オペラ作曲家別索引

オペラ対訳完成

その他対訳完成

対訳一部完成

このサイトについて

アクセス数

  • 今日  -
  • 昨日  -
  • 累計  -

翻訳エンジン


bose_soundlink_color_ii



ACTE III


(Le théâtre représente un désert)

Scène 1

(Armide, seule)

ARMIDE
Ah! Si la liberté me doit être ravie,
Est-ce à toi d'être mon vainqueur?
Trop funeste ennemi du bonheur de ma vie,
Faut-il que malgré moi tu règnes
dans mon coeur?
Le désir de ta mort fut ma plus chère envie,
Comment as-tu changé ma colère en langueur?
En vain, de mille amants je me voyais suivie,
Aucun n'a fléchi ma rigueur.
Se peut-il que Renaud
tienne Armide asservie?
Ah! Si la liberté me doit être ravie etc.

Scène 2

(Armide, Phénice et Sidonie)

PHENICE
Que ne peut point votre art?
La force en est extrême,
Quel prodige, quel changement!
Renaud, qui fut si fier, vous aime,
On n'a jamais aimé si tendrement.

SIDONIE
Montrez-vous à ses yeux,
soyez témoin vous-même
Du merveilleux effet de votre enchantement.

ARMIDE
L'enfer n'a pas encore
rempli mon espérance,
il faut qu'un nouveau charme
assure ma vengeance.

SIDONIE
Sur des bords séparés
du séjour des humains,
Qui peut arracher de vos mains
Un ennemi qui vous adore?
Vous enchantez Renaud,
que craignez-vous encore?

ARMIDE
Hélas! C'est mon coeur que je crains.
Votre amitié dans mon sort s'intéresse:
Je vous ai fait conduire avec moi dans ces lieux;
Au reste des mortels je cache ma faiblesse,
je n'en veux rougir qu'à vos yeux.

De mes plus doux regards
Renaud sut se défendre,
je ne pus engager ce coeur fier à se rendre,
Il m'échappa, malgré mes soins.
Sous le nom du dépit
l'amour vint me surprendre
Lorsque je m'en gardais le moins.
Plus Renaud m'aimera,
moins je serai tranquille;
J'ai résolu de le haïr.
Je n'ai tenté jamais rien de si difficile;
Je crains que pour forcer mon coeur à m'obéir
Tout mon art ne soit inutile.

PHENICE
Que votre art serait beau! Qu'il serait admiré
S'il savait garantir des troubles de la vie!
Heureux qui peut être assuré
De disposer de son coeur à son gré!
C'est un secret digne d'envie,
Mais de tous les secrets, c'est le plus ignoré.

SIDONIE
La haine est affreuse et barbare;
L'amour contraint les coeurs dont il s'empare
A souffrir des maux rigoureux;
Si votre sort est en votre puissance,
Faites choix de l'indifférence;
Elle assure un repos heureux.

ARMIDE
Non, non, il ne m'est plus possible
De passer de mon trouble en un état paisible,
Mon coeur ne se peut plus calmer.
Renaud m'offense trop,
il n'est que trop aimable,
C'est pour moi désormais un choix indispensable
De le hait ou de l'aimer.

PHENICE
Vous n'avez pu haïr ce héros invincible,
Lorsqu'il était le plus terrible
De tous vos ennemis.
Il vous aime, l'amour l'enchaîne;
Garderiez-vous mieux votre haine
Contre un amant si tendre et si soumis?

ARMIDE
Il m'aime? Quel amour!
Ma honte s'en augmente.
Dois-je être aimée ainsi?
Puis-je en être contente?
C'est un vain triomphe, un faux bien.
Hélas! Que son amour est différent du mien!
J'ai recours aux enfers
pour allumer sa flamme,
C'est l'effort de mon art qui peut tout sur son âme,
Ma faible beauté n'y peut rien.
Par son propre mérite il suspend ma vengeance;
Sans secours, sans effort,
même sans qu'il y pense, Il enchaîne
mon coeur d'un trop charmant lien.
Hélas! Que mon amour est différent du sien!
Quelle vengeance ai-je à prétendre
Si je le veux aimer toujours?
Quoi! Céder sans rien entreprendre?
Non, il faut appeler la Haine à mon secours.
L'horreur de ces lieux solitaires
Par mon art va se redoubler.
Détournez vos regards
de mes affreux mystères,
Et surtout, empêchez Renaud de me troubler.

