オペラ作曲家別索引

オペラ対訳完成

その他対訳完成

対訳一部完成

このサイトについて

アクセス数

  • 今日  -
  • 昨日  -
  • 累計  -

翻訳エンジン


bose_soundlink_color_ii



ACTE DEUXIÈME

Un lever d'aurore très rose dans la campagne. Les buées enveloppent encore l'horizon. Les moulins sont invisibles dans le brouillard.
Don Quichotte entre sur Rossinante, sa lance à l'arçon. Il cherche des rimes pour des couplets en couplets en l'honneur de Dulcinée. Sancho suant, soufflant, conduit à la fois par la bride Rossinante et le Grison.

DON QUICHOTTE
chantant
C'est vers ton amour...
cherchant
...ton amour... mour... jour!... nuit et jour...
ravi, ayant trouvé
Que je soupire nuit et jour!
chantant
Dulcinée!
cherchant
…ma pensée?
ayant trouvé
Dame de ma pensée!
fredonnant
la, la, la!
La, la, la, la, la, la, la, la, la!
chantant
De toi mon âme est oppressée...
cherchant
?oppressée?
trouvant la rime
Dulcinée!
chantant
Mais j'ai vu ton émoi...
cherchant
…ton émoi? penses à moi?
chantant; ayant trouvé
Je sais que tu penses à moi!
cherchant
…son émoi? à moi? à toi?
ayant trouvé
Je crois en toi!
en extase
Ah! ah!
en accentuant les rimes; en les exagérant
?ton émoi! penses à moi! je crois en toi!
sifflant
Je crois en toi!
Ma Dulcinée!
Je crois en toi! en toi! en toi! en toi!
Les yeux au ciel, Don Quichotte descend de cheval tout en continuant son improvisation.
Sancho s'essuie le front et va conduire les bêtes dans un fourré.
...la, la, la!?la, la, la!
seul
... la, la, la!...la, la, la! la, la, la!?la, la, la!
la, la, la!?la, la, la! la, la, la!

SANCHO
revenant, mécontent, exaspéré, interrompant les là! là! de Don Quichotte
Croyez-moi, Chevalier, nous nous sommes trompées,
Les ennemis qu'hier vous avez dissipés
En chargeant à grands cris de:
en hurlant
Vive Dulcinée!
Et: mort aux mécréants!
riant
Ah! ah! Ah! ah!
légèrement
C'était tout simplement la troupe combinée
De petits cochons noirs et de gros moutons blancs!

DON QUICHOTT
très calme, tout en tirant de sa poche de quoi écrire, commence à noter une chanson d'amour
Tes paroles me font sourire...

Don Quichotte est de suite dans le feu de la composition.

SANCHO
avec pitié, levant les bras au ciel
Enfin il est heureux... respectons son délire.
Il pousse un cri, se tâtant l'échine.
Aïe!
Pour peu qu'on marche encor, à la fin de l'été
Je lui rendrai des points pour la gracilité.
Tout se volatilise en moi, si cela dure...
geignant et se contemplant avec douleur
J'ai déjà resserré trois crans à ma ceinture!

DON QUICHOTTE
ravi, composant, composant so air
La, la, la, la, la!
La, la, la, la, la!
La, la, la, la, la!
La, la, la, la,
La, la, la, la,
La, la, la,
La, la, la,
La, la, la,
La, la, la, la, la! La, la, la,

SANCHO
subitement fou de rage en l'entendant chanter, se frappe la tête avec son pain, saute en l'air, montre les poings au ciel.
Tra la la!Tra la la!
Tra la la! Tra la la!

DON QUICHOTTE
surpris, le regarde avec stupeur
Deviens-tu fou, Sancho?

