オペラ作曲家別索引

オペラ対訳完成

その他対訳完成

対訳一部完成

このサイトについて

アクセス数

  • 今日  -
  • 昨日  -
  • 累計  -

翻訳エンジン


bose_soundlink_color_ii



ACTE II


Scène Première

(L'intérieur de la maison d'Éléazar)

Prière

ÉLÉAZAR
Ô Dieu, Dieu de nos pères
Parmi nous descends!

RACHEL, CHOEUR
Ô Dieu, Dieu de nos pères
Parmi nous descends!

ÉLÉAZAR
Ô Dieu, cache nos mystères
À l'oeil des méchants!

RACHEL, CHOEUR
Ô Dieu, cache nos mystères
À l'oeil des méchants!

ÉLÉAZAR
Toi qui nous éclaires
Parmi nous descends!

RACHEL, CHOEUR
Toi qui nous éclaires
Parmi nous descends!

ÉLÉAZAR
Cache nos mystères
À l'oeil des méchants!

RACHEL, CHOEUR
Cache nos mystères
À l'oeil des méchants!

ÉLÉAZAR
Si trahison ou perfidie
Osait se glisser parmi nous,
Sur le parjure ou sur l'impie,
Grand Dieu, que tombe ton courroux!
Et vous tous, enfants de Moïse,
Gage de l'alliance
A nos aïeux promise,
Partagez vous ce pain
Par mes mains consacré
Et qu'un levain
Impur n'a jamais altéré.

RACHEL, CHOEUR
Partageons nous ce pain
Par ses mains consacré
Et qu'un levain
Impur n'a jamais altéré.

(Léopold jette le pain qui lui est présenté)

RACHEL
Que vois-je?

Cavatine

ÉLÉAZAR
Dieu, que ma voix tremblante
S’élève jusqu'aux cieux.
Etends ta main puissante
Sur tes fils malheureux.
Tout ton peuple succombe
Et Sion dans la tombe,
Implorant ta bonté,
Vers toi se lève et crie
Et demande la vie
A son père irrité!

(Ils sonnent à la porte)

RACHEL, ÉLÉAZAR, CHOEUR
On frappe, ô terreur!

(On frappe encore)

ÉLÉAZAR
Eteignez ces flambeaux et va voir!

RACHEL
Oh! je n'ose!

ÉLÉAZAR
(a ouvert la fenêtre)
Qui frappe ainsi chez moi lorsque la nuit est close?

PLUSIEURS VOIX
(au dehors)
C'est de la part de l'Empereur!

ÉLÉAZAR
(A ses compagnons)
Cachez tous ces apprêts!

RACHEL
(Parlant a demi voix)
Il faut qu'à l'instant même je vous parle Samuel!

LÉOPOLD
L'Empereur…
Frayeur extrême!

ÉLÉAZAR
Demeure! une visite à cette heure, en ces lieux m'est
suspecte; ton bras est fort et courageux, il saura me
défendre, et vous, qu'on se retire!

(ouvrant la porte de la chambre)

Entrez! une femme!

(Eudoxie entre)

Scène Seconde

LÉOPOLD
(A part)
Ah grand Dieu!
J'ai senti sur mon front se dresser mes cheveux!

ÉLEAZAR
Que voulez-vous?

EUDOXIE
(Regardant a Léopold)
Je vais vous en instruire
Quel est cet homme!

ÉLÉAZAR
Un peintre, un ouvrier fameux
et dont l'habile main utile a mon commerce,
sur l'or et le vélin avec talent s'exerce,
Mais si vous l'exigez, qu'il sorte!

EUDOXIE
Non vraiment! ma visite n'est pas un secret

ÉLÉAZAR
Et pourtant l'ordre de l'Empereur qui vers moi vous
amène et ses riches valets sa livrée…

EUDOXIE
Est la mienne je suis sa nièce!

ÉLÉAZAR
Oh ciel! et quel honneur pour moi!
La princesse Eudoxie!

EUDOXIE
Eh oui! relève toi!

EUDOXIE
Tu possèdes, dit-on,
Un joyau magnifique!

ÉLÉAZAR
Oui, je le destinais
À quelque souverain.
Une chaîne incrustée,
Une sainte relique
Que portait autrefois
L'empereur Constantin.

