オペラ作曲家別索引

オペラ対訳完成

その他対訳完成

対訳一部完成

このサイトについて

アクセス数

  • 今日  -
  • 昨日  -
  • 累計  -

翻訳エンジン


bose_soundlink_color_ii



SCÈNE VIII
Les mêmes, moins Guillaume.

CHŒUR
accompagné de danse
Hyménée,
Ta journée
Fortunée
Luit pour nous.
Des couronnes
Que tu donnes
Ces époux
Sont jaloux.
D'allégresse,
De tendresse,
Leur jeunesse
S'embellit.
Sur nos têtes
Les tempêtes
Sont muettes;
Tout nous dit:
Hyménée,
Ta journée
Fortunée
Luit pour nous.
Des couronnes
Que tu donnes
Ces époux
Sont jaloux.
Par tes flammes,
Dans nos âmes,
Tu proclames
Notre espoir;
Ton ivresse
Joint sans cesse
La tendresse
Au devoir.
Hyménée,
Ta journée
Fortunée
Luit pour nous.
Des couronnes
Que tu donnes
Ces époux
Sont jaloux.

Pendant que les danses s'exécutent, on s'exerce au jeu de l'arc.

CHOEUR
Gloire, honneur au fils de Tell!
Il obtient le prix de l'adresse.

JEMMY
venant déposer le prix entre les mains d'Hedwige
Ma mère!

HEDWIGE
O moment plein d'ivresse!

CHOEUR
Il obtient le prix de l'adresse,
C'est l'héritage paternel.

Les archers forment un pas entre eux pendant lequel on chante le chœur suivant.

CHŒUR
Enfants de la nature,
Le simple habit de bure
Nous tient lieu de l'armure
Qui défend les guerriers.
Mais au but qui l'appèle
Notre flèche est fidèle,
Et l'espoir avec elle
Repose en nos foyers.


SCÈNE IX
Les mêmes, Leuthold, portant une hache sur laquelle il s'appuie.

JEMMY
Pâle et tremblant, se soutenant à peine,
Ma mère, un pâtre vient vers nous.

LE PÊCHEUR
C'est le brave Leuthold; un malheur nous l'amène.

LEUTHOLD
Sauvez-moi! sauvez-moi!

HEDWIGE
Que crains-tu?

LEUTHOLD
Leur courroux.

HEDWIGE
Leuthold, quel pouvoir te menace?

LEUTHOLD
Le seul qui n'a jamais fait grâce,
Le plus cruel, le plus affreux de tous.
O mes amis! sauvez-moi de ses coups.

MELCTHAL
Qu'as-tu fait?

LEUTHOLD
Mon devoir. De toute ma famille
Le ciel ne me laissa qu'un enfant, qu'une fille;
Du gouverneur un infâme soutien,
Un soldat l'enlevait, et j'ai su la défendre:
Lui, me ravir mon dernier bien!
Ma hache sur son front ne s'est pas fait attendre;
Voyez-vous ce sang? c'est le sien.

MELCTHAL
Il eut le courage d'un père;
Mais pour lui du tyran redoutons la colère.

LEUTHOLD
Un refuge assuré m'attend sur l'autre bord.
au Pêcheur
Conduis-moi.

LE PÊCHEUR
Ce torrent, cette roche,
Du rivage opposé ne permet point l'approche;
Affronter cet écueil, c'est courir à la mort.

LEUTHOLD
Ah! puisses-tu, barbare, à ton heure dernière,
Trouver Dieu sourd à ton remords,
Comme tu l'es à ma prière!

CHOEUR DE SOLDATS
dans l'éloignement
Leuthold! malheur à toi, malheur!


SCÈNE X
Les mêmes, Guillaume.

GUILLAUME
rentrant
Arnold a disparu, mes pas n'ont pu l'atteindre.

LEUTHOLD
Grand Dieu, sois mon libérateur!

GUILLAUME
J'entends menacer et se plaindre.

CHŒUR
en dehors
Leuthold! malheur à toi, malheur!

LEUTHOLD
Guillaume, le destin m'accable,
On me poursuit, je ne suis point coupable;
Je meurs pourtant si je ne fuis soudain:
Pour mon salut il n'est qu'un seul chemin.
il montre le bord opposé

GUILLAUME
Ta barque est là, pêcheur, tu l'entends.

