オペラ作曲家別索引

オペラ対訳完成

その他対訳完成

対訳一部完成

このサイトについて

アクセス数

  • 今日  -
  • 昨日  -
  • 累計  -

翻訳エンジン


bose_soundlink_color_ii



ACTE 5
(Le theatre change, et represente le palais de Pluton.)

SCENE 1
Pluton, les trois juges des enfers, les trois furies, troupe de divinitez infernales. Les trois furies.

Pluton
Vous qui reconnoissez ma supresme puissance,
Donnez-moy des conseils, donnez-moy du secours.
L' orgueilleux Jupiter m' offence,
Il veut rompre aujourd' huy l' heureuse intelligence
Que nous avions juré de conserver toujours.
Les dieux ont aimé tous, et le Dieu du ciel-mesme
S' est laissé cent fois enflammer.
C' est la premiere fois que j' aime,
Et l' on veut me ravir ce qui m’a sçeu charmer.
Ah ! C' est une rigueur extresme
De condamner un coeur à ne jamais aimer.
C' est votre reine qu' on demande :
Jupiter veut que je la rende,
Et Mercure pretend l' enlever d' ici-bas.
Pouvons-nous endurer que l' on nous la ravisse ?

Le Choeur
Non, non, c' est une injustice
Que nous ne souffrirons pas.

Pluton
Et par quel droit faut-il que Jupiter s' obstine
A troubler le bonheur que l'Amour me destine ?
Mon pouvoir n' est-il pas independant du sien ?
Gardons Proserpine,
Les enfers ne rendent rien.

(Le choeur repete ces deux vers.)

Les trois juges des enfers.
Proserpine a goûté des fruits de vostre empire,
Elle est à vous, on ne peut vous l' oster.
Aux arrests du destin les dieux doivent souscrire,
C’est vainement qu' on y veut resister.

Pluton
Que le ciel menace, qu' il tonne ;
Il faut que rien ne nous estonne,
Nous avons pour nous en ce jour,
Le Destin et l'Amour.

(Le choeur repete ces quatre vers.)

Les trois furies.
Plutôt que de souffrir l' injure
Que le ciel veut faire aux enfers,
Renversons toute la nature;
Périsse l' univers.

(Le choeur repete les deux derniers vers.)

Une des furies.
Retirons les geants de leur prison obscure ;
Des Titans enchainez il faut briser les fers :

Les furies et le choeur.
Renversons toute la nature,
Perisse l' univers.

SCENE 2
(Le theatre change, et represente une solitude.)
Ceres seule.
Deserts escartés, sombres lieux,
Cachez mes soupirs et mes larmes.
Mon desespoir a trop de charmes
Pour les impitoyables dieux.
Deserts escartés, sombres lieux,
Cachez mes soupirs, et mes larmes.
Les dieux estoient jaloux de mon sort glorieux ;
C' est un doux spectacle à leurs yeux
Que les malheurs cruels dont je suis poursuivie :
Ils se font un plaisir de mes cris furieux ;
Jupiter m' a livrée à leur barbare envie :
Jupiter me trahit, ma fille m' est ravie.
Je perds ce que j' aimois le mieux ;
Infortunée, helas ! Le jour m' est odieux,
Et je suis pour jamais condamnée à la vie.
Ah! Je ne puis souffrir la lumiere des cieux !
Mon desespoir a trop de charmes
Pour les impitoyables dieux ;
Deserts escartés, sombres lieux,
Cachez mes soupirs, et mes larmes.

SCENE 3
Ceres, voix infernales.

Ceres
Quels abismes se sont ouverts!
Qu' entends-je ? Quel affreux murmure !

Voix Infernales
Renversons toute la nature.
Périsse l' univers.

Ceres
Le ciel n' est point touché des maux que j' ay soufferts,
L’enfer prendroit-il part aux peines que j' endure.

Voix Infernales.
Renversons toute la nature.
Périsse l' univers.

Ceres.
Périsse l' univers.

SCENE 4
Alphée, Arethuse, Ceres,
(Alphée et Arethuse sortent des enfers.)

Ceres
Ne m' apprendrez-vous point où ma fille peut estre ?