EUDOXIE
Je veux la voir
Celui que j'aime, Léopold, mon époux,
Des Hussites vainqueur…

LÉOPOLD
Ô ciel!

EUDOXIE
…Auprès de moi revient
Aujourd'hui même!

ÉLÉAZAR
J'entends

EUDOXIE
Non, tu ne peux
Concevoir mon bonheur!
Ah! dans mon âme
Son image chérie
Est gravée à jamais.
Ma vive flamme près de moi
Saura bien le fixer désormais,
Par sa tendresse
Mes jours vont s'embellir.
Ô douce ivresse,
Quel heureux avenir!

LÉOPOLD
(Pour lui même)
Oui, de son âme
J'ai banni le repos,
Le bonheur à jamais.
Sa vive flamme vient
Encor augmenter mes remords,
Mes regrets.
Pour sa tendresse
Quel funeste avenir!
Sa voix m'oppresse
D'un cruel repentir!

ÉLÉAZAR
(Pour lui même)
Je tremblais que cette femme
Ne surprit tous mes secrets.
Et je maudissais dans l'âme
Tous ces chrétiens que je hais.
Mais pour moi plaisir extrême
Et quel heureux avenir,
Ces bons écus d'or que j'aime
Chez moi vont donc revenir!

EUDOXIE
Ô doux espoir!
Celui que j'aime bientôt va revenir!

LÉOPOLD
(Pour lui même)
Que devenir, ô trouble extrême!
Que de malheurs dans l'avenir!

ÉLÉAZAR
(Pour lui même)
Ces bons écus,
Cet or que j'aime,
Chez moi vont revenir!,

(Éléazar présente la chaîne à Eudoxie)

EUDOXIE
Tenez, vous graverez
Et son chiffre et le mien,
Son blason et le mien.
Et puis dans mon palais demain,
Songez-y bien, vous me l'apporterez.

ÉLÉAZAR
Que mes mains sois maudites
Si j'y manquais.

EUDOXIE
Oui, je veux que demain,
Aux yeux de l'Empereur
Dans un pompeux festin,
Ce joyau soit offert
Au vainqueur des Hussites.
Et je prétends moi-même
En gage de ma foi
Le placer sur ce coeur
Qui ne bat que pour moi.
Ah, dans mon âme
Son image chérie
Est gravée à jamais.
Ma vive flamme près de moi
Saura bien le fixer désormais.
Par sa tendresse
Mes jours vont s'embellir.
Ô douce ivresse,
Quel heureux avenir!

ÉLÉAZAR
(Pour lui même)
Des ducats, des florins!
Quel plaisir
De tromper ces chrétiens!
Je les hais tous,
Ces ennemis
De mon Dieu, de ma foi!

EUDOXIE
Quel heureux jour pour moi,
Il recevra ce gage de ma foi!

LÉOPOLD
(Pour lui même)
Non, rien n'égale, hélas!
Mes tourments, mon effroi.

Scène Troisième

(Eudoxie et Éléazar partent)

Récitatif

RACHEL
Mon père n'est plus là,
Je veux enfin connaître quel mystère…

LÉOPOLD
Silence, il va rentrer peut-être.
Je ne puis maintenant,
Mais ce soir, cette nuit, seule ici
dans ta demeure consens à me recevoir.

RACHEL
Qu'oses-tu demander?

LÉOPOLD
Tu veux donc que je meure?

RACHEL
Qui moi? grand Dieu!

LÉOPOLD
N'ai-je donc pas ta foi,
Ton amour, tes serments?
Et je meurs loin de toi
Si tu me refuses!

RACHEL
Que faire?

LÉOPOLD
Tu m'attendras?

RACHEL
O mon Dieu! je frémis!

LÉOPOLD
Tu m'attendras?

RACHEL
Eh bien! oui!

Scène Quatrième

(Éléazar s’approche a sa fille)

ÉLÉAZAR
(Pour lui même)
Quel trouble à mon aspect!
D'où vient que vers la terre
Leurs yeux restent baissés?

(A Léopold)

Il est tard; adieu, frère, retire-toi!

(A Rachel)

Approche, mon enfant,
Et par moi sois bénie.
Ah! que ta main est froide!
Et ne puis-je savoir?
Ne t'en vas pas encor, Samuel,
Ton coeur oublie de redire
Avec nous la prière du soir.