SANCHO
éclatant
Oui!! Tout de mêmes être ici!
il rage
Parce que Doña Dulcinée
Usant de son pouvoir...
à part, en croquant rageusement dans son pain
La coquine damnée!
haut
Vous a dit un beau soir:
imitant une voix de femme
Qu'il existait dans la Sierra voisine
Un bandit qui pille, assassine...
Mais... qui lui déroba tel bijou de valeur:
avec sa voix naturelle; en colère
Voilà que nous courons sus au hardi voleur!
Au voleur! au voleur!
Cette dame se rit de nous de nous deux,
De nous deux, mon bon maître.

DON QUICHOTTE
avec sérénité
Pour en parler ainsi, c'est ne pas la connaître...
C'est ignorer son coeur.

SANCHO
haussant les épaules et levant les bras au ciel
Au contraire, seigneur!

DON QUICHOTTE
calme, doux, souriant
Non, Sancho, tu m'amuses.

SANCHO
dans une explosion de colère et d'indignation
Les femmes, Chevalier, c'est tout mensonge et ruses!

DON QUICHOTTE
bondissant indigné
Quoi?

SANCHO
cette fois, têtu comme une mule
Oui.
puis, se frottant les mains et clignant de l'oeil
Ce qui m'enchante en notre beau métier
C'est que j'ai pu laisser au logis... ma moitié!
Ça me console, je le jure,
se passant les mains sur les reins
Quand je sens les nodosités
De mon asines que monture
M'entrer dans les... rotondités
Dont m'adoté Dame Nature.
avec une indignation comique
Comment peut-on penser du bien
De ces coquines, ces pendardes,
De ces menteuses, ces bavardes,
Dont la meilleure ne vaut rien.
Sancho joue ce qu'il dit.
Regardez donc cette dévote
Qui passe en baissant les yeux
Et par les rues trotte, trotte, trotte,
Edifiant jeunes et vieux.
Régardez! Regardez!
Tout à coup sous sa mantille...
Pourqoui ce regard qui brille?
Pourquoi? pourqoui?
C'est qu'elle a vu s'entrouvrir
Une porte dérobée
Par où va s'évanouir
Cette coquine embéguinée!
se tordant de rire
Ah! ah! ah! ah! ah! ah! ah! ah!
Ah! ah! ah! ah! ah! ah! ah! ah!
béatement
Et le mari se morfond,
Trouvant bien longue la messe,
Tout en se grattant le front
Qui le picote sans cesse
Et le mari_ le mari se morfond
En se grattant le front
Et le mari se morfond
sentencieusement
La femme est un démon vicieux et malin
s'emballant peu à peu
Créé pour le malheur du sexe masculin.
s'enrageant
Qu'elles viennent d'Afrique,
D'Asie ou d'Amérique,
Qu'elles aient le nez fin, camus, aquilin,
Qu'elles soient brunes, rousses, blondes,
Plates, dodues, minces, rondes,
Nous sommes les souris, les souris, de ces êtes félins.
hors de lui
L'homme est une victime, et les maris: des saints!
Des saints! Des saints!
L'homme est une victime, et les maris des saints!!

Les brumes s'élèveront doucement, peu à peu les moulins apparaîtront.

DON QUICHOTTE
désignant l'horizon
Regarde!

SANCHO
surautant, regardant autour de lui
Quoi? quoi?

DON QUICHOTTE
même attitude
Homme de peu! regarde!

SANCHO
ahuri
Quoi? Mais quoi?

DON QUICHOTTE
désignant le premier moulin
Sancho! En garde! En garde!

SANCHO
effaré
En garde!!

DON QUICHOTTE
Vois? là-bas? se dresser dans le fond opalin ce terrible géant?

SANCHO
ahuri
Maître, c'est un moulin! un moulin!

DON QUICHOTTE
transporté de noble impatience
Rustre, c'est les Géants qui dans leur arrogance
Tentent de m'arrêter…
Folle est leur insolence,
Je vais les châtier!

SANCHO
avec pitié
O fatale démence!
Le pauvre recommence!

