オペラ作曲家別索引

オペラ対訳完成

その他対訳完成

対訳一部完成

このサイトについて

アクセス数

  • 今日  -
  • 昨日  -
  • 累計  -

翻訳エンジン


bose_soundlink_color_ii



MANON
(simplement)
Restons ici, puisqu'il le faut!
Attendons... sans penser!
Evitons ces folies,
Ces projets qui mettaient ma raison en défaut!
(simplement)
Ne rêvons plus!
(Manon semble plongée dans ses réflexions, puis,
tout à coup, simplement, elle porte les yeux sur le pavillon dans lequel sont enfermées, Poussette, Javotte et Rosette.)
(Manon s'est levée.)
Combien ces femmes sont jolies!
La plus jeune portait un collier de grains d'or!
Ah! comme ces riches toilettes...
Et ces parures si coquettes
Les rendaient plus belles encore!
(triste et résignée)
Voyons, Manon, plus de chimères,
Où va ton esprit en rêvant?
Laisse ces désirs éphémères
A la porte de ton couvent!
Voyons, Manon, Voyons, Manon,
Plus de désirs, plus de chimères!
(changeant de ton)
Et cependant, pour mon âme ravie
En elles tout est séduisant!
(avec un élan de volupté)
Ah! Combien ce doit être amusant
De s'amuser toute une vie!
Ah! Voyons, Manon, plus de chimères...
Où va ton esprit en rêvant?
(Moitié larmes, moitié sourires)
Voyons, Manon! Voyons, Manon!
Plus de désirs, plus de chimères!
(apercevant Des Grieux)
Quelqu'un! Vite à mon banc de pierre!

(Des Grieux s'avance sans voir Manon.)

DES GRIEUX
(à lui-même)
J'ai marqué l'heure du départ...
J'hésitais... chose singulière!
(résolument)
Enfin, demain soir au plus tard
J'embrasserai mon père!... Mon père!..
Oui, je le vois sourire,
Et mon coeur ne me trompe pas!
Je le vois, il m'appelle
Et je lui tends les bras!
(Involontairement Des Grieux s'est tourné vers Manon.)
O ciel!... Est-ce un rêve?... Est-ce la folie?
(avec extase et comme si une vision lui apparaissait)
D'où vient ce que j'éprouve? On dirait que ma vie
Va finir... ou commence!... Il semble qu'une main
De fer me mène en un autre chemin
Et malgré moi m'entraîne devant elle!
(Peu à peu Des Grieux s'est rapproche de Manon.)
(timide)
Mademoiselle...

MANON
Eh quoi?

DES GRIEUX
(ému)
Pardonnez-moi!
Je ne sais...
(entrecoupé)
J'obéis...
(plus accentué)
je ne sais plus mon maître...
(peu à peu plus ardent)
Je vous vois
J'en suis sûr, pour la première fois
(tendre et retenu)
Et mon coeur cependant vient de vous reconnaître!
Et je sais votre nom...

MANON
(simplement)
On m'appelle Manon...

DES GRIEUX
(avec émotion)
Manon!

MANON
(à part)
Que son regard est tendre!
Et que j'ai de plaisir à l'entendre!

DES GRIEUX
Ces paroles d'un fou, veuillez les pardonner!

MANON
(simplement)
Comment les condamner!
Elles charment le coeur en charmant les oreilles!
J'en voudrais savoir de pareilles
Pour vous les répéter!

DES GRIEUX
(avec transport)
Enchanteresse
Au charme vainqueur!
Manon! Vous êtes la maîtresse
De mon coeur!

MANON
Mots charmants, enivrantes fièvres
Enivrantes fièvres du bonheur!

DES GRIEUX
O Manon! Vous êtes maîtresse
Vous êtes maîtresse de mon coeur!
Ah! parlez-moi!

MANON
Je ne suis qu'une pauvre fille...
(souriante)
Je ne suis pas mauvaise... Mais souvent
On m'accuse dans ma famille
D'aimer trop le plaisir!...
(tristement)
On me met au couvent... tout à l'heure...
Et c'est là l'histoire de Manon,
(simplement)
De Manon Lescaut!

