オペラ作曲家別索引

オペラ対訳完成

その他対訳完成

このサイトについて

アクセス数

  • 今日  -
  • 昨日  -
  • 累計  -

翻訳エンジン


bose_soundlink_color_ii



ACTE III


Une chambre nuptiale. Au fond, la porte d'entrée; à droite, un lit élégant, avec rideaux, etc; du même côté, une petite porte; sur le premier plan, à gauche, une autre porte; du même côté, un guéridon sur lequel sont posés deux flambeaux allumés. A droite, un fauteuil.

ALCINDOR
Saint-Phar... Saint-Phar!... où es-tu donc, Saint-Phar?
...nous te cherchons partout...Ah! vous voilà, Monsieur
le Marquis... (à Bourdon) Allons, Bourdon vite à ta toilette...

LE MARQUIS
Eh! c'est inutile... Madame de Latour sait tout.

ALCINDOR
(étonné)
Elle sait tout?

LE MARQUIS
Loin de se fâcher, elle pardonne à Saint-Phar... et ils
se marient.

ALCINDOR
(vivement)
Sans curé?...

LE MARQUIS
Rose a amené un véritable prêtre...ils sont dans la chapelle, et Saint-Phar s'engage pour la vie... sans s'en
douter...

ALCINDOR
(bouleversé)
Comment!...Saint-Phar ne sait pas que c'est un véritable
curé... Courons l'en empêcher...

LE MARQUIS
D'où vient cet effroi?

ALCINDOR
Mais Saint-Phar est marié!..Madeleine sa femme vit encore!... il en a revu une lettre aujourd'hui même.

LE MARQUIS
(avec joie)
Il serait possible!

ALCINDOR
Monsieur le Marquis, courons vite...(on entend la cloche de la chapelle). Il n'est plus temps...le crime est consommé!...

LE MARQUIS
Ah! je serai vengé! Coquin de Saint-Phar, tu seras pendu! Et vous aussi qui êtes ses complices...

ALCINDOR
Que faire?... mon dieu... que faire?...

N° 10.

CHŒUR
Du vrai bonheur,
Goûter les charmes!
Moment enchanteur,
Que votre cœur
Soit sans alarmes!
Seuls, restez tous les deux.
Bonsoir, bonsoir!
Au revoir, au revoir!

MADAME DE LATOUR
Mes amis, je vous remercie.
(à part, regardant Saint-Phar)
Tout va bien
Car il ne soupçonne rien.

SAINT-PHAR
(riant, à part)
Quel hymen de comédie!
Tout va bien
Elle ne soupçonne rien!

LE MARQUIS
(à Saint-Phar, avec ironie)
De grand cœur je vous félicite...

SAINT-PHAR
De grand cœur...
Ah! d'ivresse mon cœur palpite.

LE MARQUIS
(à part, avec menace)
Dès demain, tu seras pendu!
(haut, saluant Saint-Phar)
Un tel bonheur vous était dû!

SAINT-PHAR
Au revoir, au revoir!

LE MARQUIS
Au revoir!

SAINT-PHAR
Bonsoir !

ENSEMBLE
Du vrai bonheur
Goûter les charmes,
Pour votre cœur,
Moment enchanteur.

MADAME DE LATOUR
Bonsoir !

SAINT-PHAR
Bonsoir !

LE CHŒUR
Bonsoir! au revoir!
(Le Marquis sort par le fond en faisant encore un geste de menace à Saint-Phar. Il est suivi par les invités et les domestiques)

SAINT-PHAR
Enfin, nous voilà seuls!... (prenant la main de Madeleine) . Ma femme! ma chère femme!...

MADAME DE LATOUR
(Madeleine, minaudant)
Mon mari ! ... mon cher mari ! ...

ROSE
(entrant par la gauche)
Madame, tout est prêt pour le déshabillé de la mariée.

SAINT-PHAR
(avec tendresse)
Ah! ne me faites pas trop longtemps attendre.