DON QUICHOTTE
lançant le défi au premier moulin
Géant, Géant, monstrueux cavalier,
Géant, Géant, monstrueux cavalier,
Si votre coeur n'est pas cuirassé de vaillance,
Faîtes-nous place, ou bien à la dague, à la lance,
Je vous porte un défi, moi le Haut Chevalier!
Les moulins se mettent à tourner; on entend leur tic-tac.
Vos gestes ne font qu'exalter mon courage.
Arrière! arrière! ou bien, à l'instant,
Dans votre chair et votre sang,
Je m'ouvre un large passage!

SANCHO
éploré
Mon Dieu!

DON QUICHOTTE
à Sancho
Ecuyer, avec moi,
d'une voix tonnante, il menace terriblement Sancho
Dis que je les défie!

SANCHO
Quelle folie!

DON QUICHOTTE
Géant, Géant, monstrueux cavalier,
Géant, Géant, monstrueux cavalier,
Si votre coeur n'est pas cuirassé de vaillance,
Faîtes-moi place, ou bien à la dague, à la lance,
Je vous porte un défi, moi le Haut Chevalier!!

SANCHO
hurlant de peur
Géant, Géant, monstrueux cavalier,
Géant, Géant, monstrueux cavalier,
si votre coeur n'est pas cuirassé de vaillance,
Faîtes-lui place, ou bien à la dague, à la lance,
Il vous porte un défi, lui le Haut Chevalier!!

DON QUICHOTTE
bien couvert de son écu, la lance en arrêt, frappe furieusement les maigres flancs de Rossinante, et charge contre les moulins à vent aux cris répétés de:
"Dulcinée! Dulcinée! pour toi, ma Dame de Beauté!"

Tandis que le pauvre
SANCHO
à genoux, se lamente en criant:
"Quel malheur! au secours! au secours! mon bon maître!
Hélas! Hélas! Jésus, Marie, renez le délivrer!!"

On apercevra Don Quichotte, voltigeant par les airs, lancé par une aile du moulin.
Sancho poussera des cris en essayant de l'arrêter au vol. Soleil levant, ciel incendié.
ACTE DEUXIÈME

Un lever d'aurore très rose dans la campagne. Les buées enveloppent encore l'horizon. Les moulins sont invisibles dans le brouillard.
Don Quichotte entre sur Rossinante, sa lance à l'arçon. Il cherche des rimes pour des couplets en couplets en l'honneur de Dulcinée. Sancho suant, soufflant, conduit à la fois par la bride Rossinante et le Grison.

DON QUICHOTTE
chantant
C'est vers ton amour...
cherchant
...ton amour... mour... jour!... nuit et jour...
ravi, ayant trouvé
Que je soupire nuit et jour!
chantant
Dulcinée!
cherchant
…ma pensée?
ayant trouvé
Dame de ma pensée!
fredonnant
la, la, la!
La, la, la, la, la, la, la, la, la!
chantant
De toi mon âme est oppressée...
cherchant
?oppressée?
trouvant la rime
Dulcinée!
chantant
Mais j'ai vu ton émoi...
cherchant
…ton émoi? penses à moi?
chantant; ayant trouvé
Je sais que tu penses à moi!
cherchant
…son émoi? à moi? à toi?
ayant trouvé
Je crois en toi!
en extase
Ah! ah!
en accentuant les rimes; en les exagérant
?ton émoi! penses à moi! je crois en toi!
sifflant
Je crois en toi!
Ma Dulcinée!
Je crois en toi! en toi! en toi! en toi!
Les yeux au ciel, Don Quichotte descend de cheval tout en continuant son improvisation.
Sancho s'essuie le front et va conduire les bêtes dans un fourré.
...la, la, la!?la, la, la!
seul
... la, la, la!...la, la, la! la, la, la!?la, la, la!
la, la, la!?la, la, la! la, la, la!

