オペラ作曲家別索引

オペラ対訳完成

その他対訳完成

対訳一部完成

このサイトについて

アクセス数

  • 今日  -
  • 昨日  -
  • 累計  -

翻訳エンジン


bose_soundlink_color_ii



TROISIÈME PARTIE

L’Arrivée à Saïs

N° 10

LE RÉCITANT

Depuis trois jours, malgré l’ardeur du vent,
Ils cheminaient dans le sable mouvant.
Le pauvre serviteur de la famille sainte,
L’âne, dans le désert était déjà tombé;
Et, bien avant de voir d’une cité l’enceinte,
De fatigue et de soif son maître eût succombé
Sans le secours de Dieu. Seule Sainte Marie
Marchait calme et sereine, et de son doux enfant
La blonde chevelure et la tête bénie
Semblaient la ranimer sur son cœur reposant.
Mais bientôt ses pas chancelèrent ...
Combien de fois les époux s’arrêtèrent ...
Enfin, pourtant, ils arrivèrent
A Saïs, haletants,
Presque mourants.
C’était une cité dès longtemps réunie
A l’empire romain,
Pleine de gens cruels, au visage hautain.
Oyez combien dura la navrante agonie
Des pèlerins cherchant un asile et du pain.

SCÈNE I

L’intérieur de la ville de Saïs

N° 11 – Duo

MARIE

Dans cette ville immense
Où le peuple en foule s’élance,
Quelle rumeur!
Joseph ! J’ai peur ...
Je n’en puis plus ... las! ... Je suis morte ...
Allez frapper à cette porte.

JOSEPH

Ouvrez, ouvrez, secourez-nous,
Laissez-nous reposer chez vous!
Que l’hospitalité sainte soit accordée
A la mère, à l’enfant. Hélas! de la Judée
Nous arrivons à pied.

CHŒUR DE ROMAINS

Arrière, vils Hébreux!
Les gens de Rome n’ont que faire
De vagabonds et de lépreux!

MARIE

Mes pieds de sang teignent la terre!

JOSEPH

Seigneur! ma femme est presque morte!

MARIE

Jésus va mourir ... c’en est fait.
Mon sein tari n’a plus de lait.

JOSEPH

Frappons encore à cette porte.
Oh! par pitié, secourez-nous!
Laissez-nous reposer chez vous!
Que l’hospitalité sainte soit accordée
A la mère, à l’enfant. Hélas! de la Judée
Nous arrivons à pied.

CHŒUR D’ÉGYPTIENS

Arrière, vils Hébreux!
Les gens d’Égypte n’ont que faire
De vagabonds et de lépreux!

JOSEPH

Seigneur! sauvez la mère!
Marie expire ... c’en est fait ...
Et son enfant n’a plus de lait.
Votre maison, cruels, reste fermée.
Vos cœurs sont durs. Sous la ramée
De ces sycomores, l’on voit,
Tout à l’écart, un humble toit ...
Frappons encor ... Mais qu’à ma voix unie
Votre voix si douce, Marie,
Tente aussi de les attendrir.

MARIE

Hélas! nous aurons à souffrir
Partout l’insulte et l’avanie.
Je vais tomber ...

JOSEPH

Oh! par pitié ...

MARIE, JOSEPH

Oh! par pitié, secourez-nous!
Laissez-nous reposer chez vous!
Que l’hospitalité sainte soit accordée
Aux parents (à la mère), à l’enfant. Hélas! de la Judée
Nous arrivons à pied.

SCÈNE II

L’intérieur de la maison des Ismaélites

N° 12

LE PÈRE DE FAMILLE

Entrez, entrez, pauvres Hébreux!
La porte n’est jamais fermée,
Chez nous, aux malheureux.
Pauvres Hébreux, entrez, entrez !

(Joseph et Marie entrent.)

Grands Dieux! Quelle détresse!
Qu’autour d’eux on s’empresse!
Filles et fils et serviteurs,
Montrez la bonté de vos cœurs!
Que de leurs pieds meurtris on lave les blessures!
Donnez de l’eau, donnez du lait, des grappes mûres;
Préparez à l’instant
Une couchette pour l’enfant.

CHŒUR D’ISMAÉLITES

Que de leurs pieds meurtris on lave les blessures!
Donnez de l’eau, donnez du lait, des grappes mûres;
Préparez à l’instant
Une couchette pour l’enfant.

(Les jeunes Ismaélites et leurs serviteurs se dispersent dans la maison,
exécutant les ordres divers du Père de famille.)

LE PÈRE DE FAMILLE

Sur vos traits fatigués
La tristesse est empreinte.
Ayez courage, nous ferons
Ce que nous pourrons
Pour vous aider.
Bannissez toute crainte;
Les enfants d’Ismaël
Sont frères de ceux d’Israël.
Nous avons vu le jour au Liban, en Syrie.
Comment vous nomme-t-on ?

JOSEPH

Elle a pour nom Marie,
Je m’appelle Joseph, et nous nommons l’enfant
Jésus.

LE PÈRE DE FAMILLE

Jésus! quel nom charmant!
Dites, que faites-vous pour gagner votre vie?
Oui, quel est votre état?