MADAME DE LATOUR
(Madeleine, à part)
Tu m'as bien fait attendre dix ans, scélérat...
(Elle entre dans la chambre à gauche, suivie de Rose)

N° 11. Grand Air

SAINT-PHAR
A la noblesse, je m'allie,
Et je vais, au sein des grandeurs,
Passer la plus heureuse vie,
entourée de soins et d'honneurs.
Une dame de haut parage
Captive mon cœur enivré
Et pour lui plaire davantage,
Chaque jour je lui dirai
Oui pour lui plaire davantage,
Chaque jour je redirai,
Soyez toujours
Mes amours,
Près de vous, point de peines.
Jamais mon cœur,
Plein d'ardeur
Ne maudira ses chaînes.
A vos attraits,
Pour jamais,
Je veux être fidèle,
A d’autres neuds,
D’autres vœux,
Oui, je serai rebelle.
Croyez à mes tendres feux,

O ma toute belle!
Soyez toujours

Mes amours.
Près de vous, point de peines.
Jamais mon cœur
Plein d'ardeur
Ne maudira ses chaînes.
Soubrettes friponnes,
Fillettes mignonnes,
Si tendres, si bonnes,
Ne m'agacez plus!
Pour charmer mon âme
Vos regards de flamme
Seraient superflus,
Car à l'objet de mon délire
Chaque jour je veux redire:
Soyez toujours
Mes amours, etc...
Tout a réussi à merveille... Je n'ai pas vu Biju... mais
l'homme qu'il m'a amené a joué parfaitement son rôle...
on dirait qu'il n'a fait que cela toute sa vie... (On entend frapper à la petite porte de droite) Entrez!... Qui diable peut venir me déranger ainsi?...

N° 12. Trio

ALCINDOR
Pendu ! ...

BOURDON
Pendu ! ...

SAINT—PHAR
Que dis-tu? Que dis-tu?

ALCINDOR
Pendu ! ...

BOURDON
Pendu ! ...

SAINT—PHAR
Que dis-tu?... Pendu ! ...
Mais m'expliqueras-tu?
Réponds-donc! pendu !

ALCINDOR
Pendu ! ...

SAINT—PHAR
A la fin je me lasse.
D'où te vient cet effroi?

ALCINDOR
Ah! c'est le coup de grâce!

Hélas c'est fait de moi.

SAINT—PHAR
Mais explique-toi mieux! etc...

ALCINDOR
Devines-tu?

SAINT—PHAR
Mais réponds-donc!
Parleras-tu?

ALCINDOR
Pendu ! ...

BOURDON
Pendu ! . . .

SAINT—PHAR
Que dis-tu?...
Pendu?...

ALCINDOR, BOURDON
Ce diable de marquis
Tous deux, dans ce logis,
Nous avait mis sous clé.
Tu me vois accablé.

SAINT—PHAR
Mais dis-moi donc...
BOURDON
Sauvons-nous vite!...

SAINT-PHAR
Explique-toi...

ALCINDOR
Prenons la fuite!

SAINT-PHAR
Mais pourquoi cet air effrayé?

ALCINDOR
Fuis!... la justice nous réclame...

BOURDON
Un vrai prêtre t'a marié!

ALCINDOR
Je suis venu trop tard.
Et tu n'es qu'un bigame!

TOUS TROIS
Un bigame!...
ALCINDOR
(tremblant)
Maintenant, comprends-tu?

SAINT-PHAR
Oui, très bien!
Mais pour ce crime-!à,
Quoi, je serais...

ALCINDOR
Pendu!

BOURDON
Pendu!

SAINT-PHAR
Pendu! Que dis-tu?
L'ai-je bien entendu?

ALCINDOR, BOURDON
Pendu!

ALCINDOR
Si l'on vient nous prendre
Nous sommes perdus,
Et sans plus attendre
Nous serons pendus.
Au lieu de nous plaindre,
Vite, il faut partir.
On peut nous atteindre,
Hâtons-nous de fuir!

BOURDON
Si l'on vient nous prendre
Nous sommes perdus,
Et sans plus attendre
Nous serons pendus.

SAINT-PHAR
Dieu! que viens-je d'apprendre!
Je suis perdu!
Je ne puis, non!
Je ne puis m'enfuir.