Arethuse
Vostre ennemy secret veut se faire connaistre ;
Enfin vous pouvez tout sçavoir.
De l' empire infernal le redoutable maistre
Tient vostre fille en son pouvoir.

Ceres
L' enfer retient ma fille ! ô ciel ! ô sort barbare !
L' eternelle nuit nous separe !
Ma chere Proserpine... ô regrets superflus !
Helas ! Je ne la verray plus !
Dieux ! Ma fille n' est point coupable,
Pourquoy Pluton inexorable
Veut-il dans les enfers l' accabler de douleur ?

Alphée et Arethuse.
C' est quelquefois un grand malheur
Que d' estre trop aimable.

Ceres
Pluton l' aime ! Et l'Amour pour me desesperer
Fait soupirer un coeur qui doit estre infléxible !

Alphée et Arethuse.
Quel coeur se peut assurer
D' estre toujours insensible ?
Quel coeur se peut assurer.
De ne jamais soupirer ?

Alphée.
Le dieu qui pour elle soupire
Est un des trois grands dieux, maistres de l'Univers.

Arethuse.
Elle est reine d' un vaste empire.

Alphée et Arethuse.
Il est beau de regner mesme dans les enfers.

Ceres
Quelque honneur qu' aux enfers on s' empresse à luy rendre,
Elle n' en peut sortir, et je n' y puis descendre :
Je la perds, je perds tout espoir;
Je ne pourray jamais la voir.

Alphée et Arethuse.
Jupiter la demande, et l' enfer plein d' allarmes
Pour la garder a pris les armes.

Ceres
Jupiter n' est donc pas insensible aux regrets
De la malheureuse Ceres ?
Obtenez, Dieu puissant, que ma fille revienne ;
Sans troubler vostre paix j' irois suivre ses pas,
Si je pouvois passer dans la nuit du trépas.
Ne souffrez plus que l' enfer la retienne,
Grand dieu! c' est vostre fille aussi bien que la mienne,
C' est vostre fille, helas !
Ne l' abandonnez pas.

SCENE 5
(Mercure descend du ciel.)
Mercure, Ceres, Alphée, Arethuse.

Mercure
Tous les dieux sont d' accord, pour vous tout s' interesse,
Proserpine verra le jour,
Elle suivra Ceres et Pluton tour à tour,
Elle partagera son temps et sa tendresse
Entre la nature et l' amour.
Vous verrez vostre fille, et Jupiter luy-mesme
A pris soin qu' à vos voeux le sort ait respondu.

Ceres
Apres une peine extresme
Qu' un bien qu' on avoit perdu
Est doux quand il est rendu
Par les soins de ce qu' on aime.

Mercure
L' Hymen assemble tous les dieux
De l' empire infernal, de la terre, et des cieux.

(Le ciel s' ouvre, et Jupiter paroist accompagné des divinitez celestes. Pluton et Proserpine sortent des enfers assis sur un trône, ou Ceres va prendre place prés de sa fille. Une troupe de Divinités infernales richement parées, accompagnent Pluton. Et une troupe de divinités de la terre viennent prendre part à la joye de Ceres, et à la gloire de Proserpine.)

SCENE 6
Jupiter, Pluton, Proserpine, Ceres, Mercure, Alphée, Arethuse, troupes de divinitez celestes, terrestres, et infernales. Six divinitez qui joüent de divers instruments, et qui
accompagnent Jupiter dans la gloire. Divinitez celestes qui chantent dans des machines. Venus, Pallas, Hercule, Apollon, L' Amour, L' Hymenée. Troupe de divinitez de la terre chantantes. Pomone, Flore, Vertumne. Troupe de divinitez de la terre chantantes.
Troupe de divinitez infernales chantantes. Troupe de divinitez infernales dançantes.

Jupiter
Ceres, que de vos pleurs le triste cours finisse ;
Qu' avec Pluton Proserpine s' unisse.
Que l' on enchaine pour jamais
La Discorde et la Guerre.
Dans les enfers, dans les cieux, sur la terre,
Tout doit jouir d' une eternelle paix.

(Les choeurs repetent ces quatre derniers vers.)
(Les Divinités celestes, terrestres et infernales, témoignent par leurs chants et par leurs dances la joye qu' ils ont de voir l' intelligence restablie entre les plus grands dieux du monde, par le mariage de Pluton et de Proserpine.)

