オペラ作曲家別索引

オペラ対訳完成

その他対訳完成

対訳一部完成

このサイトについて

アクセス数

  • 今日  -
  • 昨日  -
  • 累計  -

翻訳エンジン


bose_soundlink_color_ii



ACTE TROISIÈME

Le théâtre représente le champ d'exécration, borné à gauche par la porte Colline et les remparts de Rome;
à droite par le cirque de Flore et le temple de Vénus Ericine.
On voit au fond le mont Quirinal, au sommet duquel s'éleve le temple de la Fortune.
Sur la porte du champ on lit Sceleratus ager.
On remarque sur la scene trois tombes de forme pyramidale: deux sont fermées d'une pierre noire, sur laquelle on lit en lettres d'or le nom de la vestale qu'elle renferme, et le millésime de sa mort.
La troisième, destinée à Julia, est ouverte; un escalier conduit dans l'intérieur.

SCÈNE PREMIÈRE

LICINIUS
seul et dans le plus grand désordre
Qu'ai-je vu! quels apprêts! quel spectacle d'horreur!
Mon ame s'abandonne à toute sa fureur.
Un aveugle transport me guide,
La terre frémit sous mes pas.
Allant vers la tombe ouverte
Le voilà ce gouffre homicide
Qui doit dévorer tant d'appas!

Air

Julia va mourir! .... Non, non, je vis encore,
Je vis pour défendre ses jours;
Contre des dieux cruels qu'en vain le faible implore,
L'amour, le désespoir me prêtent leur secours.

SCÈNE II
Licinius, Cinna.

LICINIUS
Cinna, que fait l'armée?

CINNA
Il n'en faut rien attendre.
On gémit, on te plaint, on n'ose te défendre.

LICINIUS
Les lâches!

CINNA
Tout le camp semble glacé d'effroi.
Mais pour mourir auprès de toi,
Je t'amene à ma suite
De guerriers et d'amis une troupe d'élite;
Rassemblés en secret sur le mont Quirinal,
De ton ordre avec eux j'attendrai le signal.

LICINIUS
O digne ami!

LICINIUS
Compte sur mon courage.
Des dangers près de toi j'ai fait l'apprentissage.

Air

Ce n'est plus le temps d'écouter
Les vains conseils de la prudence:
Mon bras, tu n'en saurais douter,
S'arme toujours pour ta défense.
Les dieux peuvent sur nous
Appesantir leur main puissante;
Mais tout l'effort de leur courroux
N'a rien dont mon cœur s'épouvante.
Il n'est pas au pouvoir du sort
De rompre le nœud qui nous lie,
Et le jour témoin de ta mort
Verra le terme de ma vie.
Mais avant de tenter un combat inégal,
Du pontife suprême invoque la puissance.

LICINIUS
De ce prêtre cruel l'aveuglement fatal
A de mon triste cœur banni toute espérance.

CINNA
Seul, il peut, détournant la colere des dieux,
Arracher la vestale au sort qu'on lui destine.

LICINIUS
Il doit se rendre ici.

CINNA
De la porte Colline
Je le vois s'avancer dans ces funestes lieux;
Je te laisse avec lui.

Il sort.

SCÈNE III
Licinius, Le Souverain Pontife, Le Chef des Aruspices.

LICINIUS
D'un sacrifice affreux
L'appareil se prépare:
Victime d'une loi barbare,
La beauté, la jeunesse est livrée aux bourreaux,
Et vivante descend dans la nuit des tombeaux.

LE PONTIFE
Tel est l'ordre des dieux.

LICINIUS
Cependant leur clémence
Peut laisser à ta voix désarmer leur vengeance.
Je viens pour Julia réclamer ton appui.

LE PONTIFE
Quoses-tu demander, quand l'état aujourd'hui,
Quand le salut de Rome exige une victime?

LICINIUS
Le salut des états ne dépend pas d'un crime.

LE PONTIFE
Ces tristes monuments te disent que jamais
Vesta n'a pardonné de semblables forfaits.

LICINIUS
Romulus en naissant bravait ta loi fatale;
Mars lui donna le jour au sein d une vestale.