ALCINDOR, BOURDON
Sauvons-nous...
SAINT-PHAR
Non! je me sens défaillir.

ALCINDOR, BOURDON
Reviens à toi

SAINT-PHAR
Non! laisse-moi!
Je ne saurai m'enfuir, je me sens défaillir.

ALCINDOR, BOURDON
Alors, ma foi, chacun pour soi!
(à Saint-Phar)
Viens...

SAINT-PHAR
Non... Pendu ! ...
BOURDON
Pendu !

ALCINDOR
Pendu !

TOUS TROIS
Pendu !
(Alcindor et Bourdon se sauvent par le fond).

SAINT-PHAR
Ils sont partis... je n'ai pas la force de les suivre...
j'entends marcher...
(Madeleine, Madame de Latour, vêtue en paysanne, comme au premier acte, entre par la droite et prend les deux flambeaux qui sont sur la table à gauche, comme pour éclairer Saint-Phar en le conduisant)

MADELEINE
(avec l'accent paysan)
M'sieur le marié, ma maîtresse m'a dit de vous dire...

SAINT-PHAR
(la regardant)
Madeleine ! ! !

MADELEINE
(laissant tomber les flambeaux)
Chapelou! ! !
(nuit complète)

SAINT-PHAR
Mais on n'y voit plus rien!

MADELEINE
C'est donc toi qu'es le marié! Pas content de planter là
ta première femme, t'en épouse une autre.

SAINT-PHAR
(à voix basse)
Voyons, Madeleine, ne crie pas, je vais t'expliquer...

MADELEINE
(passe du côté opposé, change tout-à-coup de voix, et reprend celle de Madame de Latour)
Quel est ce bruit?... on se dispute ici?

SAINT-PHAR
(à part)
L'autre à présent!... je voudrais être à cent pieds sous terre ! ...

MADELEINE
(Madame de Latour)
Pas de lumière! Est-ce vous, Saint-Phar?

SAINT-PHAR
Je crois que oui, Madame.

MADELEINE
(Madame de Latour)
Mais n'êtes-vous pas avec quelqu'un?

SAINT-PHAR
Non, non, je ne crois pas.

MADELEINE
Je suis sa femme moi aussi... l'ancienne... la vraie...

MADELEINE
(Madame de Latour)
Ciel! est-il possible?

SAINT-PHAR
(à part)
Allons, voilà que ça va commencer!...

N° 13. Duo et Finale

MADAME DE LATOUR
A ma douleur soyez sensible,
Tâchez de vous justifier.
(elle reprend la voix de Madeleine)
Se justifier! c'est impossible.
Deux fois oser se marier...
(redevenant Madame de Latour)
Ce matin vous juriez encore
Que vous n'aviez aimé que moi...
(puis à nouveau Madeleine)
Ah! vous croyez qu'il vous adore?
C'est un infâme, croyez-moi!
Il m'en jurait tant tant à moi...

SAINT-PHAR
Mesdames, calmez cette fureur.
Ah! n'allez pas, par jalousie,
Me condamner au sort le plus affreux!
Également toute la vie,
Je veux aimer toutes les deux.
Il n'est pour moi plus d'espérance!
Comment pourrai-je éviter un pareil danger?
Contre leur rage, leur vengeance,
Rien ne saurait me protéger.
Il n'est pour moi plus d'espérance...

MADAME DE LATOUR
Il n'est pour lui plus d'espérance,

Rien ne peut le protéger.
Son châtiment enfin commence!
Enfin! je vais me venger.
Il n'est pour lui plus d'espérance,
Il se croit dans un grand danger.
(on entend frapper violemment au-dehors)
Mais qui frappe à cette heure chez moi?

LE CHŒUR DES SOLDATS
(au-dehors)
C'est la garde! Ouvrez au nom du roi!

SAINT-PHAR
C'est-la garde! hélas! c'en est fait de moi!

LE CHŒUR
Il faut qu'on le saisisse, il faut qu'on le punisse!
A la justice, il faut avec rigueur,
A la justice livrer ce séducteur!

