オペラ作曲家別索引

オペラ対訳完成

その他対訳完成

このサイトについて

アクセス数

  • 今日  -
  • 昨日  -
  • 累計  -

翻訳エンジン


bose_soundlink_color_ii



ACTE DEUXIÈME

PREMIER TABLEAU

N° 12 – Scène et récitatif

Un appartement du palais d’Énée, qu’éclaire à peine une lampe. Rumeurs de combats éloignés. Énée à demi armé dort sur son lit. Ascagne sort tout effrayé d’un appartement voisin. Il écoute; il s’approche du lit de son père. Les bruits de la ville cessant de se faire entendre, il n’ose pas le réveiller et s’en retourne. D’un coin obscur s’avance vers Énée le spectre sanglant d’Hector d’un pas lent et solennel. Sa barbe et sa chevelure sont souillées et en désordre. Parvenu auprès d’Énée, il reste un instant immobile à le contempler et soupire profondément. Un bruit d’écroulement au loin, plus fort que les précédents, éveille Énée en sursaut. Il voit Hector debout devant lui et après un instant d’indécision il lui adresse la parole, à demi levé sur son lit.

ÉNÉE
Ô lumière de Troie!... Ô gloire des Troyens!
Après tant de labeurs de tes concitoyens,
De quels bords inconnus reviens-tu? Quel nuage
Semble voiler tes yeux sereins?
Hector, quelles douleurs ont flétri ton visage?

L’OMBRE D’HECTOR
Ah!... fuis, fils de Vénus! l’ennemi tient nos murs!
De son faîte élevé Troie entière s’écroule!
Un ouragan de flammes roule
Des temples aux palais ses tourbillons impurs...
Nous eussions fait assez pour sauver la patrie
Sans l’arrêt du destin. Pergame te confie
Ses enfants et ses dieux. Va, cherche l’Italie...
Où pour ton peuple renaissant,
Après avoir longtemps erré sur l’onde
Tu dois fonder un empire puissant,
Dans l’avenir, dominateur du monde,
Où la mort des héros t’attend.

Hector s’éloigne avec solennité et sa forme devient de plus en plus indistincte pendant qu’Énée le suit d’un regard effaré.

N° 13 – Récitatif et chœur

Entre Panthée blessé au visage et portant les dieux de Troie.

ÉNÉE
Quelle espérance encor est permise, Panthée?
Où combattre, où courir?

PANTHÉE
La ville ensanglantée
Brûle! c’est notre jour fatal!
Priam n’est plus! Sortis du monstrueux cheval,
Les Grecs ont massacré les gardes de nos portes.
Déjà d’innombrables cohortes,
Affluant du dehors, courent de toutes parts
Attiser l’incendie
Qu’alluma de leurs chefs l’infâme perfidie;
D’autres occupent les remparts.

Entre Ascagne

ASCAGNE
Ô père! le palais d’Ucalégon s’écroule!
Son toit fondant en pluie ardente coule!

ÉNÉE
l’interrompant
Suis-nous, Ascagne!

Entre Chorèbe, à la tête d’une troupe armée

CHORÈBE
Aux armes, grand Énée!
Viens, la Citadelle cernée
Tient encor!

ÉNÉE
A tout prix il faut y parvenir.
Prêts à mourir
Tentons de nous défendre.
Le salut des vaincus est de n’en plus attendre.

Grands bruits et cris lointains

CHŒUR
Le salut des vaincus est de n’en plus attendre.
Entendez-vous
L’écroulement des tours?... la flamme dévorante?
Les hurlements des Grecs? Toujours leur foule augmente.
Marchons! le désespoir dirigera nos coups.

TOUS
Prêts à mourir, tentons de nous défendre,
Le salut des vaincus est de n’en plus attendre.
Énée prend la main d’Ascagne et le place au milieu d’un groupe armé
Mars! Erinnys! conduisez-nous!

