オペラ作曲家別索引

オペラ対訳完成

その他対訳完成

対訳一部完成

このサイトについて

アクセス数

  • 今日  -
  • 昨日  -
  • 累計  -

翻訳エンジン


bose_soundlink_color_ii



ACTE II


(Une salle dans le palais. A droite, au premier plan, porte conduisant aux appartements de la Grande-Duchesse. A droite, au deuxième plan, une porte secrète dissimulée par un tableau qui représente un chevalier armé de pied en cap. Autre tableau à gauche, en face de celuici. porte au premier plan, à gauche. Au fond, grande baie donnant sur une galerie et fermée par des draperies Métier à tapisserie, tabourets, pliants. Iza, Charlotte, Amélie, Olga, autres demoiselles d’honneur, assises et travaillant, puis Népomuc. Un huissier se tient devant les appartements de la Grande-Duchesse, à droite)

Scène Première

CHŒUR
Enfin la guerre est terminée,
La campagne vient de finir;
Dans le courant de la journée,
Nos amoureux vont revenir.

IZA
(regardant à gauche et se levant, ainsi que les autres demoiselles d’honneur)
Le courrier! le courrier!
Vite, mesdemoiselles!
Nous allons avoir des nouvelles!

NÉPOMUC
(entrant par la gauche)
Qui veut des lettres? en voici!

TOUTES
Par ici, monsieur, par ici!

NÉPOMUC
En voici!

TOUTES
En voici!

NÉPOMUC
(allant à la porte de droite, à l’huissier)
Laissez-moi passer, le temps presse
Service personnel de la Grande-duchesse!

(Il entre à droite, l’huissier le suit)

TOUTES
(chacune sa lettre à la main)
Quel trouble avant de vous ouvrir,
Lettres de celui qu’on adore!
Après avoir lu,
Quel plaisir de vous lire
Et relire encore!

OLGA
(ouvrant et lisant sa lettre)
"Je t’ai sur mon cœur
Placée en peinture,
Quand je suis parti.
Il m’a préservé de toute blessure,
Ce portrait chéri!
Et si je reviens sans égratignure,
C’est bien grâce à lui!"
Ah! lettre adorée,
Toute la journée, je te relirai
Et te baiserai!

AMELIE
(de même)
"Il paraît qu’on va
terminer la guerre:
Je reviens demain;
Etant très pressé,
je compte, ma chère,
Dès après demain,
Sans me débotter,
aller à ta mère,
Demander ta main!"
Ah! lettre adorée, etc.

CHARLOTTE
(de même)
"Comme je tremblais
en allant combattre!
En allant au feu,
je mourais de peur!
Je me suis pourtant
battu comme quatre,
Mon amour pour toi
m’a donné du cœur!"
Ah! lettre adorée, etc.

IZA
(de même)
"Nous avons, hier,
gagné la bataille
Du moins, je le crois;
Je m’en moque autant
que d’un brin de paille.
Car, vois-tu, pour moi,
Iza, mon amour,
il n’est rien qui vaille
Un baiser de toi!"
Ah! lettre adorée, etc.

TOUTES
Ah! lettre adorée,
Toute la journée, je te relirai
Et te baiserai!

IZA
(allant à Olga)
Qu’est-ce qu’il y a dans ta lettre?

OLGA
Beaucoup de choses
et dans la tienne?

(Iza lui montre sa lettre)

AMELIE
(à Charlotte)
Oh! Si tu savais!

CHARLOTTE
Montre moi.

AMELIE
Très volontiers
mais tu me montreras aussi?

CHARLOTTE
Je veux bien.

(Elles se montrent leurs lettres)

OLGA
(qui a lu la lettre de Charlotte)
Oh! Il t’écrit des choses comme ça?

IZA.
Oui et le tien non?

OLGA
(montrant sa lettre)
Le mien aussi
Tiens! regarde là ce qui est souligné!

Scène Seconde

(Les autres demoiselles d’honneur ont fait de même au deuxième plan. Entrent, par la gauche, le prince Paul et le baron Grog)

LE PRINCE PAUL
Venez, baron, venez...
Je vous assure que
Vous serez reçu aujourd’hui...