LE PONTIFE
Julia doit mourir.

LICINIUS
Elle ne mourra pas.

LE PONTIFE
Les dieux demandent son trépas:
Qui pourrait s'opposer à leur ordre suprême?
Qui pourrait à leurs coups la soustraire?

LICINIUS
Moi-même.

LE PONTIFE
Téméraire, quel crime oses-tu concevoir?

LICINIUS
Connais-moi tout entier, connais mon seul espoir.
Je suis sou amant, son complice;
Et je dois l'arracher ou la suivre au supplice.

LE PONTIFE
Tu périras sans la sauver:
Contre un pouvoir divin, que tu prétends braver,
Ta gloire est une arme frivole.
La roche Tarpéienne est près du Capitole.

Duo

LICINIUS
C'est à toi de trembler:
Dans ma juste colere,
Mon bras peut ébranler
Ton autel sanguinaire.

LE PONTIFE
C'est à toi de trembler;
Le ciel a son tonnerre.

LICINIUS
Si Julia périt, redoute mes transports.

LE PONTIFE
Les dieux arrêteront tes criminels efforts.

LICINIUS
J'ai des amis que ma fureur anime:
Nous couvrirons ces champs de morts,
Et nous sauverons la victime.

LE PONTIFE
Tremble, tremble, tes vains efforts
Ne sauveront pas la victime.

Ensemble

LICINIUS
C'est à toi de trembler.
Dans ma juste colere,
Mon bras peut ébranler
Ton autel sanguinaire.
Si Julia périt, redoute mes transports:
Je veux qu'un horrible hécatombe
Signale ces moments affreux,
Et j'immolerai sur sa tombe
Toi, tes prêtres cruels, et moi-même après eux.

LE PONTIFE
C'est à toi de trembler:
Ta fureur téméraire
Ne saurait m'ébranler;
Le ciel a son tonnerre.
Les dieux arrêteront tes criminel efforts:
Ils ont accepté l'hécatombe;
Et, pour satisfaire à tes vœux
Bientôt ici sur cette tombe
Tes amis périront, et toi-même avec eux.

Licinius sort.

SCÈNE IV
Le Souverain Pontife, L'aruspice.

L'ARUSPICE
Différons, croyez-moi, l'instant du sacrifice.
Il est puissant, vainqueur ....

LE PONTIFE
Vénérable aruspice,
Reposez-vous sur moi du soin religieux
D'arrêter les efforts d'un jeune furieux.

L'ARUSPICE
Du peuple et des soldats si la foule égarée ....

LE PONTIFE
De nos divins autels la gloire est assurée.
Suivons notre devoir, et laissons faire aux dieux.

SCÈNE V
Julia, La Grande Vestale, Les Précédents, Peuple, Prêtres, Soldats, Dames Romaines, Jeunes Filles, Vestales, Consuls, etc.

Julia, conduite par des licteurs, est entourée par ses parents el par un chœur de jeunes filles. On porte devant elle un autel éteint. Les vestales portent les ornements de la vestale condamnée.

CHOEUR DE PEUPLE
pendant la marche du cortège
Périsse la vestale impie
Objet de la haine des dieux;
Que son trépas expie
Son forfait odieux!

CHOEUR DE JEUNES FILLES ET DE VESTALES
Tant de jeunesse, tant de charmes
Vont périr au sein des douleurs.
Dieux cléments! pardonnez les larmes
Que nous arrachent ses malheurs.

JULIA
Aux vestales, à la grande vestale
Adieu, mes tendres sœurs. O vous que je révere,
Du ciel en ma faveur désarmez le courroux;
A mes derniers moments tenez-moi lieu de mère;
Bénissez votre fille embrassant vos genoux.

Elle tombe à ses pieds.

LA GRANDE VESTALE
Ah! je le sens, pour toi j'ai le cœur d'une mere,
Et je bénis ma fille embrassant mes genoux.

JULIA
Plus heureuse, à présent, je puis quitter la terre.

Après ce mouvement, les licteurs séparent Julia de ses compagnes.