Fin du cinquième et dernier Acte.
ACTE 5
(Le theatre change, et represente le palais de Pluton.)

SCENE 1
Pluton, les trois juges des enfers, les trois furies, troupe de divinitez infernales. Les trois furies.

Pluton
Vous qui reconnoissez ma supresme puissance,
Donnez-moy des conseils, donnez-moy du secours.
L' orgueilleux Jupiter m' offence,
Il veut rompre aujourd' huy l' heureuse intelligence
Que nous avions juré de conserver toujours.
Les dieux ont aimé tous, et le Dieu du ciel-mesme
S' est laissé cent fois enflammer.
C' est la premiere fois que j' aime,
Et l' on veut me ravir ce qui m’a sçeu charmer.
Ah ! C' est une rigueur extresme
De condamner un coeur à ne jamais aimer.
C' est votre reine qu' on demande :
Jupiter veut que je la rende,
Et Mercure pretend l' enlever d' ici-bas.
Pouvons-nous endurer que l' on nous la ravisse ?

Le Choeur
Non, non, c' est une injustice
Que nous ne souffrirons pas.

Pluton
Et par quel droit faut-il que Jupiter s' obstine
A troubler le bonheur que l'Amour me destine ?
Mon pouvoir n' est-il pas independant du sien ?
Gardons Proserpine,
Les enfers ne rendent rien.

(Le choeur repete ces deux vers.)

Les trois juges des enfers.
Proserpine a goûté des fruits de vostre empire,
Elle est à vous, on ne peut vous l' oster.
Aux arrests du destin les dieux doivent souscrire,
C’est vainement qu' on y veut resister.

Pluton
Que le ciel menace, qu' il tonne ;
Il faut que rien ne nous estonne,
Nous avons pour nous en ce jour,
Le Destin et l'Amour.

(Le choeur repete ces quatre vers.)

Les trois furies.
Plutôt que de souffrir l' injure
Que le ciel veut faire aux enfers,
Renversons toute la nature;
Périsse l' univers.

(Le choeur repete les deux derniers vers.)

Une des furies.
Retirons les geants de leur prison obscure ;
Des Titans enchainez il faut briser les fers :

Les furies et le choeur.
Renversons toute la nature,
Perisse l' univers.

SCENE 2
(Le theatre change, et represente une solitude.)
Ceres seule.
Deserts escartés, sombres lieux,
Cachez mes soupirs et mes larmes.
Mon desespoir a trop de charmes
Pour les impitoyables dieux.
Deserts escartés, sombres lieux,
Cachez mes soupirs, et mes larmes.
Les dieux estoient jaloux de mon sort glorieux ;
C' est un doux spectacle à leurs yeux
Que les malheurs cruels dont je suis poursuivie :
Ils se font un plaisir de mes cris furieux ;
Jupiter m' a livrée à leur barbare envie :
Jupiter me trahit, ma fille m' est ravie.
Je perds ce que j' aimois le mieux ;
Infortunée, helas ! Le jour m' est odieux,
Et je suis pour jamais condamnée à la vie.
Ah! Je ne puis souffrir la lumiere des cieux !
Mon desespoir a trop de charmes
Pour les impitoyables dieux ;
Deserts escartés, sombres lieux,
Cachez mes soupirs, et mes larmes.

SCENE 3
Ceres, voix infernales.

Ceres
Quels abismes se sont ouverts!
Qu' entends-je ? Quel affreux murmure !

Voix Infernales
Renversons toute la nature.
Périsse l' univers.

Ceres
Le ciel n' est point touché des maux que j' ay soufferts,
L’enfer prendroit-il part aux peines que j' endure.

Voix Infernales.
Renversons toute la nature.
Périsse l' univers.

Ceres.
Périsse l' univers.

SCENE 4
Alphée, Arethuse, Ceres,
(Alphée et Arethuse sortent des enfers.)

Ceres
Ne m' apprendrez-vous point où ma fille peut estre ?

Arethuse
Vostre ennemy secret veut se faire connaistre ;
Enfin vous pouvez tout sçavoir.
De l' empire infernal le redoutable maistre
Tient vostre fille en son pouvoir.