JOSEPH

Moi, je suis charpentier.

LE PÈRE DE FAMILLE

Eh bien, c’est mon métier!
Vous êtes mon compère.
Ensemble nous travaillerons,
Bien des deniers nous gagnerons.
Laissez faire.
Près de nous Jésus grandira,
Puis bientôt il vous aidera
Et la sagesse il apprendra.
Laissez, laissez faire.

CHŒUR D’ISMAÉLITES

Laissez, laissez faire.
Près de nous Jésus grandira
Puis bientôt il vous aidera,
Et la sagesse il apprendra.

LE PÈRE DE FAMILLE

Pour bien finir cette soirée
Et réjouir nos hôtes, employons
La science sacrée,
Le pouvoir des doux sons.
Prenez vos instruments, mes enfants; toute peine
Cède à la flûte unie à la harpe thébaine.

N° 13 – Trio pour deux flûtes et harpe, exécuté par les jeunes Ismaélites

N° 14

LE PÈRE DE FAMILLE (s’adressant à Marie)

Vous pleurez, jeune mère.
Douces larmes, tant mieux!
Allez dormir, bon père,
Bien reposez,
Mal ne songez,
Plus d’alarmes.
Que les charmes
De l’espoir du bonheur
Rentrent en votre cœur.

MARIE, JOSEPH

Adieu, merci, bon père,
Déjà ma peine amère
Semble s’enfuir,
S’évanouir.
Plus d’alarmes.
Oui, les charmes
De l’espoir du bonheur
Rentrent en notre cœur.

CHŒUR D’ISMAÉLITES

Allez dormir, bon père,
Doux enfant, tendre mère,
Bien reposez,
Mal ne songez,
Plus d’alarmes.
Que les charmes
De l’espoir du bonheur
Rentrent en votre cœur.

SCÈNE III

N° 15

LE RÉCITANT

Ce fut ainsi que par un infidèle
Fut sauvé le Sauveur.
Pendant dix ans Marie, et Joseph avec elle
Virent fleurir en lui la sublime douceur,
La tendresse infinie
A la sagesse unie.
Puis enfin de retour
Au lieu qui lui donna le jour
Il voulut accomplir le divin sacrifice
Qui racheta le genre humain
De l’éternel supplice
Et du salut lui fraya le chemin.

LE RÉCITANT, CHŒUR

Ô mon âme, pour toi que reste-t-il à faire,
Qu’à briser ton orgueil devant un tel mystère? ...
Ô mon cœur, emplis-toi du grave et pur amour
Qui seul peut nous ouvrir le céleste séjour.

Amen.
TROISIÈME PARTIE

L’Arrivée à Saïs

N° 10

LE RÉCITANT

Depuis trois jours, malgré l’ardeur du vent,
Ils cheminaient dans le sable mouvant.
Le pauvre serviteur de la famille sainte,
L’âne, dans le désert était déjà tombé;
Et, bien avant de voir d’une cité l’enceinte,
De fatigue et de soif son maître eût succombé
Sans le secours de Dieu. Seule Sainte Marie
Marchait calme et sereine, et de son doux enfant
La blonde chevelure et la tête bénie
Semblaient la ranimer sur son cœur reposant.
Mais bientôt ses pas chancelèrent ...
Combien de fois les époux s’arrêtèrent ...
Enfin, pourtant, ils arrivèrent
A Saïs, haletants,
Presque mourants.
C’était une cité dès longtemps réunie
A l’empire romain,
Pleine de gens cruels, au visage hautain.
Oyez combien dura la navrante agonie
Des pèlerins cherchant un asile et du pain.

SCÈNE I

L’intérieur de la ville de Saïs

N° 11 – Duo

MARIE

Dans cette ville immense
Où le peuple en foule s’élance,
Quelle rumeur!
Joseph ! J’ai peur ...
Je n’en puis plus ... las! ... Je suis morte ...
Allez frapper à cette porte.

JOSEPH

Ouvrez, ouvrez, secourez-nous,
Laissez-nous reposer chez vous!
Que l’hospitalité sainte soit accordée
A la mère, à l’enfant. Hélas! de la Judée
Nous arrivons à pied.

CHŒUR DE ROMAINS

Arrière, vils Hébreux!
Les gens de Rome n’ont que faire
De vagabonds et de lépreux!

MARIE

Mes pieds de sang teignent la terre!

JOSEPH

Seigneur! ma femme est presque morte!

MARIE

Jésus va mourir ... c’en est fait.
Mon sein tari n’a plus de lait.

JOSEPH

Frappons encore à cette porte.
Oh! par pitié, secourez-nous!
Laissez-nous reposer chez vous!
Que l’hospitalité sainte soit accordée
A la mère, à l’enfant. Hélas! de la Judée
Nous arrivons à pied.

CHŒUR D’ÉGYPTIENS

Arrière, vils Hébreux!
Les gens d’Égypte n’ont que faire
De vagabonds et de lépreux!