DES GRIEUX
(avec ardeur)
Non, je ne veux pas croire
A cette cruauté!
Que tant de charmes et de beauté
Soient voués à jamais à la tombe vivante!

MANON
Mais c'est, hélas! la volonté
Du ciel dont je suis la servante,
Puisqu'un malheur si grand ne peut être évité!

DES GRIEUX
(avec fermeté)
Non! Votre liberté ne sera pas ravie!

MANON
(avec joie)
Comment?

DES GRIEUX
Au chevalier
Des Grieux, vous pouvez vous fier!

MANON
(avec élan)
Ah! Je vous devrai plus que la vie!

DES GRIEUX
(avec passion)
Ah! Manon! Vous ne partirez pas!!
Dussé-je aller chercher au bout du monde
Une retraite inconnue et profonde...
Et vous y porter dans mes bras!

MANON
A vous ma vie et mon âme... A vous!
A vous toute ma vie, à jamais!

DES GRIEUX
Enchanteresse! Manon,
Vous êtes la maîtresse de mon coeur!
(A ce moment, le Postillon à qui Guillot-Morfontaine a dit précédemment de se tenir aux ordres de Manon paraît dans le fond.)

MANON
(elle le regard, réfléchit et sourit)
Par aventure
Peut-être avons-nous mieux:
Une voiture!
La chaise d'un seigneur...
(léger et sans retenir)
Il faisait les doux yeux
A Manon.
(finement)
Vengez-vous!

DES GRIEUX
Mais comment?

MANON
Tous les deux, prenons-là!

DES GRIEUX
(au Postillon, qui s'éloigne aussitôt)
Soit, partons!

MANON
(troublée)
Et quoi... partir ensemble?

DES GRIEUX
(avec transport)
Oui, Manon! le ciel nous rassemble!
(ému et avec charme)
Nous vivrons à Paris...

MANON
(tendre et émue)
Tous les deux!

DES GRIEUX
Tous les deux. Et nos coeurs amoureux...

MANON
A Paris!

DES GRIEUX
L'un à l'autre enchaînés,

MANON
A Paris!

DES GRIEUX
Pour jamais réunis
N'y vivront que des jours bénis!

MANON
Nous n'aurons que des jours bénis!

LES DEUX
A Paris! à Paris, tous les deux!
Nous vivrons à Paris!
(gaîment)
tous les deux!

DES GRIEUX
(Se rapprochant tendrement de Manon; avec âme)
Et mon nom deviendra le vôtre!

(puis revenant à lui; avec émotion; presque parlé)
Ah! pardon!

MANON
Dans mes yeux
Vous devez biens voir
Que je ne puis vous en vouloir...
(presque parlé)
Et cependant... c'est mal!

DES GRIEUX
Viens! Nous vivrons à Paris!

MANON
(vivement)
Tous les deux!

DES GRIEUX
(vivement)
Tous les deux!
Et nos coeurs amoureux...

MANON
À Paris!

DES GRIEUX
... l'un à l'autre enchaînés!

MANON
À Paris!

DES GRIEUX
Pour jamais réunis
N'y vivront que des jours bénis!

MANON
Nous n'aurons que des jours bénis!

LES DEUX
A Paris! à Paris! tous les deux! nous vivrons à Paris!
(gaîment)
... tous les deux!
(éclats de rire dans le pavillon)

MANON
(se souvenant)
Ce sont elles!

POUSSETTE, JAVOTTE ET ROSETTE
Revenez, Guillot, revenez!
Vous allez vous casser le nez!
Revenez donc, Guillot!
(riant)
ah! ah! ah! ah! ah! ah!

DES GRIEUX
Qu'avez-vous?

MANON
(avec trouble)
Rien! ces femmes si belles!

LESCAUT
(au dehors, aviné)
Ce soir, vous rendrez tout au cabaret voisin!