LEUTHOLD
C'est en vain;
Comme le gouverneur il est impitoyable.

GUILLAUME
Du ciel il méconnaît la loi,
Il te refuse! eh bien! suis-moi.

CHŒUR DE SOLDATS
se rapprochant
C'est du sang que le meurtre exige.
Malheur à toi, Leuthold!

GUILLAUME
après avoir embrassé son fils
Hâtons-nous, les voilà.
Adieu.

HEDWIGE
Tu vas périr.

GUILLAUME
Ne crains rien, chère Hedwige.
montrant le ciel
Les périls sont bien grands; mais le pilote est là!


SCÈNE XI
Melcthal, Hedwige, Jemmy, le Pêcheur, Rodolphe, soldats et habitants des cantons.

Final

CHŒUR
Dieu de bonté, Dieu tout-puissant,
De l'oppresseur confonds la rage,
Daigne dérober au naufrage
Le défenseur de l'innocent.

RODOLPHE
De la justice voici l'heure!

SOLDATS
De la justice voici l'heure!

RODOLPHE
Malheur au meurtrier, qu'il meure!

SOLDATS
Malheur au meurtrier, qu'il meure!

CHŒUR
Dieu de bonté, Dieu tout-puissant,
De l'oppresseur confonds la rage,
Daigne dérober au naufrage
Le défenseur de l'innocent.

JEMMY et HEDWIGE
Il est sauvé!

RODOLPHE
Que vois-je? ô rage!
Il a franchi le funeste passage.

MELCTHAL et HEDWIGE
De Dieu je reconnais l'ouvrage.

RODOLPHE
Leur joie est un nouvel outrage;
Esclaves, malheur à vous tous!

MELCTHAL et JEMMY
Quelle insolence! pourquoi l'âge
Ne sert-il pas mieux mon courroux?

CHŒUR DE PAYSANS
Sur nos têtes gronde l'orage,
éloignons-nous, éloignons-nous.

RODOLPHE
Restez; il est plus d'un coupable:
Au meurtrier qui prêta son secours?
Nommez le traître, il y va de vos jours.

MELCTHAL, JEMMY et HEDWIGE
Ils vont parler; la terreur les accable.

CHŒUR DE PAYSANS
Braverons-nous sa colère implacable?

RODOLPHE
faisant cerner la foule par ses soldats
Obéissez, il y va de vos jours.

CHŒUR DE FEMMES
Vierge que les chrétiens adorent,
Entends nos voix, elles t'implorent;
Soustrais au glaive des méchants
Et nos maris et nos enfants!

MELCTHAL
Ce qu'il a fait, tous, nous l'aurions dû faire.
Amis, plus de lâche frayeur:
Il ose agir, osez vous taire.

CHŒUR
Il ose agir, osons nous taire.

RODOLPHE
Tremblez, malheur à vous, tremblez!
Nommez le traître, enfin parlez!

MELCTHAL
Dis au tyran que cette terre
Ne porte pas de délateur.

RODOLPHE
Qu'on saisisse ce téméraire!
Il brave en nous le gouverneur.
Que du ravage,
Que du pillage,
Sur ce rivage
Pèse l'horreur!
Honte et misère
Sont le salaire
Que ma colère
Lègue au malheur!

JEMMY
Si du pillage,
Si du ravage
Sur ce rivage
Pèse l'horreur,
Vil mercenaire,
L'arc de mon père
Peut nous soustraire
à ta fureur!

Ensemble

RODOLPHE et TOUS SES SOLDATS
Que du ravage,
Que du pillage,
Sur ce rivage
Pèse l'horreur!
Honte et misère
Sont le salaire
Que ma/sa colère
Lègue au malheur!

JEMMY, HEDWIGE et TOUS LES HABITANTS DES CANTONS
Si du ravage,
Si du pillage,
Sur ce rivage
Pèse l'horreur!
Vil mercenaire,
L'arc de mon/son père
Peut nous soustraire
à ta fureur!

Les soldats s'emparent de Melcthal; les Suisses cherchent à le délivrer, mais ils sont sans armes, et l'on entraîne violemment sous leurs yeux le vieillard qu'ils voudraient suivre, quand une haie de hallebardes les arrête. La toile baisse sur ce tableau.
SCÈNE VIII
Les mêmes, moins Guillaume.