Ils sortent

DEUXIÈME TABLEAU

N° 14 – Chœur – Prière

Un intérieur du palais de Priam. Dans le fond, une galerie à colonnade dont le parapet peu élevé donne sur une place située à une assez grande profondeur. Entre les colonnades on aperçoit au loin le mont Ida. L’autel de Vesta-Cybèle allumé. Polyxène, femmes troyennes, groupées autour de l’autel. Quelques-unes sont agenouillées, d’autres assises à terre, plusieurs sont couchées sur les gradins de l’autel, la face contre terre. Toutes dans l’attitude du plus profond accablement.

CHŒUR DES TROYENNES
Ah!
Puissante Cybèle,
Déesse immortelle,
Mère des malheureux,
A tes Troyens sois secourable,
A leurs efforts sois favorable
En ces moments affreux!
Sauve de l’outrage
Et de l’esclavage
Leurs mères, leurs sœurs.
Brise l’arme impie
De la perfidie
Aux mains des vainqueurs,
Puissante Cybèle,
Déesse immortelle,
Mère des malheureux,
A tes Troyens sois secourable,
A leurs efforts sois favorable
En ces moments affreux!
En ces moments affreux!


N° 15 – Récitatif et chœur

Entre Cassandre, les cheveux épars.

CASSANDRE
Tous ne périront pas. Le valeureux Énée
Et sa troupe, trois fois au combat ramenée,
Ont délivré nos braves citoyens
Enfermés dans la Citadelle.
Le trésor de Priam est aux mains des Troyens.
Bientôt en Italie, où le sort les appelle,
Ils verront s’élever, plus puissante et plus belle,
Une nouvelle Troie.
Ils marchent vers l’Ida.

CHŒUR
Et Chorèbe?

CASSANDRE
Il est mort.

CHŒUR
Dieux cruels!

CASSANDRE
De Vesta,
Pour la dernière fois, à l’autel, je m’incline.
Je suis mon jeune époux. Oui, cet instant termine
Mon inutile vie.

CHŒUR
Ô digne sœur d’Hector!
Prophétesse que Troie accusait de démence!
De nous sauver, hier, il était temps encor,
Quand elle prédisait cette ruine immense!

CASSANDRE
Bientôt elle ne sera plus.

CHŒUR
Ô désespoir! Ô regrets superflus!

CASSANDRE
Mais vous, colombes effarées,
Pouvez-vous consentir
A l’horrible esclavage? et voudrez-vous subir,
Vierges, femmes déshonorées
La loi brutale des vainqueurs?

CHŒUR
Faut-il bannir tout espoir de nos cœurs?

CASSANDRE
L’espoir! Ô malheureuses!
Dans ces ténèbres lumineuses
Ne voyez-vous, n’entendez-vous donc pas
Les cruels Myrmidons qui remplissent nos rues
Et ceux qui du palais gardent les avenues?

CHŒUR
C’en est fait, rien ne peut nous sauver de leurs bras.

CASSANDRE
Rien, dites-vous? Si l’honneur vous anime, montrant la galerie
Pour qui donc cet abîme
Est-il ouvert devant vos pas?
montrant son poignard et les ceintures des femmes
Pour qui ce fer et ces cordons de soie,
Sinon pour vous, femmes de Troie?

Un petit groupe se tait et manifeste une terreur profonde.

UNE PARTIE DU CHŒUR, LA PLUS NOMBREUSE
Héroïne d’amour
Et d’honneur, tu dis vrai! nous te suivrons!

CASSANDRE
Le jour
Ne vous trouvera pas par les Grecs profanées?

LE GRAND CHŒUR
Non, Cassandre, nous le jurons!

CASSANDRE
Vous ne paraîtrez pas en triomphe traînées?

LE GRAND CHŒUR
Jamais! jamais! avec toi nous mourrons.


N° 16 – Final

Les femmes se parlent entre elles. Quelques-unes prennent des lyres et en jouent en chantant.

LE GRAND CHŒUR
Complices de sa gloire,
En partageant son sort,
Des Grecs par notre mort
Flétrissons la victoire!
Pures et libres nous vivions.
En cette nuit fatale
Pures et libres descendons
A la rive infernale!

