オペラ作曲家別索引

オペラ対訳完成

その他対訳完成

対訳一部完成

このサイトについて

アクセス数

  • 今日  -
  • 昨日  -
  • 累計  -

翻訳エンジン


bose_soundlink_color_ii



ACTE IV


Scène Première

Duo

EUDOXIE
(Seule)
Du cardinal voici
L'ordre suprême,
Il me permet de voir Rachel
Quelques instants.
Mon Dieu, pour délivrer
L'infidèle que j'aime
Viens soutenir ma voix
Et dicter mes accents.
Que je sauve ses jours
Et puis, qu'après, je meure!

(Rachel arrive)

RACHEL
Pourquoi m'arrachez-vous
À ma sombre demeure?
M'apportez vous la mort
Qu'appellent mes souhaits?
Que vois-je ô ciel! mon ennemie!

EUDOXIE
Une ennemie, hélas! qui te supplie!

RACHEL
Que peut-il entre nous
Exister désormais?

EUDOXIE
Pour moi je ne veux rien,
Mais pour lui seul je tremble.
Ce concile terrible
En ce moment s'assemble,
Personne excepté vous ne
Pourrait désarmer
Ces juges impitoyables,
Ils le condamneront!

RACHEL
Ils sont donc équitables?
J'estime les chrétiens
Et je veux les aimer!

EUDOXIE
Ah! que ma voix plaintive,
Fléchisse votre coeur!
Ô vous, mon ennemie,
Accordez-moi sa vie
Et prenez mon bonheur!

RACHEL
Moi, permettre qu'il vive?
Quand de la pauvre Juive
Il a brisé le coeur?
Non, que ma triste vie
Près de lui soit finie.
C'est là mon seul bonheur.

EUDOXIE
Rachel accordez-moi sa vie.

RACHEL
Non

EUDOXIE
Vous pouvez le soustraire
À l'arrêt implacable,
En déclarant ici
Qu'il n'était pas coupable.

RACHEL
Pas coupable!
Sais-tu qu'il avilit mes jours?
Sais-tu que je l'aimais?
Que je l'aime toujours?

EUDOXIE
Entendez-vous
Et ce signal affreux,
Ce bruit, ces pas tumultueux?
C'est lui que l'on
Traîne au concile!
Si vous tardez, tout devient inutile:
l meurt!

RACHEL
Ô ciel!

EUDOXIE
Rendez-vous à mes voeux!

RACHEL
Ô Dieu! que faire?

RACHEL
Dieu tutélaire,
Toi qui vois ma misère,
Dieu tutélaire à toi j'ai recours.
Ah! pour moi peine extrême,
Oui, je sens que je l'aime,
Et pour toujours!

EUDOXIE
Dieu tutélaire,
Oh! reçois ma prière
Dieu tutélaire
Ah! sauve ses jours!
Ah! pour moi peine extrême,
Oui, je sens que je l'aime,
Hélas! et pour toujours!

EUDOXIE
Rachel, qu'ici j'obtienne
Grâce et pardon
De ton coeur irrité.

RACHEL
Il ne sera pas dit
Qu'une femme chrétienne
Sur une Juive en rien l'ait emporté.

Scène Deuxième

L’OFFICIER
Le Cardinal, Madame,
En ce lieu doit se rendre!

EUDOXIE
Je me retire; adieu Rachel
Tu l'as juré, tu dois le sauver,
Le défendre!

RACHEL
Décide à présent, tu le peux,
Qui de nous deux l'aime le mieux!

EUDOXIE
Ah! Qu'il vive et pour moi
Le trépas, je l’espère,
Aura bientôt terminé ma misère.

RACHEL
Oh! Non, je mourrai seule, adieu!
Vivez en paix!

(Eudoxie sort et Brogni arrive)

Duo

BROGNI
Devant le tribunal
Vous allez comparaître!

RACHEL
Eh bien!
Le tribunal entendra mon aveu!

BROGNI
Quel est-il donc?

RACHEL
Bientôt vous allez le connaître;
Je ferai mon devoir
Et m'abandonne à Dieu.

BROGNI
Cet aveu pourrait-il
Conjurer la tempête?

RACHEL
Oui, d'un front
Qui m'est cher il la détournera!

BROGNI
Et ne peut-il sauver ta tête?

RACHEL
Oh non, la mienne tombera!

BROGNI
Ainsi donc à la mort
Vous courez sans défense?

RACHEL
C'est mon refuge et mon désir!

BROGNI
Vous n'avez donc plus d'espérance?

RACHEL
Il m'en reste une encor:
Le sauver et mourir!