(Phénice et Sidonie sortent.)

Scène 3

(Armide, seule Air)

ARMIDE
Venez, venez, Haine implacable!
Sortez du gouffre épouvantable
Où vous faites régner une éternelle horreur.
Sauvez-moi de l'amour, rien n'est si redoutable;
Contre un ennemi trop aimable
Rendez-moi mon courroux, rallumez ma fureur.
Venez, venez, Haine implacable etc.

Scène 4

(La Haine sort des enfers avec sa suite.)

LA HAINE
Je réponds à tes voeux, ta voix s'est fait entendre
Jusque dans le fond des enfers.
Pour toi, contre l'amour, je vais tout entreprendre;
Et quand on veut bien s'en défendre,
On peut se garantir de ses indignes fers.

LA HAINE, LA SUITE DE LA HAINE
Plus on connaît l'amour, et plus on le déteste;
Détruisons son pouvoir funeste,
Rompons ses noeuds, déchirons son bandeau,
Brûlons ses traits, éteignons son flambeau.

(La suite de la Haine commence l'enchantement qui doit détruire le pouvoir de l'amour.)

LA HAINE
Amour, sors pour jamais,
sors d'un coeur qui te chasse!
Laisse-moi régner en ta place!
Tu fais trop souffrir sous ta loi,
Non, tout l'enfer n'a rien de si cruel que toi!

CHOEUR
Amour, sors pour jamais,
sors d'un coeur qui te chasse!
Que la Haine règne en ta place!
Tu fais trop souffrir sous ta loi,
Non, tout l'enfer n'a rien de si cruel que toi!

(La suite de la Haine montre qu'elle se prépare avec plaisir à triompher de l'amour.)

LA HAINE
(s'approchant d'Armide)
Sors, sors du sein d'Armide, amour,
brise ta chaîne!

ARMIDE
Arrête, arrête, affreuse Haine!
Laisse-moi sous les lois
d'un si charmant vainqueur;
Laisse-moi, je renonce à ton secours horrible!
Non, non, n'achève pas, non, il n'est pas possible
De m'ôter mon amour sans m'arracher le coeur!

CHOEUR
Sors, sors du sein d'Armide, amour,
brise ta chaîne!

LA HAINE
N'implores-tu mon assistance
Que pour mépriser ma puissance?
Suis l'amour, puisque tu le veux,
Infortunée Armide.
Suis l'amour, qui te guide
Dans un abîme affreux.

CHOEUR
Suis l'amour, puisque tu le veux etc.

LA HAINE
Sur ces bords écartés, c'est en vain que tu caches
Le héros dont ton coeur s'est trop laissé toucher;
La gloire à qui tu l'arraches
Doit bientôt te l'arracher;
Malgré tes soins, au mépris de tes larmes,
Tu le verras échapper à tes charmes.

CHOEUR
Suis l'amour, puisque tu le veux etc.

LA HAINE
Tu me rappelleras peut-être dès ce jour,
Et ton attente sera vaine;
Je vais te quitter sans retour.
Je ne te puis punir d'une plus rude peine
Que de t'abandonner pour jamais à l'amour.

CHOEUR
Suis l'amour, puisque tu le veux etc.

(La Haine et sa suite s'abîment)

Scène 5

(Armide, seule)

ARMIDE
O Ciel! Quelle horrible menace!
Je frémis, tout mon sang se glace!
Amour, puissant amour, viens calmer mon effroi,
Et prends pitié d'un coeur qui s'abandonne à toi!