LE PONTIFE
auprès de l'autel de Jupiter, où il fait des libations
De Jupiter auguste sœur,
Vesta, déesse protectrice,
Ecoute nos chants de douleur,
Et que le sacrifice
Qu'exige ta justice
Soit le garant de ta faveur.

CHOEUR GÉNÉRAL
Ecoute nos chants de douleur, etc.

JULIA
sur le devant
Le désespoir, la honte, un supplice effroyable,
Dieux immortels, voilà mon sort!
Du sein de ces tombeaux quelle voix lamentable
M'appelle au séjour de la mort?

CHOEUR GÉNÉRAL
Périsse la vestale impie,
Objet de la haine des dieux, etc.

JULIA
Un peuple entier demande que j'expire,
Et presse les tourments qui me sont destinés;
Ma mort importe au salut d'un empire;
Eteignons sans regrets mes jours infortunés.

Air

Toi que je laisse sur la terre,
Mortel que je n'ose nommer,
Tout mon crime fut de t'aimer,
Et la mort ne peut m'y soustraire.
Hélas! dans ces moments d'horreur,
Autour de mon tombeau quand mon ame est errante,
De mon fatal amour la flamme dévorante
Brûle encor au fond de mon cœur.
Des dieux la justice offensée
En vain s'éleve contre moi;
Je t'adresse, en mourant, ma derniere pensée,
Et mon dernier soupir s'exhale encor vers toi.

Pendant cet air, on fait les préparatifs du supplice: on descend dans la tombe un lit, un vase de lait, etc.

CHOEUR DE FEMMES
Tant de jeunesse, tant de charmes,
Vont périr au sein des douleurs, etc.

LE PONTIFE
Dieux de cet empire,
Par un forfait outragés,
Que votre courroux expire;
Vous allez être vengés.

Aux vestales

Sur l'autel profané de la chaste déesse
Que le voile de la prêtresse
Soit suspendu dans ce moment;
Et si Vesta pardonne à son erreur funeste,
Aussitôt la flamme céleste
Va consumer l'indigne vêtement.

Les vestales vont placer la robe sur l'autel; tous les yeux y restent fixés.

CHOEUR DE FEMMES
Vesta, nous t'implorons pour la vierge coupable;
Fais briller à nos yeux ta clarté secourable.

Il se fait un long silence.

LE PONTIFE
remettant à Julia une lampe allumée
Les dieux ont prononcé ton juste châtiment,
La mort doit expier le crime.
Licteurs, dans son tombeau descendez la victime.

JULIA
sur les marches du souterrain
Adieu .... tout! …

SCÈNE DERNIÈRE
Les Mêmes, Licinius, Cinna, Soldats.
Ils se précipitent du mont Quirinal.

LICINIUS
Arrêtez, ministres de la mort!

JULIA
appuyée sur la balustrade qui entoure sa tombe, une partie du corps en terre
C'est sa voix!

LICINIUS
Vous allez immoler l'innocence.
C'est moi qui de Vesta mérite la vengeance:
Je suis seul criminel, ordonnez de mon sort.

CHOEUR
Licinius! ô dieux!

LICINIUS
C'est moi de qui l'audace
Secondant un aveugle amour,
De Vesta, dans la nuit, profana le séjour:
La prêtresse qu'ici votre courroux menace,
Julia, n'eut point part au crime de mes feux.
Qu'elle vive, et mon sang va couler à vos yeux.

Il appuie un glaive sur sa poitrine.

JULIA
Le courage toujours à la pitié s'allie:
Pour suspendre ma mort, il brave le trépas;
Mais à ma faute en vain ce héros s'associe;
Il vous trompe, Romains; je ne le connais pas.

LICINIUS
avec fureur
Tu ne me connais pas!

CHOEUR DE PRÊTRES
Le forfait les rassemble;
Qu'ils périssent ensemble.

CHOEUR DE GUERRIERS
C'est un héros, c'est notre appui.
Avant que du vengeur de Rome
La perte à nos yeux se consomme,
Nous périrons tous avec lui.