SAINT-PHAR, ALCINDOR, BOURDON
Dieu! quel supplice, je tremble de frayeur,
C'est la justice! Pour moi, quel déshonneur!

LE MARQUIS
Messieurs, gardez bien ce bigame...
Ainsi que ces deux scélérats,
Nous avons déjoué leurs trames...
Tenez bien! ne les làchez pas!
BOURDON
Que vois-je? C'est Madeleine! Sa première!

LE MARQUIS
Ah! c'est excellent! Et la seconde?

MADAME DE LATOUR
(ton de Madeleine)
Est là, se désolant,
Comme s'il en valait la peine.

LE MARQUIS
Pauvre victime! je viens dans l'instant
Calmer sa douleur et sa peine...
Oh! maintenant, je ne crains plus rien,
Nous les tenons et nous les tenons bien.

LE CHŒUR
II faut qu'on le saisisse, il faut qu'on le punisse!
A la justice, il faut avec rigueur,
A la justice,
Il faut livrer ce séducteur!
SAINT-PHAR, ALCINDOR, BOURDON
Dieu! quel supplice, je trembie de frayeur!

C’est la justice! Pour moi, quel déshonneur!

LE MARQUIS
Dans cet appartement
Je n'ai trouvé personne. Seulement ce billet...

LE MARQUIS
(ouvrant le billet et lisant)
Saint-Phar, quand vous lirez cette lettre, toutes les
recherches seront inutile: Madame de Latour n'existera
plus.

TOUS
Ah! grand Dieu!

SAINT-PHAR
Mourir pour moi!
Ciel! comme elle m'aimait
(à Madeleine)
Pourquoi n'as-tu pas fait comme elle?

LE MARQUIS
A la venger, mettons tout notre zèle...
(aux soldats)
Entrainez ce mauvais sujet!

MADAME DE LATOUR
(avec le ton paysan)
Arrêtez un instant! Puisqu'on l'emmène,
Je veux m'en aller avec lui!
Il est juste que Madeleine
Voie au moins pendre son mari.

LE MARQUIS
Elle a raison... Oui, qu'on l'emmène,
Car c'est un témoin précieux...

MADAME DE LATOUR
Un témoin... Ah! j'en vaux bien deux...
Écoutez-moi, je parlerai pour deux:
(avec le ton de Madeleine)
Non, point d'pitié pour ce bigame.
Faut punir son crime odieux!
(avec la voix de Madame de Latour)
Eh! messieurs, puisqu'il a deux femmes,
Ne pendez pas ce malheureux.
Pour le punir encore bien mieux
Laissez le vivre avec toutes les deux!

SAINT-PHAR, TOUS
Qu'ai-je entendu! surprise extrême!
Toutes les deux... C'était la même!

SAINT-PHAR
Ah ! quel bonheur inattendu!
Mais, cette fortune brillante...

MADAME DE LATOUR
C'est l'héritage de ma tante!
Pour toi, quel bonheur imprévu!

SAINT-PHAR
Ah! pour moi quel bonheur imprévu!

LE MARQUIS
Ce n'en est pas moins un bigame,
Comme tel il sera pendu!

MADAME DE LATOUR
Non! épouser deux fois la même femme...
Ce crime-là n'est pas prévu.
(le Marquis sort, furieux, suivi des soldats)
Près de ta Madeleine
Maintenant plus de peine...

SAINT-PHAR
Ah! pour nous, quel beau jour!

MADAME DE LATOUR
Soyons tout à l'amour.
Plus d'abandon, d'amour folâtre...

SAINT-PHAR
Ah! je t'en donne ici ma foi.

MADAME DE LATOUR
Tu me quittas pour le théâtre.

SAINT-PHAR
Et je veux le quitter pour toi.

SAINT-PHAR, MADAME DE LATOUR, ALCINDOR
Puisqu'un double hymen nous (vous) rassemble,
Aimons-nous en bons villageois,
Et gaiement, répétons ensemble
Nos joyeux refrains d'autrefois:
Oh! oh! oh! oh! qu'il est beau
Le postillon de Lonjumeau!...

LE CHŒUR
Oh! qu'il est beau
Le postillon de Lonjumeau!

