オペラ作曲家別索引

オペラ対訳完成

その他対訳完成

対訳一部完成

このサイトについて

アクセス数

  • 今日  -
  • 昨日  -
  • 累計  -

翻訳エンジン


bose_soundlink_color_ii



ACTE II

L'Appartement de Des Grieux et de Manon
(Rue Vivienne)
Rideau
(Des Grieux est assis devant un petit bureau-secrétaire; Manon s'avance doucement derrière lui et cherche à lire ce qu'il écrit.)


DES GRIEUX
(s'arrêtant d'écrire et d'un ton de reproche)
Manon!

MANON
(gaîment)
Avez-vous peur que mon visage frôle
Votre visage?

DES GRIEUX
Indiscrète Manon!

MANON
Oui, je lisais sur votre épaule...
Et j'ai souri, voyant passer mon nom!

DES GRIEUX
J'écris à mon père et je tremble
Que cette lettre, où j'ai mis tout mon coeur,
Ne l'irrite...

MANON
Vous avez peur?

DES GRIEUX
Oui, Manon, j'ai très peur...

MANON
Eh bien! il faut relire ensemble...

DES GRIEUX
Oui, c'est cela, ensemble, relisons!

MANON
(lisant; simplement)
On l'appelle Manon: elle eut hier seize ans.
En elle tout séduit... la beauté, la jeunesse,
La grâce;
(expressif)
nulle voix n'a de plus doux accents,
Nul regard, plus de charme avec plus de tendresse...

DES GRIEUX
(répétant avec ardeur)
Nul regard plus de charme avec plus de tendresse!

MANON
(s'arrêtant de lire)
Est-ce vrai? Moi, je n'en sais rien;
(tendrement)
Mais je sais que nous m'aimer bien!

DES GRIEUX
(avec élan)
Vous aimer? Vous aimer?
Manon... je t'adore!

MANON
(se dégageant)
Allons... Monsieur, lisons encore!

DES GRIEUX
(lisant)
Comme l'oiseau qui suit en tous lieux le printemps,
Sa jeune âme à la vie,
Sa jeune âme est ouverte sans cesse;
Sa lèvre en fleur sourit et parle
Au zéphyr parfumé qui passe et la caresse!

MANON
(répétant)
Au zéphyr parfumé qui passe et la caresse!
(pensive)
Il ne te suffit pas alors de nous aimer?

DES GRIEUX
(avec chaleur)
Non! Je veux que tu sois ma femme!

MANON
(de même)
Tu le veux?

DES GRIEUX
Je le veux, et de toute mon âme!

MANON
Embrasse-moi donc, chevalier!
(Ils s'embrassent)
Et va porter ta lettre.

DES GRIEUX
Oui, je cours la porter!
(Il se dirige vivement vers la porte, et s'arrête.)
(avec trouble)
Voilà des fleurs qui sont fort belles,
D'où te vient ce bouquet, Manon?

MANON
(vivement)
Je ne sais pas.

DES GRIEUX
(sérieux)
Comment, tu ne sais pas?

MANON
(riant)
Beau motif de querelles!
(avec une feinte insouciance)
Par la fenêtre, on l'a lancé d'en bas...
Comme il était joli, je l'ai gardé... Je pense
Que tu n'est pas jaloux?

DES GRIEUX
(tendrement)
Non, je puis te jurer
Que je n'ai de ton coeur aucune défiance.

MANON
Et tu fais bien! Ce coeur est à toi tout entier!

(On entend un bruit de voix au dehors.)

DES GRIEUX
Qui donc se permet un pareil tapage?

LA SERVANTE
(entrant effarée)
Deux gardes du corps sont là qui font rage!
L'un se dit le parent de madame...

MANON
(rassurée)
Lescaut! C'est Lescaut!

LA SERVANTE
(bas à Manon et vite)
L'autre c'est... ne parlons pas trop haut,
L'autre, c'est quelqu'un qui vous aime,
Ce fermier général qui loge près d'ici...