DES GRIEUX
(effrayé)
Là!

MANON
(de même)
C'est la voix de mon cousin!

DES GRIEUX
Viens! partons!

POUSSETTE, JAVOTTE ET ROSETTE
(Au dehors, dans le pavillon)
Revenez, Guillot! revenez! revenez!

(éclats de rire)

MANON
(s'arrête, indécise)
Ah!
(à part; avec un élan de volupté)
Combien ce doit être amusant...
(très dès déclamé)
... de s'amuser... toute une vie!

MANON ET DES GRIEUX
Ah! partons!

(Ils s'enfuient tous deux.)

LESCAUT
(paraissant; gris)
Plus un sou! Le tour est très plaisant!
(appelant)
Hé! Manon!
(Il la cherche.)
(avec stupéfaction)
Quoi! Disparue!
(criant)
Holà! Holà!

GUILLOT
(descendant doucement le perron; avec précaution)
Je veux la retrouver!

LESCAUT
(Le voyant et lui barrant le passage)
Ah! c'est vous! Le gros homme!

GUILLOT
(reculant)
Hein?

LESCAUT
(brutalement)
Vous avez pris Manon, vous, rendez-là!

GUILLOT
(terrifié)
Taisez-vous!

LESCAUT
(criant plus fort)
Rendez-la-moi! Rendez-la-moi! Rendez-la-moi!
(Les Bourgeois et l'Hôtelier arrivent peu à peu de toutes parts au bruit des cris de Lescaut et se montrent en riant les deux personnages.)
(à Guillot)
Allons! rendez-la moi!

GUILLOT
(à Lescaut, montrant toute le monde)
Regardez donc comme
Vous attirez la foule!

LESCAUT
Ah! bah! ça m'est égal!
(aux Bourgeois)
Il a pris notre honneur!
(à Guillot)
C'est un trop beau régal
Pour ton vilain museau!

GUILLOT
(terrifié)
Quelle aventure!

LESCAUT
(aux Bourgeois)
Il a pris notre honneur!

L'HÔTELIER, BOURGEOISES ET BOURGEOIS
Voyons, expliquez-vous!

GUILLOT
Soit!... mais très doucement, très doucement et sans injure!

LESCAUT
(encore plus fort)
Répondez catégoriquement;
Je veux Manon! Je veux Manon!

L'HÔTELIER
Quoi! cette jeune fille,
Elle est partie avec un jeune homme!
Écoutez!

(bruit lointain de la voiture)

GUILLOT
(avec désespoir)
O ciel!

BOURGEOISES ET BOURGEOIS
Elle est partie!

LESCAUT
(furieux)
Mais c'est l'honneur de la famille!

L'HÔTELIER
(désignant Guillot)
Dans la voiture de monsieur...

BOURGEOISES ET BOURGEOIS
Dans la voiture de monsieur...

GUILLOT
Non! arrêtez!

LESCAUT
(voulant s'élancer sur lui)
Gredin!

GUILLOT
(se dégageant)
Lâchez! Lâchez!

L'HÔTELIER, BOURGEOISES ET BOURGEOIS
(riant)
Ah! ah! la drôle de figure!
Vit-on jamais pareil malheur!

LESCAUT
(cherchant à rattraper Guillot malgré l'Hôtelier)
Non! il faut que je châtie!

BRETIGNY
(qui est sorti du pavillon avec les femmes)
Eh! quoi! Pauvre Guillot, votre belle est partie!

(Les femmes rient.)

BOURGEOISES ET BOURGEOIS
Quelle mésaventure
Pour un aussi grand séducteur!

GUILLOT
Taisez-vous tous!... Je veux être vengé!
Et de cette perfide et de cet enragé!

POUSSETTE, JAVOTTE, ROSETTE, BRETIGNY, L'HÔTELIER ET LA FOULE
(riant)
Ah! ah! la drôle de figure!
Ah! quel malheur! ah! quel malheur!

LESCAUT
Morbleu! Manon, vous me reverrez,
Et vous, petit, vous le paierez!