FIN

ACTE III


Une chambre nuptiale. Au fond, la porte d'entrée; à droite, un lit élégant, avec rideaux, etc; du même côté, une petite porte; sur le premier plan, à gauche, une autre porte; du même côté, un guéridon sur lequel sont posés deux flambeaux allumés. A droite, un fauteuil.

ALCINDOR
Saint-Phar... Saint-Phar!... où es-tu donc, Saint-Phar?
...nous te cherchons partout...Ah! vous voilà, Monsieur
le Marquis... (à Bourdon) Allons, Bourdon vite à ta toilette...

LE MARQUIS
Eh! c'est inutile... Madame de Latour sait tout.

ALCINDOR
(étonné)
Elle sait tout?

LE MARQUIS
Loin de se fâcher, elle pardonne à Saint-Phar... et ils
se marient.

ALCINDOR
(vivement)
Sans curé?...

LE MARQUIS
Rose a amené un véritable prêtre...ils sont dans la chapelle, et Saint-Phar s'engage pour la vie... sans s'en
douter...

ALCINDOR
(bouleversé)
Comment!...Saint-Phar ne sait pas que c'est un véritable
curé... Courons l'en empêcher...

LE MARQUIS
D'où vient cet effroi?

ALCINDOR
Mais Saint-Phar est marié!..Madeleine sa femme vit encore!... il en a revu une lettre aujourd'hui même.

LE MARQUIS
(avec joie)
Il serait possible!

ALCINDOR
Monsieur le Marquis, courons vite...(on entend la cloche de la chapelle). Il n'est plus temps...le crime est consommé!...

LE MARQUIS
Ah! je serai vengé! Coquin de Saint-Phar, tu seras pendu! Et vous aussi qui êtes ses complices...

ALCINDOR
Que faire?... mon dieu... que faire?...

N° 10.

CHŒUR
Du vrai bonheur,
Goûter les charmes!
Moment enchanteur,
Que votre cœur
Soit sans alarmes!
Seuls, restez tous les deux.
Bonsoir, bonsoir!
Au revoir, au revoir!

MADAME DE LATOUR
Mes amis, je vous remercie.
(à part, regardant Saint-Phar)
Tout va bien
Car il ne soupçonne rien.

SAINT-PHAR
(riant, à part)
Quel hymen de comédie!
Tout va bien
Elle ne soupçonne rien!

LE MARQUIS
(à Saint-Phar, avec ironie)
De grand cœur je vous félicite...

SAINT-PHAR
De grand cœur...
Ah! d'ivresse mon cœur palpite.

LE MARQUIS
(à part, avec menace)
Dès demain, tu seras pendu!
(haut, saluant Saint-Phar)
Un tel bonheur vous était dû!

SAINT-PHAR
Au revoir, au revoir!

LE MARQUIS
Au revoir!

SAINT-PHAR
Bonsoir !

ENSEMBLE
Du vrai bonheur
Goûter les charmes,
Pour votre cœur,
Moment enchanteur.

MADAME DE LATOUR
Bonsoir !

SAINT-PHAR
Bonsoir !

LE CHŒUR
Bonsoir! au revoir!
(Le Marquis sort par le fond en faisant encore un geste de menace à Saint-Phar. Il est suivi par les invités et les domestiques)

SAINT-PHAR
Enfin, nous voilà seuls!... (prenant la main de Madeleine) . Ma femme! ma chère femme!...

MADAME DE LATOUR
(Madeleine, minaudant)
Mon mari ! ... mon cher mari ! ...

ROSE
(entrant par la gauche)
Madame, tout est prêt pour le déshabillé de la mariée.

SAINT-PHAR
(avec tendresse)
Ah! ne me faites pas trop longtemps attendre.