MANON
(bas et émue)
Monsieur de Brétigny?

LA SERVANTE
(bas)
Monsieur de Brétigny.

(Le bruit redouble.)

DES GRIEUX
Cela devient trop fort et je vais voir moi-même...

(Au moment où il va s'élancer, la porte s'ouvre.)
(Entrent Brétigny et Lescaut costumé en garde du corps)

LESCAUT
(brusquement)
Enfin, les amoureux,
Je vous tiens tous les deux!

DE BRÉTIGNY
Soyez clément, Lescaut, songez à leur jeunesse...

LESCAUT
(à Des Grieux avec insolence)
Vous m'avez, l'autre jour, brulé la politesse,
Monsieur le drôle!

DES GRIEUX
(vivement)
Hé! là! parlez plus doucement

LESCAUT
(ironique)
Plus doucement!

DES GRIEUX
(calme et menaçant)
Plus doucement!

LESCAUT
C'est à tomber foudroyé sur la place!
J'arrive pour venger l'honneur de notre race,
Je suis le redresseur, je suis le châtiment,
Et c'est à moi qu'on dit de parler doucement! de parler doucement!

DE BRÉTIGNY
Contiens-toi!

LESCAUT
(presque parlé)
Coquin!

DE BRÉTIGNY
Retiens-toi!

DES GRIEUX
C'est bien! je vais vous couper les oreilles!

LESCAUT
(presque parlé; à Brétigny; feignant de n'avoir pas compris)
Hein? Qu'est-ce qu'il dit?

DE BRÉTIGNY
(à Lescaut' en riant)
Qu'il va vous couper les oreilles.

LESCAUT
Vit-on jamais insolences pareilles?
Il menace!

DE BRÉTIGNY
Ça m'en a l'air...

LESCAUT
Par la mort!...

DE BRÉTIGNY
(le contenant)
Lescaut!

LESCAUT
... par l'enfer!

MANON
Ah! chevalier, je meurs d'effroi!
Je le sais bien, je suis coupable!
Veillez sur moi!
Ah! chevalier!
Je meurs d'effroi!
Veillez sur moi!
Ah! c'en est fait!
Son regard courroucé m'accable!
Je meurs d'effroi!
Je meurs d'effroi!

DES GRIEUX
O Manon, soyez sans effroi!
Comptez sur moi!
Seul de nous deux je suis coupable!
Comptez sur moi!
O cher amour!
Ne tremblez pas!
Comptez sur moi!
Il sera bientôt plus traitable!
Manon! comptez sur moi!
Manon! comptez sur moi!

LESCAUT
Coquin!
(à Brétigny)
Retenez-moi! retenez-moi! retenez-moi!
Drôle! Retenez-moi!
Je sais de quoi je suis capable!
Retenez-moi! je sais de quoi je suis capable!
Quand il faut punir un coupable!
Retenez-moi! retenez-moi!
Drôle! Coquin! Drôle! retenez-moi!
Coquin! Je veux punir!
Retenez-moi! Retenez-moi! Retenez-moi!

DE BRÉTIGNY
(le contnant)
Lescaut! Contiens-toi, Lescaut
Allons! contiens-toi, Lescaut!
Le remords les accable!
Vois! Chacun d'eux est coupable!
Le remords les accable!
Allons! de l'indulgence,
Contiens-toi, Lescaut!
Lescaut! contiens-toi!
Retiens-toi!
(à Lescaut; s'interposant)
Lescaut! Vous montrez trop de zèle!
Expliquez-vous plus posément.

LESCAUT
(Avec importance)
Soit, j'y consens.
(à Des Grieux; ma non troppo)
Mademoiselle
Est ma cousine et je venais très poliment...

DES GRIEUX
(menaçant encore)
Très poliment?