(Tout le monde rit.)
Rideau.
MANON
(simplement)
Restons ici, puisqu'il le faut!
Attendons... sans penser!
Evitons ces folies,
Ces projets qui mettaient ma raison en défaut!
(simplement)
Ne rêvons plus!
(Manon semble plongée dans ses réflexions, puis,
tout à coup, simplement, elle porte les yeux sur le pavillon dans lequel sont enfermées, Poussette, Javotte et Rosette.)
(Manon s'est levée.)
Combien ces femmes sont jolies!
La plus jeune portait un collier de grains d'or!
Ah! comme ces riches toilettes...
Et ces parures si coquettes
Les rendaient plus belles encore!
(triste et résignée)
Voyons, Manon, plus de chimères,
Où va ton esprit en rêvant?
Laisse ces désirs éphémères
A la porte de ton couvent!
Voyons, Manon, Voyons, Manon,
Plus de désirs, plus de chimères!
(changeant de ton)
Et cependant, pour mon âme ravie
En elles tout est séduisant!
(avec un élan de volupté)
Ah! Combien ce doit être amusant
De s'amuser toute une vie!
Ah! Voyons, Manon, plus de chimères...
Où va ton esprit en rêvant?
(Moitié larmes, moitié sourires)
Voyons, Manon! Voyons, Manon!
Plus de désirs, plus de chimères!
(apercevant Des Grieux)
Quelqu'un! Vite à mon banc de pierre!

(Des Grieux s'avance sans voir Manon.)

DES GRIEUX
(à lui-même)
J'ai marqué l'heure du départ...
J'hésitais... chose singulière!
(résolument)
Enfin, demain soir au plus tard
J'embrasserai mon père!... Mon père!..
Oui, je le vois sourire,
Et mon coeur ne me trompe pas!
Je le vois, il m'appelle
Et je lui tends les bras!
(Involontairement Des Grieux s'est tourné vers Manon.)
O ciel!... Est-ce un rêve?... Est-ce la folie?
(avec extase et comme si une vision lui apparaissait)
D'où vient ce que j'éprouve? On dirait que ma vie
Va finir... ou commence!... Il semble qu'une main
De fer me mène en un autre chemin
Et malgré moi m'entraîne devant elle!
(Peu à peu Des Grieux s'est rapproche de Manon.)
(timide)
Mademoiselle...

MANON
Eh quoi?

DES GRIEUX
(ému)
Pardonnez-moi!
Je ne sais...
(entrecoupé)
J'obéis...
(plus accentué)
je ne sais plus mon maître...
(peu à peu plus ardent)
Je vous vois
J'en suis sûr, pour la première fois
(tendre et retenu)
Et mon coeur cependant vient de vous reconnaître!
Et je sais votre nom...

MANON
(simplement)
On m'appelle Manon...

DES GRIEUX
(avec émotion)
Manon!

MANON
(à part)
Que son regard est tendre!
Et que j'ai de plaisir à l'entendre!

DES GRIEUX
Ces paroles d'un fou, veuillez les pardonner!

MANON
(simplement)
Comment les condamner!
Elles charment le coeur en charmant les oreilles!
J'en voudrais savoir de pareilles
Pour vous les répéter!

DES GRIEUX
(avec transport)
Enchanteresse
Au charme vainqueur!
Manon! Vous êtes la maîtresse
De mon coeur!

MANON
Mots charmants, enivrantes fièvres
Enivrantes fièvres du bonheur!

DES GRIEUX
O Manon! Vous êtes maîtresse
Vous êtes maîtresse de mon coeur!
Ah! parlez-moi!

MANON
Je ne suis qu'une pauvre fille...
(souriante)
Je ne suis pas mauvaise... Mais souvent
On m'accuse dans ma famille
D'aimer trop le plaisir!...
(tristement)
On me met au couvent... tout à l'heure...
Et c'est là l'histoire de Manon,
(simplement)
De Manon Lescaut!

