オペラ作曲家別索引

オペラ対訳完成

その他対訳完成

対訳一部完成

このサイトについて

アクセス数

  • 今日  -
  • 昨日  -
  • 累計  -

翻訳エンジン


bose_soundlink_color_ii



ACTE CINQUIEME.

Le théâtre change, et représente un Arc de Triomphe au milieu de deux amphithéâtres, où l’on voit une multitude de différents peuples de la Grèce assemblés pour recevoir Alcide triomphant des Enfers.

SCENE PREMIERE
ADMÈTE, LE CHŒUR

ADMÈTE
Alcide est vainqueur du Trépas,
L’Enfer ne lui résiste pas.
Il ramène Alceste vivante;
Que chacun chante:
Alcide est vainqueur du Trépas,
L’Enfer ne lui résiste pas.

LE CHŒUR sur l’Arc de Triomphe et sur les amphithéâtres
Alcide est vainqueur du Trépas,
L’Enfer ne lui résiste pas.

ADMÈTE
Quelle douleur secrète
Rend mon âme inquiète,
Et trouble mon amour!
Alceste voit encor le jour,
Mais c’est pour un autre qu’Admète.

LE CHŒUR
Alcide est vainqueur du Trépas,
L’Enfer ne lui résiste pas.

ADMÈTE
Ah! du moins cachons ma tristesse;
Alceste dans ces lieux ramène les plaisirs.
Je dois rougir de ma faiblesse.
Quelle honte à mon cœur de mêler des soupirs
Avec tant de cris d’allégresse.

LE CHŒUR
Alcide est vainqueur du Trépas,
L’Enfer ne lui résiste pas.

ADMÈTE
Par une ardeur impatiente
Courons, et devançons ses pas.
Il ramène Alceste vivante,
Que chacun chante.

ADMÈTE et LE CHŒUR
Alcide est vainqueur du Trépas.
L’Enfer ne lui résiste pas.


SCENE SECONDE
LYCHAS, STRATON enchaîné

STRATON
Ne m’ôteras-tu point la chaîne qui m’accable,
Dans ce jour destiné pour tant d’aimables jeux?
Ah! qu’il est rigoureux
D’être seul misérable
Quand on voit tout le monde heureux!

LYCHAS mettant Straton en liberté
Aujourd’hui qu’Alcide ramène
Alceste des Enfers,
Je veux finir ta peine.
Qu’on ne porte plus d’autres fers
Que ceux dont l’Amour nous enchaîne.

STRATON et LYCHAS
Qu’on ne porte plus d’autres fers
Que ceux dont l’Amour nous enchaîne.


SCENE TROISIEME
CÉPHISE, LYCHAS, STRATON

LYCHAS et STRATON
Vois, Céphise, vois qui de nous
Peut rendre ton destin plus doux,
Et termine enfin nos querelles.

LYCHAS
Mes amours seront éternelles.

STRATON
Mon cœur ne sera plus jaloux.

LYCHAS et STRATON
Entre deux amants fidèles,
Choisis un heureux époux.

CÉPHISE
Je n’ai point de choix à faire;
Parlons d’aimer et de plaire,
Et vivons toujours en paix.
L’Hymen détruit la tendresse,
Il rend l’Amour sans attraits;
Voulez-vous aimer sans cesse,
Amants, n’épousez jamais.

CÉPHISE, LYCHAS, et STRATON
L’Hymen détruit la tendresse,
Il rend l’Amour sans attraits;
Voulez-vous aimer sans cesse,
Amants, n’épousez jamais.

CÉPHISE
Prenons part aux transports d’une joie éclatante;
Que chacun chante.

TOUS ENSEMBLE
Alcide est vainqueur du Trépas,
L’Enfer ne lui résiste pas.
Il ramène Alceste vivante,
Que chacun chante:
Alcide est vainqueur du Trépas,
L’Enfer ne lui résiste pas.


SCENE QUATRIEME
ALCIDE, ALCESTE, ADMÈTE, CÉPHISE, LYCHAS, STRATON, PHÉRÈS,

CLÉANTE, LE CHŒUR, ALCIDE
Pour une si belle victoire,
Peut-on avoir trop entrepris?
Ah! qu’il est doux de courir à la gloire
Lorsque l’Amour en doit donner le prix!

Vous détournez vos yeux! je vous trouve insensible?
Admète a seul ici vos regards les plus doux?

ALCESTE
Je fais ce qui m’est possible
Pour ne regarder que vous.