BROGNI
(Pour lui même)
En mon âme une voix secrète
Parle pour elle et la défend.
Et lorsque son bûcher s'apprête
Je tremble du sort qui l'attend.

RACHEL
(Pour lui même)
On dirait qu'une voix secrète
Pour moi lui parle et me défend.

BROGNI
(Pour lui même)
Du coup affreux
Qui va l'atteindre
Ne pourrai-je la préserver?
Le ciel m'ordonne
De la plaindre,
Que ne puis-je
Aussi la sauver!
Quel est donc cette voix secrète
Qui dans mon coeur
S'élève et la défend?

(A Rachel)

Allez, Rachel, Je veillerai sur vous!

(Elle sort)

Scène Troisième

Récitatif

BROGNI
Mourir si jeune!
Un seul espoir me reste,
Oui, son père lui seul
Peut détourner
Les coups de l'humaine justice
Et du courroux céleste.
Je veux le voir!

(A les gardes)

Qu'on amène ce Juif!
Allez et laissez-nous!

(Élézar entre)

Duo

BROGNI
Ta fille en ce moment
Est devant le concile
Qui va prononcer son arrêt.
Toi, son complice,
En vain mon coeur
Voudrait tenter,
Pour te sauver,
Un effort inutile.
Sa vie est dans tes mains,
Aux flammes du bûcher,
En abjurant ta foi,
Toi seul peux l'arracher!

ÉLÉAZAR
L'ai-je bien entendu?
Que me proposes-tu?
Renier la foi de mes pères!
Non, jamais, plutôt mourir!

BROGNI
Mais le Dieu qui t'appelle
Est un Dieu redoutable!

ÉLÉAZAR
Non, le Dieu de Jacob
Est le seul véritable!

BROGNI
Et pourtant dans l'opprobre
Il laisse ses enfants!

ÉLÉAZAR
Si de leurs fronts vainqueurs
Les palmes sont tombées,
Dieu qui dans les combats
Guidait les Macchabées,
Rendra bientôt ses fils
Libres et triomphants!

BROGNI
Ainsi tu veux mourir?

ÉLÉAZAR
Oui! c'est mon espérance
Mais je veux avant tout
Et sur quelque chrétien me venger,
Et ce sera sur toi!

Récitatif

ÉLÉAZAR
Quand les Napolitains
Dans Rome sont entrés
Vous avez vu vos toits
Au pillage livrés
Et ta maison en proie
À l'incendie
Et ta femme expirante
Et ta fille chérie
En recevant le jour
Mourante à tes côtés!

BROGNI
Tais-toi, cruel!
Que ces jours détestés
Par qui j'ai tout perdu
S'efface et s'oublient!

ÉLÉAZAR
Non! tu n'avais pas tout perdu!

BROGNI
Que dis-tu?

ÉLÉAZAR
Tu n'avais pas tout perdu!

BROGNI
Ô ciel!

ÉLÉAZAR
Un Juif avait sauvé ta fille,
Un Juif l'avait vivante
Enlevée en ses bras.
Ce Juif, je le connais.

BROGNI
Ah, parle! dis:
Son nom, quel est-il?

ÉLÉAZAR
Non! Non!

BROGNI
(avec beaucoup de force)
Mais parle au nom du ciel!

ÉLÉAZAR
Tu ne le sauras pas!

BROGNI
Mais non! c'est un rêve!
Ah, par pitié, achève!
Ah, j'implore en tremblant
Ta clémence,
Ah! par pitié, cruel,
Vois ma souffrance,
Vois, je suis à tes pieds,
Hélas! comble mes voeux.
Ah! dis un mot
Ou j'expire à tes yeux!
Ma fille. eh! quoi!
Il serait vrai
Peut-être elle respire?
Ah, je succombe hélas!
A mon martyre,
Tu me vois à tes pieds,
Hélas! comble mes voeux,
Dis un mot
Ou j'expire à tes yeux!

ÉLÉAZAR
Hélas! il est trop vrai,
Oui, ta fille respire,
Seul je connais son sort,
Seul je puis tout dire.
Mais bientôt mon trépas
Va te glacer d'effroi.
Et mon secret va mourir avec moi!
Le bûcher qui s'élève
Nous rapproche des cieux!