DES GRIEUX
(avec ardeur)
Non, je ne veux pas croire
A cette cruauté!
Que tant de charmes et de beauté
Soient voués à jamais à la tombe vivante!

MANON
Mais c'est, hélas! la volonté
Du ciel dont je suis la servante,
Puisqu'un malheur si grand ne peut être évité!

DES GRIEUX
(avec fermeté)
Non! Votre liberté ne sera pas ravie!

MANON
(avec joie)
Comment?

DES GRIEUX
Au chevalier
Des Grieux, vous pouvez vous fier!

MANON
(avec élan)
Ah! Je vous devrai plus que la vie!

DES GRIEUX
(avec passion)
Ah! Manon! Vous ne partirez pas!!
Dussé-je aller chercher au bout du monde
Une retraite inconnue et profonde...
Et vous y porter dans mes bras!

MANON
A vous ma vie et mon âme... A vous!
A vous toute ma vie, à jamais!

DES GRIEUX
Enchanteresse! Manon,
Vous êtes la maîtresse de mon coeur!
(A ce moment, le Postillon à qui Guillot-Morfontaine a dit précédemment de se tenir aux ordres de Manon paraît dans le fond.)

MANON
(elle le regard, réfléchit et sourit)
Par aventure
Peut-être avons-nous mieux:
Une voiture!
La chaise d'un seigneur...
(léger et sans retenir)
Il faisait les doux yeux
A Manon.
(finement)
Vengez-vous!

DES GRIEUX
Mais comment?

MANON
Tous les deux, prenons-là!

DES GRIEUX
(au Postillon, qui s'éloigne aussitôt)
Soit, partons!

MANON
(troublée)
Et quoi... partir ensemble?

DES GRIEUX
(avec transport)
Oui, Manon! le ciel nous rassemble!
(ému et avec charme)
Nous vivrons à Paris...

MANON
(tendre et émue)
Tous les deux!

DES GRIEUX
Tous les deux. Et nos coeurs amoureux...

MANON
A Paris!

DES GRIEUX
L'un à l'autre enchaînés,

MANON
A Paris!

DES GRIEUX
Pour jamais réunis
N'y vivront que des jours bénis!

MANON
Nous n'aurons que des jours bénis!

LES DEUX
A Paris! à Paris, tous les deux!
Nous vivrons à Paris!
(gaîment)
tous les deux!

DES GRIEUX
(Se rapprochant tendrement de Manon; avec âme)
Et mon nom deviendra le vôtre!

(puis revenant à lui; avec émotion; presque parlé)
Ah! pardon!

MANON
Dans mes yeux
Vous devez biens voir
Que je ne puis vous en vouloir...
(presque parlé)
Et cependant... c'est mal!

DES GRIEUX
Viens! Nous vivrons à Paris!

MANON
(vivement)
Tous les deux!

DES GRIEUX
(vivement)
Tous les deux!
Et nos coeurs amoureux...

MANON
À Paris!

DES GRIEUX
... l'un à l'autre enchaînés!

MANON
À Paris!

DES GRIEUX
Pour jamais réunis
N'y vivront que des jours bénis!

MANON
Nous n'aurons que des jours bénis!

LES DEUX
A Paris! à Paris! tous les deux! nous vivrons à Paris!
(gaîment)
... tous les deux!
(éclats de rire dans le pavillon)

MANON
(se souvenant)
Ce sont elles!

POUSSETTE, JAVOTTE ET ROSETTE
Revenez, Guillot, revenez!
Vous allez vous casser le nez!
Revenez donc, Guillot!
(riant)
ah! ah! ah! ah! ah! ah!

DES GRIEUX
Qu'avez-vous?

MANON
(avec trouble)
Rien! ces femmes si belles!

LESCAUT
(au dehors, aviné)
Ce soir, vous rendrez tout au cabaret voisin!

DES GRIEUX
(effrayé)
Là!

MANON
(de même)
C'est la voix de mon cousin!

DES GRIEUX
Viens! partons!