ALCIDE
Vous devez suivre mon envie,
C’est pour moi qu’on vous rend le jour.

ALCESTE
Je n’ai pu reprendre la vie
Sans reprendre aussi mon amour.

ALCIDE
Admète en ma faveur vous a cédé lui-même.

ADMÈTE
Alcide pouvait seul vous ôter au Trépas.
Alceste, vous vivez, je revois vos appas,
Ai-je pu trop payer cette douceur extrême?

ADMÈTE et ALCESTE
Ah! que ne fait-on pas
Pour sauver ce qu’on aime!

ALCIDE
Vous soupirez tous deux au gré de vos désirs;
Est-ce ainsi qu’on me tient parole?

ADMÈTE et ALCESTE ensemble
Pardonnez aux derniers soupirs
D’un malheureux Amour qu’il faut qu’on vous immole.
{Alceste} {Admete}, il ne faut plus nous voir.
D’un autre que {de moi votre sort} {de vous mon destin} doit dépendre
Il faut dans les grands cœurs que l’Amour le plus tendre
Soit la Victime du Devoir.
{Alceste} {Admete}, il ne faut plus nous voir.

Admète se retire, et Alceste offre sa main à Alcide qui arrête Admète, et lui cède la main qu’Alceste lui présente.

ALCIDE
Non, non, vous ne devez pas croire
Qu’un Vainqueur des Tyrans soit Tyran à son tour.
Sur l’Enfer, sur la Mort, j’emporte la victoire;
Il ne manque plus à ma gloire
Que de triompher de l’Amour.

ADMÈTE et ALCESTE
Ah! quelle gloire extrême!
Quel héroïque effort!
Le Vainqueur de la Mort
Triomphe de lui-même.


SCENE CINQUIEME
APOLLON, LES MUSES, LES JEUX, ALCIDE, ADMÈTE, ALCESTE, et leur Suite
Apollon descend dans un palais éclatant au milieu des Muses et des Jeux qu’il amène pour prendre part à la joie d’Admète et d’Alceste, et pour célébrer le Triomphe d’Alcide.

APOLLON
Les Muses et les Jeux s’empressent de descendre,
Apollon les conduit dans ces aimables lieux.

Vous, à qui j’ai pris soin d’apprendre
A chanter vos Amours sur le ton le plus tendre,
Bergers, chantez avec les Dieux.
Chantons, chantons, faisons entendre
Nos chansons jusques dans les Cieux.


SCENE SIXIEME ET DERNIERE
Une troupe de bergers et de bergères, et une troupe de pâtres, dont les uns chantent et les autres dansent, viennent par l’ordre d’Apollon contribuer à la réjouissance.

LES CHŒURS DES MUSES, DES THESSALIENS et DES BERGERS chantent ensemble
Chantons, chantons, faisons entendre
Nos chansons jusque dans les Cieux.
Straton chante au milieu des pâtres dansants.
A quoi bon
Tant de raison
Dans le bel âge?
A quoi bon
Tant de raison
Hors de saison?
Qui craint le danger
De s’engager
Est sans courage;
Tout rit aux amants,
Les Jeux charmants
Sont leur partage.
Tôt, tôt, tôt, soyons contents,
Il vient un temps
Qu’on est trop sage.

Céphise chante au milieu des bergers et des bergères qui dansent.

C’est la saison d’aimer
Quand on sait plaire,
C’est la saison d’aimer
Quand on sait charmer.
Les plus beaux de nos jours ne durent guère,
Le sort de la Beauté nous doit alarmer,
Nos champs n’ont point de fleur plus passagère;
C’est la saison d’aimer
Quand on sait plaire,
C’est la saison d’aimer
Quand on sait charmer.
Un peu d’amour est nécessaire,
Il n’est jamais trop tôt de s’enflammer;
Nous donne-t-on un cœur pour n’en rien faire ?
C’est la saison d’aimer
Quand on sait plaire,
C’est la saison d’aimer
Quand on sait charmer.

La troupe des bergers danse avec la troupe des pâtres. Les chœurs se répondent les uns aux autres, et s’unissent enfin tous ensemble.

LES CHŒURS
Triomphez, généreux Alcide,
Aimez en paix, heureux époux.
Que {toujours la Gloire} {sans cesse l’Amour} vous guide.
Jouissez à jamais des {honneurs} {plaisirs} les plus doux.
Triomphez, généreux Alcide,
Aimez en paix, heureux époux.
Apollon vole avec les Jeux.