GROG
Je veux le croire, mon prince.

LE PRINCE PAUL
Vous avez votre lettre d’audience?

GROG
(la montrant)
La voici, mon prince.

LE PRINCE PAUL
Alors, ça va aller tout seul...
Bonjour, mesdemoiselles...

AMELIE
(riant)
Bonjour, prince Paul!

CHARLOTTE
(de même)
Pauvre prince!...

IZA
(de même)
Prince infortuné!...

LE PRINCE PAUL
(à Grog)
Elles se moquent de moi.

GROG
J’entends bien!

LE PRINCE PAUL
Je ne leur en veux pas...
Mesdemoiselles, j’ai l’honneur
De vous présenter le baron Grog,
L’envoyé de papa...

LES DEMOISELLES
Monsieur le baron!...

GROG
Mesdemoiselles!...

LE PRINCE PAUL
Il a une lettre d’audience
Pour aujourd’hui.

IZA
Pour aujourd’hui?...

LE PRINCE PAUL
Mais sans doute! Pour aujourd’hui...
Voulez-vous me faire le plaisir
D’aller annoncer à Son Altesse
Que le baron Grog est arrivé?

OLGA
Mais, cher prince,
Cela ne nous regarde pas.

CHARLOTTE
Il faut vous adresser à un aide de camp.

(Entre, par la droite, Népomuc)

AMELIE
En voici un.

NÉPOMUC
Grande nouvelle!...
Le général Fritz sera
Reçu ici dans une heure,
En grande cérémonie...
Il est vainqueur; il revient…
Son altesse est dans une joie!...
Dans une joie!...
Dans une joie!...

(Il sort)

IZA
(toute joyeuse)
Ils reviennent!
Nous allons les revoir!

(Entrent Boum et Puck)

PUCK
Allons, vite,
Mesdemoiselles
Les demoiselles d’honneur,
Dépêchez-vous!...
La Grande Duchesse vous attend!

BOUM
Hâtez-vous, mesdemoiselles!

CHŒUR
Ah! Lettre adorée, etc.

LE PRINCE PAUL
Eh bien?... et mon Grog?

PUCK
Rassurez-vous...

GROG
Quoi?

BOUM
On va recevoir monsieur le baron...
Huissier, introduisez monsieur le baron,
Et faites ce qui vous a été dit...

(a Grog)

Monsieur le baron...

GROG
Tout de suite, général...

(Il se dirige vers la porte)

LE PRINCE PAUL
Allez, Grog, et soyez chaud!

(Grog, précédé de l’huissier, sort par la droite)

Scène Troisième

LE PRINCE PAUL
Enfin!... ah! messieurs!...

PUCK
Voyons, mon seigneur...

LE PRINCE PAUL
Vous ne pouvez pas vous figurer
Comme je suis ému!...
Elle consent à recevoir le baron Grog!
Je le vois... Il traverse le couloir
Et entre dans le petit salon de réception...

BOUM
Oui...

LE PRINCE PAUL
Il traverse le petit salon de réception...

PUCK
Oui...

PRINCE PAUL
Il tourne à gauche...

(dénégation de Boum et de Puck)

On soulève la portière, on l’annonce...
Il se trouve en face...

BOUM
Oh! Mais... Vous allez, vous allez!...
Ça n’est pas ça du tout...
Le baron n’a pas tourné à gauche;
Il a tourné à droite...
Toujours précédé de l’huissier...
Et il s’est trouvé en face d’un escalier...
Au moment où nous parlons,
Il doit être en train de monter...
Quand il aura fini,
Il traversera une demi-douzaine de salles
Et se trouvera en face
D’un autre escalier... Qu’il descendra...
Il retraversera,
Remontera,
Redescendra,
Retraversera...

PUCK
Reremontera...

LE PRINCE PAUL
Reredescendra...

PUCK
Et cætera, et cætera...
Jusqu’à ce qu’il soit arrivé
Devant une petite porte...
Toute grande ouverte...
Votre Grog trouvera là sa voiture...
L’huissier l’invitera
Poliment à y monter
Et lui dira que son audience
Est remise à un autre jour...