BROGNI
Je t'en supplie, achève
Ou j'expire à tes yeux,

(Brogni sort désespéré)

Scène Quatrième

ÉLÉAZAR
Va prononcer ma mort,
Ma vengeance est certaine.
C'est moi qui pour jamais
Te condamne a gémir!
J'ai fait peser sur toi
Mon éternelle haine
Et maintenant je puis mourir.
Mais ma fille… ô Rachel!
Quelle horrible pensée
Vient déchirer mon coeur.
Délire affreux, rage insensée,
Pour me venger
C'est toi qu'immole ma fureur

Air

ÉLÉAZAR
Rachel, quand du Seigneur
La grâce tutélaire
À mes tremblantes mains
Confia ton berceau,
J'avais à ton bonheur voué ma vie entière.
Et c'est moi qui te livre au bourreau!
Mais j'entends une voix qui me crie:
Sauvez-moi de la mort qui m'attend!
Je suis jeune et je tiens à la vie,
Ô mon père, épargnez votre enfant!

CHOEUR
(dans la coulisse)
Au bûcher, au bûcher les Juifs!
les Juifs qu'ils périssent!
La mort est due à leurs forfaits,
La mort, la mort, la mort pour leurs forfaits!

ÉLÉAZAR
Quels cris de mort retentissent?

CHOEUR
(dans la coulisse)
Au bûcher les Juifs,
les Juifs qu'ils périssent!
La mort, la mort pour leurs forfaits!
Oui! oui! oui!

ÉLÉAZAR
Ils demandent ma mort.
Vous voulez notre sang, Chrétiens
et moi j'allais vous rendre ma fille Rachel non, non,
jamais!

(avec exaltation)

Dieu m'éclaire,
Fille chère,
Près d'un père
Viens mourir
Et pardonne
Quand il donne
La couronne
Du martyre!
Vaine crainte,
Plus de plainte
En mon coeur
Saint délire
Qui m'inspire,
Ton empire
Est vainqueur!

CHOEUR
(dans la coulisse)
Au bûcher les Juifs qu'ils périssent!

ÉLÉAZAR
Israël la réclame!

CHOEUR
(dans la coulisse)
La mort est due à leurs forfaits, la mort!

ÉLÉAZAR
Israël la réclame,
C'est au Dieu de Jacob que j'ai voué son âme!

CHOEUR
(dans la coulisse)
Au bûcher! au bûcher oui, qu'ils périssent!

ÉLÉAZAR
Elle est à moi, c'est notre enfant
Et j'irais en tremblant pour elle,
Prolongeant ses jours d'un enfant,
Lui ravir la vie éternelle
Et le ciel qui l'attend
Non, non, jamais!
Dieu m'éclaire!
ACTE IV


Scène Première

Duo

EUDOXIE
(Seule)
Du cardinal voici
L'ordre suprême,
Il me permet de voir Rachel
Quelques instants.
Mon Dieu, pour délivrer
L'infidèle que j'aime
Viens soutenir ma voix
Et dicter mes accents.
Que je sauve ses jours
Et puis, qu'après, je meure!

(Rachel arrive)

RACHEL
Pourquoi m'arrachez-vous
À ma sombre demeure?
M'apportez vous la mort
Qu'appellent mes souhaits?
Que vois-je ô ciel! mon ennemie!

EUDOXIE
Une ennemie, hélas! qui te supplie!

RACHEL
Que peut-il entre nous
Exister désormais?

EUDOXIE
Pour moi je ne veux rien,
Mais pour lui seul je tremble.
Ce concile terrible
En ce moment s'assemble,
Personne excepté vous ne
Pourrait désarmer
Ces juges impitoyables,
Ils le condamneront!

RACHEL
Ils sont donc équitables?
J'estime les chrétiens
Et je veux les aimer!

EUDOXIE
Ah! que ma voix plaintive,
Fléchisse votre coeur!
Ô vous, mon ennemie,
Accordez-moi sa vie
Et prenez mon bonheur!

RACHEL
Moi, permettre qu'il vive?
Quand de la pauvre Juive
Il a brisé le coeur?
Non, que ma triste vie
Près de lui soit finie.
C'est là mon seul bonheur.

EUDOXIE
Rachel accordez-moi sa vie.

RACHEL
Non

EUDOXIE
Vous pouvez le soustraire
À l'arrêt implacable,
En déclarant ici
Qu'il n'était pas coupable.

RACHEL
Pas coupable!
Sais-tu qu'il avilit mes jours?
Sais-tu que je l'aimais?
Que je l'aime toujours?

EUDOXIE
Entendez-vous
Et ce signal affreux,
Ce bruit, ces pas tumultueux?
C'est lui que l'on
Traîne au concile!
Si vous tardez, tout devient inutile:
l meurt!

RACHEL
Ô ciel!

EUDOXIE
Rendez-vous à mes voeux!

RACHEL
Ô Dieu! que faire?