LESCAUT
Très poliment; oui, je venais très poliment
Dire: "Monsieur, sans vous chercher querelle...
"Répondez: Oui, répondez: Non,
Voulez-vous
(à volonté)
épouser Manon?"

DE BRÉTIGNY
(gai et très rythmé)
La chose est claire,
Entre lurons
C'est ainsi qu'on traite une affaire!
Entre lurons
La chose est claire,
Entre lurons,
Oui, c'est ainsi: c'est l'affaire!

LESCAUT
(gai et très rythmé)
La chose est claire,
Entre lurons
Et bons garçons,
C'est ainsi qu'on traite une affaire!
La chose est claire,
Entre lurons
Et bons garçons,
Voilà l'affaire!

DE BRÉTIGNY
(à Des Grieux riant)
Eh bien, êtes-vous satisfait?

DES GRIEUX
(riant)
Ma foi, je n'ai plus de colère,
Et votre franchise me plaît.

DE BRÉTIGNY
(riant)
C'est ainsi qu'on traite une affaire!
Entre lurons
Et bons garçons!
La chose est claire,
Entre lurons,
Oui, c'est ainsi; c'est l'affaire!

LESCAUT
(riant)
C'est ainsi qu'on traite affaire!
La chose est claire,
Entre lurons
Et bons garçons, voilà l'affaire!

DES GRIEUX
(à Lescaut)
Je venais d'écrire à mon père...
(montrant sa lettre)
Avant qu'on y mette un cachet,
Vous lirez bien ceci, l'espère...

LESCAUT
(prenant la lettre)
Volontiers! Mais, voici le soir...
(observant Manon et Brétigny)
Allons, tous deux, pour y mieux voir,
(éloignant Des Grieux avec intention)
Nous placer près de la fenêtre,
Et là nous lirons votre lettre...

(Lescaut est remonté vers le fond avec Des Grieux. Brétigny se trouve près de Manon.)

MANON
(à Brétigny furtivement)
Venir ici sous un déguisement!

DE BRÉTIGNY
(à Manon de même)
Vous m'en voulez?

MANON
Certainement...
Vous savez que c'est lui que j'aime!

DE BRÉTIGNY
J'ai voulu vous avertir, moi-même,
Que ce soir de chez vous on compte l'enlever...

MANON
Ce soir?

DE BRÉTIGNY
Par ordre de son père!

MANON
(avec émotions et surprise)
Par ordre de son père!

DE BRÉTIGNY
Oui, ce soir, ici même on viendra l'arracher...

MANON
(faisant un pas)
Ah! je saurai bien empêcher...

DE BRÉTIGNY
(l'arrêtant)
Prévenez-le, c'est la misère
Pour lui, pour vous...
(à voix basse, de très près)
Ne le prévenez pas...
Et c'est la fortune, au contraire,
Qui vous attend...

MANON
(vivement et avec crainte)
Parlez plus bas!

LESCAUT
(Lisant en accusant chaque syllabe)
"On l'appelle Manon"

BRÉTIGNY
(bas à Manon avec fièvre)
Ne le prévenez pas!

MANON
(à Brétigny)
Jamais...

LESCAUT
"Elle eut hier seize ans..."

BRÉTIGNY
Cédez...

MANON
Parlez plus bas...

LESCAUT
"En elle tout séduit... "
(changeant de ton)
Que ces mots sont touchants!

BRÉTIGNY
C'est la fortune!

MANON
Jamais!

DES GRIEUX
Ah! Lescaut, c'est que je l'adore,
(simplement)
Laissez-moi vous le dire encore!

LESCAUT
(riant)
Que ces mots sont touchants!

BRÉTIGNY
Manon! Manon!

MANON
Parlez plus bas!

DE BRÉTIGNY
Voici l'heure prochaine
De votre liberté!

DES GRIEUX
(à Lescaut)
C'est que je l'adore!

LESCAUT
Vous l'épousez?