CHŒUR
accompagné de danse
Hyménée,
Ta journée
Fortunée
Luit pour nous.
Des couronnes
Que tu donnes
Ces époux
Sont jaloux.
D'allégresse,
De tendresse,
Leur jeunesse
S'embellit.
Sur nos têtes
Les tempêtes
Sont muettes;
Tout nous dit:
Hyménée,
Ta journée
Fortunée
Luit pour nous.
Des couronnes
Que tu donnes
Ces époux
Sont jaloux.
Par tes flammes,
Dans nos âmes,
Tu proclames
Notre espoir;
Ton ivresse
Joint sans cesse
La tendresse
Au devoir.
Hyménée,
Ta journée
Fortunée
Luit pour nous.
Des couronnes
Que tu donnes
Ces époux
Sont jaloux.

Pendant que les danses s'exécutent, on s'exerce au jeu de l'arc.

CHOEUR
Gloire, honneur au fils de Tell!
Il obtient le prix de l'adresse.

JEMMY
venant déposer le prix entre les mains d'Hedwige
Ma mère!

HEDWIGE
O moment plein d'ivresse!

CHOEUR
Il obtient le prix de l'adresse,
C'est l'héritage paternel.

Les archers forment un pas entre eux pendant lequel on chante le chœur suivant.

CHŒUR
Enfants de la nature,
Le simple habit de bure
Nous tient lieu de l'armure
Qui défend les guerriers.
Mais au but qui l'appèle
Notre flèche est fidèle,
Et l'espoir avec elle
Repose en nos foyers.


SCÈNE IX
Les mêmes, Leuthold, portant une hache sur laquelle il s'appuie.

JEMMY
Pâle et tremblant, se soutenant à peine,
Ma mère, un pâtre vient vers nous.

LE PÊCHEUR
C'est le brave Leuthold; un malheur nous l'amène.

LEUTHOLD
Sauvez-moi! sauvez-moi!

HEDWIGE
Que crains-tu?

LEUTHOLD
Leur courroux.

HEDWIGE
Leuthold, quel pouvoir te menace?

LEUTHOLD
Le seul qui n'a jamais fait grâce,
Le plus cruel, le plus affreux de tous.
O mes amis! sauvez-moi de ses coups.

MELCTHAL
Qu'as-tu fait?

LEUTHOLD
Mon devoir. De toute ma famille
Le ciel ne me laissa qu'un enfant, qu'une fille;
Du gouverneur un infâme soutien,
Un soldat l'enlevait, et j'ai su la défendre:
Lui, me ravir mon dernier bien!
Ma hache sur son front ne s'est pas fait attendre;
Voyez-vous ce sang? c'est le sien.

MELCTHAL
Il eut le courage d'un père;
Mais pour lui du tyran redoutons la colère.

LEUTHOLD
Un refuge assuré m'attend sur l'autre bord.
au Pêcheur
Conduis-moi.

LE PÊCHEUR
Ce torrent, cette roche,
Du rivage opposé ne permet point l'approche;
Affronter cet écueil, c'est courir à la mort.

LEUTHOLD
Ah! puisses-tu, barbare, à ton heure dernière,
Trouver Dieu sourd à ton remords,
Comme tu l'es à ma prière!

CHOEUR DE SOLDATS
dans l'éloignement
Leuthold! malheur à toi, malheur!


SCÈNE X
Les mêmes, Guillaume.

GUILLAUME
rentrant
Arnold a disparu, mes pas n'ont pu l'atteindre.

LEUTHOLD
Grand Dieu, sois mon libérateur!

GUILLAUME
J'entends menacer et se plaindre.

CHŒUR
en dehors
Leuthold! malheur à toi, malheur!

LEUTHOLD
Guillaume, le destin m'accable,
On me poursuit, je ne suis point coupable;
Je meurs pourtant si je ne fuis soudain:
Pour mon salut il n'est qu'un seul chemin.
il montre le bord opposé

GUILLAUME
Ta barque est là, pêcheur, tu l'entends.

LEUTHOLD
C'est en vain;
Comme le gouverneur il est impitoyable.