(Elle sort)
ACTE III


(Le théâtre représente un désert)

Scène 1

(Armide, seule)

ARMIDE
Ah! Si la liberté me doit être ravie,
Est-ce à toi d'être mon vainqueur?
Trop funeste ennemi du bonheur de ma vie,
Faut-il que malgré moi tu règnes
dans mon coeur?
Le désir de ta mort fut ma plus chère envie,
Comment as-tu changé ma colère en langueur?
En vain, de mille amants je me voyais suivie,
Aucun n'a fléchi ma rigueur.
Se peut-il que Renaud
tienne Armide asservie?
Ah! Si la liberté me doit être ravie etc.

Scène 2

(Armide, Phénice et Sidonie)

PHENICE
Que ne peut point votre art?
La force en est extrême,
Quel prodige, quel changement!
Renaud, qui fut si fier, vous aime,
On n'a jamais aimé si tendrement.

SIDONIE
Montrez-vous à ses yeux,
soyez témoin vous-même
Du merveilleux effet de votre enchantement.

ARMIDE
L'enfer n'a pas encore
rempli mon espérance,
il faut qu'un nouveau charme
assure ma vengeance.

SIDONIE
Sur des bords séparés
du séjour des humains,
Qui peut arracher de vos mains
Un ennemi qui vous adore?
Vous enchantez Renaud,
que craignez-vous encore?

ARMIDE
Hélas! C'est mon coeur que je crains.
Votre amitié dans mon sort s'intéresse:
Je vous ai fait conduire avec moi dans ces lieux;
Au reste des mortels je cache ma faiblesse,
je n'en veux rougir qu'à vos yeux.

De mes plus doux regards
Renaud sut se défendre,
je ne pus engager ce coeur fier à se rendre,
Il m'échappa, malgré mes soins.
Sous le nom du dépit
l'amour vint me surprendre
Lorsque je m'en gardais le moins.
Plus Renaud m'aimera,
moins je serai tranquille;
J'ai résolu de le haïr.
Je n'ai tenté jamais rien de si difficile;
Je crains que pour forcer mon coeur à m'obéir
Tout mon art ne soit inutile.

PHENICE
Que votre art serait beau! Qu'il serait admiré
S'il savait garantir des troubles de la vie!
Heureux qui peut être assuré
De disposer de son coeur à son gré!
C'est un secret digne d'envie,
Mais de tous les secrets, c'est le plus ignoré.

SIDONIE
La haine est affreuse et barbare;
L'amour contraint les coeurs dont il s'empare
A souffrir des maux rigoureux;
Si votre sort est en votre puissance,
Faites choix de l'indifférence;
Elle assure un repos heureux.

ARMIDE
Non, non, il ne m'est plus possible
De passer de mon trouble en un état paisible,
Mon coeur ne se peut plus calmer.
Renaud m'offense trop,
il n'est que trop aimable,
C'est pour moi désormais un choix indispensable
De le hait ou de l'aimer.

PHENICE
Vous n'avez pu haïr ce héros invincible,
Lorsqu'il était le plus terrible
De tous vos ennemis.
Il vous aime, l'amour l'enchaîne;
Garderiez-vous mieux votre haine
Contre un amant si tendre et si soumis?

ARMIDE
Il m'aime? Quel amour!
Ma honte s'en augmente.
Dois-je être aimée ainsi?
Puis-je en être contente?
C'est un vain triomphe, un faux bien.
Hélas! Que son amour est différent du mien!
J'ai recours aux enfers
pour allumer sa flamme,
C'est l'effort de mon art qui peut tout sur son âme,
Ma faible beauté n'y peut rien.
Par son propre mérite il suspend ma vengeance;
Sans secours, sans effort,
même sans qu'il y pense, Il enchaîne
mon coeur d'un trop charmant lien.
Hélas! Que mon amour est différent du sien!
Quelle vengeance ai-je à prétendre
Si je le veux aimer toujours?
Quoi! Céder sans rien entreprendre?
Non, il faut appeler la Haine à mon secours.
L'horreur de ces lieux solitaires
Par mon art va se redoubler.
Détournez vos regards
de mes affreux mystères,
Et surtout, empêchez Renaud de me troubler.