CHOEUR DE PRÊTRES ET DE PEUPLE
Le forfait les rassemble;
Qu'ils périssent ensemble.

LE PONTIFE
au peuple
Romains, de vos autels soyez les défenseurs.

LICINIUS
aux siens
De l'innocence, amis, soyez les protecteurs.

CHOEUR DE PRÊTRES
Qu'elle meure!

LICINIUS
Tremblez!

JULIA
De cette lutte impie
Prévenons les dangers en terminant ma vie.

Elle descend dans le souterrain, dont les licteurs ferment aussitôt l'ouverture.
Au même moment le peuple et les soldats qui tiennent pour le grand-prêtre se rangent devant l'entrée du
souterrain, et se préparent à recevoir les soldats de Licinius.

LICINIUS
aux siens
Suivez-moi, compagnons.

Au moment où l'on se prépare à en venir aux mains, le ciel s'obscurcit tout-à-coup; la foudre gronde avec fracas; la scene n'est plus éclairée que du feu des éclairs.

CHOEUR GÉNÉRAL
O terreur! ô disgrâce!
La nuit couvre ces lieux;
La foudre nous menace:
Est-ce justice ou grace
Que vont faire les dieux?
Effroyables tempêtes!
L'air brûlant sur nos tètes
Roule en torrents de feux.
O terreur! ô disgrace, etc.

Les soldats, qui ne se voient plus, et qui sont glacés d'effroi, se mêlent sans combattre.
Licinius et Cinna descendent dans la tombe, et à la fin de la derniere partie du chœur, le fond du théâtre s'ouvre dans sa partie élevée, et laisse voir un volcan de feu d'où la foudre s'échappe et vient embraser sur l'autel la robe de la prêtresse. Le feu reste allumé.

LE PONTIFE
Soldats, peuple, arrêtez!
Quel ravissant spectacle!
Le ciel, par un miracle,
Manifeste ses volontés.
Licinius et Cinna ont ramené sur le devant de la scène Julia évanouie; elle reprend insensiblement
ses esprits.
Voyez sur cet autel la flamme étincelante.

LICINIUS ET CINNA
O ciel!

JULIA
Où suis-je? et qu'est-ce que je vois?

LE PONTIFE
Une déesse bienfaisante,
Révoque en ce moment ses rigoureuses lois;
Mars a désarmé sa colere,
Et Vesta d'une chaîne austere
Délivre sa prêtresse, et couronne ton choix.

JULIA ET LICINIUS
Qu'entends-je? quel espoir!

LE PONTIFE
Sa puissance divine
Vous dérobe l'aspect de ces funestes lieux:
Le temple du pardon va s'ouvrir à vos yeux;
Adorez Vénus Erycine.

Le pontife s'éloigne, et les vestales sortent avec lui, emportant le feu sacré.

Le théâtre change, et représente le cirque de Flore et le temple de Vénus Erycine.

PRÊTRESSES DE VÉNUS
Mortels, renaissez au bonheur;
Parez-vous des fleurs les plus belles:
Vénus de deux amants fideles
En ce jour couronne l'ardeur.

JULIA
O clémence infinie!
Le flambeau de mes jours vient de se rallumer;
Je reçois de l'amour nue nouvelle vie,
à Licinius
Et je la reçois pour t'aimer.

LES PRÊTRESSES DE VÉNUS
conduisant Julia à l'autel
Amante fortunée,
Consacrez vos serments aux autels d'Hyménée.

Duo du deuxième acte

JULIA
à Licinius
Sur cet autel sacré, viens recevoir ma foi.

LICINIUS
De tes regards mon cœur s'enivre;
L'univers est changé pour moi.

JULIA
C'est pour toi seul que je veux vivre;

LICINIUS, JULIA
Sur cet autel sacré, viens recevoir ma foi.

CHOEUR FINAL
L'espoir est rentré dans notre ame;
Nos prieres, nos pleurs ont appaisé les dieux:
Vesta sur son autel a rallumé la flamme
Qu'elle conserve dans les cieux.