MADAME DE LATOUR
(Madeleine, à part)
Tu m'as bien fait attendre dix ans, scélérat...
(Elle entre dans la chambre à gauche, suivie de Rose)

N° 11. Grand Air

SAINT-PHAR
A la noblesse, je m'allie,
Et je vais, au sein des grandeurs,
Passer la plus heureuse vie,
entourée de soins et d'honneurs.
Une dame de haut parage
Captive mon cœur enivré
Et pour lui plaire davantage,
Chaque jour je lui dirai
Oui pour lui plaire davantage,
Chaque jour je redirai,
Soyez toujours
Mes amours,
Près de vous, point de peines.
Jamais mon cœur,
Plein d'ardeur
Ne maudira ses chaînes.
A vos attraits,
Pour jamais,
Je veux être fidèle,
A d’autres neuds,
D’autres vœux,
Oui, je serai rebelle.
Croyez à mes tendres feux,

O ma toute belle!
Soyez toujours

Mes amours.
Près de vous, point de peines.
Jamais mon cœur
Plein d'ardeur
Ne maudira ses chaînes.
Soubrettes friponnes,
Fillettes mignonnes,
Si tendres, si bonnes,
Ne m'agacez plus!
Pour charmer mon âme
Vos regards de flamme
Seraient superflus,
Car à l'objet de mon délire
Chaque jour je veux redire:
Soyez toujours
Mes amours, etc...
Tout a réussi à merveille... Je n'ai pas vu Biju... mais
l'homme qu'il m'a amené a joué parfaitement son rôle...
on dirait qu'il n'a fait que cela toute sa vie... (On entend frapper à la petite porte de droite) Entrez!... Qui diable peut venir me déranger ainsi?...

N° 12. Trio

ALCINDOR
Pendu ! ...

BOURDON
Pendu ! ...

SAINT—PHAR
Que dis-tu? Que dis-tu?

ALCINDOR
Pendu ! ...

BOURDON
Pendu ! ...

SAINT—PHAR
Que dis-tu?... Pendu ! ...
Mais m'expliqueras-tu?
Réponds-donc! pendu !

ALCINDOR
Pendu ! ...

SAINT—PHAR
A la fin je me lasse.
D'où te vient cet effroi?

ALCINDOR
Ah! c'est le coup de grâce!

Hélas c'est fait de moi.

SAINT—PHAR
Mais explique-toi mieux! etc...

ALCINDOR
Devines-tu?

SAINT—PHAR
Mais réponds-donc!
Parleras-tu?

ALCINDOR
Pendu ! ...

BOURDON
Pendu ! . . .

SAINT—PHAR
Que dis-tu?...
Pendu?...

ALCINDOR, BOURDON
Ce diable de marquis
Tous deux, dans ce logis,
Nous avait mis sous clé.
Tu me vois accablé.

SAINT—PHAR
Mais dis-moi donc...
BOURDON
Sauvons-nous vite!...

SAINT-PHAR
Explique-toi...

ALCINDOR
Prenons la fuite!

SAINT-PHAR
Mais pourquoi cet air effrayé?

ALCINDOR
Fuis!... la justice nous réclame...

BOURDON
Un vrai prêtre t'a marié!

ALCINDOR
Je suis venu trop tard.
Et tu n'es qu'un bigame!

TOUS TROIS
Un bigame!...
ALCINDOR
(tremblant)
Maintenant, comprends-tu?

SAINT-PHAR
Oui, très bien!
Mais pour ce crime-!à,
Quoi, je serais...

ALCINDOR
Pendu!

BOURDON
Pendu!

SAINT-PHAR
Pendu! Que dis-tu?
L'ai-je bien entendu?

ALCINDOR, BOURDON
Pendu!

ALCINDOR
Si l'on vient nous prendre
Nous sommes perdus,
Et sans plus attendre
Nous serons pendus.
Au lieu de nous plaindre,
Vite, il faut partir.
On peut nous atteindre,
Hâtons-nous de fuir!

BOURDON
Si l'on vient nous prendre
Nous sommes perdus,
Et sans plus attendre
Nous serons pendus.

SAINT-PHAR
Dieu! que viens-je d'apprendre!
Je suis perdu!
Je ne puis, non!
Je ne puis m'enfuir.

ALCINDOR, BOURDON
Sauvons-nous...
SAINT-PHAR
Non! je me sens défaillir.

ALCINDOR, BOURDON
Reviens à toi

SAINT-PHAR
Non! laisse-moi!
Je ne saurai m'enfuir, je me sens défaillir.