Ô Dieu de nos pères,
Parmi nous descends!
Ô Dieu cache nos mystères
À l'oeil des méchants!

RACHEL
Dieu de nos pères,
Parmi nous descends!

(Pour elle même)

Hélas, quel trouble dans me sens!

(Forte)

Cache nos mystères
À l'oeil des méchants!

LÉOPOLD
(Pour lui même)
Leurs prières troublent mes sens!
Dieu de nos pères,
Vois mes tourments!
Ah! prends pitié de mes tourments!

Scène Cinquième

Romance

RACHEL
Il va venir!
Et d'effroi je me sens frémir.
D'une sombre et triste pensée
Mon âme, hélas, est oppressée.
Mon coeur bat, mais non de plaisir
Et cependant… il va venir!
La nuit et le silence,
L'orage qui s'avance
Augmentent ma terreur.
L'effroi, la défiance
S'emparent de mon coeur!
Il va venir!
Chaque pas me fait tressaillir!
J'ai put tromper les yeux d'un père
Mais non pas ceux d'un Dieu sévère,
Oui, je le dois, oui je veux fuir.
Et cependant… il va venir!

Scène Sixième

(Léopold arrive)

RACHEL
C'est lui! la force m'abandonne!

LÉOPOLD
Rachel, ma bien aimée…
À mon aspect frissonne.

RACHEL
N'approchez pas!
Sais-je, en cette maison,
Si vous n'apportez
Pas parjure et trahison?
Vous que le mystère environne,
Vous qui, pâle et confus, tremblez,
Je le vois bien.

LÉOPOLD
Oui, mon regard tremblant
Est celui d'un coupable.
Je t'ai trompée et le remords m'accable!

RACHEL
Samuel!

LÉOPOLD
Tu sauras tout.
Ton Dieu n'est pas le mien.

RACHEL
Qu'ai je entendu?

LÉOPOLD
Rachel… je suis chrétien!

Duo

RACHEL
(avec force)
Lorsqu'à toi je me suis donnée,
J'outrageais mon père et l'honneur,
Mais j'ignorais, infortunée,
Que j'outrageais un Dieu vengeur.

LÉOPOLD
Quand mon âme à toi s'est donnée,
J'oubliai fortune et grandeur,
J'oubliai tout,
Ma destinée est en toi
Comme mon bonheur.

RACHEL
Mais ta loi nous condamne
Et défend que je vive.
La Juive amante d'un Chrétien,
Le Chrétien amant d'une Juive,
Sont livrés à la mort!
Le sais-tu bien?

LÉOPOLD
Je le sais, mais qu'importe? viens!
Rachel, viens!
Ah! Que ton coeur m'appartienne,
Que l'amour nous enchaîne
Et Juive ou bien chrétienne
Ton sort sera le mien.
Que le courroux céleste
Me garde un sort funeste,
Si ton amour me reste,
Je ne regrette rien!

RACHEL
Que mon coeur t'appartienne,
Que l'amour nous enchaîne!
Ta foi n'est pas la mienne,
Ton Dieu n'est pas le mien.
Mon père vous déteste.
Et dans mon sort funeste
C'est la bonté céleste
Qui seule est mon soutien!

LÉOPOLD
Eh bien, fuyons!
Cherchons une retraite obscure
Où de tous oubliés,
Nous les oublierons tous,
Où gloire, amis, parents,
Tout sera mort pour nous!

RACHEL
Abandonner mon père?

LÉOPOLD
Oui, que dans la nature
Il ne me reste rien
Que mon amour et toi!

RACHEL
Abandonner mon père!

LÉOPOLD
Oui! crois-tu donc que moi
Je n'abandonne rien?

RACHEL
Que dis-tu?

LÉOPOLD
Tais-toi! Rachel!
Que ton coeur m'appartienne,
Que l'amour nous enchaîne
Et Juive ou bien Chrétienne,
Ton sort sera le mien.
Que le courroux céleste
Me garde un sort funeste…

RACHEL
Moi, que je t'appartienne,
Que l'amour nous enchaîne,
Ta foi n'est pas la mienne,
Ton Dieu n'est pas le mien.
Moment funeste!

LÉOPOLD
…si ton amour me reste,
Je ne regrette rien.