JOSEPH

Seigneur! sauvez la mère!
Marie expire ... c’en est fait ...
Et son enfant n’a plus de lait.
Votre maison, cruels, reste fermée.
Vos cœurs sont durs. Sous la ramée
De ces sycomores, l’on voit,
Tout à l’écart, un humble toit ...
Frappons encor ... Mais qu’à ma voix unie
Votre voix si douce, Marie,
Tente aussi de les attendrir.

MARIE

Hélas! nous aurons à souffrir
Partout l’insulte et l’avanie.
Je vais tomber ...

JOSEPH

Oh! par pitié ...

MARIE, JOSEPH

Oh! par pitié, secourez-nous!
Laissez-nous reposer chez vous!
Que l’hospitalité sainte soit accordée
Aux parents (à la mère), à l’enfant. Hélas! de la Judée
Nous arrivons à pied.

SCÈNE II

L’intérieur de la maison des Ismaélites

N° 12

LE PÈRE DE FAMILLE

Entrez, entrez, pauvres Hébreux!
La porte n’est jamais fermée,
Chez nous, aux malheureux.
Pauvres Hébreux, entrez, entrez !

(Joseph et Marie entrent.)

Grands Dieux! Quelle détresse!
Qu’autour d’eux on s’empresse!
Filles et fils et serviteurs,
Montrez la bonté de vos cœurs!
Que de leurs pieds meurtris on lave les blessures!
Donnez de l’eau, donnez du lait, des grappes mûres;
Préparez à l’instant
Une couchette pour l’enfant.

CHŒUR D’ISMAÉLITES

Que de leurs pieds meurtris on lave les blessures!
Donnez de l’eau, donnez du lait, des grappes mûres;
Préparez à l’instant
Une couchette pour l’enfant.

(Les jeunes Ismaélites et leurs serviteurs se dispersent dans la maison,
exécutant les ordres divers du Père de famille.)

LE PÈRE DE FAMILLE

Sur vos traits fatigués
La tristesse est empreinte.
Ayez courage, nous ferons
Ce que nous pourrons
Pour vous aider.
Bannissez toute crainte;
Les enfants d’Ismaël
Sont frères de ceux d’Israël.
Nous avons vu le jour au Liban, en Syrie.
Comment vous nomme-t-on ?

JOSEPH

Elle a pour nom Marie,
Je m’appelle Joseph, et nous nommons l’enfant
Jésus.

LE PÈRE DE FAMILLE

Jésus! quel nom charmant!
Dites, que faites-vous pour gagner votre vie?
Oui, quel est votre état?

JOSEPH

Moi, je suis charpentier.

LE PÈRE DE FAMILLE

Eh bien, c’est mon métier!
Vous êtes mon compère.
Ensemble nous travaillerons,
Bien des deniers nous gagnerons.
Laissez faire.
Près de nous Jésus grandira,
Puis bientôt il vous aidera
Et la sagesse il apprendra.
Laissez, laissez faire.

CHŒUR D’ISMAÉLITES

Laissez, laissez faire.
Près de nous Jésus grandira
Puis bientôt il vous aidera,
Et la sagesse il apprendra.

LE PÈRE DE FAMILLE

Pour bien finir cette soirée
Et réjouir nos hôtes, employons
La science sacrée,
Le pouvoir des doux sons.
Prenez vos instruments, mes enfants; toute peine
Cède à la flûte unie à la harpe thébaine.

N° 13 – Trio pour deux flûtes et harpe, exécuté par les jeunes Ismaélites

N° 14

LE PÈRE DE FAMILLE (s’adressant à Marie)

Vous pleurez, jeune mère.
Douces larmes, tant mieux!
Allez dormir, bon père,
Bien reposez,
Mal ne songez,
Plus d’alarmes.
Que les charmes
De l’espoir du bonheur
Rentrent en votre cœur.

MARIE, JOSEPH

Adieu, merci, bon père,
Déjà ma peine amère
Semble s’enfuir,
S’évanouir.
Plus d’alarmes.
Oui, les charmes
De l’espoir du bonheur
Rentrent en notre cœur.

CHŒUR D’ISMAÉLITES

Allez dormir, bon père,
Doux enfant, tendre mère,
Bien reposez,
Mal ne songez,
Plus d’alarmes.
Que les charmes
De l’espoir du bonheur
Rentrent en votre cœur.

SCÈNE III

N° 15

LE RÉCITANT

Ce fut ainsi que par un infidèle
Fut sauvé le Sauveur.
Pendant dix ans Marie, et Joseph avec elle
Virent fleurir en lui la sublime douceur,
La tendresse infinie
A la sagesse unie.
Puis enfin de retour
Au lieu qui lui donna le jour
Il voulut accomplir le divin sacrifice
Qui racheta le genre humain
De l’éternel supplice
Et du salut lui fraya le chemin.

LE RÉCITANT, CHŒUR

Ô mon âme, pour toi que reste-t-il à faire,
Qu’à briser ton orgueil devant un tel mystère? ...
Ô mon cœur, emplis-toi du grave et pur amour
Qui seul peut nous ouvrir le céleste séjour.

Amen.



|新しいページ|検索|ページ一覧|RSS|@ウィキご利用ガイド | 管理者にお問合せ
|ログイン|