BRÉTIGNY
Manon! Manon, bientôt vous serez reine,
Reine par la beauté!
Ecoutez-moi!
Vous serez reine par la beauté!
Ah! Manon
(très pressant)
c'est la fortune!

MANON
(à part)
Quel doute étrange et quel tourment!
(de même)
Dans mon coeur troublé quel délire!
Quel doute étrange et quel tourment!
Quel tourment!
Ah! quel tourment, pour mon coeur! Partez!
Ah! quel tourment, pour mon coeur troublé!
Ah! partez! ah! partez!

LESCAUT
(lisant)
Comme l'oiseau qui suit... le printemps...
(se reprenant)
en tous lieux le printemps!
Poésie... Amour!
(lisant)
"Sa jeune âme à la vie... "
(à lui)
Poésie!
(lisant)
"Est ouverte sans cesse... "
Amour! Vous l'épousez! Vraiment!

DES GRIEUX
C'est que je l'adore!
Lescaut! laissez-moi vous le dire encore...
C'est que je l'adore! Ah! je l'adore!

LESCAUT
C'est parfait, on ne peut mieux dire
Et je vous fais mon compliment!
(à Manon)
Cousine,…
(à Des Grieux)
…et vous, cousin,…
(avec importance)
…je vous rends mon estime!
(à tous deux)
Prenez ma main, car ce serait un crime
De vous tenir rigueur. Enfants, je vous bénis...
(avec un attendrissement comique)
Les larmes... le bonheur...
(à Brétigny à part, changeant de ton)
Partons-nous?

DE BRÉTIGNY
(changeant de ton)
Je vous suis!

LESCAUT ET BRÉTIGNY
(Entr'eux, en s'en allant)
La chose est claire!
Entre lurons
Et bons garçons,
C'est ainsi qu'on traite une affaire!

(Ils sortent.)

LESCAUT
(dehors, en s'éloignant)
Entre lurons...
Voilà l'affaire!

BRÉTIGNY
(dehors, en s'éloignant)
... et bon garçons.
C'est l'affaire!
ACTE II

L'Appartement de Des Grieux et de Manon
(Rue Vivienne)
Rideau
(Des Grieux est assis devant un petit bureau-secrétaire; Manon s'avance doucement derrière lui et cherche à lire ce qu'il écrit.)


DES GRIEUX
(s'arrêtant d'écrire et d'un ton de reproche)
Manon!

MANON
(gaîment)
Avez-vous peur que mon visage frôle
Votre visage?

DES GRIEUX
Indiscrète Manon!

MANON
Oui, je lisais sur votre épaule...
Et j'ai souri, voyant passer mon nom!

DES GRIEUX
J'écris à mon père et je tremble
Que cette lettre, où j'ai mis tout mon coeur,
Ne l'irrite...

MANON
Vous avez peur?

DES GRIEUX
Oui, Manon, j'ai très peur...

MANON
Eh bien! il faut relire ensemble...

DES GRIEUX
Oui, c'est cela, ensemble, relisons!

MANON
(lisant; simplement)
On l'appelle Manon: elle eut hier seize ans.
En elle tout séduit... la beauté, la jeunesse,
La grâce;
(expressif)
nulle voix n'a de plus doux accents,
Nul regard, plus de charme avec plus de tendresse...

DES GRIEUX
(répétant avec ardeur)
Nul regard plus de charme avec plus de tendresse!

MANON
(s'arrêtant de lire)
Est-ce vrai? Moi, je n'en sais rien;
(tendrement)
Mais je sais que nous m'aimer bien!

DES GRIEUX
(avec élan)
Vous aimer? Vous aimer?
Manon... je t'adore!

MANON
(se dégageant)
Allons... Monsieur, lisons encore!

DES GRIEUX
(lisant)
Comme l'oiseau qui suit en tous lieux le printemps,
Sa jeune âme à la vie,
Sa jeune âme est ouverte sans cesse;
Sa lèvre en fleur sourit et parle
Au zéphyr parfumé qui passe et la caresse!