La pièce se termine par des jeux et des danses analogues an culte de Vénus Erycine, dans lesquelles on célebre l'hymen de Licinius et de Julia.
ACTE TROISIÈME

Le théâtre représente le champ d'exécration, borné à gauche par la porte Colline et les remparts de Rome;
à droite par le cirque de Flore et le temple de Vénus Ericine.
On voit au fond le mont Quirinal, au sommet duquel s'éleve le temple de la Fortune.
Sur la porte du champ on lit Sceleratus ager.
On remarque sur la scene trois tombes de forme pyramidale: deux sont fermées d'une pierre noire, sur laquelle on lit en lettres d'or le nom de la vestale qu'elle renferme, et le millésime de sa mort.
La troisième, destinée à Julia, est ouverte; un escalier conduit dans l'intérieur.

SCÈNE PREMIÈRE

LICINIUS
seul et dans le plus grand désordre
Qu'ai-je vu! quels apprêts! quel spectacle d'horreur!
Mon ame s'abandonne à toute sa fureur.
Un aveugle transport me guide,
La terre frémit sous mes pas.
Allant vers la tombe ouverte
Le voilà ce gouffre homicide
Qui doit dévorer tant d'appas!

Air

Julia va mourir! .... Non, non, je vis encore,
Je vis pour défendre ses jours;
Contre des dieux cruels qu'en vain le faible implore,
L'amour, le désespoir me prêtent leur secours.

SCÈNE II
Licinius, Cinna.

LICINIUS
Cinna, que fait l'armée?

CINNA
Il n'en faut rien attendre.
On gémit, on te plaint, on n'ose te défendre.

LICINIUS
Les lâches!

CINNA
Tout le camp semble glacé d'effroi.
Mais pour mourir auprès de toi,
Je t'amene à ma suite
De guerriers et d'amis une troupe d'élite;
Rassemblés en secret sur le mont Quirinal,
De ton ordre avec eux j'attendrai le signal.

LICINIUS
O digne ami!

LICINIUS
Compte sur mon courage.
Des dangers près de toi j'ai fait l'apprentissage.

Air

Ce n'est plus le temps d'écouter
Les vains conseils de la prudence:
Mon bras, tu n'en saurais douter,
S'arme toujours pour ta défense.
Les dieux peuvent sur nous
Appesantir leur main puissante;
Mais tout l'effort de leur courroux
N'a rien dont mon cœur s'épouvante.
Il n'est pas au pouvoir du sort
De rompre le nœud qui nous lie,
Et le jour témoin de ta mort
Verra le terme de ma vie.
Mais avant de tenter un combat inégal,
Du pontife suprême invoque la puissance.

LICINIUS
De ce prêtre cruel l'aveuglement fatal
A de mon triste cœur banni toute espérance.

CINNA
Seul, il peut, détournant la colere des dieux,
Arracher la vestale au sort qu'on lui destine.

LICINIUS
Il doit se rendre ici.

CINNA
De la porte Colline
Je le vois s'avancer dans ces funestes lieux;
Je te laisse avec lui.

Il sort.

SCÈNE III
Licinius, Le Souverain Pontife, Le Chef des Aruspices.

LICINIUS
D'un sacrifice affreux
L'appareil se prépare:
Victime d'une loi barbare,
La beauté, la jeunesse est livrée aux bourreaux,
Et vivante descend dans la nuit des tombeaux.

LE PONTIFE
Tel est l'ordre des dieux.

LICINIUS
Cependant leur clémence
Peut laisser à ta voix désarmer leur vengeance.
Je viens pour Julia réclamer ton appui.

LE PONTIFE
Quoses-tu demander, quand l'état aujourd'hui,
Quand le salut de Rome exige une victime?

LICINIUS
Le salut des états ne dépend pas d'un crime.

LE PONTIFE
Ces tristes monuments te disent que jamais
Vesta n'a pardonné de semblables forfaits.

LICINIUS
Romulus en naissant bravait ta loi fatale;
Mars lui donna le jour au sein d une vestale.

LE PONTIFE
Julia doit mourir.

LICINIUS
Elle ne mourra pas.