LE PRINCE PAUL
Voilà l’ordre
et la marche?...

BOUM
Comme vous dites!...

LE PRINCE PAUL
Et la Grande Duchesse a osé?...

PUCK
Elle a osé...
Mais aussi, prince,
Il faut que vous soyez fou...
Avec tout le respect que je vous dois,
Il faut que vous soyez fou
Pour avoir supposé
Que le jour où le général Fritz
Revient, et revient vainqueur,
La Grande Duchesse s’occuperait
D’autre chose
Que de se préparer à le recevoir...

LE PRINCE PAUL
Fritz!... encore!...
Ah! cet homme! cet homme!...

BOUM
Il sera ici tout à l’heure et il triomphera.

LE PRINCE PAUL
Eh bien! qu’il triomphe!
Mais après...

BOUM, PUCK
Après?

LE PRINCE PAUL
Rien, rien je n’ai rien dit,
Messieurs je n’ai rien voulu dire.

PUCK
(lançant un coup d’œil à Boum, de loin et bas)
Ça ne prend pas

BOUM
(bas)
Disons tout, alors

(Coups de canon au dehors)

L’ennemi! c’est l’ennemi!

(Il tire son sabre et veut se précipiter)

PUCK
Mais non, ce n’est pas l’ennemi!

(avec intention)

C’est notre ennemi!

LE PRINCE PAUL
C’est le général Fritz!

BOUM
Pardon!
C’est qu’il y a quinze jours
Que je ne fais rien
J’ai la nostalgie de la guerre!

Scène Quatrième

(Entre toute la cour, précédée de deux huissiers)

CHŒUR
Après la victoire,
Voici revenir nos soldats;
Célébrons leur gloire,
Rendons grâce
Au Dieu des combats!

(La Grande-duchesse entre par la droite. A sa vue, le prince Paul, Boum et Puck se précipitent vers elle et la saluent humblement)

LA GRANDE-DUCHESSE
(à part)
Donc je vais le revoir!
Voici l’instant suprême!
Pourrai-je, en le voyant,
Lui cacher que je l’aime?

CHŒUR
Après la victoire, etc.

(Fritz entre)

FRITZ
(à la Grande-duchesse)
Madame, en quatre jours
J’ai terminé la guerre!
Vos soldats sont vainqueurs,
Les ennemis ont fui!
Et je vous rapporte aujourd’hui
Le sabre vénéré
De monsieur votre père!

(Il le prend des mains d’un de ses officiers)

LA GRANDE-DUCHESSE
Voici le sabre de mon père!

TOUS
Voici le sabre de son père!

LA GRANDE-DUCHESSE
(à Népomuc)
Qu’on le remette en mon musée d’artillerie!

(Népomuc sort en emportant le sabre. S’adressant à Fritz)

Et vous, soldat victorieux,
Devant ma cour électrisée,
Parlez, et racontez vos exploits glorieux!

TOUS
Parlez et racontez vos exploits glorieux!

FRITZ
Donc je m’en vais vous dire, altesse,
Le résultat de ce combat,
Et comment, grâce à mon adresse,
Les ennemis furent surpris.
En très bon ordre nous partîmes;
Notre drapeau flottait au vent,
Et, quatre jours après, nous vîmes
Cent vingt mille
Hommes manœuvrant.
J’ordonne alors que l’on s’arrête
J’avais mon plan, et, jugez en!
Ce plan là n’était pas trop bête
On a du flair, sans avoir l’air!
J’avais trois cent mille bouteilles,
Moitié vin et moitié liqueurs:
Je me fais, ouvrez vos oreilles!
Tout rafler par leurs maraudeurs.
Voilà tout
Leur camp dans la joie!
"Du vin! Buvons,
Et nous grisons!"
Dans le vin leur raison se noie
Moi, j’attendais, et j’espérais.
Le lendemain, bonheur insigne!
Ils acceptèrent le combat!
Je les vis se ranger en ligne,
Mais, seigneur dieu! Dans quel état!
Ils se répandent dans la plaine,
Butant, roulant, déboulinant;
C’était comme un grand champ d’avoine,
Au gré du vent, se balançant!
Devant son armée en goguette,
Leur général, l’œil allumé,
Gambadait, gris comme une trompette,
Et me criait: "Ohé! ohé!"
Je lui réponds: "viens y, ma vieille!"
Tout aussitôt, le pauvre sot
Se fâche, brandit sa bouteille,
Et, trébuchant, marche en avant!
Non! c’était à mourir de rire!
Sous ce général folichon,
Une armée entière, en délire,
Chantait la mère Godichon.
Ah! La bataille fut bouffonne!
On en poussait un, tout tombait.
Du reste, on n’a tué personne:
C’eût été mal!
Mais c’est égal,
Vos soldats ont fait des merveilles,
Et le soir, c’est flatteur pour eux,
Le soir, sur le champ de bouteilles
Ils ont couché victorieux!