CASSANDRE
interpellant le petit groupe
Vous qui tremblez et gardez le silence,
Vous hésitez?

LE PETIT GROUPE
Ah! je me sens frémir!

CASSANDRE
Eh quoi! vous subiriez une vile existence
Indigne des grands cœurs?...

LE PETIT GROUPE
Hélas!... déjà mourir!

CASSANDRE
avec explosion
Allez dresser la table et le lit de vos maîtres!
Esclaves, loin de nous!

LE PETIT GROUPE
Pitié...

CASSANDRE et LE GRAND CHŒUR
Honte sur vous!
Descendez vers ces traîtres,
Jetez-vous à leurs pieds, embrassez leurs genoux!
avec une violente expression de mépris
Allez vivre! Thessaliennes!
Honte sur vous! sortez! vous n’êtes pas Troyennes!

Elles les chassent. Le petit groupe recule en silence devant les autres femmes jusqu’à la coulisse et sort enfin de la scène. Toutes les autres redescendent la scène avec une exaltation toujours croissante

LE GRAND CHŒUR
Cassandre, avec toi nous mourrons!
On ne nous verra pas par les Grecs profanées,
Nous ne paraîtrons pas en triomphe traînées,
Non, non, jamais, nous le jurons.
reprenant leurs lyres
Complices de sa gloire
En partageant son sort,
Des Grecs par notre mort
Flétrissons la victoire!
Pures et libres nous vivions.
En cette nuit fatale
Pures et libres descendons
A la rive infernale!
Ouvre-nous, noir Pluton,
Les portes du Ténare!
Fais retentir, Caron,
Ta funèbre fanfare!

CASSANDRE
avec la plus grande exaltation
Chorèbe! Hector! Priam! Roi! père! frère! amant!
Je vous rejoins! entendez leur serment,
Dieux des enfers!
Elle saisit la lyre d’une Troyenne
Mourez dignes de gloire,
Et partageant mon sort
Des Grecs par votre mort,
Flétrissez la victoire!
Pures et libres nous vivions.
En cette nuit fatale
Pures et libres descendons
A la rive infernale!

Un chef grec entre pendant la fin de cette scène; il s’avance rapidement l’épée haute, et s’arrête étonné à l’aspect des Troyennes.

LE CHEF
pendant la fin du chœur
Quoi: la lyre à la main!... de ce noble transport,
J’admire malgré moi la sublime ironie!
Cassandre!... qu’elle est belle ainsi chantant la mort,
Bacchante à l’œil d’azur s’enivrant d’harmonie!

Entre une partie des Grecs

LES SOLDATS
Le trésor! le trésor! livrez-nous le trésor!
Ils lèvent leurs épées sur les femmes

CASSANDRE
Nous méprisons votre lâche menace,
Monstres ivres de sang, troupe immonde et rapace!
Vous n’étancherez pas, brigands, votre soif d’or!
Elle se frappe et tendant le poignard à Polyxène
Tiens! la douleur n’est rien!

Polyxène se frappe à son tour. Cassandre se soutient toujours

AUTRE TROUPE DE GRECS
entrant
Dieux ennemis! Ô rage!
Couverts de sang, du milieu du carnage,
Énée et ses Troyens échappent à nos coups.
Et, maître du trésor, ils sortent!...

CASSANDRE mourant et LES FEMMES
Quelques-unes dénouent leur ceinture et tirent leur poignard
Malgré vous,
Aux chemins de l’Ida les voilà tous,
Et nous bravons votre furie.
Toutes agitant leurs voiles et leurs écharpes du côté de l’Ida
Sauve nos fils, Énée! Italie! Italie!