LE PONTIFE
Les dieux demandent son trépas:
Qui pourrait s'opposer à leur ordre suprême?
Qui pourrait à leurs coups la soustraire?

LICINIUS
Moi-même.

LE PONTIFE
Téméraire, quel crime oses-tu concevoir?

LICINIUS
Connais-moi tout entier, connais mon seul espoir.
Je suis sou amant, son complice;
Et je dois l'arracher ou la suivre au supplice.

LE PONTIFE
Tu périras sans la sauver:
Contre un pouvoir divin, que tu prétends braver,
Ta gloire est une arme frivole.
La roche Tarpéienne est près du Capitole.

Duo

LICINIUS
C'est à toi de trembler:
Dans ma juste colere,
Mon bras peut ébranler
Ton autel sanguinaire.

LE PONTIFE
C'est à toi de trembler;
Le ciel a son tonnerre.

LICINIUS
Si Julia périt, redoute mes transports.

LE PONTIFE
Les dieux arrêteront tes criminels efforts.

LICINIUS
J'ai des amis que ma fureur anime:
Nous couvrirons ces champs de morts,
Et nous sauverons la victime.

LE PONTIFE
Tremble, tremble, tes vains efforts
Ne sauveront pas la victime.

Ensemble

LICINIUS
C'est à toi de trembler.
Dans ma juste colere,
Mon bras peut ébranler
Ton autel sanguinaire.
Si Julia périt, redoute mes transports:
Je veux qu'un horrible hécatombe
Signale ces moments affreux,
Et j'immolerai sur sa tombe
Toi, tes prêtres cruels, et moi-même après eux.

LE PONTIFE
C'est à toi de trembler:
Ta fureur téméraire
Ne saurait m'ébranler;
Le ciel a son tonnerre.
Les dieux arrêteront tes criminel efforts:
Ils ont accepté l'hécatombe;
Et, pour satisfaire à tes vœux
Bientôt ici sur cette tombe
Tes amis périront, et toi-même avec eux.

Licinius sort.

SCÈNE IV
Le Souverain Pontife, L'aruspice.

L'ARUSPICE
Différons, croyez-moi, l'instant du sacrifice.
Il est puissant, vainqueur ....

LE PONTIFE
Vénérable aruspice,
Reposez-vous sur moi du soin religieux
D'arrêter les efforts d'un jeune furieux.

L'ARUSPICE
Du peuple et des soldats si la foule égarée ....

LE PONTIFE
De nos divins autels la gloire est assurée.
Suivons notre devoir, et laissons faire aux dieux.

SCÈNE V
Julia, La Grande Vestale, Les Précédents, Peuple, Prêtres, Soldats, Dames Romaines, Jeunes Filles, Vestales, Consuls, etc.

Julia, conduite par des licteurs, est entourée par ses parents el par un chœur de jeunes filles. On porte devant elle un autel éteint. Les vestales portent les ornements de la vestale condamnée.

CHOEUR DE PEUPLE
pendant la marche du cortège
Périsse la vestale impie
Objet de la haine des dieux;
Que son trépas expie
Son forfait odieux!

CHOEUR DE JEUNES FILLES ET DE VESTALES
Tant de jeunesse, tant de charmes
Vont périr au sein des douleurs.
Dieux cléments! pardonnez les larmes
Que nous arrachent ses malheurs.

JULIA
Aux vestales, à la grande vestale
Adieu, mes tendres sœurs. O vous que je révere,
Du ciel en ma faveur désarmez le courroux;
A mes derniers moments tenez-moi lieu de mère;
Bénissez votre fille embrassant vos genoux.

Elle tombe à ses pieds.

LA GRANDE VESTALE
Ah! je le sens, pour toi j'ai le cœur d'une mere,
Et je bénis ma fille embrassant mes genoux.

JULIA
Plus heureuse, à présent, je puis quitter la terre.

Après ce mouvement, les licteurs séparent Julia de ses compagnes.

LE PONTIFE
auprès de l'autel de Jupiter, où il fait des libations
De Jupiter auguste sœur,
Vesta, déesse protectrice,
Ecoute nos chants de douleur,
Et que le sacrifice
Qu'exige ta justice
Soit le garant de ta faveur.