Fin du cinquième et dernier Acte.
ACTE CINQUIEME.

Le théâtre change, et représente un Arc de Triomphe au milieu de deux amphithéâtres, où l’on voit une multitude de différents peuples de la Grèce assemblés pour recevoir Alcide triomphant des Enfers.

SCENE PREMIERE
ADMÈTE, LE CHŒUR

ADMÈTE
Alcide est vainqueur du Trépas,
L’Enfer ne lui résiste pas.
Il ramène Alceste vivante;
Que chacun chante:
Alcide est vainqueur du Trépas,
L’Enfer ne lui résiste pas.

LE CHŒUR sur l’Arc de Triomphe et sur les amphithéâtres
Alcide est vainqueur du Trépas,
L’Enfer ne lui résiste pas.

ADMÈTE
Quelle douleur secrète
Rend mon âme inquiète,
Et trouble mon amour!
Alceste voit encor le jour,
Mais c’est pour un autre qu’Admète.

LE CHŒUR
Alcide est vainqueur du Trépas,
L’Enfer ne lui résiste pas.

ADMÈTE
Ah! du moins cachons ma tristesse;
Alceste dans ces lieux ramène les plaisirs.
Je dois rougir de ma faiblesse.
Quelle honte à mon cœur de mêler des soupirs
Avec tant de cris d’allégresse.

LE CHŒUR
Alcide est vainqueur du Trépas,
L’Enfer ne lui résiste pas.

ADMÈTE
Par une ardeur impatiente
Courons, et devançons ses pas.
Il ramène Alceste vivante,
Que chacun chante.

ADMÈTE et LE CHŒUR
Alcide est vainqueur du Trépas.
L’Enfer ne lui résiste pas.


SCENE SECONDE
LYCHAS, STRATON enchaîné

STRATON
Ne m’ôteras-tu point la chaîne qui m’accable,
Dans ce jour destiné pour tant d’aimables jeux?
Ah! qu’il est rigoureux
D’être seul misérable
Quand on voit tout le monde heureux!

LYCHAS mettant Straton en liberté
Aujourd’hui qu’Alcide ramène
Alceste des Enfers,
Je veux finir ta peine.
Qu’on ne porte plus d’autres fers
Que ceux dont l’Amour nous enchaîne.

STRATON et LYCHAS
Qu’on ne porte plus d’autres fers
Que ceux dont l’Amour nous enchaîne.


SCENE TROISIEME
CÉPHISE, LYCHAS, STRATON

LYCHAS et STRATON
Vois, Céphise, vois qui de nous
Peut rendre ton destin plus doux,
Et termine enfin nos querelles.

LYCHAS
Mes amours seront éternelles.

STRATON
Mon cœur ne sera plus jaloux.

LYCHAS et STRATON
Entre deux amants fidèles,
Choisis un heureux époux.

CÉPHISE
Je n’ai point de choix à faire;
Parlons d’aimer et de plaire,
Et vivons toujours en paix.
L’Hymen détruit la tendresse,
Il rend l’Amour sans attraits;
Voulez-vous aimer sans cesse,
Amants, n’épousez jamais.

CÉPHISE, LYCHAS, et STRATON
L’Hymen détruit la tendresse,
Il rend l’Amour sans attraits;
Voulez-vous aimer sans cesse,
Amants, n’épousez jamais.

CÉPHISE
Prenons part aux transports d’une joie éclatante;
Que chacun chante.

TOUS ENSEMBLE
Alcide est vainqueur du Trépas,
L’Enfer ne lui résiste pas.
Il ramène Alceste vivante,
Que chacun chante:
Alcide est vainqueur du Trépas,
L’Enfer ne lui résiste pas.


SCENE QUATRIEME
ALCIDE, ALCESTE, ADMÈTE, CÉPHISE, LYCHAS, STRATON, PHÉRÈS,

CLÉANTE, LE CHŒUR, ALCIDE
Pour une si belle victoire,
Peut-on avoir trop entrepris?
Ah! qu’il est doux de courir à la gloire
Lorsque l’Amour en doit donner le prix!

Vous détournez vos yeux! je vous trouve insensible?
Admète a seul ici vos regards les plus doux?

ALCESTE
Je fais ce qui m’est possible
Pour ne regarder que vous.

ALCIDE
Vous devez suivre mon envie,
C’est pour moi qu’on vous rend le jour.

ALCESTE
Je n’ai pu reprendre la vie
Sans reprendre aussi mon amour.