RACHEL
Eh bien! c'en est fait!
Oui, c'en est fait!
Pardonne, ô mon Dieu,
A ce coeur malheureux.
C'en est fait!
Dans les cieux,
Même sort, désormais
Nous attend tous les deux!

LÉOPOLD, RACHEL
Rachel, suis-moi!
Quittons ces lieux!
c'en est fait!
Ici-bas, dans les cieux,
Même sort, désormais
Nous attend tous les deux!

Scène Septième

(Éléazar arrive)

ÉLÉAZAR
Où courrez-vous?

RACHEL
Mon père!

ÉLÉAZAR
Pour m'éviter
Où portez vous vos pas?
Connaissez-vous donc sur la terre
Quelqu'endroit où n'atteigne pas
La malédiction d'un père?

Trio

ÉLÉAZAR
(Pour lui même)
Je vois son front coupable
Glacé par la terreur!
Oui, tout m'accable
De crainte et de douleur.

RACHEL, LÉOPOLD
(Pour lui même)
Ah! le remords m'accable!
Je sens mon front coupable,
Couvert de honte et de rougeur.

ÉLÉAZAR
Et toi que j'accueillis,
Toi qui venais sans crainte
Outrager dans ces lieux
L'hospitalité sainte, va-t'en!
Si tu n'étais un enfant d'Israël,
Si je ne respectais en toi notre croyance,
Mon bras t'aurait déjà
Frappé d'un coup mortel!

Récitatif

LÉOPOLD
Frappe!
Je ne veux pas te ravir ta vengeance:
Je suis Chrétien!

ÉLÉAZAR
Chrétien!

(Il va frapper Léopold. Rachel retient son bras et tombe à ses genoux)

RACHEL
Arrêtez!
Il n'est pas seul coupable
Et la mort qui l'attend
Je dois la mériter!
Pour lui, pour moi, mon père,
J'invoque votre amour.
Ses yeux à la lumière
Pourront s'ouvrir un jour,
Notre loi qu'il ignore,
Qu'il l'apprenne de vous.
Hélas! je vous implore,
Bénissez mon époux!

ÉLÉAZAR
C'est Dieu qui l'inspire,
Sa douleur me déchire.
Je n'ai plus de courroux!

RACHEL
Une voix m'inspire
C'est elle qui m'inspire,
Je crois l'entendre dire:
Il sera ton époux!

LÉOPOLD
(Pour lui même)
Ô ciel! cruel martyre!
Sa douleur me déchire!
Je serais son époux!
Hélas! j'expire,
Plus de bonheur pour nous!
Hélas! affreux martyre!
Plus de bonheur non pour nous!

Récitatif

ÉLÉAZAR
(A Léopold)
Eh bien, donc!
Puis qu'ici ma fureur vengeresse
Doit céder à tes pleurs,
Que le ciel en courroux
Comme moi te pardonne
Et qu'il soi ton époux!

LÉOPOLD
Jamais!

RACHEL
Qu'oses tu dire?

LÉOPOLD
Je ne puis

RACHEL
Et pourquoi?

LÉOPOLD
Laissez-moi!
Et la terre et le ciel
Sont prêts à me maudire!

ÉLÉAZAR
Et moi, je l'ai prévu:
Trahison, anathème!
Maudits soient les chrétiens
Et celui qui les aime!

LÉOPOLD
Et la terre et le ciel
Sont prêts à me proscrire!

RACHEL
Malheur extrême!
Hélas! que devenir? ah!

ÉLÉAZAR
Chrétien sacrilège
Et que l'enfer protège,
Je connais tes projets.
Anathème, anathème!
Et que Dieu qu'il blasphème
Le maudisse à jamais!

LÉOPOLD
Parjure et sacrilège!
Ah! le remords m'assiège
Et c'est trop de forfaits!
Désespoir, anathème!
Le ciel que je blasphème
Me maudit à jamais!

RACHEL
De ce coeur sacrilège,
Oui, que l'enfer protège
Quels sont donc les projets?
Désespoir! anathème!
J'en jure par Dieu même,
Je saurais ses secrets!
Perfide, infâme!

LÉOPOLD
Ah! je t'aime plus que jamais!
Mais cet hymen, vois-tu,
C'est un crime, un blasphème.
Ne m'interroge pas,
Je dois fuir.
Adieu, Rachel, pour la dernière fois.