Ceres
L' enfer retient ma fille ! ô ciel ! ô sort barbare !
L' eternelle nuit nous separe !
Ma chere Proserpine... ô regrets superflus !
Helas ! Je ne la verray plus !
Dieux ! Ma fille n' est point coupable,
Pourquoy Pluton inexorable
Veut-il dans les enfers l' accabler de douleur ?

Alphée et Arethuse.
C' est quelquefois un grand malheur
Que d' estre trop aimable.

Ceres
Pluton l' aime ! Et l'Amour pour me desesperer
Fait soupirer un coeur qui doit estre infléxible !

Alphée et Arethuse.
Quel coeur se peut assurer
D' estre toujours insensible ?
Quel coeur se peut assurer.
De ne jamais soupirer ?

Alphée.
Le dieu qui pour elle soupire
Est un des trois grands dieux, maistres de l'Univers.

Arethuse.
Elle est reine d' un vaste empire.

Alphée et Arethuse.
Il est beau de regner mesme dans les enfers.

Ceres
Quelque honneur qu' aux enfers on s' empresse à luy rendre,
Elle n' en peut sortir, et je n' y puis descendre :
Je la perds, je perds tout espoir;
Je ne pourray jamais la voir.

Alphée et Arethuse.
Jupiter la demande, et l' enfer plein d' allarmes
Pour la garder a pris les armes.

Ceres
Jupiter n' est donc pas insensible aux regrets
De la malheureuse Ceres ?
Obtenez, Dieu puissant, que ma fille revienne ;
Sans troubler vostre paix j' irois suivre ses pas,
Si je pouvois passer dans la nuit du trépas.
Ne souffrez plus que l' enfer la retienne,
Grand dieu! c' est vostre fille aussi bien que la mienne,
C' est vostre fille, helas !
Ne l' abandonnez pas.

SCENE 5
(Mercure descend du ciel.)
Mercure, Ceres, Alphée, Arethuse.

Mercure
Tous les dieux sont d' accord, pour vous tout s' interesse,
Proserpine verra le jour,
Elle suivra Ceres et Pluton tour à tour,
Elle partagera son temps et sa tendresse
Entre la nature et l' amour.
Vous verrez vostre fille, et Jupiter luy-mesme
A pris soin qu' à vos voeux le sort ait respondu.

Ceres
Apres une peine extresme
Qu' un bien qu' on avoit perdu
Est doux quand il est rendu
Par les soins de ce qu' on aime.

Mercure
L' Hymen assemble tous les dieux
De l' empire infernal, de la terre, et des cieux.

(Le ciel s' ouvre, et Jupiter paroist accompagné des divinitez celestes. Pluton et Proserpine sortent des enfers assis sur un trône, ou Ceres va prendre place prés de sa fille. Une troupe de Divinités infernales richement parées, accompagnent Pluton. Et une troupe de divinités de la terre viennent prendre part à la joye de Ceres, et à la gloire de Proserpine.)

SCENE 6
Jupiter, Pluton, Proserpine, Ceres, Mercure, Alphée, Arethuse, troupes de divinitez celestes, terrestres, et infernales. Six divinitez qui joüent de divers instruments, et qui
accompagnent Jupiter dans la gloire. Divinitez celestes qui chantent dans des machines. Venus, Pallas, Hercule, Apollon, L' Amour, L' Hymenée. Troupe de divinitez de la terre chantantes. Pomone, Flore, Vertumne. Troupe de divinitez de la terre chantantes.
Troupe de divinitez infernales chantantes. Troupe de divinitez infernales dançantes.

Jupiter
Ceres, que de vos pleurs le triste cours finisse ;
Qu' avec Pluton Proserpine s' unisse.
Que l' on enchaine pour jamais
La Discorde et la Guerre.
Dans les enfers, dans les cieux, sur la terre,
Tout doit jouir d' une eternelle paix.

(Les choeurs repetent ces quatre derniers vers.)
(Les Divinités celestes, terrestres et infernales, témoignent par leurs chants et par leurs dances la joye qu' ils ont de voir l' intelligence restablie entre les plus grands dieux du monde, par le mariage de Pluton et de Proserpine.)

Fin du cinquième et dernier Acte.



|新しいページ|検索|ページ一覧|RSS|@ウィキご利用ガイド | 管理者にお問合せ
|ログイン|