanfares des trompettes françaises)

ADARIO
Nos guerriers,
par mon ordre unis à nos vainqueurs,
Vont ici de la paix célébrer les douceurs;
Mon coeur seul dans ces lieux trouve encore des alarmes.
Je vois deux étrangers illustres par les armes,
Épris de l'objet de mes voeux;
Je crains leurs soupirs dangereux,
Et que leur sort brillant pour Zima n'ait des charmes.
Rivaux de mes exploits, rivaux de mes amours,
Hélas! dois-je toujours vous céder la victoire?
Ne paraissez-vous dans nos bois
Que pour triompher à la fois
De ma tendresse et de ma gloire?

(apercevant ses rivaux)

Ciel! Ils cherchent Zima...
voudrait-elle changer?
Cachons-nous... apprenons ce que je dois en croire!
Sachons et si je dois et sur qui me venger!

(Il se cache à l'entrée de la forêt et les observe)

Scène Deuxième

ALVAR
Damon, quelle vaine espérance
Sur les pas de Zima vous attache aujourd'hui?
Vous outragez l'amour, et vous comptez sur lui!
Croyez-vous ses faveurs le prix de l'inconstance?

DAMON
L'inconstance ne doit blesser
Que les attraits qu'on abandonne.
Non, le fils de Vénus ne peut pas s'offenser
Lorsque nous recevons tous les traits qu'il nous donne.
Un coeur qui change chaque jour,
Chaque jour fait pour lui des conquêtes nouvelles,
Les fidèles amants font la gloire des belles,
Mais les amants légers font celle de l'amour.
Dans ces lieux fortunés c'est ainsi que l'on pense;
De la tyrannique constance
Les coeurs n'y suivent point les lois.

ALVAR
(apercevant Zima)
Tout les prescrit au mien...
C'est Zima que je vois!

Scène Troisième

ALVAR
(à Zima)
Ne puis-je vous fléchir par ma persévérance?

DAMON
(à Zima)
Ne vous lassez-vous point de votre indifférence?

ZIMA
Vous aspirez tous deux à mériter mon choix;
Apprenez que l'amour sait plaire dans nos bois!
Nous suivons sur nos bord l'innocente nature,
Et nous n'aimons que d'un amour sans art.
Notre bouche et nos yeux ignorent l'imposture;
Sous cette riante verdure,
S'il éclate un soupir, s'il échappe un regard,
C'est du coeur qu'il part.

DAMON, ALVAR
Vous décidez pour moi; j'obtiens votre suffrage.
Ah! Quel heureux instant!

ALVAR
La nature qui seule attire votre hommage
Nous dit qu'il faut être constant.

DAMON
Elle prouve à nos yeux qu'il faut être volage.
La terre, les cieux et les mers
Nous offrent tour à tour cent spectacles divers;
Les plus beaux jours entr'eux ont de la différence;
N'est-il défendu qu'à nos coeurs
De goûter les douceurs
Que verse partout l'inconstance?

(à Zima)

Voilà vos sentiments...
dans vos sages climats
L'inconstance n'est point un crime.

ZIMA
Non, mais vous oubliez, ou vous ne savez pas
Dans quel temps l'inconstance
est pour nous légitime.
Le choeur change à son gré dans cet heureux séjour;
Parmi nos amants, c'est l'usage
De ne pas contraindre l'amour;
Mais dès que l'hymen nous engage,
Le choeur ne change plus dans cet heureux séjour.

ALVAR
(montrant Damon)
L'habitant des bords de la Seine
N'est jamais moins arrêté
Que lorsque l'hymen l'enchaîne;
Il se fait un honneur de sa légèreté;
Et pour l'épouse la plus belle
Il rougirait d'être fidèle.

DAMON
(montrant Alvar)
Les époux les plus soupçonneux
Du Tage habitent les rives,
Là, mille beautés plaintives
Reçoivent de l'hymen des fers et non des noeuds;
Vous ne voyez jamais autour de ces captives
Voltiger les Ris et les Jeux.
Belle Zima, craignez un si triste esclavage!

ALVAR
(à Zima)
Cédez, cédez enfin à mes soins empressés!

ZIMA
Je ne veux d'un époux ni jaloux ni volage.

(à l'espagnol)

Vous aimez trop,

(au français)

Et vous, vous n'aimez pas assez.

ALVAR
Que vois-je?

Scène Quatrième

(Adario sortant avec vivacité de la forêt, Zima, charmée de son transport, lui présente la main)

ZIMA
C'est l'amant que mon coeur vous préfère.