TOUS
Vive le général Fritz!

LA GRANDE-DUCHESSE
Mes compliments, général!
Vous parlez comme vous combattez.

(à sa cour)

Mesdames et messieurs,
Cette imposante cérémonie
Est terminée
L’intérêt de notre
Grand-duché de Gérolstein
Exigeant que nous disions
Au général Fritz
Des choses qui ne peuvent être
Entendues que de lui,
Nous vous permettons de vous retirer
Allez vous en!

LE PRINCE PAUL
(bas, à Puck)
Seule avec lui!

BOUM
(bas)
Comme elle va! comme elle va!

PUCK
(bas)
Et vous souffririez cela, prince?

LE PRINCE PAUL
(de même)
Ah! s’il y avait un moyen!

BOUM
(de même)
Il y en a un, peut-être

LA GRANDE-DUCHESSE
(à la cour)
Allez vous en,
gens de la gens de la cour, allez vous en!

REPRISE DU CHŒUR
Après la victoire,
Voici revenir nos soldats! etc.

(Toute la cour s’éloigne par le fond. La Grande-duchesse et Fritz restent seuls)
ACTE II


(Une salle dans le palais. A droite, au premier plan, porte conduisant aux appartements de la Grande-Duchesse. A droite, au deuxième plan, une porte secrète dissimulée par un tableau qui représente un chevalier armé de pied en cap. Autre tableau à gauche, en face de celuici. porte au premier plan, à gauche. Au fond, grande baie donnant sur une galerie et fermée par des draperies Métier à tapisserie, tabourets, pliants. Iza, Charlotte, Amélie, Olga, autres demoiselles d’honneur, assises et travaillant, puis Népomuc. Un huissier se tient devant les appartements de la Grande-Duchesse, à droite)

Scène Première

CHŒUR
Enfin la guerre est terminée,
La campagne vient de finir;
Dans le courant de la journée,
Nos amoureux vont revenir.

IZA
(regardant à gauche et se levant, ainsi que les autres demoiselles d’honneur)
Le courrier! le courrier!
Vite, mesdemoiselles!
Nous allons avoir des nouvelles!

NÉPOMUC
(entrant par la gauche)
Qui veut des lettres? en voici!

TOUTES
Par ici, monsieur, par ici!

NÉPOMUC
En voici!

TOUTES
En voici!

NÉPOMUC
(allant à la porte de droite, à l’huissier)
Laissez-moi passer, le temps presse
Service personnel de la Grande-duchesse!

(Il entre à droite, l’huissier le suit)

TOUTES
(chacune sa lettre à la main)
Quel trouble avant de vous ouvrir,
Lettres de celui qu’on adore!
Après avoir lu,
Quel plaisir de vous lire
Et relire encore!

OLGA
(ouvrant et lisant sa lettre)
"Je t’ai sur mon cœur
Placée en peinture,
Quand je suis parti.
Il m’a préservé de toute blessure,
Ce portrait chéri!
Et si je reviens sans égratignure,
C’est bien grâce à lui!"
Ah! lettre adorée,
Toute la journée, je te relirai
Et te baiserai!