ALCIDE
Admète en ma faveur vous a cédé lui-même.

ADMÈTE
Alcide pouvait seul vous ôter au Trépas.
Alceste, vous vivez, je revois vos appas,
Ai-je pu trop payer cette douceur extrême?

ADMÈTE et ALCESTE
Ah! que ne fait-on pas
Pour sauver ce qu’on aime!

ALCIDE
Vous soupirez tous deux au gré de vos désirs;
Est-ce ainsi qu’on me tient parole?

ADMÈTE et ALCESTE ensemble
Pardonnez aux derniers soupirs
D’un malheureux Amour qu’il faut qu’on vous immole.
{Alceste} {Admete}, il ne faut plus nous voir.
D’un autre que {de moi votre sort} {de vous mon destin} doit dépendre
Il faut dans les grands cœurs que l’Amour le plus tendre
Soit la Victime du Devoir.
{Alceste} {Admete}, il ne faut plus nous voir.

Admète se retire, et Alceste offre sa main à Alcide qui arrête Admète, et lui cède la main qu’Alceste lui présente.

ALCIDE
Non, non, vous ne devez pas croire
Qu’un Vainqueur des Tyrans soit Tyran à son tour.
Sur l’Enfer, sur la Mort, j’emporte la victoire;
Il ne manque plus à ma gloire
Que de triompher de l’Amour.

ADMÈTE et ALCESTE
Ah! quelle gloire extrême!
Quel héroïque effort!
Le Vainqueur de la Mort
Triomphe de lui-même.


SCENE CINQUIEME
APOLLON, LES MUSES, LES JEUX, ALCIDE, ADMÈTE, ALCESTE, et leur Suite
Apollon descend dans un palais éclatant au milieu des Muses et des Jeux qu’il amène pour prendre part à la joie d’Admète et d’Alceste, et pour célébrer le Triomphe d’Alcide.

APOLLON
Les Muses et les Jeux s’empressent de descendre,
Apollon les conduit dans ces aimables lieux.

Vous, à qui j’ai pris soin d’apprendre
A chanter vos Amours sur le ton le plus tendre,
Bergers, chantez avec les Dieux.
Chantons, chantons, faisons entendre
Nos chansons jusques dans les Cieux.


SCENE SIXIEME ET DERNIERE
Une troupe de bergers et de bergères, et une troupe de pâtres, dont les uns chantent et les autres dansent, viennent par l’ordre d’Apollon contribuer à la réjouissance.

LES CHŒURS DES MUSES, DES THESSALIENS et DES BERGERS chantent ensemble
Chantons, chantons, faisons entendre
Nos chansons jusque dans les Cieux.
Straton chante au milieu des pâtres dansants.
A quoi bon
Tant de raison
Dans le bel âge?
A quoi bon
Tant de raison
Hors de saison?
Qui craint le danger
De s’engager
Est sans courage;
Tout rit aux amants,
Les Jeux charmants
Sont leur partage.
Tôt, tôt, tôt, soyons contents,
Il vient un temps
Qu’on est trop sage.

Céphise chante au milieu des bergers et des bergères qui dansent.

C’est la saison d’aimer
Quand on sait plaire,
C’est la saison d’aimer
Quand on sait charmer.
Les plus beaux de nos jours ne durent guère,
Le sort de la Beauté nous doit alarmer,
Nos champs n’ont point de fleur plus passagère;
C’est la saison d’aimer
Quand on sait plaire,
C’est la saison d’aimer
Quand on sait charmer.
Un peu d’amour est nécessaire,
Il n’est jamais trop tôt de s’enflammer;
Nous donne-t-on un cœur pour n’en rien faire ?
C’est la saison d’aimer
Quand on sait plaire,
C’est la saison d’aimer
Quand on sait charmer.

La troupe des bergers danse avec la troupe des pâtres. Les chœurs se répondent les uns aux autres, et s’unissent enfin tous ensemble.

LES CHŒURS
Triomphez, généreux Alcide,
Aimez en paix, heureux époux.
Que {toujours la Gloire} {sans cesse l’Amour} vous guide.
Jouissez à jamais des {honneurs} {plaisirs} les plus doux.
Triomphez, généreux Alcide,
Aimez en paix, heureux époux.
Apollon vole avec les Jeux.

Fin du cinquième et dernier Acte.

(libretto: Philippe Quinault)



|新しいページ|検索|ページ一覧|RSS|@ウィキご利用ガイド | 管理者にお問合せ
|ログイン|