POUSSETTE, JAVOTTE ET ROSETTE
(Au dehors, dans le pavillon)
Revenez, Guillot! revenez! revenez!

(éclats de rire)

MANON
(s'arrête, indécise)
Ah!
(à part; avec un élan de volupté)
Combien ce doit être amusant...
(très dès déclamé)
... de s'amuser... toute une vie!

MANON ET DES GRIEUX
Ah! partons!

(Ils s'enfuient tous deux.)

LESCAUT
(paraissant; gris)
Plus un sou! Le tour est très plaisant!
(appelant)
Hé! Manon!
(Il la cherche.)
(avec stupéfaction)
Quoi! Disparue!
(criant)
Holà! Holà!

GUILLOT
(descendant doucement le perron; avec précaution)
Je veux la retrouver!

LESCAUT
(Le voyant et lui barrant le passage)
Ah! c'est vous! Le gros homme!

GUILLOT
(reculant)
Hein?

LESCAUT
(brutalement)
Vous avez pris Manon, vous, rendez-là!

GUILLOT
(terrifié)
Taisez-vous!

LESCAUT
(criant plus fort)
Rendez-la-moi! Rendez-la-moi! Rendez-la-moi!
(Les Bourgeois et l'Hôtelier arrivent peu à peu de toutes parts au bruit des cris de Lescaut et se montrent en riant les deux personnages.)
(à Guillot)
Allons! rendez-la moi!

GUILLOT
(à Lescaut, montrant toute le monde)
Regardez donc comme
Vous attirez la foule!

LESCAUT
Ah! bah! ça m'est égal!
(aux Bourgeois)
Il a pris notre honneur!
(à Guillot)
C'est un trop beau régal
Pour ton vilain museau!

GUILLOT
(terrifié)
Quelle aventure!

LESCAUT
(aux Bourgeois)
Il a pris notre honneur!

L'HÔTELIER, BOURGEOISES ET BOURGEOIS
Voyons, expliquez-vous!

GUILLOT
Soit!... mais très doucement, très doucement et sans injure!

LESCAUT
(encore plus fort)
Répondez catégoriquement;
Je veux Manon! Je veux Manon!

L'HÔTELIER
Quoi! cette jeune fille,
Elle est partie avec un jeune homme!
Écoutez!

(bruit lointain de la voiture)

GUILLOT
(avec désespoir)
O ciel!

BOURGEOISES ET BOURGEOIS
Elle est partie!

LESCAUT
(furieux)
Mais c'est l'honneur de la famille!

L'HÔTELIER
(désignant Guillot)
Dans la voiture de monsieur...

BOURGEOISES ET BOURGEOIS
Dans la voiture de monsieur...

GUILLOT
Non! arrêtez!

LESCAUT
(voulant s'élancer sur lui)
Gredin!

GUILLOT
(se dégageant)
Lâchez! Lâchez!

L'HÔTELIER, BOURGEOISES ET BOURGEOIS
(riant)
Ah! ah! la drôle de figure!
Vit-on jamais pareil malheur!

LESCAUT
(cherchant à rattraper Guillot malgré l'Hôtelier)
Non! il faut que je châtie!

BRETIGNY
(qui est sorti du pavillon avec les femmes)
Eh! quoi! Pauvre Guillot, votre belle est partie!

(Les femmes rient.)

BOURGEOISES ET BOURGEOIS
Quelle mésaventure
Pour un aussi grand séducteur!

GUILLOT
Taisez-vous tous!... Je veux être vengé!
Et de cette perfide et de cet enragé!

POUSSETTE, JAVOTTE, ROSETTE, BRETIGNY, L'HÔTELIER ET LA FOULE
(riant)
Ah! ah! la drôle de figure!
Ah! quel malheur! ah! quel malheur!

LESCAUT
Morbleu! Manon, vous me reverrez,
Et vous, petit, vous le paierez!

(Tout le monde rit.)
Rideau.



|新しいページ|検索|ページ一覧|RSS|@ウィキご利用ガイド | 管理者にお問合せ
|ログイン|