AMELIE
(de même)
"Il paraît qu’on va
terminer la guerre:
Je reviens demain;
Etant très pressé,
je compte, ma chère,
Dès après demain,
Sans me débotter,
aller à ta mère,
Demander ta main!"
Ah! lettre adorée, etc.

CHARLOTTE
(de même)
"Comme je tremblais
en allant combattre!
En allant au feu,
je mourais de peur!
Je me suis pourtant
battu comme quatre,
Mon amour pour toi
m’a donné du cœur!"
Ah! lettre adorée, etc.

IZA
(de même)
"Nous avons, hier,
gagné la bataille
Du moins, je le crois;
Je m’en moque autant
que d’un brin de paille.
Car, vois-tu, pour moi,
Iza, mon amour,
il n’est rien qui vaille
Un baiser de toi!"
Ah! lettre adorée, etc.

TOUTES
Ah! lettre adorée,
Toute la journée, je te relirai
Et te baiserai!

IZA
(allant à Olga)
Qu’est-ce qu’il y a dans ta lettre?

OLGA
Beaucoup de choses
et dans la tienne?

(Iza lui montre sa lettre)

AMELIE
(à Charlotte)
Oh! Si tu savais!

CHARLOTTE
Montre moi.

AMELIE
Très volontiers
mais tu me montreras aussi?

CHARLOTTE
Je veux bien.

(Elles se montrent leurs lettres)

OLGA
(qui a lu la lettre de Charlotte)
Oh! Il t’écrit des choses comme ça?

IZA.
Oui et le tien non?

OLGA
(montrant sa lettre)
Le mien aussi
Tiens! regarde là ce qui est souligné!

Scène Seconde

(Les autres demoiselles d’honneur ont fait de même au deuxième plan. Entrent, par la gauche, le prince Paul et le baron Grog)

LE PRINCE PAUL
Venez, baron, venez...
Je vous assure que
Vous serez reçu aujourd’hui...

GROG
Je veux le croire, mon prince.

LE PRINCE PAUL
Vous avez votre lettre d’audience?

GROG
(la montrant)
La voici, mon prince.

LE PRINCE PAUL
Alors, ça va aller tout seul...
Bonjour, mesdemoiselles...

AMELIE
(riant)
Bonjour, prince Paul!

CHARLOTTE
(de même)
Pauvre prince!...

IZA
(de même)
Prince infortuné!...

LE PRINCE PAUL
(à Grog)
Elles se moquent de moi.

GROG
J’entends bien!

LE PRINCE PAUL
Je ne leur en veux pas...
Mesdemoiselles, j’ai l’honneur
De vous présenter le baron Grog,
L’envoyé de papa...

LES DEMOISELLES
Monsieur le baron!...

GROG
Mesdemoiselles!...

LE PRINCE PAUL
Il a une lettre d’audience
Pour aujourd’hui.

IZA
Pour aujourd’hui?...

LE PRINCE PAUL
Mais sans doute! Pour aujourd’hui...
Voulez-vous me faire le plaisir
D’aller annoncer à Son Altesse
Que le baron Grog est arrivé?

OLGA
Mais, cher prince,
Cela ne nous regarde pas.

CHARLOTTE
Il faut vous adresser à un aide de camp.

(Entre, par la droite, Népomuc)

AMELIE
En voici un.

NÉPOMUC
Grande nouvelle!...
Le général Fritz sera
Reçu ici dans une heure,
En grande cérémonie...
Il est vainqueur; il revient…
Son altesse est dans une joie!...
Dans une joie!...
Dans une joie!...

(Il sort)

IZA
(toute joyeuse)
Ils reviennent!
Nous allons les revoir!

(Entrent Boum et Puck)

PUCK
Allons, vite,
Mesdemoiselles
Les demoiselles d’honneur,
Dépêchez-vous!...
La Grande Duchesse vous attend!

BOUM
Hâtez-vous, mesdemoiselles!

CHŒUR
Ah! Lettre adorée, etc.

LE PRINCE PAUL
Eh bien?... et mon Grog?

PUCK
Rassurez-vous...