ÉLÉAZAR
Fuis de ces lieux,
Fuis pour jamais!
ACTE II


Scène Première

(L'intérieur de la maison d'Éléazar)

Prière

ÉLÉAZAR
Ô Dieu, Dieu de nos pères
Parmi nous descends!

RACHEL, CHOEUR
Ô Dieu, Dieu de nos pères
Parmi nous descends!

ÉLÉAZAR
Ô Dieu, cache nos mystères
À l'oeil des méchants!

RACHEL, CHOEUR
Ô Dieu, cache nos mystères
À l'oeil des méchants!

ÉLÉAZAR
Toi qui nous éclaires
Parmi nous descends!

RACHEL, CHOEUR
Toi qui nous éclaires
Parmi nous descends!

ÉLÉAZAR
Cache nos mystères
À l'oeil des méchants!

RACHEL, CHOEUR
Cache nos mystères
À l'oeil des méchants!

ÉLÉAZAR
Si trahison ou perfidie
Osait se glisser parmi nous,
Sur le parjure ou sur l'impie,
Grand Dieu, que tombe ton courroux!
Et vous tous, enfants de Moïse,
Gage de l'alliance
A nos aïeux promise,
Partagez vous ce pain
Par mes mains consacré
Et qu'un levain
Impur n'a jamais altéré.

RACHEL, CHOEUR
Partageons nous ce pain
Par ses mains consacré
Et qu'un levain
Impur n'a jamais altéré.

(Léopold jette le pain qui lui est présenté)

RACHEL
Que vois-je?

Cavatine

ÉLÉAZAR
Dieu, que ma voix tremblante
S’élève jusqu'aux cieux.
Etends ta main puissante
Sur tes fils malheureux.
Tout ton peuple succombe
Et Sion dans la tombe,
Implorant ta bonté,
Vers toi se lève et crie
Et demande la vie
A son père irrité!

(Ils sonnent à la porte)

RACHEL, ÉLÉAZAR, CHOEUR
On frappe, ô terreur!

(On frappe encore)

ÉLÉAZAR
Eteignez ces flambeaux et va voir!

RACHEL
Oh! je n'ose!

ÉLÉAZAR
(a ouvert la fenêtre)
Qui frappe ainsi chez moi lorsque la nuit est close?

PLUSIEURS VOIX
(au dehors)
C'est de la part de l'Empereur!

ÉLÉAZAR
(A ses compagnons)
Cachez tous ces apprêts!

RACHEL
(Parlant a demi voix)
Il faut qu'à l'instant même je vous parle Samuel!

LÉOPOLD
L'Empereur…
Frayeur extrême!

ÉLÉAZAR
Demeure! une visite à cette heure, en ces lieux m'est
suspecte; ton bras est fort et courageux, il saura me
défendre, et vous, qu'on se retire!

(ouvrant la porte de la chambre)

Entrez! une femme!

(Eudoxie entre)

Scène Seconde

LÉOPOLD
(A part)
Ah grand Dieu!
J'ai senti sur mon front se dresser mes cheveux!

ÉLEAZAR
Que voulez-vous?

EUDOXIE
(Regardant a Léopold)
Je vais vous en instruire
Quel est cet homme!

ÉLÉAZAR
Un peintre, un ouvrier fameux
et dont l'habile main utile a mon commerce,
sur l'or et le vélin avec talent s'exerce,
Mais si vous l'exigez, qu'il sorte!

EUDOXIE
Non vraiment! ma visite n'est pas un secret

ÉLÉAZAR
Et pourtant l'ordre de l'Empereur qui vers moi vous
amène et ses riches valets sa livrée…

EUDOXIE
Est la mienne je suis sa nièce!

ÉLÉAZAR
Oh ciel! et quel honneur pour moi!
La princesse Eudoxie!

EUDOXIE
Eh oui! relève toi!

EUDOXIE
Tu possèdes, dit-on,
Un joyau magnifique!

ÉLÉAZAR
Oui, je le destinais
À quelque souverain.
Une chaîne incrustée,
Une sainte relique
Que portait autrefois
L'empereur Constantin.

EUDOXIE
Je veux la voir
Celui que j'aime, Léopold, mon époux,
Des Hussites vainqueur…

LÉOPOLD
Ô ciel!

EUDOXIE
…Auprès de moi revient
Aujourd'hui même!