ALCINDOR, BOURDON
Alors, ma foi, chacun pour soi!
(à Saint-Phar)
Viens...

SAINT-PHAR
Non... Pendu ! ...
BOURDON
Pendu !

ALCINDOR
Pendu !

TOUS TROIS
Pendu !
(Alcindor et Bourdon se sauvent par le fond).

SAINT-PHAR
Ils sont partis... je n'ai pas la force de les suivre...
j'entends marcher...
(Madeleine, Madame de Latour, vêtue en paysanne, comme au premier acte, entre par la droite et prend les deux flambeaux qui sont sur la table à gauche, comme pour éclairer Saint-Phar en le conduisant)

MADELEINE
(avec l'accent paysan)
M'sieur le marié, ma maîtresse m'a dit de vous dire...

SAINT-PHAR
(la regardant)
Madeleine ! ! !

MADELEINE
(laissant tomber les flambeaux)
Chapelou! ! !
(nuit complète)

SAINT-PHAR
Mais on n'y voit plus rien!

MADELEINE
C'est donc toi qu'es le marié! Pas content de planter là
ta première femme, t'en épouse une autre.

SAINT-PHAR
(à voix basse)
Voyons, Madeleine, ne crie pas, je vais t'expliquer...

MADELEINE
(passe du côté opposé, change tout-à-coup de voix, et reprend celle de Madame de Latour)
Quel est ce bruit?... on se dispute ici?

SAINT-PHAR
(à part)
L'autre à présent!... je voudrais être à cent pieds sous terre ! ...

MADELEINE
(Madame de Latour)
Pas de lumière! Est-ce vous, Saint-Phar?

SAINT-PHAR
Je crois que oui, Madame.

MADELEINE
(Madame de Latour)
Mais n'êtes-vous pas avec quelqu'un?

SAINT-PHAR
Non, non, je ne crois pas.

MADELEINE
Je suis sa femme moi aussi... l'ancienne... la vraie...

MADELEINE
(Madame de Latour)
Ciel! est-il possible?

SAINT-PHAR
(à part)
Allons, voilà que ça va commencer!...

N° 13. Duo et Finale

MADAME DE LATOUR
A ma douleur soyez sensible,
Tâchez de vous justifier.
(elle reprend la voix de Madeleine)
Se justifier! c'est impossible.
Deux fois oser se marier...
(redevenant Madame de Latour)
Ce matin vous juriez encore
Que vous n'aviez aimé que moi...
(puis à nouveau Madeleine)
Ah! vous croyez qu'il vous adore?
C'est un infâme, croyez-moi!
Il m'en jurait tant tant à moi...

SAINT-PHAR
Mesdames, calmez cette fureur.
Ah! n'allez pas, par jalousie,
Me condamner au sort le plus affreux!
Également toute la vie,
Je veux aimer toutes les deux.
Il n'est pour moi plus d'espérance!
Comment pourrai-je éviter un pareil danger?
Contre leur rage, leur vengeance,
Rien ne saurait me protéger.
Il n'est pour moi plus d'espérance...

MADAME DE LATOUR
Il n'est pour lui plus d'espérance,

Rien ne peut le protéger.
Son châtiment enfin commence!
Enfin! je vais me venger.
Il n'est pour lui plus d'espérance,
Il se croit dans un grand danger.
(on entend frapper violemment au-dehors)
Mais qui frappe à cette heure chez moi?

LE CHŒUR DES SOLDATS
(au-dehors)
C'est la garde! Ouvrez au nom du roi!

SAINT-PHAR
C'est-la garde! hélas! c'en est fait de moi!

LE CHŒUR
Il faut qu'on le saisisse, il faut qu'on le punisse!
A la justice, il faut avec rigueur,
A la justice livrer ce séducteur!

SAINT-PHAR, ALCINDOR, BOURDON
Dieu! quel supplice, je tremble de frayeur,
C'est la justice! Pour moi, quel déshonneur!