GROG
Quoi?

BOUM
On va recevoir monsieur le baron...
Huissier, introduisez monsieur le baron,
Et faites ce qui vous a été dit...

(a Grog)

Monsieur le baron...

GROG
Tout de suite, général...

(Il se dirige vers la porte)

LE PRINCE PAUL
Allez, Grog, et soyez chaud!

(Grog, précédé de l’huissier, sort par la droite)

Scène Troisième

LE PRINCE PAUL
Enfin!... ah! messieurs!...

PUCK
Voyons, mon seigneur...

LE PRINCE PAUL
Vous ne pouvez pas vous figurer
Comme je suis ému!...
Elle consent à recevoir le baron Grog!
Je le vois... Il traverse le couloir
Et entre dans le petit salon de réception...

BOUM
Oui...

LE PRINCE PAUL
Il traverse le petit salon de réception...

PUCK
Oui...

PRINCE PAUL
Il tourne à gauche...

(dénégation de Boum et de Puck)

On soulève la portière, on l’annonce...
Il se trouve en face...

BOUM
Oh! Mais... Vous allez, vous allez!...
Ça n’est pas ça du tout...
Le baron n’a pas tourné à gauche;
Il a tourné à droite...
Toujours précédé de l’huissier...
Et il s’est trouvé en face d’un escalier...
Au moment où nous parlons,
Il doit être en train de monter...
Quand il aura fini,
Il traversera une demi-douzaine de salles
Et se trouvera en face
D’un autre escalier... Qu’il descendra...
Il retraversera,
Remontera,
Redescendra,
Retraversera...

PUCK
Reremontera...

LE PRINCE PAUL
Reredescendra...

PUCK
Et cætera, et cætera...
Jusqu’à ce qu’il soit arrivé
Devant une petite porte...
Toute grande ouverte...
Votre Grog trouvera là sa voiture...
L’huissier l’invitera
Poliment à y monter
Et lui dira que son audience
Est remise à un autre jour...

LE PRINCE PAUL
Voilà l’ordre
et la marche?...

BOUM
Comme vous dites!...

LE PRINCE PAUL
Et la Grande Duchesse a osé?...

PUCK
Elle a osé...
Mais aussi, prince,
Il faut que vous soyez fou...
Avec tout le respect que je vous dois,
Il faut que vous soyez fou
Pour avoir supposé
Que le jour où le général Fritz
Revient, et revient vainqueur,
La Grande Duchesse s’occuperait
D’autre chose
Que de se préparer à le recevoir...

LE PRINCE PAUL
Fritz!... encore!...
Ah! cet homme! cet homme!...

BOUM
Il sera ici tout à l’heure et il triomphera.

LE PRINCE PAUL
Eh bien! qu’il triomphe!
Mais après...

BOUM, PUCK
Après?

LE PRINCE PAUL
Rien, rien je n’ai rien dit,
Messieurs je n’ai rien voulu dire.

PUCK
(lançant un coup d’œil à Boum, de loin et bas)
Ça ne prend pas

BOUM
(bas)
Disons tout, alors

(Coups de canon au dehors)

L’ennemi! c’est l’ennemi!

(Il tire son sabre et veut se précipiter)

PUCK
Mais non, ce n’est pas l’ennemi!

(avec intention)

C’est notre ennemi!

LE PRINCE PAUL
C’est le général Fritz!

BOUM
Pardon!
C’est qu’il y a quinze jours
Que je ne fais rien
J’ai la nostalgie de la guerre!

Scène Quatrième

(Entre toute la cour, précédée de deux huissiers)

CHŒUR
Après la victoire,
Voici revenir nos soldats;
Célébrons leur gloire,
Rendons grâce
Au Dieu des combats!

(La Grande-duchesse entre par la droite. A sa vue, le prince Paul, Boum et Puck se précipitent vers elle et la saluent humblement)

LA GRANDE-DUCHESSE
(à part)
Donc je vais le revoir!
Voici l’instant suprême!
Pourrai-je, en le voyant,
Lui cacher que je l’aime?

CHŒUR
Après la victoire, etc.