Quelques-unes se précipitent, d’autres s’étranglent et se poignardent. Cri d’horreur des Grecs s’élançant vers la galerie. Pendant cette dernière scène, Cassandre, après s’être frappée, et voyant les Troyennes monter sur le parapet pour se précipiter, s’avance en chancelant vers le fond du théâtre; mais les forces lui manquent avant de parvenir à la galerie. Elle s’affaisse aux genoux, puis se relevant par un suprême effort et tendant les bras vers l’Ida, elle s’écrie: Italie ! et tombe morte.
ACTE DEUXIÈME

PREMIER TABLEAU

N° 12 – Scène et récitatif

Un appartement du palais d’Énée, qu’éclaire à peine une lampe. Rumeurs de combats éloignés. Énée à demi armé dort sur son lit. Ascagne sort tout effrayé d’un appartement voisin. Il écoute; il s’approche du lit de son père. Les bruits de la ville cessant de se faire entendre, il n’ose pas le réveiller et s’en retourne. D’un coin obscur s’avance vers Énée le spectre sanglant d’Hector d’un pas lent et solennel. Sa barbe et sa chevelure sont souillées et en désordre. Parvenu auprès d’Énée, il reste un instant immobile à le contempler et soupire profondément. Un bruit d’écroulement au loin, plus fort que les précédents, éveille Énée en sursaut. Il voit Hector debout devant lui et après un instant d’indécision il lui adresse la parole, à demi levé sur son lit.

ÉNÉE
Ô lumière de Troie!... Ô gloire des Troyens!
Après tant de labeurs de tes concitoyens,
De quels bords inconnus reviens-tu? Quel nuage
Semble voiler tes yeux sereins?
Hector, quelles douleurs ont flétri ton visage?

L’OMBRE D’HECTOR
Ah!... fuis, fils de Vénus! l’ennemi tient nos murs!
De son faîte élevé Troie entière s’écroule!
Un ouragan de flammes roule
Des temples aux palais ses tourbillons impurs...
Nous eussions fait assez pour sauver la patrie
Sans l’arrêt du destin. Pergame te confie
Ses enfants et ses dieux. Va, cherche l’Italie...
Où pour ton peuple renaissant,
Après avoir longtemps erré sur l’onde
Tu dois fonder un empire puissant,
Dans l’avenir, dominateur du monde,
Où la mort des héros t’attend.

Hector s’éloigne avec solennité et sa forme devient de plus en plus indistincte pendant qu’Énée le suit d’un regard effaré.

N° 13 – Récitatif et chœur

Entre Panthée blessé au visage et portant les dieux de Troie.

ÉNÉE
Quelle espérance encor est permise, Panthée?
Où combattre, où courir?

PANTHÉE
La ville ensanglantée
Brûle! c’est notre jour fatal!
Priam n’est plus! Sortis du monstrueux cheval,
Les Grecs ont massacré les gardes de nos portes.
Déjà d’innombrables cohortes,
Affluant du dehors, courent de toutes parts
Attiser l’incendie
Qu’alluma de leurs chefs l’infâme perfidie;
D’autres occupent les remparts.

Entre Ascagne

ASCAGNE
Ô père! le palais d’Ucalégon s’écroule!
Son toit fondant en pluie ardente coule!

ÉNÉE
l’interrompant
Suis-nous, Ascagne!

Entre Chorèbe, à la tête d’une troupe armée

CHORÈBE
Aux armes, grand Énée!
Viens, la Citadelle cernée
Tient encor!

ÉNÉE
A tout prix il faut y parvenir.
Prêts à mourir
Tentons de nous défendre.
Le salut des vaincus est de n’en plus attendre.

Grands bruits et cris lointains

CHŒUR
Le salut des vaincus est de n’en plus attendre.
Entendez-vous
L’écroulement des tours?... la flamme dévorante?
Les hurlements des Grecs? Toujours leur foule augmente.
Marchons! le désespoir dirigera nos coups.

TOUS
Prêts à mourir, tentons de nous défendre,
Le salut des vaincus est de n’en plus attendre.
Énée prend la main d’Ascagne et le place au milieu d’un groupe armé
Mars! Erinnys! conduisez-nous!

Ils sortent

DEUXIÈME TABLEAU

N° 14 – Chœur – Prière

Un intérieur du palais de Priam. Dans le fond, une galerie à colonnade dont le parapet peu élevé donne sur une place située à une assez grande profondeur. Entre les colonnades on aperçoit au loin le mont Ida. L’autel de Vesta-Cybèle allumé. Polyxène, femmes troyennes, groupées autour de l’autel. Quelques-unes sont agenouillées, d’autres assises à terre, plusieurs sont couchées sur les gradins de l’autel, la face contre terre. Toutes dans l’attitude du plus profond accablement.