ÉLÉAZAR
J'entends

EUDOXIE
Non, tu ne peux
Concevoir mon bonheur!
Ah! dans mon âme
Son image chérie
Est gravée à jamais.
Ma vive flamme près de moi
Saura bien le fixer désormais,
Par sa tendresse
Mes jours vont s'embellir.
Ô douce ivresse,
Quel heureux avenir!

LÉOPOLD
(Pour lui même)
Oui, de son âme
J'ai banni le repos,
Le bonheur à jamais.
Sa vive flamme vient
Encor augmenter mes remords,
Mes regrets.
Pour sa tendresse
Quel funeste avenir!
Sa voix m'oppresse
D'un cruel repentir!

ÉLÉAZAR
(Pour lui même)
Je tremblais que cette femme
Ne surprit tous mes secrets.
Et je maudissais dans l'âme
Tous ces chrétiens que je hais.
Mais pour moi plaisir extrême
Et quel heureux avenir,
Ces bons écus d'or que j'aime
Chez moi vont donc revenir!

EUDOXIE
Ô doux espoir!
Celui que j'aime bientôt va revenir!

LÉOPOLD
(Pour lui même)
Que devenir, ô trouble extrême!
Que de malheurs dans l'avenir!

ÉLÉAZAR
(Pour lui même)
Ces bons écus,
Cet or que j'aime,
Chez moi vont revenir!,

(Éléazar présente la chaîne à Eudoxie)

EUDOXIE
Tenez, vous graverez
Et son chiffre et le mien,
Son blason et le mien.
Et puis dans mon palais demain,
Songez-y bien, vous me l'apporterez.

ÉLÉAZAR
Que mes mains sois maudites
Si j'y manquais.

EUDOXIE
Oui, je veux que demain,
Aux yeux de l'Empereur
Dans un pompeux festin,
Ce joyau soit offert
Au vainqueur des Hussites.
Et je prétends moi-même
En gage de ma foi
Le placer sur ce coeur
Qui ne bat que pour moi.
Ah, dans mon âme
Son image chérie
Est gravée à jamais.
Ma vive flamme près de moi
Saura bien le fixer désormais.
Par sa tendresse
Mes jours vont s'embellir.
Ô douce ivresse,
Quel heureux avenir!

ÉLÉAZAR
(Pour lui même)
Des ducats, des florins!
Quel plaisir
De tromper ces chrétiens!
Je les hais tous,
Ces ennemis
De mon Dieu, de ma foi!

EUDOXIE
Quel heureux jour pour moi,
Il recevra ce gage de ma foi!

LÉOPOLD
(Pour lui même)
Non, rien n'égale, hélas!
Mes tourments, mon effroi.

Scène Troisième

(Eudoxie et Éléazar partent)

Récitatif

RACHEL
Mon père n'est plus là,
Je veux enfin connaître quel mystère…

LÉOPOLD
Silence, il va rentrer peut-être.
Je ne puis maintenant,
Mais ce soir, cette nuit, seule ici
dans ta demeure consens à me recevoir.

RACHEL
Qu'oses-tu demander?

LÉOPOLD
Tu veux donc que je meure?

RACHEL
Qui moi? grand Dieu!

LÉOPOLD
N'ai-je donc pas ta foi,
Ton amour, tes serments?
Et je meurs loin de toi
Si tu me refuses!

RACHEL
Que faire?

LÉOPOLD
Tu m'attendras?

RACHEL
O mon Dieu! je frémis!

LÉOPOLD
Tu m'attendras?

RACHEL
Eh bien! oui!

Scène Quatrième

(Éléazar s’approche a sa fille)

ÉLÉAZAR
(Pour lui même)
Quel trouble à mon aspect!
D'où vient que vers la terre
Leurs yeux restent baissés?

(A Léopold)

Il est tard; adieu, frère, retire-toi!

(A Rachel)

Approche, mon enfant,
Et par moi sois bénie.
Ah! que ta main est froide!
Et ne puis-je savoir?
Ne t'en vas pas encor, Samuel,
Ton coeur oublie de redire
Avec nous la prière du soir.

Ô Dieu de nos pères,
Parmi nous descends!
Ô Dieu cache nos mystères
À l'oeil des méchants!

RACHEL
Dieu de nos pères,
Parmi nous descends!