SANCHO
revenant, mécontent, exaspéré, interrompant les là! là! de Don Quichotte
Croyez-moi, Chevalier, nous nous sommes trompées,
Les ennemis qu'hier vous avez dissipés
En chargeant à grands cris de:
en hurlant
Vive Dulcinée!
Et: mort aux mécréants!
riant
Ah! ah! Ah! ah!
légèrement
C'était tout simplement la troupe combinée
De petits cochons noirs et de gros moutons blancs!

DON QUICHOTT
très calme, tout en tirant de sa poche de quoi écrire, commence à noter une chanson d'amour
Tes paroles me font sourire...

Don Quichotte est de suite dans le feu de la composition.

SANCHO
avec pitié, levant les bras au ciel
Enfin il est heureux... respectons son délire.
Il pousse un cri, se tâtant l'échine.
Aïe!
Pour peu qu'on marche encor, à la fin de l'été
Je lui rendrai des points pour la gracilité.
Tout se volatilise en moi, si cela dure...
geignant et se contemplant avec douleur
J'ai déjà resserré trois crans à ma ceinture!

DON QUICHOTTE
ravi, composant, composant so air
La, la, la, la, la!
La, la, la, la, la!
La, la, la, la, la!
La, la, la, la,
La, la, la, la,
La, la, la,
La, la, la,
La, la, la,
La, la, la, la, la! La, la, la,

SANCHO
subitement fou de rage en l'entendant chanter, se frappe la tête avec son pain, saute en l'air, montre les poings au ciel.
Tra la la!Tra la la!
Tra la la! Tra la la!

DON QUICHOTTE
surpris, le regarde avec stupeur
Deviens-tu fou, Sancho?

SANCHO
éclatant
Oui!! Tout de mêmes être ici!
il rage
Parce que Doña Dulcinée
Usant de son pouvoir...
à part, en croquant rageusement dans son pain
La coquine damnée!
haut
Vous a dit un beau soir:
imitant une voix de femme
Qu'il existait dans la Sierra voisine
Un bandit qui pille, assassine...
Mais... qui lui déroba tel bijou de valeur:
avec sa voix naturelle; en colère
Voilà que nous courons sus au hardi voleur!
Au voleur! au voleur!
Cette dame se rit de nous de nous deux,
De nous deux, mon bon maître.

DON QUICHOTTE
avec sérénité
Pour en parler ainsi, c'est ne pas la connaître...
C'est ignorer son coeur.

SANCHO
haussant les épaules et levant les bras au ciel
Au contraire, seigneur!

DON QUICHOTTE
calme, doux, souriant
Non, Sancho, tu m'amuses.

SANCHO
dans une explosion de colère et d'indignation
Les femmes, Chevalier, c'est tout mensonge et ruses!

DON QUICHOTTE
bondissant indigné
Quoi?

SANCHO
cette fois, têtu comme une mule
Oui.
puis, se frottant les mains et clignant de l'oeil
Ce qui m'enchante en notre beau métier
C'est que j'ai pu laisser au logis... ma moitié!
Ça me console, je le jure,
se passant les mains sur les reins
Quand je sens les nodosités
De mon asines que monture
M'entrer dans les... rotondités
Dont m'adoté Dame Nature.
avec une indignation comique
Comment peut-on penser du bien
De ces coquines, ces pendardes,
De ces menteuses, ces bavardes,
Dont la meilleure ne vaut rien.
Sancho joue ce qu'il dit.
Regardez donc cette dévote
Qui passe en baissant les yeux
Et par les rues trotte, trotte, trotte,
Edifiant jeunes et vieux.
Régardez! Regardez!
Tout à coup sous sa mantille...
Pourqoui ce regard qui brille?
Pourquoi? pourqoui?
C'est qu'elle a vu s'entrouvrir
Une porte dérobée
Par où va s'évanouir
Cette coquine embéguinée!
se tordant de rire
Ah! ah! ah! ah! ah! ah! ah! ah!
Ah! ah! ah! ah! ah! ah! ah! ah!
béatement
Et le mari se morfond,
Trouvant bien longue la messe,
Tout en se grattant le front
Qui le picote sans cesse
Et le mari_ le mari se morfond
En se grattant le front
Et le mari se morfond
sentencieusement
La femme est un démon vicieux et malin
s'emballant peu à peu
Créé pour le malheur du sexe masculin.
s'enrageant
Qu'elles viennent d'Afrique,
D'Asie ou d'Amérique,
Qu'elles aient le nez fin, camus, aquilin,
Qu'elles soient brunes, rousses, blondes,
Plates, dodues, minces, rondes,
Nous sommes les souris, les souris, de ces êtes félins.
hors de lui
L'homme est une victime, et les maris: des saints!
Des saints! Des saints!
L'homme est une victime, et les maris des saints!!