GUILLAUME
Du ciel il méconnaît la loi,
Il te refuse! eh bien! suis-moi.

CHŒUR DE SOLDATS
se rapprochant
C'est du sang que le meurtre exige.
Malheur à toi, Leuthold!

GUILLAUME
après avoir embrassé son fils
Hâtons-nous, les voilà.
Adieu.

HEDWIGE
Tu vas périr.

GUILLAUME
Ne crains rien, chère Hedwige.
montrant le ciel
Les périls sont bien grands; mais le pilote est là!


SCÈNE XI
Melcthal, Hedwige, Jemmy, le Pêcheur, Rodolphe, soldats et habitants des cantons.

Final

CHŒUR
Dieu de bonté, Dieu tout-puissant,
De l'oppresseur confonds la rage,
Daigne dérober au naufrage
Le défenseur de l'innocent.

RODOLPHE
De la justice voici l'heure!

SOLDATS
De la justice voici l'heure!

RODOLPHE
Malheur au meurtrier, qu'il meure!

SOLDATS
Malheur au meurtrier, qu'il meure!

CHŒUR
Dieu de bonté, Dieu tout-puissant,
De l'oppresseur confonds la rage,
Daigne dérober au naufrage
Le défenseur de l'innocent.

JEMMY et HEDWIGE
Il est sauvé!

RODOLPHE
Que vois-je? ô rage!
Il a franchi le funeste passage.

MELCTHAL et HEDWIGE
De Dieu je reconnais l'ouvrage.

RODOLPHE
Leur joie est un nouvel outrage;
Esclaves, malheur à vous tous!

MELCTHAL et JEMMY
Quelle insolence! pourquoi l'âge
Ne sert-il pas mieux mon courroux?

CHŒUR DE PAYSANS
Sur nos têtes gronde l'orage,
éloignons-nous, éloignons-nous.

RODOLPHE
Restez; il est plus d'un coupable:
Au meurtrier qui prêta son secours?
Nommez le traître, il y va de vos jours.

MELCTHAL, JEMMY et HEDWIGE
Ils vont parler; la terreur les accable.

CHŒUR DE PAYSANS
Braverons-nous sa colère implacable?

RODOLPHE
faisant cerner la foule par ses soldats
Obéissez, il y va de vos jours.

CHŒUR DE FEMMES
Vierge que les chrétiens adorent,
Entends nos voix, elles t'implorent;
Soustrais au glaive des méchants
Et nos maris et nos enfants!

MELCTHAL
Ce qu'il a fait, tous, nous l'aurions dû faire.
Amis, plus de lâche frayeur:
Il ose agir, osez vous taire.

CHŒUR
Il ose agir, osons nous taire.

RODOLPHE
Tremblez, malheur à vous, tremblez!
Nommez le traître, enfin parlez!

MELCTHAL
Dis au tyran que cette terre
Ne porte pas de délateur.

RODOLPHE
Qu'on saisisse ce téméraire!
Il brave en nous le gouverneur.
Que du ravage,
Que du pillage,
Sur ce rivage
Pèse l'horreur!
Honte et misère
Sont le salaire
Que ma colère
Lègue au malheur!

JEMMY
Si du pillage,
Si du ravage
Sur ce rivage
Pèse l'horreur,
Vil mercenaire,
L'arc de mon père
Peut nous soustraire
à ta fureur!

Ensemble

RODOLPHE et TOUS SES SOLDATS
Que du ravage,
Que du pillage,
Sur ce rivage
Pèse l'horreur!
Honte et misère
Sont le salaire
Que ma/sa colère
Lègue au malheur!

JEMMY, HEDWIGE et TOUS LES HABITANTS DES CANTONS
Si du ravage,
Si du pillage,
Sur ce rivage
Pèse l'horreur!
Vil mercenaire,
L'arc de mon/son père
Peut nous soustraire
à ta fureur!

Les soldats s'emparent de Melcthal; les Suisses cherchent à le délivrer, mais ils sont sans armes, et l'on entraîne violemment sous leurs yeux le vieillard qu'ils voudraient suivre, quand une haie de hallebardes les arrête. La toile baisse sur ce tableau.



|新しいページ|検索|ページ一覧|RSS|@ウィキご利用ガイド | 管理者にお問合せ
|ログイン|