MANON
(répétant)
Au zéphyr parfumé qui passe et la caresse!
(pensive)
Il ne te suffit pas alors de nous aimer?

DES GRIEUX
(avec chaleur)
Non! Je veux que tu sois ma femme!

MANON
(de même)
Tu le veux?

DES GRIEUX
Je le veux, et de toute mon âme!

MANON
Embrasse-moi donc, chevalier!
(Ils s'embrassent)
Et va porter ta lettre.

DES GRIEUX
Oui, je cours la porter!
(Il se dirige vivement vers la porte, et s'arrête.)
(avec trouble)
Voilà des fleurs qui sont fort belles,
D'où te vient ce bouquet, Manon?

MANON
(vivement)
Je ne sais pas.

DES GRIEUX
(sérieux)
Comment, tu ne sais pas?

MANON
(riant)
Beau motif de querelles!
(avec une feinte insouciance)
Par la fenêtre, on l'a lancé d'en bas...
Comme il était joli, je l'ai gardé... Je pense
Que tu n'est pas jaloux?

DES GRIEUX
(tendrement)
Non, je puis te jurer
Que je n'ai de ton coeur aucune défiance.

MANON
Et tu fais bien! Ce coeur est à toi tout entier!

(On entend un bruit de voix au dehors.)

DES GRIEUX
Qui donc se permet un pareil tapage?

LA SERVANTE
(entrant effarée)
Deux gardes du corps sont là qui font rage!
L'un se dit le parent de madame...

MANON
(rassurée)
Lescaut! C'est Lescaut!

LA SERVANTE
(bas à Manon et vite)
L'autre c'est... ne parlons pas trop haut,
L'autre, c'est quelqu'un qui vous aime,
Ce fermier général qui loge près d'ici...

MANON
(bas et émue)
Monsieur de Brétigny?

LA SERVANTE
(bas)
Monsieur de Brétigny.

(Le bruit redouble.)

DES GRIEUX
Cela devient trop fort et je vais voir moi-même...

(Au moment où il va s'élancer, la porte s'ouvre.)
(Entrent Brétigny et Lescaut costumé en garde du corps)

LESCAUT
(brusquement)
Enfin, les amoureux,
Je vous tiens tous les deux!

DE BRÉTIGNY
Soyez clément, Lescaut, songez à leur jeunesse...

LESCAUT
(à Des Grieux avec insolence)
Vous m'avez, l'autre jour, brulé la politesse,
Monsieur le drôle!

DES GRIEUX
(vivement)
Hé! là! parlez plus doucement

LESCAUT
(ironique)
Plus doucement!

DES GRIEUX
(calme et menaçant)
Plus doucement!

LESCAUT
C'est à tomber foudroyé sur la place!
J'arrive pour venger l'honneur de notre race,
Je suis le redresseur, je suis le châtiment,
Et c'est à moi qu'on dit de parler doucement! de parler doucement!

DE BRÉTIGNY
Contiens-toi!

LESCAUT
(presque parlé)
Coquin!

DE BRÉTIGNY
Retiens-toi!

DES GRIEUX
C'est bien! je vais vous couper les oreilles!

LESCAUT
(presque parlé; à Brétigny; feignant de n'avoir pas compris)
Hein? Qu'est-ce qu'il dit?

DE BRÉTIGNY
(à Lescaut' en riant)
Qu'il va vous couper les oreilles.

LESCAUT
Vit-on jamais insolences pareilles?
Il menace!

DE BRÉTIGNY
Ça m'en a l'air...

LESCAUT
Par la mort!...

DE BRÉTIGNY
(le contenant)
Lescaut!

LESCAUT
... par l'enfer!