Les brumes s'élèveront doucement, peu à peu les moulins apparaîtront.

DON QUICHOTTE
désignant l'horizon
Regarde!

SANCHO
surautant, regardant autour de lui
Quoi? quoi?

DON QUICHOTTE
même attitude
Homme de peu! regarde!

SANCHO
ahuri
Quoi? Mais quoi?

DON QUICHOTTE
désignant le premier moulin
Sancho! En garde! En garde!

SANCHO
effaré
En garde!!

DON QUICHOTTE
Vois? là-bas? se dresser dans le fond opalin ce terrible géant?

SANCHO
ahuri
Maître, c'est un moulin! un moulin!

DON QUICHOTTE
transporté de noble impatience
Rustre, c'est les Géants qui dans leur arrogance
Tentent de m'arrêter…
Folle est leur insolence,
Je vais les châtier!

SANCHO
avec pitié
O fatale démence!
Le pauvre recommence!

DON QUICHOTTE
lançant le défi au premier moulin
Géant, Géant, monstrueux cavalier,
Géant, Géant, monstrueux cavalier,
Si votre coeur n'est pas cuirassé de vaillance,
Faîtes-nous place, ou bien à la dague, à la lance,
Je vous porte un défi, moi le Haut Chevalier!
Les moulins se mettent à tourner; on entend leur tic-tac.
Vos gestes ne font qu'exalter mon courage.
Arrière! arrière! ou bien, à l'instant,
Dans votre chair et votre sang,
Je m'ouvre un large passage!

SANCHO
éploré
Mon Dieu!

DON QUICHOTTE
à Sancho
Ecuyer, avec moi,
d'une voix tonnante, il menace terriblement Sancho
Dis que je les défie!

SANCHO
Quelle folie!

DON QUICHOTTE
Géant, Géant, monstrueux cavalier,
Géant, Géant, monstrueux cavalier,
Si votre coeur n'est pas cuirassé de vaillance,
Faîtes-moi place, ou bien à la dague, à la lance,
Je vous porte un défi, moi le Haut Chevalier!!

SANCHO
hurlant de peur
Géant, Géant, monstrueux cavalier,
Géant, Géant, monstrueux cavalier,
si votre coeur n'est pas cuirassé de vaillance,
Faîtes-lui place, ou bien à la dague, à la lance,
Il vous porte un défi, lui le Haut Chevalier!!

DON QUICHOTTE
bien couvert de son écu, la lance en arrêt, frappe furieusement les maigres flancs de Rossinante, et charge contre les moulins à vent aux cris répétés de:
"Dulcinée! Dulcinée! pour toi, ma Dame de Beauté!"

Tandis que le pauvre
SANCHO
à genoux, se lamente en criant:
"Quel malheur! au secours! au secours! mon bon maître!
Hélas! Hélas! Jésus, Marie, renez le délivrer!!"

On apercevra Don Quichotte, voltigeant par les airs, lancé par une aile du moulin.
Sancho poussera des cris en essayant de l'arrêter au vol. Soleil levant, ciel incendié.

|新しいページ|検索|ページ一覧|RSS|@ウィキご利用ガイド | 管理者にお問合せ
|ログイン|