CHŒUR DES TROYENNES
Ah!
Puissante Cybèle,
Déesse immortelle,
Mère des malheureux,
A tes Troyens sois secourable,
A leurs efforts sois favorable
En ces moments affreux!
Sauve de l’outrage
Et de l’esclavage
Leurs mères, leurs sœurs.
Brise l’arme impie
De la perfidie
Aux mains des vainqueurs,
Puissante Cybèle,
Déesse immortelle,
Mère des malheureux,
A tes Troyens sois secourable,
A leurs efforts sois favorable
En ces moments affreux!
En ces moments affreux!


N° 15 – Récitatif et chœur

Entre Cassandre, les cheveux épars.

CASSANDRE
Tous ne périront pas. Le valeureux Énée
Et sa troupe, trois fois au combat ramenée,
Ont délivré nos braves citoyens
Enfermés dans la Citadelle.
Le trésor de Priam est aux mains des Troyens.
Bientôt en Italie, où le sort les appelle,
Ils verront s’élever, plus puissante et plus belle,
Une nouvelle Troie.
Ils marchent vers l’Ida.

CHŒUR
Et Chorèbe?

CASSANDRE
Il est mort.

CHŒUR
Dieux cruels!

CASSANDRE
De Vesta,
Pour la dernière fois, à l’autel, je m’incline.
Je suis mon jeune époux. Oui, cet instant termine
Mon inutile vie.

CHŒUR
Ô digne sœur d’Hector!
Prophétesse que Troie accusait de démence!
De nous sauver, hier, il était temps encor,
Quand elle prédisait cette ruine immense!

CASSANDRE
Bientôt elle ne sera plus.

CHŒUR
Ô désespoir! Ô regrets superflus!

CASSANDRE
Mais vous, colombes effarées,
Pouvez-vous consentir
A l’horrible esclavage? et voudrez-vous subir,
Vierges, femmes déshonorées
La loi brutale des vainqueurs?

CHŒUR
Faut-il bannir tout espoir de nos cœurs?

CASSANDRE
L’espoir! Ô malheureuses!
Dans ces ténèbres lumineuses
Ne voyez-vous, n’entendez-vous donc pas
Les cruels Myrmidons qui remplissent nos rues
Et ceux qui du palais gardent les avenues?

CHŒUR
C’en est fait, rien ne peut nous sauver de leurs bras.

CASSANDRE
Rien, dites-vous? Si l’honneur vous anime, montrant la galerie
Pour qui donc cet abîme
Est-il ouvert devant vos pas?
montrant son poignard et les ceintures des femmes
Pour qui ce fer et ces cordons de soie,
Sinon pour vous, femmes de Troie?

Un petit groupe se tait et manifeste une terreur profonde.

UNE PARTIE DU CHŒUR, LA PLUS NOMBREUSE
Héroïne d’amour
Et d’honneur, tu dis vrai! nous te suivrons!

CASSANDRE
Le jour
Ne vous trouvera pas par les Grecs profanées?

LE GRAND CHŒUR
Non, Cassandre, nous le jurons!

CASSANDRE
Vous ne paraîtrez pas en triomphe traînées?

LE GRAND CHŒUR
Jamais! jamais! avec toi nous mourrons.


N° 16 – Final

Les femmes se parlent entre elles. Quelques-unes prennent des lyres et en jouent en chantant.

LE GRAND CHŒUR
Complices de sa gloire,
En partageant son sort,
Des Grecs par notre mort
Flétrissons la victoire!
Pures et libres nous vivions.
En cette nuit fatale
Pures et libres descendons
A la rive infernale!

CASSANDRE
interpellant le petit groupe
Vous qui tremblez et gardez le silence,
Vous hésitez?

LE PETIT GROUPE
Ah! je me sens frémir!

CASSANDRE
Eh quoi! vous subiriez une vile existence
Indigne des grands cœurs?...