(Fritz entre)

FRITZ
(à la Grande-duchesse)
Madame, en quatre jours
J’ai terminé la guerre!
Vos soldats sont vainqueurs,
Les ennemis ont fui!
Et je vous rapporte aujourd’hui
Le sabre vénéré
De monsieur votre père!

(Il le prend des mains d’un de ses officiers)

LA GRANDE-DUCHESSE
Voici le sabre de mon père!

TOUS
Voici le sabre de son père!

LA GRANDE-DUCHESSE
(à Népomuc)
Qu’on le remette en mon musée d’artillerie!

(Népomuc sort en emportant le sabre. S’adressant à Fritz)

Et vous, soldat victorieux,
Devant ma cour électrisée,
Parlez, et racontez vos exploits glorieux!

TOUS
Parlez et racontez vos exploits glorieux!

FRITZ
Donc je m’en vais vous dire, altesse,
Le résultat de ce combat,
Et comment, grâce à mon adresse,
Les ennemis furent surpris.
En très bon ordre nous partîmes;
Notre drapeau flottait au vent,
Et, quatre jours après, nous vîmes
Cent vingt mille
Hommes manœuvrant.
J’ordonne alors que l’on s’arrête
J’avais mon plan, et, jugez en!
Ce plan là n’était pas trop bête
On a du flair, sans avoir l’air!
J’avais trois cent mille bouteilles,
Moitié vin et moitié liqueurs:
Je me fais, ouvrez vos oreilles!
Tout rafler par leurs maraudeurs.
Voilà tout
Leur camp dans la joie!
"Du vin! Buvons,
Et nous grisons!"
Dans le vin leur raison se noie
Moi, j’attendais, et j’espérais.
Le lendemain, bonheur insigne!
Ils acceptèrent le combat!
Je les vis se ranger en ligne,
Mais, seigneur dieu! Dans quel état!
Ils se répandent dans la plaine,
Butant, roulant, déboulinant;
C’était comme un grand champ d’avoine,
Au gré du vent, se balançant!
Devant son armée en goguette,
Leur général, l’œil allumé,
Gambadait, gris comme une trompette,
Et me criait: "Ohé! ohé!"
Je lui réponds: "viens y, ma vieille!"
Tout aussitôt, le pauvre sot
Se fâche, brandit sa bouteille,
Et, trébuchant, marche en avant!
Non! c’était à mourir de rire!
Sous ce général folichon,
Une armée entière, en délire,
Chantait la mère Godichon.
Ah! La bataille fut bouffonne!
On en poussait un, tout tombait.
Du reste, on n’a tué personne:
C’eût été mal!
Mais c’est égal,
Vos soldats ont fait des merveilles,
Et le soir, c’est flatteur pour eux,
Le soir, sur le champ de bouteilles
Ils ont couché victorieux!

TOUS
Vive le général Fritz!

LA GRANDE-DUCHESSE
Mes compliments, général!
Vous parlez comme vous combattez.

(à sa cour)

Mesdames et messieurs,
Cette imposante cérémonie
Est terminée
L’intérêt de notre
Grand-duché de Gérolstein
Exigeant que nous disions
Au général Fritz
Des choses qui ne peuvent être
Entendues que de lui,
Nous vous permettons de vous retirer
Allez vous en!

LE PRINCE PAUL
(bas, à Puck)
Seule avec lui!

BOUM
(bas)
Comme elle va! comme elle va!

PUCK
(bas)
Et vous souffririez cela, prince?

LE PRINCE PAUL
(de même)
Ah! s’il y avait un moyen!

BOUM
(de même)
Il y en a un, peut-être

LA GRANDE-DUCHESSE
(à la cour)
Allez vous en,
gens de la gens de la cour, allez vous en!

REPRISE DU CHŒUR
Après la victoire,
Voici revenir nos soldats! etc.

(Toute la cour s’éloigne par le fond. La Grande-duchesse et Fritz restent seuls)



|新しいページ|検索|ページ一覧|RSS|@ウィキご利用ガイド | 管理者にお問合せ
|ログイン|