MANON
Ah! chevalier, je meurs d'effroi!
Je le sais bien, je suis coupable!
Veillez sur moi!
Ah! chevalier!
Je meurs d'effroi!
Veillez sur moi!
Ah! c'en est fait!
Son regard courroucé m'accable!
Je meurs d'effroi!
Je meurs d'effroi!

DES GRIEUX
O Manon, soyez sans effroi!
Comptez sur moi!
Seul de nous deux je suis coupable!
Comptez sur moi!
O cher amour!
Ne tremblez pas!
Comptez sur moi!
Il sera bientôt plus traitable!
Manon! comptez sur moi!
Manon! comptez sur moi!

LESCAUT
Coquin!
(à Brétigny)
Retenez-moi! retenez-moi! retenez-moi!
Drôle! Retenez-moi!
Je sais de quoi je suis capable!
Retenez-moi! je sais de quoi je suis capable!
Quand il faut punir un coupable!
Retenez-moi! retenez-moi!
Drôle! Coquin! Drôle! retenez-moi!
Coquin! Je veux punir!
Retenez-moi! Retenez-moi! Retenez-moi!

DE BRÉTIGNY
(le contnant)
Lescaut! Contiens-toi, Lescaut
Allons! contiens-toi, Lescaut!
Le remords les accable!
Vois! Chacun d'eux est coupable!
Le remords les accable!
Allons! de l'indulgence,
Contiens-toi, Lescaut!
Lescaut! contiens-toi!
Retiens-toi!
(à Lescaut; s'interposant)
Lescaut! Vous montrez trop de zèle!
Expliquez-vous plus posément.

LESCAUT
(Avec importance)
Soit, j'y consens.
(à Des Grieux; ma non troppo)
Mademoiselle
Est ma cousine et je venais très poliment...

DES GRIEUX
(menaçant encore)
Très poliment?

LESCAUT
Très poliment; oui, je venais très poliment
Dire: "Monsieur, sans vous chercher querelle...
"Répondez: Oui, répondez: Non,
Voulez-vous
(à volonté)
épouser Manon?"

DE BRÉTIGNY
(gai et très rythmé)
La chose est claire,
Entre lurons
C'est ainsi qu'on traite une affaire!
Entre lurons
La chose est claire,
Entre lurons,
Oui, c'est ainsi: c'est l'affaire!

LESCAUT
(gai et très rythmé)
La chose est claire,
Entre lurons
Et bons garçons,
C'est ainsi qu'on traite une affaire!
La chose est claire,
Entre lurons
Et bons garçons,
Voilà l'affaire!

DE BRÉTIGNY
(à Des Grieux riant)
Eh bien, êtes-vous satisfait?

DES GRIEUX
(riant)
Ma foi, je n'ai plus de colère,
Et votre franchise me plaît.

DE BRÉTIGNY
(riant)
C'est ainsi qu'on traite une affaire!
Entre lurons
Et bons garçons!
La chose est claire,
Entre lurons,
Oui, c'est ainsi; c'est l'affaire!

LESCAUT
(riant)
C'est ainsi qu'on traite affaire!
La chose est claire,
Entre lurons
Et bons garçons, voilà l'affaire!

DES GRIEUX
(à Lescaut)
Je venais d'écrire à mon père...
(montrant sa lettre)
Avant qu'on y mette un cachet,
Vous lirez bien ceci, l'espère...

LESCAUT
(prenant la lettre)
Volontiers! Mais, voici le soir...
(observant Manon et Brétigny)
Allons, tous deux, pour y mieux voir,
(éloignant Des Grieux avec intention)
Nous placer près de la fenêtre,
Et là nous lirons votre lettre...

(Lescaut est remonté vers le fond avec Des Grieux. Brétigny se trouve près de Manon.)

MANON
(à Brétigny furtivement)
Venir ici sous un déguisement!

DE BRÉTIGNY
(à Manon de même)
Vous m'en voulez?

MANON
Certainement...
Vous savez que c'est lui que j'aime!