(Pour elle même)

Hélas, quel trouble dans me sens!

(Forte)

Cache nos mystères
À l'oeil des méchants!

LÉOPOLD
(Pour lui même)
Leurs prières troublent mes sens!
Dieu de nos pères,
Vois mes tourments!
Ah! prends pitié de mes tourments!

Scène Cinquième

Romance

RACHEL
Il va venir!
Et d'effroi je me sens frémir.
D'une sombre et triste pensée
Mon âme, hélas, est oppressée.
Mon coeur bat, mais non de plaisir
Et cependant… il va venir!
La nuit et le silence,
L'orage qui s'avance
Augmentent ma terreur.
L'effroi, la défiance
S'emparent de mon coeur!
Il va venir!
Chaque pas me fait tressaillir!
J'ai put tromper les yeux d'un père
Mais non pas ceux d'un Dieu sévère,
Oui, je le dois, oui je veux fuir.
Et cependant… il va venir!

Scène Sixième

(Léopold arrive)

RACHEL
C'est lui! la force m'abandonne!

LÉOPOLD
Rachel, ma bien aimée…
À mon aspect frissonne.

RACHEL
N'approchez pas!
Sais-je, en cette maison,
Si vous n'apportez
Pas parjure et trahison?
Vous que le mystère environne,
Vous qui, pâle et confus, tremblez,
Je le vois bien.

LÉOPOLD
Oui, mon regard tremblant
Est celui d'un coupable.
Je t'ai trompée et le remords m'accable!

RACHEL
Samuel!

LÉOPOLD
Tu sauras tout.
Ton Dieu n'est pas le mien.

RACHEL
Qu'ai je entendu?

LÉOPOLD
Rachel… je suis chrétien!

Duo

RACHEL
(avec force)
Lorsqu'à toi je me suis donnée,
J'outrageais mon père et l'honneur,
Mais j'ignorais, infortunée,
Que j'outrageais un Dieu vengeur.

LÉOPOLD
Quand mon âme à toi s'est donnée,
J'oubliai fortune et grandeur,
J'oubliai tout,
Ma destinée est en toi
Comme mon bonheur.

RACHEL
Mais ta loi nous condamne
Et défend que je vive.
La Juive amante d'un Chrétien,
Le Chrétien amant d'une Juive,
Sont livrés à la mort!
Le sais-tu bien?

LÉOPOLD
Je le sais, mais qu'importe? viens!
Rachel, viens!
Ah! Que ton coeur m'appartienne,
Que l'amour nous enchaîne
Et Juive ou bien chrétienne
Ton sort sera le mien.
Que le courroux céleste
Me garde un sort funeste,
Si ton amour me reste,
Je ne regrette rien!

RACHEL
Que mon coeur t'appartienne,
Que l'amour nous enchaîne!
Ta foi n'est pas la mienne,
Ton Dieu n'est pas le mien.
Mon père vous déteste.
Et dans mon sort funeste
C'est la bonté céleste
Qui seule est mon soutien!

LÉOPOLD
Eh bien, fuyons!
Cherchons une retraite obscure
Où de tous oubliés,
Nous les oublierons tous,
Où gloire, amis, parents,
Tout sera mort pour nous!

RACHEL
Abandonner mon père?

LÉOPOLD
Oui, que dans la nature
Il ne me reste rien
Que mon amour et toi!

RACHEL
Abandonner mon père!

LÉOPOLD
Oui! crois-tu donc que moi
Je n'abandonne rien?

RACHEL
Que dis-tu?

LÉOPOLD
Tais-toi! Rachel!
Que ton coeur m'appartienne,
Que l'amour nous enchaîne
Et Juive ou bien Chrétienne,
Ton sort sera le mien.
Que le courroux céleste
Me garde un sort funeste…

RACHEL
Moi, que je t'appartienne,
Que l'amour nous enchaîne,
Ta foi n'est pas la mienne,
Ton Dieu n'est pas le mien.
Moment funeste!

LÉOPOLD
…si ton amour me reste,
Je ne regrette rien.

RACHEL
Eh bien! c'en est fait!
Oui, c'en est fait!
Pardonne, ô mon Dieu,
A ce coeur malheureux.
C'en est fait!
Dans les cieux,
Même sort, désormais
Nous attend tous les deux!