LE PETIT GROUPE
Hélas!... déjà mourir!

CASSANDRE
avec explosion
Allez dresser la table et le lit de vos maîtres!
Esclaves, loin de nous!

LE PETIT GROUPE
Pitié...

CASSANDRE et LE GRAND CHŒUR
Honte sur vous!
Descendez vers ces traîtres,
Jetez-vous à leurs pieds, embrassez leurs genoux!
avec une violente expression de mépris
Allez vivre! Thessaliennes!
Honte sur vous! sortez! vous n’êtes pas Troyennes!

Elles les chassent. Le petit groupe recule en silence devant les autres femmes jusqu’à la coulisse et sort enfin de la scène. Toutes les autres redescendent la scène avec une exaltation toujours croissante

LE GRAND CHŒUR
Cassandre, avec toi nous mourrons!
On ne nous verra pas par les Grecs profanées,
Nous ne paraîtrons pas en triomphe traînées,
Non, non, jamais, nous le jurons.
reprenant leurs lyres
Complices de sa gloire
En partageant son sort,
Des Grecs par notre mort
Flétrissons la victoire!
Pures et libres nous vivions.
En cette nuit fatale
Pures et libres descendons
A la rive infernale!
Ouvre-nous, noir Pluton,
Les portes du Ténare!
Fais retentir, Caron,
Ta funèbre fanfare!

CASSANDRE
avec la plus grande exaltation
Chorèbe! Hector! Priam! Roi! père! frère! amant!
Je vous rejoins! entendez leur serment,
Dieux des enfers!
Elle saisit la lyre d’une Troyenne
Mourez dignes de gloire,
Et partageant mon sort
Des Grecs par votre mort,
Flétrissez la victoire!
Pures et libres nous vivions.
En cette nuit fatale
Pures et libres descendons
A la rive infernale!

Un chef grec entre pendant la fin de cette scène; il s’avance rapidement l’épée haute, et s’arrête étonné à l’aspect des Troyennes.

LE CHEF
pendant la fin du chœur
Quoi: la lyre à la main!... de ce noble transport,
J’admire malgré moi la sublime ironie!
Cassandre!... qu’elle est belle ainsi chantant la mort,
Bacchante à l’œil d’azur s’enivrant d’harmonie!

Entre une partie des Grecs

LES SOLDATS
Le trésor! le trésor! livrez-nous le trésor!
Ils lèvent leurs épées sur les femmes

CASSANDRE
Nous méprisons votre lâche menace,
Monstres ivres de sang, troupe immonde et rapace!
Vous n’étancherez pas, brigands, votre soif d’or!
Elle se frappe et tendant le poignard à Polyxène
Tiens! la douleur n’est rien!

Polyxène se frappe à son tour. Cassandre se soutient toujours

AUTRE TROUPE DE GRECS
entrant
Dieux ennemis! Ô rage!
Couverts de sang, du milieu du carnage,
Énée et ses Troyens échappent à nos coups.
Et, maître du trésor, ils sortent!...

CASSANDRE mourant et LES FEMMES
Quelques-unes dénouent leur ceinture et tirent leur poignard
Malgré vous,
Aux chemins de l’Ida les voilà tous,
Et nous bravons votre furie.
Toutes agitant leurs voiles et leurs écharpes du côté de l’Ida
Sauve nos fils, Énée! Italie! Italie!

Quelques-unes se précipitent, d’autres s’étranglent et se poignardent. Cri d’horreur des Grecs s’élançant vers la galerie. Pendant cette dernière scène, Cassandre, après s’être frappée, et voyant les Troyennes monter sur le parapet pour se précipiter, s’avance en chancelant vers le fond du théâtre; mais les forces lui manquent avant de parvenir à la galerie. Elle s’affaisse aux genoux, puis se relevant par un suprême effort et tendant les bras vers l’Ida, elle s’écrie: Italie ! et tombe morte.



|新しいページ|検索|ページ一覧|RSS|@ウィキご利用ガイド | 管理者にお問合せ
|ログイン|