CHOEUR GÉNÉRAL
Ecoute nos chants de douleur, etc.

JULIA
sur le devant
Le désespoir, la honte, un supplice effroyable,
Dieux immortels, voilà mon sort!
Du sein de ces tombeaux quelle voix lamentable
M'appelle au séjour de la mort?

CHOEUR GÉNÉRAL
Périsse la vestale impie,
Objet de la haine des dieux, etc.

JULIA
Un peuple entier demande que j'expire,
Et presse les tourments qui me sont destinés;
Ma mort importe au salut d'un empire;
Eteignons sans regrets mes jours infortunés.

Air

Toi que je laisse sur la terre,
Mortel que je n'ose nommer,
Tout mon crime fut de t'aimer,
Et la mort ne peut m'y soustraire.
Hélas! dans ces moments d'horreur,
Autour de mon tombeau quand mon ame est errante,
De mon fatal amour la flamme dévorante
Brûle encor au fond de mon cœur.
Des dieux la justice offensée
En vain s'éleve contre moi;
Je t'adresse, en mourant, ma derniere pensée,
Et mon dernier soupir s'exhale encor vers toi.

Pendant cet air, on fait les préparatifs du supplice: on descend dans la tombe un lit, un vase de lait, etc.

CHOEUR DE FEMMES
Tant de jeunesse, tant de charmes,
Vont périr au sein des douleurs, etc.

LE PONTIFE
Dieux de cet empire,
Par un forfait outragés,
Que votre courroux expire;
Vous allez être vengés.

Aux vestales

Sur l'autel profané de la chaste déesse
Que le voile de la prêtresse
Soit suspendu dans ce moment;
Et si Vesta pardonne à son erreur funeste,
Aussitôt la flamme céleste
Va consumer l'indigne vêtement.

Les vestales vont placer la robe sur l'autel; tous les yeux y restent fixés.

CHOEUR DE FEMMES
Vesta, nous t'implorons pour la vierge coupable;
Fais briller à nos yeux ta clarté secourable.

Il se fait un long silence.

LE PONTIFE
remettant à Julia une lampe allumée
Les dieux ont prononcé ton juste châtiment,
La mort doit expier le crime.
Licteurs, dans son tombeau descendez la victime.

JULIA
sur les marches du souterrain
Adieu .... tout! …

SCÈNE DERNIÈRE
Les Mêmes, Licinius, Cinna, Soldats.
Ils se précipitent du mont Quirinal.

LICINIUS
Arrêtez, ministres de la mort!

JULIA
appuyée sur la balustrade qui entoure sa tombe, une partie du corps en terre
C'est sa voix!

LICINIUS
Vous allez immoler l'innocence.
C'est moi qui de Vesta mérite la vengeance:
Je suis seul criminel, ordonnez de mon sort.

CHOEUR
Licinius! ô dieux!

LICINIUS
C'est moi de qui l'audace
Secondant un aveugle amour,
De Vesta, dans la nuit, profana le séjour:
La prêtresse qu'ici votre courroux menace,
Julia, n'eut point part au crime de mes feux.
Qu'elle vive, et mon sang va couler à vos yeux.

Il appuie un glaive sur sa poitrine.

JULIA
Le courage toujours à la pitié s'allie:
Pour suspendre ma mort, il brave le trépas;
Mais à ma faute en vain ce héros s'associe;
Il vous trompe, Romains; je ne le connais pas.

LICINIUS
avec fureur
Tu ne me connais pas!

CHOEUR DE PRÊTRES
Le forfait les rassemble;
Qu'ils périssent ensemble.

CHOEUR DE GUERRIERS
C'est un héros, c'est notre appui.
Avant que du vengeur de Rome
La perte à nos yeux se consomme,
Nous périrons tous avec lui.

CHOEUR DE PRÊTRES ET DE PEUPLE
Le forfait les rassemble;
Qu'ils périssent ensemble.

LE PONTIFE
au peuple
Romains, de vos autels soyez les défenseurs.