LE MARQUIS
Messieurs, gardez bien ce bigame...
Ainsi que ces deux scélérats,
Nous avons déjoué leurs trames...
Tenez bien! ne les làchez pas!
BOURDON
Que vois-je? C'est Madeleine! Sa première!

LE MARQUIS
Ah! c'est excellent! Et la seconde?

MADAME DE LATOUR
(ton de Madeleine)
Est là, se désolant,
Comme s'il en valait la peine.

LE MARQUIS
Pauvre victime! je viens dans l'instant
Calmer sa douleur et sa peine...
Oh! maintenant, je ne crains plus rien,
Nous les tenons et nous les tenons bien.

LE CHŒUR
II faut qu'on le saisisse, il faut qu'on le punisse!
A la justice, il faut avec rigueur,
A la justice,
Il faut livrer ce séducteur!
SAINT-PHAR, ALCINDOR, BOURDON
Dieu! quel supplice, je trembie de frayeur!

C’est la justice! Pour moi, quel déshonneur!

LE MARQUIS
Dans cet appartement
Je n'ai trouvé personne. Seulement ce billet...

LE MARQUIS
(ouvrant le billet et lisant)
Saint-Phar, quand vous lirez cette lettre, toutes les
recherches seront inutile: Madame de Latour n'existera
plus.

TOUS
Ah! grand Dieu!

SAINT-PHAR
Mourir pour moi!
Ciel! comme elle m'aimait
(à Madeleine)
Pourquoi n'as-tu pas fait comme elle?

LE MARQUIS
A la venger, mettons tout notre zèle...
(aux soldats)
Entrainez ce mauvais sujet!

MADAME DE LATOUR
(avec le ton paysan)
Arrêtez un instant! Puisqu'on l'emmène,
Je veux m'en aller avec lui!
Il est juste que Madeleine
Voie au moins pendre son mari.

LE MARQUIS
Elle a raison... Oui, qu'on l'emmène,
Car c'est un témoin précieux...

MADAME DE LATOUR
Un témoin... Ah! j'en vaux bien deux...
Écoutez-moi, je parlerai pour deux:
(avec le ton de Madeleine)
Non, point d'pitié pour ce bigame.
Faut punir son crime odieux!
(avec la voix de Madame de Latour)
Eh! messieurs, puisqu'il a deux femmes,
Ne pendez pas ce malheureux.
Pour le punir encore bien mieux
Laissez le vivre avec toutes les deux!

SAINT-PHAR, TOUS
Qu'ai-je entendu! surprise extrême!
Toutes les deux... C'était la même!

SAINT-PHAR
Ah ! quel bonheur inattendu!
Mais, cette fortune brillante...

MADAME DE LATOUR
C'est l'héritage de ma tante!
Pour toi, quel bonheur imprévu!

SAINT-PHAR
Ah! pour moi quel bonheur imprévu!

LE MARQUIS
Ce n'en est pas moins un bigame,
Comme tel il sera pendu!

MADAME DE LATOUR
Non! épouser deux fois la même femme...
Ce crime-là n'est pas prévu.
(le Marquis sort, furieux, suivi des soldats)
Près de ta Madeleine
Maintenant plus de peine...

SAINT-PHAR
Ah! pour nous, quel beau jour!

MADAME DE LATOUR
Soyons tout à l'amour.
Plus d'abandon, d'amour folâtre...

SAINT-PHAR
Ah! je t'en donne ici ma foi.

MADAME DE LATOUR
Tu me quittas pour le théâtre.

SAINT-PHAR
Et je veux le quitter pour toi.

SAINT-PHAR, MADAME DE LATOUR, ALCINDOR
Puisqu'un double hymen nous (vous) rassemble,
Aimons-nous en bons villageois,
Et gaiement, répétons ensemble
Nos joyeux refrains d'autrefois:
Oh! oh! oh! oh! qu'il est beau
Le postillon de Lonjumeau!...

LE CHŒUR
Oh! qu'il est beau
Le postillon de Lonjumeau!

FIN

(libretto:Adolphe de Leuven/Léon Lévy Brunswick)



|新しいページ|検索|ページ一覧|RSS|@ウィキご利用ガイド | 管理者にお問合せ
|ログイン|