ALVAR
(les apercevant)
Osez-vous prononcer un arrêt si fatal!

ZIMA
Dans nos forêts on est sincère.

ALVAR
(montrant Adario)
Je saurai m'immoler un odieux rival.

ADARIO
(fièrement, à Alvar)
Je craignais ton amour, je crains peu ta colère.

ALVAR
(l'arrêtant)
C'en est trop...

DAMON
(arrêtant Alvar)
Arrêtez...

ALVAR
(surpris)
Damon, y pensez-vous?
Quoi, c'est vous qui prenez contre moi sa défense?

DAMON
(à Alvar)
J'ai trop protégé l'inconstance
Pour ne pas m'opposer à l'injuste courroux
Qui vous est inspiré par la persévérance.

(On entend un prélude qui annonce la fête)

DAMON
Déjà, dans les bois d'alentour,
J'entends de nos guerriers les bruyantes trompettes.
Leur sons n'effrayent plus ces aimables retraites;
Des charmes de la paix ils marquent le retour.

(à Alvar)

À vos tristes regrets dérobez ce beau jour!
Que le plaisir avec nous vous arrête!

ALVAR
(s'éloignant)
Hélas! Je vais chercher un malheureux amour.

DAMON
(le suivant)
Venez plutôt l'amuser à la fête!

Scène Cinquième

ADARIO
Je ne vous peindrai point les transports de mon coeur,
Belle Zima, jugez-en par le vôtre!
En comblant mon bonheur
Vous montrez qu'une égale ardeur
Nous enflamme l'un et l'autre.

ZIMA
De l'amour le plus tendre éprouvez la douceur!
Je vous dois la préférence.
De vous à vos rivaux je vois la différence:
L'un s'abandonne à la fureur,
Et l'autre perd mon coeur avec indifférence.
Nous ignorons ce calme et cette violence.
Sur nos bords l'amour vole
et prévient nos désirs.
Dans notre paisible retraite
On n'entend murmurer que l'onde et les zéphyrs;
Jamais l'écho n'y répète de regrets ni de soupirs.

ADARIO
Viens, hymen, hâte-toi, suis l'amour qui t'appelle.

ZIMA, ADARIO
Hymen, viens nous unir d'une chaîne éternelle!
Viens encore de la paix embellir les beaux jours!
Viens! Je te promets d'être fidèle.
Tu sais nous enchaîner et nous plaire toujours.
Viens! Je te promets d'être fidèle.

Scène Sixième

ADARIO
(aux sauvages)
Bannissons les tristes alarmes!
Nos vainqueurs nous rendent la paix.
Partageons leurs plaisirs, ne craignons plus leurs armes!
Sur nos tranquilles bords qu'Amour seul à jamais
Fasse briller ses feux, vienne lancer ses traits!

CHOEUR DES SAUVAGES
Bannissons les tristes alarmes!
Nos vainqueurs nous rendent la paix.
Partageons leurs plaisirs, ne craignons plus leurs armes!
Sur nos tranquilles bords qu'Amour seul à jamais
Fasse briller ses feux, vienne lancer ses traits!

(Danse du Grand Calumet de la Paix, exécutée par les Sauvages)

Rondeau

ZIMA, ADARIO
Forêts paisibles,
Jamais un vain désir ne trouble ici nos coeurs.
S'ils sont sensibles,
Fortune, ce n'est pas au prix de tes faveurs.

CHOEUR DES SAUVAGES
Forêts paisibles,
Jamais un vain désir ne trouble ici nos coeurs.
S'ils sont sensibles,
Fortune, ce n'est pas au prix de tes faveurs.

ZIMA, ADARIO
Dans nos retraites,
Grandeur, ne viens jamais
Offrir tes faux attraits!
Ciel, tu les as faites pour l'innocence et pour la paix.
Jouissons dans nos asiles,
Jouissons des biens tranquilles!
Ah! peut-on être heureux,
Quand on forme d'autres voeux?

Premier Menuet pour les Guerriers et les Amazones

Second Menuet

Prélude

ZIMA
Régnez, plaisirs et jeux!
Triomphez dans nos bois!
Nous n'y connaissons que vos lois.
Tout ce qui blesse la tendresse
Est ignoré dans nos ardeurs.
La nature qui fit nos coeurs
Prend soin de les guider sans cesse.

Chaconne



|新しいページ|検索|ページ一覧|RSS|@ウィキご利用ガイド | 管理者にお問合せ
|ログイン|