RACHEL
Dieu tutélaire,
Toi qui vois ma misère,
Dieu tutélaire à toi j'ai recours.
Ah! pour moi peine extrême,
Oui, je sens que je l'aime,
Et pour toujours!

EUDOXIE
Dieu tutélaire,
Oh! reçois ma prière
Dieu tutélaire
Ah! sauve ses jours!
Ah! pour moi peine extrême,
Oui, je sens que je l'aime,
Hélas! et pour toujours!

EUDOXIE
Rachel, qu'ici j'obtienne
Grâce et pardon
De ton coeur irrité.

RACHEL
Il ne sera pas dit
Qu'une femme chrétienne
Sur une Juive en rien l'ait emporté.

Scène Deuxième

L’OFFICIER
Le Cardinal, Madame,
En ce lieu doit se rendre!

EUDOXIE
Je me retire; adieu Rachel
Tu l'as juré, tu dois le sauver,
Le défendre!

RACHEL
Décide à présent, tu le peux,
Qui de nous deux l'aime le mieux!

EUDOXIE
Ah! Qu'il vive et pour moi
Le trépas, je l’espère,
Aura bientôt terminé ma misère.

RACHEL
Oh! Non, je mourrai seule, adieu!
Vivez en paix!

(Eudoxie sort et Brogni arrive)

Duo

BROGNI
Devant le tribunal
Vous allez comparaître!

RACHEL
Eh bien!
Le tribunal entendra mon aveu!

BROGNI
Quel est-il donc?

RACHEL
Bientôt vous allez le connaître;
Je ferai mon devoir
Et m'abandonne à Dieu.

BROGNI
Cet aveu pourrait-il
Conjurer la tempête?

RACHEL
Oui, d'un front
Qui m'est cher il la détournera!

BROGNI
Et ne peut-il sauver ta tête?

RACHEL
Oh non, la mienne tombera!

BROGNI
Ainsi donc à la mort
Vous courez sans défense?

RACHEL
C'est mon refuge et mon désir!

BROGNI
Vous n'avez donc plus d'espérance?

RACHEL
Il m'en reste une encor:
Le sauver et mourir!

BROGNI
(Pour lui même)
En mon âme une voix secrète
Parle pour elle et la défend.
Et lorsque son bûcher s'apprête
Je tremble du sort qui l'attend.

RACHEL
(Pour lui même)
On dirait qu'une voix secrète
Pour moi lui parle et me défend.

BROGNI
(Pour lui même)
Du coup affreux
Qui va l'atteindre
Ne pourrai-je la préserver?
Le ciel m'ordonne
De la plaindre,
Que ne puis-je
Aussi la sauver!
Quel est donc cette voix secrète
Qui dans mon coeur
S'élève et la défend?

(A Rachel)

Allez, Rachel, Je veillerai sur vous!

(Elle sort)

Scène Troisième

Récitatif

BROGNI
Mourir si jeune!
Un seul espoir me reste,
Oui, son père lui seul
Peut détourner
Les coups de l'humaine justice
Et du courroux céleste.
Je veux le voir!

(A les gardes)

Qu'on amène ce Juif!
Allez et laissez-nous!

(Élézar entre)

Duo

BROGNI
Ta fille en ce moment
Est devant le concile
Qui va prononcer son arrêt.
Toi, son complice,
En vain mon coeur
Voudrait tenter,
Pour te sauver,
Un effort inutile.
Sa vie est dans tes mains,
Aux flammes du bûcher,
En abjurant ta foi,
Toi seul peux l'arracher!

ÉLÉAZAR
L'ai-je bien entendu?
Que me proposes-tu?
Renier la foi de mes pères!
Non, jamais, plutôt mourir!

BROGNI
Mais le Dieu qui t'appelle
Est un Dieu redoutable!

ÉLÉAZAR
Non, le Dieu de Jacob
Est le seul véritable!

BROGNI
Et pourtant dans l'opprobre
Il laisse ses enfants!

ÉLÉAZAR
Si de leurs fronts vainqueurs
Les palmes sont tombées,
Dieu qui dans les combats
Guidait les Macchabées,
Rendra bientôt ses fils
Libres et triomphants!

BROGNI
Ainsi tu veux mourir?

ÉLÉAZAR
Oui! c'est mon espérance
Mais je veux avant tout
Et sur quelque chrétien me venger,
Et ce sera sur toi!

Récitatif

ÉLÉAZAR
Quand les Napolitains
Dans Rome sont entrés
Vous avez vu vos toits
Au pillage livrés
Et ta maison en proie
À l'incendie
Et ta femme expirante
Et ta fille chérie
En recevant le jour
Mourante à tes côtés!