LICINIUS
aux siens
De l'innocence, amis, soyez les protecteurs.

CHOEUR DE PRÊTRES
Qu'elle meure!

LICINIUS
Tremblez!

JULIA
De cette lutte impie
Prévenons les dangers en terminant ma vie.

Elle descend dans le souterrain, dont les licteurs ferment aussitôt l'ouverture.
Au même moment le peuple et les soldats qui tiennent pour le grand-prêtre se rangent devant l'entrée du
souterrain, et se préparent à recevoir les soldats de Licinius.

LICINIUS
aux siens
Suivez-moi, compagnons.

Au moment où l'on se prépare à en venir aux mains, le ciel s'obscurcit tout-à-coup; la foudre gronde avec fracas; la scene n'est plus éclairée que du feu des éclairs.

CHOEUR GÉNÉRAL
O terreur! ô disgrâce!
La nuit couvre ces lieux;
La foudre nous menace:
Est-ce justice ou grace
Que vont faire les dieux?
Effroyables tempêtes!
L'air brûlant sur nos tètes
Roule en torrents de feux.
O terreur! ô disgrace, etc.

Les soldats, qui ne se voient plus, et qui sont glacés d'effroi, se mêlent sans combattre.
Licinius et Cinna descendent dans la tombe, et à la fin de la derniere partie du chœur, le fond du théâtre s'ouvre dans sa partie élevée, et laisse voir un volcan de feu d'où la foudre s'échappe et vient embraser sur l'autel la robe de la prêtresse. Le feu reste allumé.

LE PONTIFE
Soldats, peuple, arrêtez!
Quel ravissant spectacle!
Le ciel, par un miracle,
Manifeste ses volontés.
Licinius et Cinna ont ramené sur le devant de la scène Julia évanouie; elle reprend insensiblement
ses esprits.
Voyez sur cet autel la flamme étincelante.

LICINIUS ET CINNA
O ciel!

JULIA
Où suis-je? et qu'est-ce que je vois?

LE PONTIFE
Une déesse bienfaisante,
Révoque en ce moment ses rigoureuses lois;
Mars a désarmé sa colere,
Et Vesta d'une chaîne austere
Délivre sa prêtresse, et couronne ton choix.

JULIA ET LICINIUS
Qu'entends-je? quel espoir!

LE PONTIFE
Sa puissance divine
Vous dérobe l'aspect de ces funestes lieux:
Le temple du pardon va s'ouvrir à vos yeux;
Adorez Vénus Erycine.

Le pontife s'éloigne, et les vestales sortent avec lui, emportant le feu sacré.

Le théâtre change, et représente le cirque de Flore et le temple de Vénus Erycine.

PRÊTRESSES DE VÉNUS
Mortels, renaissez au bonheur;
Parez-vous des fleurs les plus belles:
Vénus de deux amants fideles
En ce jour couronne l'ardeur.

JULIA
O clémence infinie!
Le flambeau de mes jours vient de se rallumer;
Je reçois de l'amour nue nouvelle vie,
à Licinius
Et je la reçois pour t'aimer.

LES PRÊTRESSES DE VÉNUS
conduisant Julia à l'autel
Amante fortunée,
Consacrez vos serments aux autels d'Hyménée.

Duo du deuxième acte

JULIA
à Licinius
Sur cet autel sacré, viens recevoir ma foi.

LICINIUS
De tes regards mon cœur s'enivre;
L'univers est changé pour moi.

JULIA
C'est pour toi seul que je veux vivre;

LICINIUS, JULIA
Sur cet autel sacré, viens recevoir ma foi.

CHOEUR FINAL
L'espoir est rentré dans notre ame;
Nos prieres, nos pleurs ont appaisé les dieux:
Vesta sur son autel a rallumé la flamme
Qu'elle conserve dans les cieux.

La pièce se termine par des jeux et des danses analogues an culte de Vénus Erycine, dans lesquelles on célebre l'hymen de Licinius et de Julia.



|新しいページ|検索|ページ一覧|RSS|@ウィキご利用ガイド | 管理者にお問合せ
|ログイン|