LÉOPOLD, RACHEL
Rachel, suis-moi!
Quittons ces lieux!
c'en est fait!
Ici-bas, dans les cieux,
Même sort, désormais
Nous attend tous les deux!

Scène Septième

(Éléazar arrive)

ÉLÉAZAR
Où courrez-vous?

RACHEL
Mon père!

ÉLÉAZAR
Pour m'éviter
Où portez vous vos pas?
Connaissez-vous donc sur la terre
Quelqu'endroit où n'atteigne pas
La malédiction d'un père?

Trio

ÉLÉAZAR
(Pour lui même)
Je vois son front coupable
Glacé par la terreur!
Oui, tout m'accable
De crainte et de douleur.

RACHEL, LÉOPOLD
(Pour lui même)
Ah! le remords m'accable!
Je sens mon front coupable,
Couvert de honte et de rougeur.

ÉLÉAZAR
Et toi que j'accueillis,
Toi qui venais sans crainte
Outrager dans ces lieux
L'hospitalité sainte, va-t'en!
Si tu n'étais un enfant d'Israël,
Si je ne respectais en toi notre croyance,
Mon bras t'aurait déjà
Frappé d'un coup mortel!

Récitatif

LÉOPOLD
Frappe!
Je ne veux pas te ravir ta vengeance:
Je suis Chrétien!

ÉLÉAZAR
Chrétien!

(Il va frapper Léopold. Rachel retient son bras et tombe à ses genoux)

RACHEL
Arrêtez!
Il n'est pas seul coupable
Et la mort qui l'attend
Je dois la mériter!
Pour lui, pour moi, mon père,
J'invoque votre amour.
Ses yeux à la lumière
Pourront s'ouvrir un jour,
Notre loi qu'il ignore,
Qu'il l'apprenne de vous.
Hélas! je vous implore,
Bénissez mon époux!

ÉLÉAZAR
C'est Dieu qui l'inspire,
Sa douleur me déchire.
Je n'ai plus de courroux!

RACHEL
Une voix m'inspire
C'est elle qui m'inspire,
Je crois l'entendre dire:
Il sera ton époux!

LÉOPOLD
(Pour lui même)
Ô ciel! cruel martyre!
Sa douleur me déchire!
Je serais son époux!
Hélas! j'expire,
Plus de bonheur pour nous!
Hélas! affreux martyre!
Plus de bonheur non pour nous!

Récitatif

ÉLÉAZAR
(A Léopold)
Eh bien, donc!
Puis qu'ici ma fureur vengeresse
Doit céder à tes pleurs,
Que le ciel en courroux
Comme moi te pardonne
Et qu'il soi ton époux!

LÉOPOLD
Jamais!

RACHEL
Qu'oses tu dire?

LÉOPOLD
Je ne puis

RACHEL
Et pourquoi?

LÉOPOLD
Laissez-moi!
Et la terre et le ciel
Sont prêts à me maudire!

ÉLÉAZAR
Et moi, je l'ai prévu:
Trahison, anathème!
Maudits soient les chrétiens
Et celui qui les aime!

LÉOPOLD
Et la terre et le ciel
Sont prêts à me proscrire!

RACHEL
Malheur extrême!
Hélas! que devenir? ah!

ÉLÉAZAR
Chrétien sacrilège
Et que l'enfer protège,
Je connais tes projets.
Anathème, anathème!
Et que Dieu qu'il blasphème
Le maudisse à jamais!

LÉOPOLD
Parjure et sacrilège!
Ah! le remords m'assiège
Et c'est trop de forfaits!
Désespoir, anathème!
Le ciel que je blasphème
Me maudit à jamais!

RACHEL
De ce coeur sacrilège,
Oui, que l'enfer protège
Quels sont donc les projets?
Désespoir! anathème!
J'en jure par Dieu même,
Je saurais ses secrets!
Perfide, infâme!

LÉOPOLD
Ah! je t'aime plus que jamais!
Mais cet hymen, vois-tu,
C'est un crime, un blasphème.
Ne m'interroge pas,
Je dois fuir.
Adieu, Rachel, pour la dernière fois.

ÉLÉAZAR
Fuis de ces lieux,
Fuis pour jamais!



|新しいページ|検索|ページ一覧|RSS|@ウィキご利用ガイド | 管理者にお問合せ
|ログイン|