(Phénice et Sidonie sortent.)

Scène 3

(Armide, seule Air)

ARMIDE
Venez, venez, Haine implacable!
Sortez du gouffre épouvantable
Où vous faites régner une éternelle horreur.
Sauvez-moi de l'amour, rien n'est si redoutable;
Contre un ennemi trop aimable
Rendez-moi mon courroux, rallumez ma fureur.
Venez, venez, Haine implacable etc.

Scène 4

(La Haine sort des enfers avec sa suite.)

LA HAINE
Je réponds à tes voeux, ta voix s'est fait entendre
Jusque dans le fond des enfers.
Pour toi, contre l'amour, je vais tout entreprendre;
Et quand on veut bien s'en défendre,
On peut se garantir de ses indignes fers.

LA HAINE, LA SUITE DE LA HAINE
Plus on connaît l'amour, et plus on le déteste;
Détruisons son pouvoir funeste,
Rompons ses noeuds, déchirons son bandeau,
Brûlons ses traits, éteignons son flambeau.

(La suite de la Haine commence l'enchantement qui doit détruire le pouvoir de l'amour.)

LA HAINE
Amour, sors pour jamais,
sors d'un coeur qui te chasse!
Laisse-moi régner en ta place!
Tu fais trop souffrir sous ta loi,
Non, tout l'enfer n'a rien de si cruel que toi!

CHOEUR
Amour, sors pour jamais,
sors d'un coeur qui te chasse!
Que la Haine règne en ta place!
Tu fais trop souffrir sous ta loi,
Non, tout l'enfer n'a rien de si cruel que toi!

(La suite de la Haine montre qu'elle se prépare avec plaisir à triompher de l'amour.)

LA HAINE
(s'approchant d'Armide)
Sors, sors du sein d'Armide, amour,
brise ta chaîne!

ARMIDE
Arrête, arrête, affreuse Haine!
Laisse-moi sous les lois
d'un si charmant vainqueur;
Laisse-moi, je renonce à ton secours horrible!
Non, non, n'achève pas, non, il n'est pas possible
De m'ôter mon amour sans m'arracher le coeur!

CHOEUR
Sors, sors du sein d'Armide, amour,
brise ta chaîne!

LA HAINE
N'implores-tu mon assistance
Que pour mépriser ma puissance?
Suis l'amour, puisque tu le veux,
Infortunée Armide.
Suis l'amour, qui te guide
Dans un abîme affreux.

CHOEUR
Suis l'amour, puisque tu le veux etc.

LA HAINE
Sur ces bords écartés, c'est en vain que tu caches
Le héros dont ton coeur s'est trop laissé toucher;
La gloire à qui tu l'arraches
Doit bientôt te l'arracher;
Malgré tes soins, au mépris de tes larmes,
Tu le verras échapper à tes charmes.

CHOEUR
Suis l'amour, puisque tu le veux etc.

LA HAINE
Tu me rappelleras peut-être dès ce jour,
Et ton attente sera vaine;
Je vais te quitter sans retour.
Je ne te puis punir d'une plus rude peine
Que de t'abandonner pour jamais à l'amour.

CHOEUR
Suis l'amour, puisque tu le veux etc.

(La Haine et sa suite s'abîment)

Scène 5

(Armide, seule)

ARMIDE
O Ciel! Quelle horrible menace!
Je frémis, tout mon sang se glace!
Amour, puissant amour, viens calmer mon effroi,
Et prends pitié d'un coeur qui s'abandonne à toi!

(Elle sort)



|新しいページ|検索|ページ一覧|RSS|@ウィキご利用ガイド | 管理者にお問合せ
|ログイン|