DE BRÉTIGNY
J'ai voulu vous avertir, moi-même,
Que ce soir de chez vous on compte l'enlever...

MANON
Ce soir?

DE BRÉTIGNY
Par ordre de son père!

MANON
(avec émotions et surprise)
Par ordre de son père!

DE BRÉTIGNY
Oui, ce soir, ici même on viendra l'arracher...

MANON
(faisant un pas)
Ah! je saurai bien empêcher...

DE BRÉTIGNY
(l'arrêtant)
Prévenez-le, c'est la misère
Pour lui, pour vous...
(à voix basse, de très près)
Ne le prévenez pas...
Et c'est la fortune, au contraire,
Qui vous attend...

MANON
(vivement et avec crainte)
Parlez plus bas!

LESCAUT
(Lisant en accusant chaque syllabe)
"On l'appelle Manon"

BRÉTIGNY
(bas à Manon avec fièvre)
Ne le prévenez pas!

MANON
(à Brétigny)
Jamais...

LESCAUT
"Elle eut hier seize ans..."

BRÉTIGNY
Cédez...

MANON
Parlez plus bas...

LESCAUT
"En elle tout séduit... "
(changeant de ton)
Que ces mots sont touchants!

BRÉTIGNY
C'est la fortune!

MANON
Jamais!

DES GRIEUX
Ah! Lescaut, c'est que je l'adore,
(simplement)
Laissez-moi vous le dire encore!

LESCAUT
(riant)
Que ces mots sont touchants!

BRÉTIGNY
Manon! Manon!

MANON
Parlez plus bas!

DE BRÉTIGNY
Voici l'heure prochaine
De votre liberté!

DES GRIEUX
(à Lescaut)
C'est que je l'adore!

LESCAUT
Vous l'épousez?

BRÉTIGNY
Manon! Manon, bientôt vous serez reine,
Reine par la beauté!
Ecoutez-moi!
Vous serez reine par la beauté!
Ah! Manon
(très pressant)
c'est la fortune!

MANON
(à part)
Quel doute étrange et quel tourment!
(de même)
Dans mon coeur troublé quel délire!
Quel doute étrange et quel tourment!
Quel tourment!
Ah! quel tourment, pour mon coeur! Partez!
Ah! quel tourment, pour mon coeur troublé!
Ah! partez! ah! partez!

LESCAUT
(lisant)
Comme l'oiseau qui suit... le printemps...
(se reprenant)
en tous lieux le printemps!
Poésie... Amour!
(lisant)
"Sa jeune âme à la vie... "
(à lui)
Poésie!
(lisant)
"Est ouverte sans cesse... "
Amour! Vous l'épousez! Vraiment!

DES GRIEUX
C'est que je l'adore!
Lescaut! laissez-moi vous le dire encore...
C'est que je l'adore! Ah! je l'adore!

LESCAUT
C'est parfait, on ne peut mieux dire
Et je vous fais mon compliment!
(à Manon)
Cousine,…
(à Des Grieux)
…et vous, cousin,…
(avec importance)
…je vous rends mon estime!
(à tous deux)
Prenez ma main, car ce serait un crime
De vous tenir rigueur. Enfants, je vous bénis...
(avec un attendrissement comique)
Les larmes... le bonheur...
(à Brétigny à part, changeant de ton)
Partons-nous?

DE BRÉTIGNY
(changeant de ton)
Je vous suis!

LESCAUT ET BRÉTIGNY
(Entr'eux, en s'en allant)
La chose est claire!
Entre lurons
Et bons garçons,
C'est ainsi qu'on traite une affaire!

(Ils sortent.)

LESCAUT
(dehors, en s'éloignant)
Entre lurons...
Voilà l'affaire!

BRÉTIGNY
(dehors, en s'éloignant)
... et bon garçons.
C'est l'affaire!



|新しいページ|検索|ページ一覧|RSS|@ウィキご利用ガイド | 管理者にお問合せ
|ログイン|