BROGNI
Tais-toi, cruel!
Que ces jours détestés
Par qui j'ai tout perdu
S'efface et s'oublient!

ÉLÉAZAR
Non! tu n'avais pas tout perdu!

BROGNI
Que dis-tu?

ÉLÉAZAR
Tu n'avais pas tout perdu!

BROGNI
Ô ciel!

ÉLÉAZAR
Un Juif avait sauvé ta fille,
Un Juif l'avait vivante
Enlevée en ses bras.
Ce Juif, je le connais.

BROGNI
Ah, parle! dis:
Son nom, quel est-il?

ÉLÉAZAR
Non! Non!

BROGNI
(avec beaucoup de force)
Mais parle au nom du ciel!

ÉLÉAZAR
Tu ne le sauras pas!

BROGNI
Mais non! c'est un rêve!
Ah, par pitié, achève!
Ah, j'implore en tremblant
Ta clémence,
Ah! par pitié, cruel,
Vois ma souffrance,
Vois, je suis à tes pieds,
Hélas! comble mes voeux.
Ah! dis un mot
Ou j'expire à tes yeux!
Ma fille. eh! quoi!
Il serait vrai
Peut-être elle respire?
Ah, je succombe hélas!
A mon martyre,
Tu me vois à tes pieds,
Hélas! comble mes voeux,
Dis un mot
Ou j'expire à tes yeux!

ÉLÉAZAR
Hélas! il est trop vrai,
Oui, ta fille respire,
Seul je connais son sort,
Seul je puis tout dire.
Mais bientôt mon trépas
Va te glacer d'effroi.
Et mon secret va mourir avec moi!
Le bûcher qui s'élève
Nous rapproche des cieux!

BROGNI
Je t'en supplie, achève
Ou j'expire à tes yeux,

(Brogni sort désespéré)

Scène Quatrième

ÉLÉAZAR
Va prononcer ma mort,
Ma vengeance est certaine.
C'est moi qui pour jamais
Te condamne a gémir!
J'ai fait peser sur toi
Mon éternelle haine
Et maintenant je puis mourir.
Mais ma fille… ô Rachel!
Quelle horrible pensée
Vient déchirer mon coeur.
Délire affreux, rage insensée,
Pour me venger
C'est toi qu'immole ma fureur

Air

ÉLÉAZAR
Rachel, quand du Seigneur
La grâce tutélaire
À mes tremblantes mains
Confia ton berceau,
J'avais à ton bonheur voué ma vie entière.
Et c'est moi qui te livre au bourreau!
Mais j'entends une voix qui me crie:
Sauvez-moi de la mort qui m'attend!
Je suis jeune et je tiens à la vie,
Ô mon père, épargnez votre enfant!

CHOEUR
(dans la coulisse)
Au bûcher, au bûcher les Juifs!
les Juifs qu'ils périssent!
La mort est due à leurs forfaits,
La mort, la mort, la mort pour leurs forfaits!

ÉLÉAZAR
Quels cris de mort retentissent?

CHOEUR
(dans la coulisse)
Au bûcher les Juifs,
les Juifs qu'ils périssent!
La mort, la mort pour leurs forfaits!
Oui! oui! oui!

ÉLÉAZAR
Ils demandent ma mort.
Vous voulez notre sang, Chrétiens
et moi j'allais vous rendre ma fille Rachel non, non,
jamais!

(avec exaltation)

Dieu m'éclaire,
Fille chère,
Près d'un père
Viens mourir
Et pardonne
Quand il donne
La couronne
Du martyre!
Vaine crainte,
Plus de plainte
En mon coeur
Saint délire
Qui m'inspire,
Ton empire
Est vainqueur!

CHOEUR
(dans la coulisse)
Au bûcher les Juifs qu'ils périssent!

ÉLÉAZAR
Israël la réclame!

CHOEUR
(dans la coulisse)
La mort est due à leurs forfaits, la mort!

ÉLÉAZAR
Israël la réclame,
C'est au Dieu de Jacob que j'ai voué son âme!

CHOEUR
(dans la coulisse)
Au bûcher! au bûcher oui, qu'ils périssent!

ÉLÉAZAR
Elle est à moi, c'est notre enfant
Et j'irais en tremblant pour elle,
Prolongeant ses jours d'un enfant,
Lui ravir la vie éternelle
Et le ciel qui l'attend
Non, non, jamais!
Dieu m'éclaire!



|新しいページ|検索|ページ一覧|RSS|@ウィキご利用ガイド | 管理者にお問合せ
|ログイン|